BONS BAISERS DE RUSSIE

  La Russie vient de couper les ponts avec l’Otan. Un bête geste de dépit après le retrait par l’Alliance des accréditations de huit représentants russes. J’ai failli écrire soviétiques. Mais non, à l’époque de la guerre froide, jamais les Occidentaux n’auraient réussi à mettre la main d’un coup sur huit espions venus du froid. 

Que se passe-t-il à Moscou ? Leurs meilleurs artisans ont-ils perdu la main ? Ont-ils mis à la retraite tous les brillants instructeurs du KGB ou du GRU qui préparaient les coups tordus, qui imaginaient les intrigues sophistiquées et improbables, qui lançaient les plus perverses espionnes pour séduire les candides diplomates envoyés de l‘autre côté du rideau de fer ? Ou ce sont les candidats espions qui sont tous nuls ? On dirait que ce bon vieux James Bond ne fait plus rêver. Ils préfèrent aujourd’hui devenir agents de sécurité d’un oligarque avant de prendre sa place. John Le Carré est parti à temps. Il n’aurait pas supporté de voir une intrigue aussi pauvre alors qu’à l’époque la réalité dépassait toujours la fiction. Décidément, tout fout le camp !  

Petit rappel pour nos amis russes (ce sont nos amis maintenant, c’est peut-être là que le bât blesse et l’origine de la confusion.) Un espion, ça se forme lentement, pendant des années. Quand il était prêt, on l’envoyait ou plutôt il s’installait dans un pays occidental, par exemple en France. Là, il prenait l’apparence d’un Français moyen modèle rêvé par Eric Zemmour. Avec un prénom-bien-de-chez-nous, les photos de ses grands-parents devant la petite église du village de l’Yonne, dont ils n’ont jamais bougé, glissées dans son portefeuille et une carte de supporter de l’AJ Auxerre bien en évidence sur son pare-brise. A la fête des voisins, il tenait des discours sur les immigrés (en dénonçant ceux qui viennent manger le caviar des Français, oui, il y avait parfois un défaut dans la cuirasse). Il se mêlait aux gilets jaunes en les poussant à forcer la porte des bâtiments dans lesquels il voulait pénétrer pour percer leurs secrets. 

Fini tout ça ? Vraiment ? A moins que les Russes ne soient plus machiavéliques qu’on ne le croit, qu’ils laissent nos services de contre-espionnage triompher facilement en laissant expulser huit pauvres types qui ne sont que des leurres pendant que les vraies pros, continuent leur travail de taupe, déguisés en Franchouillards au front de plus en plus bas et de plus en plus national. Mais attention, si on se met à les arrêter, il ne restera plus grand-monde dans les meetings de Zemmour. Et notre faux Français de souche se prétendra victime des services de contre-espionnage de l’OTAN qui tenterait ainsi de casser son irrésistible ascension… 

Il est bien difficile d’être patriote de nos jours. 

www.berenboom.com

LA FUREUR DE VIVRE

   Le gouvernement vivaldien a réussi à serrer les rangs de son équipe hétéroclite en fêtant la rentrée politique avec une décision audacieuse : la fin des maladies de longue durée. On le sait depuis la nuit des temps, la meilleure façon de souder le peuple autour de ses dirigeants est de lui trouver un ennemi extérieur. Les malades, quel excellent bouc-émissaire ! D’autant qu’ils sont généralement trop faibles pour réagir. Comme le disait Machiavel, vaut mieux s’attaquer à moins fort que soi. De préférence malade et au lit. 

D’ailleurs, le coup semble sur le point de réussir. Depuis l’annonce du Premier cette semaine à la tribune de la Chambre, c’est la panique dans le monde des microbes, virus et autres crasses. Leurs représentants songent très sérieusement à faire appel aux instances internationales, à l’ONU même, pour s’opposer à cette hécatombe, ce crime de masse, ce génocide programmé. 

Dire que M. De Croo a osé se vanter cyniquement du succès de sa lutte contre le corona juste avant d’annoncer que les malades n’avaient qu’à bien se tenir. Cette campagne de lutte contre la covid, cette vaccination en masse, on le comprend à présent, n’avait servi que de banc d’essai à une agression autrement plus large contre toutes les espèces de maladies.

