LA BELLE DAME AUX YEUX BANDES

   Jusqu’ici, la Russie avait une méthode simple pour se débarrasser des encombrants. Ils se jetaient par la fenêtre de leurs balcons, tombaient avec leur avion, se faisaient abattre par des voyous maladroits ou dérapaient sur le sol gelé. On ne compte plus les oligarques, anciens alliés ou collaborateurs du prince du Kremlin, à avoir été ainsi proprement éliminés. Sans compter évidemment ses opposants. Mais cette méthode expéditive n’a qu’un temps. Ce qui pouvait relever du malheureux hasard ou de la bête coïncidence finit par être difficile à justifier devant une opinion publique qu’il faut faire semblant de ménager. 

 Poutine s’est alors souvenu que la justice était le meilleur allié des autocrates. L’opinion publique garde un respect quasi sacré de la belle dame aux yeux bandés. 

La Justice reste le dernier recours contre l’arbitraire, telle est la conviction de beaucoup de citoyens y compris dans les régimes inhumains. Où les juges ressemblent à leurs collègues démocrates, même apparat, mêmes robes, mêmes apparences d’impartialité, écoutant avec la même attention le procureur qui poursuit et l’avocat qui défend les accusés. A la lecture des jugements, motivés, on pourrait croire que les magistrats ont pris leurs décisions en toute liberté. Dans toutes les dictatures, la plupart des juges ont l’air de respecter le cérémonial, font semblant de juger mais se plient aux ordres du pouvoir, parfois même par conviction. Les terribles procès de Moscou menés sous Staline pour éliminer tous ses anciens collègues ont certainement inspiré Poutine. 

  Le mieux c’est de voir des magistrats auparavant honorables jouer le jeu que les dictateurs attendent d’eux. Dans une enquête publiée la semaine dernière, le quotidien « Le Monde » vient d’évoquer le rôle sinistre du Conseil d’Etat français pendant la guerre dans l’élimination des Juifs des fonctions qu’ils exerçaient. La plupart des conseillers qui ont exécuté le nettoyage que les collabos attendaient d’eux siégeaient déjà avant la guerre et plusieurs ont conservé leur fauteuil après la libération. 

 On comprend donc que Poutine ait laissé aux juges en toute confiance le soin d’éliminer Alexeï Navalny, ce qui s’est révélé bien plus efficace que les tentatives d’empoisonnement. 

 Cette fois, la Russie a ouvert une procédure pénale contre plusieurs ministres baltes, dont la première ministre d’Estonie, Kaja Kallas. La Kallas qui n’a cessé de dénoncer de sa voix d’or les abus commis par Vladimir Vladimirovitch qu’elle a qualifié de terroriste. Le prétexte des poursuites ? La destruction de plusieurs monuments érigés sous le régime communiste à la gloire de l’armée rouge. 

  C’est une bonne idée, ça. Poursuivre Poutine pour la destruction des villes ukrainiennes, dont plusieurs ont aussi été construites par les vaillants travailleurs russes… 

www.berenboom.com 

IMPLANT : UN BON PLAN ? 

 En ces jours tourmentés, les Européens ne savent plus où tourner la tête pour manœuvrer au milieu des tempêtes vu que personne ne sait où on a rangé la boussole. Cherche capitaine désespérément. Macron a perdu le nord. Meloni n’a pas séduit le sud. Geert Wilders a prouvé que crier n’importe quoi ne suffit pas à faire avancer le bateau. Alors, vers quelle nouvelle idole se tourner pour éviter de se noyer d’autant que l’approche des élections européennes provoque la fièvre dans les troupeaux ? 

Elon Musk serait-il l’oiseau rare ? Aurait-il déniché la pierre philosophale ? Une pierre directement implantée dans les cerveaux.  

Laissons à l’enfant prodige sud-africain, entre autres trouvailles impressionnantes, le talent de transformer ses échecs en autant de triomphes. Ainsi, la célébration bruyante avec paillettes du départ de la fusée Starship a réussi à occulter le fait qu’elle a explosé quelques secondes après son décollage. 

