LA COULEUR DU DIABLE

Vous imaginez ce que diraient les Français si leur équipe de foot avait terminé première du classement FIFA ? Nous, on se contente de ricaner. Et on chipote. Premiers au monde ? Ouais, ouais, ouais. Alors que les Djabs n’ont rencontré ni le Brésil, ni l’Allemagne, ni l’Angleterre.  Premiers footballeurs de la planète alors que le Standard est en train de basculer en deuxième division ?

Cessez de vous rabaisser ! Pensez à ce que François Hollande, lui, aurait fait de ce challenge ? A son discours triomphant. Platini a peut-être tapé dans la caisse, le chômage a peut-être une fois de plus augmenté, les Syriens viennent peut-être chez nous en rangs serrés. Mais, attendez ! Oubliez les immigrés et Marine Le Pen et les impôts et les pauvres puisqu’on est les meilleurs au monde ! Et dans la foulée, les Français seraient dans la rue, à faire la fête, à remonter les Champs Elysées, à porter leur équipe en triomphe.

En Belgique, non. On dirait que nous sommes honteux de porter le numéro uno. Même que Charles Michel n’a pas eu un mot pour eux dans son discours sur l’état de l’union (enfin, l’union…)

Remarquez, il n’a pas eu un mot non plus pour l’environnement, pas la moindre allusion à la grande messe de décembre à Paris de son ami Hollande. Et pas un mot pour nos artistes qui portent si haut le drapeau de la Belgique. Rien sur Stromae, notre Eddy Merckx du vingt et unième siècle. Aux Etats-Unis, on s’enflamme pour « Formidable ». Pas pour « Jobs, jobs, jobs”.

Quelle formule idiote d’ailleurs, que lui a soufflé son porte-parole, son petit génie, sa tête de turc… Ne s’est-il pas aperçu que le président Hollande, toujours lui, se plante depuis le début de son quinquennat en promettant l’inversion de la courbe du chômage ? Des emplois, c’est ça le programme de Charles Michel ? Alors, il est brûlé. D’ailleurs, le bon peuple n’attend pas de ses dirigeants qu’ils leur fournissent des emplois. Il a compris depuis longtemps qu’ils n’ont pas de baguette magique. Qu’ils pratiquent l’incantation, pas l’action. Si l’état supprime des milliers de postes dans la fonction publique, qu’il efface les services publics sans état d’âme, pourquoi les patrons privés engageraient-ils à sa place ?

L’An II risque d’être difficile pour Charles Michel. Qu’il se souvienne que l’an II a été la pire période de la révolution française. Qu’il se méfie de Bart De Wever-Robespierre, qu’il songe à Danton guillotiné, à la guerre civile en Vendée. Il suffit de peu de choses, de rien, juste une étincelle, pour que la grogne se transforme en pavés.

Le gouvernement a donc intérêt, faute de mieux, à investir dans les Diables rouges. Laurette l’a compris avant lui. Sauf que le rouge fait tache tant pour Michel Uno que pour Bart 1er.   Alors,  Diables bleus ou Jaunes et Noirs ? Wachten en zien…

www.berenboom.com

 

LES DIABLES PRESQU’ A POINT

Fallait-il vraiment annoncer la réforme des pensions juste au moment où les Diables rouges entamaient leur coupe du monde  ? Et l’on s’étonne qu’ils aient paru si déconcentrés lors de leur premier match contre l’Algérie  ?
Avec le nouveau et diabolique système à points, que recevront les pauvres Diables à l’heure de la retraite  ? Un point égale une année. Si un fonctionnaire des postes (ça existe encore  ?) peut espérer rester quarante ans au moins à son poste, si un dentiste peut arracher des dents jusqu’à la fin de sa vie, même placé dans une seniorie, pour un sportif, calculer sa retraite par rapport au nombre d’années d’activités, c’est le condamner à vivre ses dernières années comme un SDF. Vous rendez-vous compte du choc dans les vestiaires juste avant de descendre sur le terrain quand Marc Wilmots leur a lu le rapport des experts  ?
Puisque je ne suis pas le seul à protester contre ces propositions, profitons du débat que le parlement tout frais va entamer dès qu’on aura eu l’idée de le réunir pour sophistiquer le système.
Si le mécanisme des points est confirmé, pourquoi le lier seulement au nombre d’années de boulot  ? De l’imagination, que diable  ! La valeur du point devrait être fonction du travail exercé par le pensionné. Pour un footballeur, elle serait calculée, par exemple, sur base du nombre de goals marqués dans sa carrière  ; pour le gardien, on retiendra le nombre de goals qu’il a réussi à arrêter. Le dentiste, selon le nombre de dents qu’il a arrachées (un demi-point pour les dents de lait pour limiter les abus). Le juge, selon le nombre de délinquants qu’il a envoyés en taule. L’écrivain sur le tirage de ses livres. Pour le journaliste, on retiendra le nombre de clics sur ses articles. Et pour les tricoteuses, un point à l’endroit, un point à l’envers. Où ça les mènera les pauvres  ?
On pourra aussi s’inspirer du permis de conduire à points pour pénaliser un certain nombre de retraités qui ne méritent vraiment pas de terminer leur vie aux frais du contribuable. Lorsque M. Mittal se présentera à l’office des pensions, on lui fera remarquer que la fermeture brutale de ses usines lui a suffisamment rempli les poches pour lui faire perdre l’ensemble des points auxquels il avait droit. Même traitement pour Maurice. Lippens et les autres dirigeants de la Fortis. On pourrait également suggérer dans la foulée un système de pensions à points négatifs. Qui obligerait certains à verser au fond des pensions, une pension négative en fonction du nombre de travailleurs qu’ils ont mis à la porte.
Pour les pensions, c’est comme pour le football, tout vient à point à qui sait attendre.

www.berenboom.com