Restait la question pratique. Comment remettre les malades de longue durée au travail ? Les convaincre que leurs bobos sont terminés, que les agents infectieux qui les empêchaient de retourner au boulot sont éliminés ? 

Ce sera difficile si les médecins continuent à leur refiler des certificats, s’ils prétendent souffrir de maux divers qui les empêchent de se déplacer, de faire le job, qu’ils se sentent incapables de discuter vaccins, foot, sexe et vacances avec leurs collègues plus vaillants à la machine à café. 

Les ministres ont longtemps planché sur la question. Il a fallu plusieurs nuits d’insomnie, des claquements de porte, mais l’effort a finalement payé. Et lorsque la solution est apparue, elle a semblé à tous aussi lumineuse que les premiers rayons du soleil au lever d’un jour d’automne. Une loi. Il suffit d’une loi pour interdire les maladies de longue durée. Quelle idée géniale ! Aussi simple que l’œuf de Colomb. Décidément, l’imagination est au pouvoir dans l’hepta-gouvernement multicolore.   

D’autant qu’on devine la suite. S’il n’y a plus de malades, à quoi bon encore des médecins, des infirmières, des ambulanciers, des hôpitaux, des pharmacies ? Fini aussi la sécurité sociale qui nous coûte les yeux de la tête. Dans la foulée, ne devrait-on pas supprimer également la mort ? Car si les maladies ont disparu, à quoi pourrait-on encore succomber ? 

www.berenboom.com

RULE, BRITANNIA !

  Dans un de ses meilleurs sketches, Fernand Raynaud se met dans la peau d’un douanier qui n’aime pas les étrangers. Il ne cesse de harceler l’étranger qui s’est installé au village jusqu’à ce que lui et sa famille, dégoûtés, filent ailleurs. Depuis, plus moyen de trouver du pain. C’était le boulanger du village. 

Boris Johnson ne connaît sans doute pas Fernand Raynaud, dommage pour lui – il aurait pu lui piquer quelques autres gags. Et il se serait surtout montré plus attentif aux conséquences de ce Brexit lancé dans un geste emphatique de fierté et d’orgueil nationalistes (« Rule, Britannia ! ») mais parfaitement indifférent à ses conséquences pratiques. Genre l’intendance suivra…

Ces conséquences, les Britanniques commencent peu à peu à les découvrir : fermeture progressive des stations d’essence, difficultés d’approvisionnement, tensions avec l’Irlande. Faute de chauffeurs et de carburant, les camions restent au dépôt, les chauffeurs polonais ou roumains sont partis travailler sur le continent. Les boulangers suivront bientôt le mouvement…

Faute d’essence, la reine elle-même a été obligée de laisser sa Rolls au garage et de faire dépoussiérer son vieux carrosse pour aller faire ses courses. En croisant les doigts pour que les chevaux qui le tirent soient tous de sang anglais.

Si le tonitruant Boris Johnson ne connaissait pas l’humoriste français des années cinquante, il a pourtant dû lire sa compatriote Daphné du Maurier. Dans un de ses derniers romans (« Rule, Britannia », bizarrement traduit sous le titre « Mad »), la brillantissime romancière imagine que la Grande-Bretagne vient de quitter l’Union européenne (le roman date de 1971). S’ensuivent des pénuries de carburant et d’approvisionnement. Le pays exsangue fait appel au grand frère américain qui envahit brutalement l’ancienne puissance coloniale, sans plus d’égard pour sa population qu’il n’en a eu lors de quelques expéditions précédentes des boys (le roman a été écrit à la fin de la guerre du Vietnam) …  

Quand on voit le rapprochement militaire récent des Anglais et des Américains avec les Australiens, on se dit que Daphné du Maurier a décidément fait preuve d’une étonnante clairvoyance !  

Si l’Ecosse dégoûtée quitte à son tour l’empire suivi du Pays de Galles puis des Cornouailles, restera à Boris Johnson de se faire élire président de Pimlico pour éviter que ce célèbre quartier de la cité de Westminster à Londres ne proclame à son tour son indépendance, comme il l’a fait dans une excellente comédie britannique jadis (« Passeport pour Pimlico » de Henry Cornelius), à l’époque où les Anglais préféraient l’humour à la politique…

www.berenboom.com

ET AVEC CA, EMBALLAGE CADEAU ?