Une aussi belle réussite que l’achat du réseau Twitter (pour plus de quarante milliards de dollars) devenu le terrain de chasse des fous, menteurs et conspirationnistes. Autant de faits d’armes qui pourrait inspirer les politiciens belges en mal de coups d’éclat et de sex-appeal. 

Son dernier gadget, un implant destiné à augmenter considérablement les capacités du cerveau. Au passage, on se demande pourquoi Elon Musk préfère se shooter à la kétamine que de se faire placer un de ses brols dont il est si fier pour secouer ses cellules grises. A moins qu’il ait du mal à imaginer que son cerveau puisse être encore plus performant.  

On ne fera pas l’injure de nommer les politiciens de chez nous pour lesquels au contraire il y a encore de la marge, beaucoup de marge. Mais ce procédé permettra peut-être à la Wallonie de se désembourber enfin. Depuis plus de trente ans, les plans ont succédé aux plans. Sans effet. Peut-être qu’avec un implant, il y en aura un enfin à faire pâlir d’envie les Flamands ? 

Pour la composition des listes électorales aussi, G. L. Bouchez cherche implant. Depuis que Charles Michel a fait exploser son beau château de cartes, il a du mal à en reconstituer un qui ne transforme pas en château de sable. 

Implant aussi pour Paul Magnette lancé dans une campagne électorale où il va démolir ce que son parti a voté depuis quatre ans et demi et promettre qu’une fois réélu il va faire le contraire de ce qu’il a approuvé. 

Côté contradiction insoluble, le PTB n’est pas en reste. Malgré le bagout de Raoul Hedebouw, il doit faire avaler aux électeurs que son parti corrigera toutes les injustices commises par le gouvernement Vivaldi mais qu’en aucun cas, il ne participera au pouvoir pour mettre en œuvre ses promesses. 

Musk, au secours ! A propos, une question à M. Vandenbroucke, placer une puce électronique dans le cerveau est-il remboursé par la sécurité sociale ?

www.berenboom.com

LES FOURCHES ENTRE LES DENTS

  On comprend que les paysans bruxellois soient les seuls de toute l’Europe à ne pas avoir manifesté cette semaine. Cherchez sur les sites officiels de la Région de Bruxelles-Capitale sur lesquels les ministres affichent fièrement leurs bouilles souriantes et leurs innombrables compétences. Aucun ne se vante d’avoir l’agriculture dans son portefeuille. Surtout pas ! Dès lors qu’il n’y a pas de ministre en charge, inutile pour les agriculteurs d’aller manifester sous ses fenêtres !  

Après une enquête policière, j’ai découvert que c’était Alain Maron qui exerçait cette fonction. Ce que son cabinet, tout surpris de la question, a confirmé mais après une ou deux heures d’hésitation. 

On se rappelle pourtant que M. Maron a eu le projet il y a quelque temps d’acheter des terres agricoles en Brabant flamand et wallon. Avec pour but de « préserver la biodiversité et une agriculture locale qui pourrait nourrir une partie de la population bruxelloise ». Devant le tollé, il avait rangé son projet et l’agriculture en général au placard. 

Ce qui lui a évité de voir les paysans qu’il y aurait installé réclamer moins de contraintes écologiques et plus de produits phytosanitaires. 

En France, c’est facile, une seule adresse pour les manifestants, l’hôtel Matignon. Mais chez nous, quel est l’interlocuteur du monde agricole ? Il y a au moins quatre ministres officiellement compétents mais sans compétence réelle puisque l’essentiel de la politique agricole est commun à toute l’Union et géré par la Commission européenne. Aussi responsable du Pacte vert, l’ambitieux dessein de l’Europe en matière d’environnement contesté par une partie des agriculteurs. 

Preuve que les ministres nationaux n’ont guère de levier : ils répètent qu’ils sont d’accord avec les paysans et prêts à adopter toutes les mesures (y compris contradictoires) réclamées par des agriculteurs dont les préoccupations sont souvent antinomiques vu les différences entre eux (petites propriétés-grands domaines industriels, céréaliers-éleveurs). Si nos excellences se montrent si enthousiastes à voter tout ce que les agriculteurs réclament, on peut se demander pourquoi ils ont attendu que les tracteurs descendent dans les rues pour les adopter.  

