QATAR-STROPHE EN PRIME

  Pour faire face à l’inflation et à l’accélération de la hausse des prix, le gouvernement a comme toujours réussi à trouver la parade. Pas de hausse de salaire, ce serait donner raison à la gauche, pas de blocage de l’index, ce serait donner des gages à la droite. Mais d’accord pour une prime. Une seule, qui sera versée le jour de la Saint Glin-Glin, avant minuit.  

Une prime pour tous, y compris Saint Nicolas ? Ne faisons surtout pas simple. La prime serait octroyée uniquement aux employés, pas aux fonctionnaires, travaillant dans des entreprises qui ont fait le plein de pognon cette année et qui s’en vantent. A condition qu’elles affichent cette santé éclatante dans leurs bilans (autrement dit qu’elles n’aient pas évacué leurs bénéfices ailleurs dans le monde), qu’elles se mettent d’accord avec les syndicats par secteur puis par entreprise, puis par travailleur et par travailleuse à parts égales avec un pourcentage réduit mais significatif pour les transgenres et autres.  

Quand enfin l’heureux gagnant de la prime recevra son chèque, attention, pas question de le claquer n’importe comment. Il ne pourra le dépenser que pour des achats déterminés par le gouvernement, par exemple pour assister à un match des Diables rouges, mais pas pour se payer des vacances sur la Riviera ou commander les mémoires de Roberto Martinez.   

Si l’on tente de mettre en pratique toutes ces règles byzantines, on se rend compte qu’à ce jour une seule entreprise est qualifiée automatiquement pour payer des primes à ses travailleurs, l’Union belge de football. Une prime soi-dit en passant légèrement supérieure au montant de 750 € prévu par le gouvernement. 

Malgré leurs prestations qatar-strophiques, les Diables rouges sont en effet à peu près les seuls travailleurs qui remplissent toutes les cases. Ce n’est peut-être pas un Hazard que le gouvernement ait voulu favoriser notre équipe qui a tant contribué en cette fin d’année 2022 à valoriser l’image de puissance de notre pays dans le monde. 

L’Union belge de foot est, selon les termes du projet de loi, une entreprise qui affiche sans honte des bénéfices « exceptionnels ». Elle ne doit pas négocier avec un syndicat et n’est pas tenue de veiller à assurer une égalité de genre entre ses travailleurs. Donc habilité à distribuer la prime. 

Reste à déterminer comment ? A parts égales ? Ou en proportion du temps de jeu de chacun, ce qui privera de chèque ceux qui ont fait le voyage mais qui sont restés sur le banc ? 

On peut laisser les Diables en discuter entre eux. Chacun sait que le diable est dans les détails. Et on a vu qu’il règne dans les vestiaires la même cohésion, le même enthousiasme et le même dynamisme chaleureux sinon affectueux qu’entre les membres du gouvernement d’Alexandre De Croo. 

www.berenboom.com

QUAND UN QATAR RIT, TOUS LES …

 Que reste-t-il aux habitants du Qatar indifférents au ballon rond ? On pourrait leur proposer de voter. Voilà une coutume occidentale qui n’a pas encore importée là-bas. Ce qui est bizarre tant les dirigeants qataris aiment partager nos petits caprices. Après le sport, ils devraient essayer les élections. Ça occupera ceux de leurs citoyens qui n’ont aucune envie de bailler d’ennui dans leurs stades flambant neufs ou qui ont peur d’y attraper un rhume. A voir le nombre d’élus occidentaux dont ils ont, paraît-il, réussi à acheter la complaisance, les dirigeants qataris connaissent manifestement toutes les ficelles de ce petit jeu auquel nous nous livrons périodiquement avec autant d’enthousiasme que le vélo, le Lotto ou le foot. A condition d’éliminer la part d’imprévu que nous avons bêtement conservée. Adapter ce jeu devrait se faire sans trop d’efforts et sans risque si les autorités appliquent aux joutes électorales les méthodes expérimentées notamment auprès de beaucoup de respectables excellences de la FIFA pour décrocher la Coupe du Monde de foot.