  Dans le monde politique flamand, certains ne comprennent pas que les dirigeants wallons fassent la fine bouche devant la proposition de leur ministre-président d’accorder un prêt à la Wallonie pour tamponner les ravages des inondations.

Un prêt, quelques liasses de billets, qui traînaient sous le matelas et qu’il faudra rembourser plus tard ? La proposition du gouvernement flamand est un peu misérable alors que des citoyens flamands ont montré l’exemple d’une vraie solidarité en donnant leur temps, leurs camions, leur énergie à aider immédiatement les sinistrés dans la détresse.   

Vraiment, il aurait pu faire beaucoup mieux, M. Jambon. Plus généreux, plus fort. Donner plutôt que prêter. Donner quoi ?

La Tour de l’Yser, par exemple. Qui pourrait être démontée pierre par pierre et rebâtie à la place du signal de Botrange, façon de hausser le sommet de la Belgique à 750 m au lieu des bêtes 700 mètres actuels. La tour est moche, c’est entendu, mais en cas d’inondation, quel remarquable abri pour ceux qui auront la bonne idée de s’y réfugier. De plus, ce déménagement entraînera un afflux de nouveaux touristes flamands dans les Fagnes. Tout en débarrassant Dixmude de cet encombrant tas de briques sinistres qui seront remplacées avantageusement par de rutilantes villas quatre façades.

Dans la foulée, la Flandre pourrait aussi refiler à la Wallonie quelques fans du pèlerinage de l’Yser, Tom Van Grieken, le capo du Vlaams Belang, et son compère Dries Van Langenhoven, le duce du mouvement Schild en Vrienden. Ça ne coûtera pas grand-chose à la Flandre, inondée sous le nombre de politicards d’extrême droite, alors que la Wallonie ne parvient pas à en faire pousser un seul – même Zemmour a renoncé à immigrer chez nous. 

Si le sacrifice est trop lourd, la Wallonie se contentera de quelques jolies cabines de plage à installer près des retenues d’eau de nos barrages et que pourront occuper les guetteurs que le gouvernement wallon va recruter pour prévenir les prochaines catastrophes (c’est la meilleure suggestion à retenir des commissions d’enquête sur les inondations).  

La Flandre pourrait aussi proposer à la Wallonie d’accueillir quelques-uns de ses nombreux et brillants artistes, Bart Moeyaert (aïe ! il vit déjà dans le Hainaut), Jan Fabre (heu, c’est un peu touchy), Peter Aspe (flûte ! cet excellent auteur policier vient de nous quitter), Tom Lanoye (on ne le fera pas quitter l’Afrique du sud), Anne Teresa De Kersmaeker (difficile, elle est citoyenne du monde, comme le magnifique poète et romancier Stefan Hertmans.) 

Reste à proposer que le port d’Ostende soit rattaché à la Wallonie, l’autoroute E 40 servant de corridor, mais le précédent de la ville libre de Dantzig entre les deux guerres ne rend pas le projet très excitant…

Et si la Wallonie et la Flandre formaient un état appelé la Belgique, ce ne serait pas une bonne idée ?

www.berenboom.com

MUTTI & MUTTI

 Ma chère tante Herta avait imposé à son mari la présence de sa mère. On l’appelait tous Mutti. Je ne lui ai jamais connu d’autre nom. C’était une espèce de sergent-major de l’empereur Guillaume II, fière d’être prussienne (« Nous ne sommes pas Allemands, répétait-elle à sa fille, nous sommes Prussiens. Comporte-toi en conséquence »).

Elle a tenu ma tante Herta et son pauvre mari Harry sous sa coupe jusqu’à sa mort. Aussi loin que je m’en souvienne, elle a toujours eu l’air d’une farouche centenaire. Elle me terrorisait autant que sa fille et son gendre, pourtant un dur-à-cuire. 

Je croyais Mutti définitivement morte, enterrée et oubliée quand est apparue Angela Merkel.

La première fois que j’ai entendu un journaliste l’appeler Mutti, je suis tombé de ma chaise. Oh, non ! La revoilà ! Pauvre Allemagne ! N’a-t-elle pas déjà assez payé ? 

Une mauvaise nouvelle ne venant jamais seule, voilà-t-il pas que je découvre que sa mère vient de Prusse. 