On peut entendre le ras-le-bol des campagnes, les pressions insupportables des grandes surfaces, la paperasserie, les revenus lamentables de certains. On peut aussi accuser l’avidité des consommateurs qui exigent des prix dérisoires pour tomates et pommes de terre tout en dépensant sans compter pour la tech et la téléphonie. 

Mais il faut se garder de dire oui à toutes les revendications (surtout en matière d’environnement) les yeux fermés. « Une agriculture qui ne peut produire sans détruire porte en elle les germes de sa propre destruction » écrivait Pierre Rabhi.        

www.berenboom.com

JUNIOR, LE ROBOT

   Une étude du CRISP a fait les comptes. Il n’y a jamais eu autant de (petit) fils – et filles – de dans la politique belge depuis l’instauration du suffrage universel. Au hasard, les De Croo, les Michel brothers, Maingain, Clerfayt, Bert Anciaux, Peter Van Rompuy, Patrick Dewael ou Freya Van den Bossche. La reproduction des hommes politiques de la précédente génération est devenue si intense que certains se demandent si elle est d’origine biologique. Y a-t-il un gène de ministre ou de député injecté chez tous ces marmots à la naissance et qui s’empare de leur cerveau, arrivés à l’âge adulte ? 

Quelques chercheurs ont émis une autre hypothèse : plusieurs de ces lardons seraient tout simplement des hologrammes. Thèse discutable à première vue même si parmi eux il y en a une série qui sont manifestement transparents. Mais ils n’apparaissent pas physiquement comme la copie de leur poupa. Heureusement quand on pense à la belle Freya…

D’autres scientifiques ont été plus loin : les fils et filles de auraient été créés par une intelligence artificielle. Les Michel par exemple n’existent qu’en apparence. On peut les toucher, ils ont l’air de manger et de parler comme à peu près les autres êtres humains (même s’ils se montrent parfois anormalement volubiles, un indice). Mais ils seraient fabriqués par une super IA, spécialement consacrée à garnir les bancs des assemblées parlementaires. Les hommes politiques belges sortants de ce moule seraient des produits expérimentaux, mis en vitrine, avant que l’entreprise ne se lance sur le marché mondial (en proposant de petits Trump, mini-Poutine, etc). 

La présence de Mathieu Michel au secrétariat d’état chargé de la Digitalisation est un signe. De son poste, il dispose des moyens de surveiller le parfait fonctionnement des robots familiaux. Et surtout de prévenir les bugs. Mais les machines ne sont pas infaillibles (lui non plus). Ainsi, le départ anticipé de son frère Charles de la présidence du Conseil des Ministres européens pour laisser le fauteuil à Orban résulte sans doute d’une grave erreur technique. BSoD Code 0x00000124 (erreur non corrigible). 

On lui pardonnera. L’IA est encore à ses balbutiements, à sa période d’essai. Les robots enfantés par le père Michel aussi. 

Ce qui est effrayant avec cette théorie c’est que l’IA pourrait aussi ressusciter des morts. Après neuf gouvernements, la Belgique s’est crue enfin été débarrassée de Wilfried Martens. Or, cette invention diabolique peut nous le ramener frais et fringant avec pour perspective cinq, dix, cent nouveaux gouvernements Martens. Et d’autres cauchemars, avec de faux Dehaene ou des Jean Gol rebricolés pour l’éternité. 

Au secours, Mathieu Michel, détruis-nous tout cette ferraille avant que nous ne devenions fous !   

www.berenboom.com

FINI DE RIRE !  