Qu’ils ne craignent rien. En Iran, en Russie et dans bien d’autres pays, on organise régulièrement des élections, avec de vrais bureaux de vote, urnes scellées, dépouillement, scrutateurs, et tout le bazar sans aucun risque de dérapage ni de surprise. Trump se propose d’ailleurs de reproduire ces excellentes expériences bientôt aux Etats-Unis.

Si le foot n’est pas leur tasse de thé, je ne conseille pas aux habitants de Doha de faire grève faute de mieux, pour s’amuser et secouer un peu le ronron local. Si le Qatar a adhéré au Pacte international relatif aux droits économiques et sociaux, c’est en se réservant d’interpréter le mot « syndicat » selon la loi qatarie. Autrement dit, une association de travailleurs n’a absolument rien à dire. Et il vaut mieux pour la santé de ses dirigeants qu’elle ne le dise pas. 

Les autorités qataries font une erreur. Là aussi, il suffit d’un peu de monnaie… 

Quelques exemples historiques montrent qu’en se montrant généreux, le pays pourrait investir dans un syndicat avec autant de tranquillité qu’il l’a fait dans le PSG. A condition évidemment de payer leurs représentants au prix de Mbappé ou Neymar. 

Qu’ils relisent la vie et les œuvres de Jimmy Hoffa, patron du puissant syndicat des camionneurs aux Etats-Unis dans les années cinquante et soixante, et de son flirt longtemps impuni (y compris des électeurs membres du syndicat) avec la Maffia. Ça pourrait leur donner d’excellentes idées.

Le plus intéressant de toutes ces considérations c’est que ces investissements ne coûteront pas grand-chose aux Qataris et à leurs familles. Car, qui alimente, le budget national ? C’est nous qui achetons leur gaz et leur pétrole…      

www.berenboom.com

WINTER IS COMING

Il n’y a que dans les feuilletons que la phrase « Winter is coming » fait trembler. Pas chez nous, pas dans la vraie vie.

Dewinter, Filip, peut-être mais Winter ? Allons ! On attend l’hiver de pied ferme après un été indien préparé par une canicule de derrière les fagots. Et si le froid montre tout de même le bout de son nez glacé ? Rassurez-vous, braves gens, les cuves sont pleines, nous assure-t-on. De quoi se demander pourquoi les tarifs se sont emballés. Pourquoi on tremble aux mots de gaz et de pétrole, pourquoi on annonce déconfitures et drames personnels. Certains en viennent à regretter les pipelines de M. Poutine. Juste de la spéculation toute cette agitation sur les prix de l’énergie ? 

En tout cas, les actionnaires d’Engie, Total et les autres ne savent plus que faire de leurs dividendes. Manifestement, pas question de les redistribuer aux consommateurs. Alors, un conseil, qu’ils réservent dès à présente une loge à Neom, la nouvelle mégalopole fantôme d’Arabie saoudite pour assister aux prochains jeux d’hiver asiatiques, décrochés par le tout puissant MBS, le boss des déserts locaux et des chameaux. Si vous êtes du voyage, n’oubliez tout de même pas une petite laine car on va claquer des dents sur les bords de la mer Rouge grâce aux merveilles de la technologie, neige artificielle, air super-conditionné, etc. Ça soufflera au point de dégoûter Eole. 

J’entends les habituels grognons déplorer le mal que tous ces brols vont causer à la planète, le foot au Qatar, le ski et le curling en Arabie. Mais, n’allez surtout pas vous plaindre à la prochaine COP qui se tient en Egypte. Là-bas, ça chauffe méchamment pour qui ose lever le petit doigt. Voilà une COP, promis-juré, qui va se dérouler dans le calme et la sérénité. Comme le Mondial de foot et les Jeux d’hiver. C’est le genre de pays où l’on est à l’ombre pour un oui ou pour un non. 