Peu à peu sont apparues les différences entre Angela et ma Mutti, toute d’un bloc (de l’est). Angela a rapidement appris à voir le monde en double, à accepter le noir et le blanc en même temps, à gérer les inconciliables. Elle a été élevée dans un des pires régimes communistes d’Europe mais son père était pasteur protestant. Formée dans le moule des rouges, elle a pris la direction du parti conservateur à l’ouest. Spécialisée en physique et chimie, elle est devenue chercheuse en chimie quantique, qui suppose qu’on peut connaître deux états en même temps (théorie illustrée par le chat de Schrödinger mort et vivant à la fois selon la façon dont on observe la pauvre bête). 

Tout ça a fait de la nouvelle Mutti la plus raffinée des personnages politiques européens, la plus civilisée. Sans cesse réélue depuis 1990 et à la chancellerie depuis 2005. Ce qui prouve que quand on voit double, on a deux fois plus d’électeurs…     

Car son admirable schizophrénie lui a permis de rester à la tête d’un parti dont les électeurs se méfient des étrangers (pour le dire gentiment) tout en accueillant un million de réfugiés du Moyen Orient en 2015 pendant que le président français, qui n’a que les mots de droits de l’homme à la bouche, a fermé les yeux et les frontières sur cette catastrophe humanitaire (la France a accueilli 7.000 réfugiés syriens et irakiens cette année-là). 

Angela Merkel aura donné un visage à l’Europe, montré ce que peut être la civilisation européenne au-delà de la mosaïque contradictoire et pusillanime des pays de l’Union et de la bureaucratie étouffante et stérile de ses institutions.

Que va faire Mutti de sa nouvelle vie ? Même si le russe est sa seconde langue, on la voit mal devenir, comme G. Schröder, le laquais de Poutine. Retour à la chimie ? Pour nous concocter un strudel inédit qui, selon l’endroit où on le dévore, aurait en même temps le goût du nord et du sud et les épices de l’ouest et de l’est ?  

www.berenboom.com   

QUE FAIT LE GIEC LE DIMANCHE SANS AUTO ?

Le dimanche sans auto, c’est celui où seuls les véhicules prioritaires sont autorisés à écraser cyclistes et piétons, celui où l’on voit une fois par an des deux-roues s’arrêter aux feux rouges, c’est aussi le jour où les piétons se font engueuler par les cyclistes lorsqu’ils osent descendre des trottoirs et se promener sur le macadam. Comme quoi, même quand les autos ont disparu, il y a toujours quelqu’un qui prétend être le roi de l’asphalte. 

Le dimanche sans auto c’est le jour béni où les voleurs s’en donnent à cœur joie à rafler les deux roues rangées devant les églises à l’heure de la messe. Vu le nombre, le Seigneur n’a pas promis de les remplacer. Loué soit-il néanmoins.

C’est aussi le seul jour où les cyclistes ont intérêt à rouler masqués vu la foule qui se presse pour défiler dans les rues du centre de la ville. Impossible de respecter les distances quand on est entouré de tant de maladroits qui tiennent avec peine sur leurs bécanes, vu qu’ils ne les sortent qu’une fois par an.      

Le dimanche sans auto, c’est le jour où l’on a bonne conscience d’avoir milité contre le changement climatique, ce qui permet de reprendre son SUV le lundi matin pour une fois le cœur léger avec l’impression d’avoir permis de sauvegarder la planète car on n’a pas sorti la bagnole du garage, pas comme les voisins qui se sont enfuis à la mer ou dans le Ardennes dès potron-minet pour affirmer leur liberté. Ah ! Cette chère liberté sacrée, très à la mode ces temps-ci, tout le monde l’exhibe comme un drapeau, la liberté de ne pas se faire vacciner, de ne pas devoir montrer de covid-pass, de ne pas porter de masque, de ne pas être privé de son tacot…

Le soir, quand les barrières qui emmurent Bruxelles sont levées et que l’on retrouve le parfum rassurant du diesel et de l’essence, j’en connais qui sont si fiers d’avoir respecté la consigne qu’ils sont sincèrement persuadés d’avoir sauvé la planète. Et ils s’étonnent que les rapports si touffus du GIEC ne contiennent pas une ligne pour saluer leur courage et que les conclusions des experts annonçant l’apocalypse n’ont pas été rectifiées pour tenir compte de leurs efforts. 