  Voyez la tronche que tire Donald Trump en apprenant sa victoire dans l’Iowa ! Aurait-il été battu par un des autres candidats républicains qui a eu l’audace de se mesurer à lui ? Pire, par une femme, la sémillante Nikki Haley, honte suprême pour Super Mec ? Mais non, Make America etc a fait carton plein. Alors, pourquoi cette tête des mauvais jours ? Les caucus l’ont plébiscité et il se comporte comme s’ils l’avaient trompé…

A sept mille kilomètres de là, à Bruxelles, la secrétaire d’état Nicole de Moor fait aussi la gueule, mais, elle, on la comprend. Les huissiers viennent de saisir ses principaux instruments de travail, la machine à café et le frigo de son ministère vu qu’elle s’est abstenue de verser plus de cent mille euros d’astreintes auxquelles elle a été condamnée. Des jugements qu’elle a aussi superbement ignorés qu’un flambeur de Las Vegas. 

Comment ses fonctionnaires pourront-ils encore imaginer de nouvelles mesures pour empêcher l’asile et la migration et concurrencer la politique prônée par le Vlaams Belang s’ils ne peuvent plus se réunir autour de la machine à café ? Au secours, la Belgique est menacée d’invasion étrangère à cause de la légèreté et de l’inconscience de ces huissiers !

 On peut se demander l’utilité de cette saisie. Que va rapporter la vente publique de ces précieux outils du ministère ? Sauf si la secrétaire d’état a oublié son or au fond du congélateur, les huissiers vont continuer à défiler rue Lambermont pour purger son impressionnante dette. Que leur restera-t-il à emporter ? Quelques exemplaires reliés pleine peau de la Convention des Droits de l’Homme ? Pourquoi pas ? La ministre n’en a manifestement pas d’utilité. 

Pendant ce temps, les êtres humains à qui elle refuse tout asile campent dans la rue. Ombres errantes guettées par le froid, que la neige risque de transformer en fantômes. Lorsqu’ils étaient encore plus ou moins vivants, Madame de Moor leur a refusé un toit. S’ils meurent, va-t-elle leur fournir l’abri d’une tombe ? 

Quelle influence aura sur leur sort la disparition de la machine à café et du frigo de Madame de Moor ? On peine à l’imaginer. Peut-être les huissiers auraient-ils mieux fait de couper le chauffage pour que les petites mains glacées qui aident Madame de Moor commencent à comprendre à quel sort elles ont voué ces hommes perdus, chassés par la guerre ou la dictature, qui espéraient juste un peu de solidarité humaine.  

  Il y a plus d’un point commun entre Trump et de Moor. Notamment le même mépris des décisions de justice. A-t-on jamais vu l’état belge condamné aussi souvent et aussi vainement ? Comment exiger des citoyens qu’ils respectent la loi si leurs dirigeants balaient les jugements comme de la poussière ?  

www.berenboom.com

UK-REINE DU BAL

   Quel rôle va jouer Alexander De Croo à la tête de l’Europe – dont Charles Michel guette les faux pas en ricanant, lui qui se voit déjà califtje à la place du califtje après les prochaines élections ? Depuis qu’il occupe le 16, on a plus admiré notre charmant Alexandre dans l’habit de notaire (comme ses derniers prédécesseurs) que sur le fier destrier de Jeanne d’Arc fonçant sus aux méchants, sabre au clair. Façon sans doute de ne pas se brûler alors qu’il doit composer avec une majorité de toutes les couleurs qui refusent de se mélanger.

   Mais, devenu patron du vieux continent, placé sous les spots et en tête de distribution pour six mois, ne va-t-il pas enfin casser l’armure ? Cesser de jouer les gentils toujours d’accord avec tout le monde ? De l’audace, pour une fois, de l’audace ! 

   Voici une proposition qui bousculerait la routine. De Croo vient de répéter l’importance du soutien à l’Ukraine et sa volonté d’accélérer son intégration dans l’Union. Alors, qu’il y aille franchement, que, dans un geste spectaculaire, il cède à mi-mandat son sceptre au président Zelensky ! 

Le premier Ukrainien devenant président du conseil européen, avouez, ça aurait une fameuse allure. Imaginez la tête de Poutine, qui pensait que son ami Orban va succéder à ce brave De Croo, en voyant sur son écran se dérouler la cérémonie de passation des pouvoirs et son meilleur ennemi adoubé devant les vingt-sept chefs d’état et les députés européens. 