Qui se plaindra de tous les efforts faits par tant d’états pour dérégler le climat, ces jeux déments, la guerre absurde de Vladimir Vladimirovitch ? Tout ça nous permettra de retrouver des étés caniculaires. Rien que du profit pour le tourisme à la mer du Nord. Tout le monde est gagnant, pas seulement les Arabes et les Qataris…

Et la bombe atomique, l’autre fantasme du prochain hiver ? Qu’elle soit du modèle Hiroshima ou plus modestement « armes nucléaires tactiques », ça fera chaud devant, très chaud. Et ça dévastera tout sur son passage, les Ukrainiens autant que les Russes qui traînent dans le coin. Les lieux dévastés ressembleront pour longtemps à l’Arabie saoudite sans les chameaux ni les athlètes. 

Entre temps, ne vous en faites pas, il y aura du vin chaud aux Plaisirs d’Hiver, si le covid nous épargne (on l’avait presqu’oublié). Et peut-être de la neige.  Réjouissez-vous, winter is coming…

www.berenboom.com

GAZ A TOUS LES ETAGES

Bachar Al-Assad vient opportunément de nous rappeler qu’on avait enterré trop tôt les célébrations de la Grande Guerre. Merci à lui ! Dès 1914, les Français d’abord puis les Allemands – plus tard les Américains – se lancèrent joyeusement dans des attaques au gaz, devenues massives à partir de 1915. Et, en 1917 (bon anniversaire !), apparut le gaz moutarde (l’ypérite), produit à grande échelle par les Allemands. Un petit pas pour l’homme; un grand pas pour l’humanité.

« Moi, mon colon, cell’ que j’préfère, c’est la guerre de quatorz’-dix-huit ! » chantait Brassens. Prudent, il ajoutait : « Du fond de son sac à malices, Mars va sans doute, à l’occasion, en sortir une – un vrai délice ! – qui me fera grosse impression. »

T’es plus là, tonton Georges mais celle de Syrie t’en aurait bouché un coin !

Dire que le tyran avait refusé, il y huit ans que le projet de gazoduc entre le Qatar et la Turquie traverse son pays. Il doit s’en mordre les doigts. Au lieu de devoir fabriquer lui-même son poison, le docteur Assad n’aurait eu qu’à se servir au passage. On peut être ophtalmologue et ne pas avoir le don de double vue…

On dit d’Assad qu’il est un mélange de culture arabe et occidentale (formé dans des écoles françaises de Damas puis par l’université de Londres). De son voisin irakien, Saddam Hussein, issu comme lui du parti Baas, il a retenu la violence, le cynisme et l’absence de tout scrupule à gazer sa propre population. Et des Occidentaux, qu’a-t-il appris à part le goût des costumes de bonne coupe, des cravates élégantes et des propos lénifiants devant des journalistes complaisants ? L’impunité pour ceux qui gazent leurs ennemis ? Il n’y a pas eu de tribunal pour crimes contre l’humanité après la première guerre mondiale. Tous les belligérants risquaient d’y être condamnés. A l’école des Frères de Damas, on a enseigné à Assad que le vainqueur a toujours raison, même s’il a commis quelques entourloupes qu’on a tôt fait d’oublier. Vae victis !

On ne voit pas vraiment qui punira Assad et ses affreux acolytes. L’indignation morale et la fureur verbale n’ont jamais eu beaucoup d’effet pour arrêter une armée. Même pas une bande de tueurs. Quant à l’utilité des condamnations votées par l’ONU, demandez donc aux survivants du génocide rwandais, du massacre de Srebrenica ou des habitants de l’est du Congo, ce qu’ils en pensent. Et quelle a été l’efficacité des casques bleus envoyés pour les protéger.

D’ici à ce que le dictateur syrien se retrouve à manger du pindakaas dans les prisons de La Haye, il faudra qu’aient disparu Poutine, le régime iranien, le Hezbollah, les braves dirigeants européens et les méchants. Poison d’avril…

www.berenboom.com

ps : on n’a rien écrit de plus poignant sur les effets du gaz sarin que « Underground » de Haruki Murakami (Belfond) recueil d’entretiens après l’attentat dans le métro de Tokyo.