S’ils ont été si gentils avec la nature ce dimanche-là, ils attendent que la nature soit aussi gentille avec eux. Donnant-donnant. Sinon, pourquoi tant de sacrifices ? 

Quelle déception si la semaine suivante, la nature furieuse remet ça, inondations, incendies, etc. Non, ce n’est pas possible que le destin ne nous envoie pas un signal pour saluer l’héroïsme dont nous avons fait preuve en sortant dimanche la petite reine plutôt que notre char à bœufs. 

Mais, face au destin, c’est comme face à Dieu. On a l’impression qu’il joue aux dés avec nous. 

Comme le dit un proverbe vietnamien « Le destin est aussi généreux pour l’homme que la mangouste l’est pour la souris »…  

www.berenboom.com

PASS OU IMPASSE

Vax ou anti-vax ? Le gouvernement bruxellois, comme d’habitude, ne se prononce pas. Il est aux abonnés vaxsents. 

Donc, faute d’avoir réussi à piquer tous ses citoyens et citoyennes, il a choisi la solution du désespoir, le pass, le papier, la paperasse. Transformant le personnel des restaus et des bistrots, des cinémas et des discothèques en autant de flics. 

L’idée de les autoriser à passer les menottes aux clients récalcitrants ou distraits qui tentent de forcer la porte de leurs établissements sans le précieux sésame est encore à l’étude. Sur le modèle des lois canadiennes ou américaines qui autorisent chaque citoyen témoin d’un délit à procéder lui-même à l’arrestation du criminel. 

Mais le diable est dans les détails. Ce qu’a négligé le président Vervoort (Rudi pour les dames), encore tout surpris d’avoir réussi à faire adopter une décision par son gouvernement hétéroclite et parti faire la sieste après un tel effort. 

D’abord, il y a les Flamands. Eux qui sont si fiers d’être vaccinés à 90 %, trouvent humiliants de devoir exhiber leur pass-partout. On va donc les exempter pour éviter une guerre communautaire. Mais comment distinguer un Flamand d’un autre quidam ? Depuis la bataille des éperons d’or, tout le monde a appris à l’école à prononcer « schild en vriend ».

Les fonctionnaires européens considèrent que la réglementation bruxelloise ne les concerne pas. Ils sont « extra-bruxellois ». Itou pour les diplomates étrangers. Le personnel hospitalier et de soins affirme qu’il a déjà subi assez de restrictions et fourni assez d’efforts. Les policiers aussi. Comme les caissières des grandes surfaces qui n’ont jamais arrêté le travail. Et les profs, les taximen, les porteurs de repas, les allumeurs de réverbères, les vendeurs de parapluie et les employés du gaz. 

   Quelques bourgmestres ont montré leur mécontentement de découvrir cette mesure prise par le gouvernement régional sans concertation. Et l’autonomie communale, vous en faites quoi ? Le pass, d’accord. Mais à condition qu’il soit délivré par l’administration communale. Ce qui obligerait le citoyen à emporter le pass européen, celui de la région et les dix-neuf pass communaux pour circuler dans la capitale.

On devine le casse-tête pour les conducteurs de tram, obligés d’arrêter leur véhicule en quittant une commune pour vérifier si tous ses passagers sont autorisés à entrer sur le territoire voisin. 

Dans certains endroits, la résistance s’organise comme à l’époque de la prohibition aux Etats-Unis. On voit déjà s’ouvrir des gargotes clandestines où l’on sert de l’américain-frites et de la gueuze grenadine sans le moindre code-barre. Des adresses que l’on se refile discrètement, où l’on ne pénètre qu’en prononçant le mot de passe. Hier, c’était « Johnson & Johnson ». Aujourd’hui, « Jansen en Janssen ». Bon appétit ! 

www.berenboom.com   

COMMENT CA MARCHE LE XXI ème SIECLE ?

  La rentrée est difficile pour le gouvernement wallon après l’été calamiteux des inondations et du covid. Mais celle des talibans est bien pire, y songez-vous ? Eux qui ne peuvent même pas faire appel au gouvernement fédéral et au gouvernement flamand pour leur donner un petit coup de main. A personne à l’heure actuelle. Même leurs anciens alliés regardent ailleurs.   

Certes, les talibans ont réussi à envahir l’Afghanistan en deux coups de cuiller à pot. Mais, après cinquante ans de guerre, si les extra-terrestres avaient débarqué à Kandahar, Mazar-e-Charif ou Kaboul, ils seraient eux aussi entrés comme dans du beurre et auraient été accueillis avec la même résignation et la même apathie par une population épuisée par un demi-siècle d’invasions étrangères avec son flot de corruption et d’absence de gouvernance. 

Mais, depuis qu’ils occupent les immeubles, les tapis et les allées du pouvoir, ils sont drôlement embêtés les talibans. Car tous ceux qui se sont enfuis, fonctionnaires, techniciens, experts, diplômés en tout genre, sont partis sans leur laisser le moindre mode d’emploi même des aspirateurs. 

 Pour agiter leurs armes et grommeler quelques sourates du Coran, les talibans sont parfaits mais pour le reste, aussi perdus que moi devant une boîte de lego. Et l’application Itsme, je ne vous dis pas. 

  Dès qu’ils ont « récupéré » l’aéroport de la capitale, ils se sont rendus compte de l’immensité de la tâche. Le Coran a tout prévu sauf comment faire décoller et atterrir un avion. Encore moins à le réparer. Sacrés imams qui leur ont fourré dans la tête que tout est dans Le Livre ! Encore raté ! A peine ont-ils chassé les mécréants de leurs terres qu’ils sont obligés de les supplier de revenir. A coup de dollars. Même ceux et celles (ô horreur) qui connaissent le fonctionnement des caisses des boutiques Duty Free au fond du grand hall. Et du tableau d’affichage des vols en permanente mise à jour. Afficher un verset du livre sacré permet de s’envoler vers le ciel, pas d’embarquer pour Oman ou Bruxelles. Or, ils ont beau supplier le Très-Haut, c’est silence radio (d’ailleurs le mode d’emploi de la radio a lui aussi disparu.)

L’eau, l’électricité, les feux rouges, l’informatique de la police, de l’administration, de l’armée, tout va être à l’arrêt jusqu’à ce que des spécialistes étrangers acceptent de s’en occuper. A moins qu’ils ne puissent le faire par télétravail depuis Dinant ou Virton, ce qui réglerait deux problèmes en même temps, le fonctionnement de l’administration afghane et le redressement économique de la Wallonie. Pour le payement, pas de souci. Car, comme le dit la sourate 17 : « Nous accordons abondamment à tous. Et les dons de ton Seigneur ne sont refusés à personne. » (Une sourate qu’appliquait déjà l’administration américaine…)

  www.berenboom.com

OSEZ JOSEPHINE

   D’accord, on a connu des étés plus roses, moins maladifs, plus secs et moins politiquement affreux, mais, avec la fin de ces vacances pourries accompagné de ses nécros glaçantes, tout commence peut-être à changer. Cette fois, au lieu de se lamenter, on va danser avec la mort, grâce à l’arrivée de Joséphine Baker au Panthéon (« Entre ici, Joséphine… ! ») 

La princesse TamTam aurait peut-être préféré reposer au soleil sous un beau bananier. Elle risque de ne pas beaucoup rigoler au milieu de ce paquet de vieilles barbes. Mais elle se consolera dans les bras d’Alexandre Dumas qui lui racontera des histoires sans fin, écrites par ses « nègres », ou avec Zola, qui avait aussi la langue bien pendue et souvent ricanante. Elle aura également des choses à partager avec Félix Eboué, gouverneur du Tchad en 1940 (et premier Noir à cette fonction) qui rallia le général de Gaulle dès l’appel du 18 juin, libérant ainsi le premier territoire de la France libre. 

En revanche, pas un seul jazzman pour accompagner son blues. Même pas un musicien. Mais bon, quand elle était déchaînée, elle valait un orchestre à elle toute seule. Qui incarnait mieux qu’elle la liberté ? Car elle a tout osé, Joséphine, la liberté sexuelle, celle des mœurs, des femmes, des Noirs, des immigrés, du combat contre le fascisme. Elle a lutté contre les Allemands, défié leurs espions et défilé aux côtés de Martin Luther King. 

Dans cette époque qui a l’air d’avoir perdu ses repères, d’avoir laissé tomber les bras, voilà qu’elle nous rappelle soudain la valeur, l’importance de se battre. 

Tout ça a une autre allure que le soi-disant combat pour les femmes, mené au même moment par l’inénarrable secrétaire d’état de Bruxelles, Pascal Smets. Qui a pris la décision ô combien audacieuse de remplacer les Journées du Patrimoine par les Heritage Days (en anglais de cuisine). Lorsqu’il a découvert que le « pater » du mot était d’origine mâle, son sang révolutionnaire, politiquement correct, féministe et égalitaire n’a fait qu’un tour. 

A moins que, parlant d’héritage, on se soit trompé ? Que notre homme politique a voulu sexualiser, en utilisant le mot « héritage », les sages journées des 18 et 19 septembre prochain. En faisant référence à ce que Goncourt écrivait de Victor Hugo (autre pensionnaire du Panthéon), parlant de « ses folies pour les femmes, de l’héritage d’érotisme qu’il tient de son grand-père et de son père ». Ce qui nous ramène d’une façon un peu tordue à notre sublime artiste franco-américaine. Tel serait le lien entre Joséphine Baker et Pascal Smets ? Entre Paris et Bruxelles ? 

On peut aussi se dire que Macron célèbre la femme avec Joséphine Baker et le gouvernement bruxellois avec l’effacement du patrimoine…  On a les combats féministes qu’on peut.  

www.berenboom.com 

21 COMME SI ON Y ETAIT

  21 a commencé dans une joyeuse effervescence avec l’installation du président Biden (et de la vice-présidente Kamala Harris) et la mise à feu de la campagne de vaccination.

Deux fléaux allaient disparaître en même temps, la covid 19 et le président Trump.

Las ! Six mois plus tard, l’avenir reste plus flou qu’on ne l’espérait. Malgré une organisation remarquable, en tout cas en Belgique, la vaccination n’a pas réussi à éliminer l’angoisse du virusissime et de ses vilains variants (sales gosses, va !) Pendant ce temps, voilà que Trump pointe à nouveau le bout du nez. Façon de lancer un nouvel épisode de Retour vers le futur. 

On espérait pourtant beaucoup de 21, un chiffre magique aux Etats-Unis, l’âge où l’on peut acheter une arme à feu, des munitions et consommer de l’alcool. C’est aussi le vingt et unième amendement de la Constitution qui a aboli la prohibition de l’alcool. Santé à tous et toutes !

Mais aucun savant, même pas le professeur Raoult, n’a réussi jusqu’ici à établir un lien entre la consommation de boissons alcoolisées et la disparition du virus. Désolé pour les supporters de football… 

Autre bégaiement. On s’attendait à célébrer à l’occasion de Pâques puis des grandes vacances la fin de la pandémie. Mais la fiesta reste en pointillé. On remettra une fois de plus la libération à plus tard. Comment faire alors si on veut à tout prix éviter Blankenberge et Durbuy et passer les frontières ? On improvisera jour après jour et on zigzaguera entre zones oranges devenant brusquement rouges pour se diriger vers une zone blanche en évitant un cluster intermédiaire. Un jeu de pistes qui constituera une excellente animation pour les enfants, chargés de garder en permanence l’œil sur la carte d’Europe du site des Affaires étrangères (dès qu’on leur donne un écran, ils sont contents). « A gauche, papa, à gauche. Faut éviter Metz, en train de basculer en zone interdite, et faire le détour par Vichy ! » Puis prendre le maquis pour ne pas foncer droit dans une zone contaminée… Qu’est-ce qu’on va s’amuser cet été sur les routes ! 

PS : n’oubliez pas les livres dans votre trousse de secours. Deux excellents romans policiers à dévorer dans votre refuge : « Terra Alta » de Javier Cercas. Une enquête dans les terres arides de Catalogne par un des meilleurs écrivains espagnols, qui a rendu la mémoire de la guerre civile. Dans un autre genre, la délicieuse série de Nadine Monfils (deux titres parus) qui envoie surréalistiquement René et Georgette Magritte enquêter d’abord à Bruxelles puis à Knokke dans une Belgique ancienne imaginaire mais poétique et drôle. Et un faux polar, « Au soleil, la nuit ». L’histoire d’une jeune prof à la fin des sixties qui part en rando dans le grand Nord, où elle disparaît… Très beau récit de Rose-Marie François. 

www.berenboom.com