   Je ne vous dis non plus pas la surprise interloquée de ses alliés, Xi Jinping en tête, obligés de recevoir Zelensky en qualité de nouveau chef du conseil européen et devoir composer avec la plus tragique victime de ses amis russes.

   Dans la foulée, on pourrait développer cette proposition au-delà d’un semestre. En organisant des sessions du Parlement européen à Kiev, mieux encore à Odessa ? Avouez, la vue sur la mer Noire aurait une autre allure que sur les embouteillages du tunnel Loi. Cela ne devrait pas trop perturber les élus qui ont déjà l’habitude de voyager, comme jadis les rois fainéants, entre Bruxelles et Strasbourg. 

Autre déplacement recommandé, celui de la FN. Pourquoi prendre tous les risques et dépenser tant de carburant pour transporter sur le champ de bataille nos armes et munitions d’Herstal à Kharkiv alors qu’il suffit de déménager la FN directement sur place ? Les Ukrainiens auraient enfin de quoi répliquer aux bombardements incessants, eux dont les troupes, gelées jusqu’à la moëlle, se trouvent de plus en plus démunies des armes que nous leur avons promises et qui font si cruellement défaut.

Prenons garde à ce qu’écrivait Alexandre Zinoviev : “La tragédie russe a ceci de spécifique que d’abord elle suscite le rire, ensuite l’horreur, et enfin une indifférence obtuse.”

www.berenboom.com          

L’ARCHE DE NOE

  Le déluge dura quarante jours et quarante nuits, nous apprend la Bible. Et Noé de se plaindre ? Alors que nous, ça fait combien de semaines que le ciel nous déverse sur la tête l’eau du bain ? A entendre les bulletins météo, à contempler la montée des eaux, il serait prudent de construire au plus vite une arche pour mettre à l’abri des tempêtes les représentants des races vivantes pour que certaines survivent lorsque les eaux se retireront. Puisque la Belgique prend la tête de l’Europe pour six mois, en voilà un projet mobilisateur !

Reste l’essentiel : comment désigner les élus qui vont échapper à la destruction ? 

Dans l’Ancien Testament, Dieu demande à Noé de choisir sept couples d’animaux purs, d’oiseaux, d’animaux impurs également par couple et vogue la galère. 

Premier obstacle pour Alexandre De Croo, s’il se lance dans l’aventure, comment définir un couple ? Un homme et une femme ? Et les couples homosexuels ? Les autres, on les flanque à l’eau ? On entend d’ici les associations LGBT+… 

Pour les animaux, c’est simple, lion, souris, araignées, cheval, perdreau, mâle et femelle, on en prend deux de chaque et on les embarque. Mais pour les humains, comment faire ? Qui éliminer ? Accueillir à bord un représentant de chaque parti politique existant sur la planète ? Il y en a des centaines en Europe. Et dans le monde, on ne compte plus. Rien qu’en R.D. du Congo, il y en a 910. Ajoutez-y les conjoints. Qui pourrait construire un bateau aussi immense pour emporter tant de passagers ? Alors comment opérer la sélection ? En écartant ceux qui crient le plus ? Il ne restera pas grand monde. Si on élimine Tom Van Grieken, Marine Le Pen et Geert Wilders par exemple, leurs électeurs vont protester et ils sont bien plus nombreux que ceux que je préfèrerais sauver…

On pourrait aussi oublier les simples élus et n’embarquer que les dirigeants. Même si ce sont des dictateurs ? Poutine, Xi Jin Ping… 

Si on se limite aux chefs d’état démocratiquement élus, on embarque Tshisekedi, Erdogan, Orban ? Ainsi que Trump s’il remporte la prochaine présidentielle ? 

On pourrait aussi se contenter des représentants de Dieu, François et l’ayatollah Ali Khamenei. Mais la Bible veut qu’on ne prenne que des couples.  

Avec cette sacrée bande, elle sera chouette l’atmosphère à bord. Surtout que tous ces prétentieux n’ont pas l’habitude partager ni repas ni cabines. Connaissant leur mauvais caractère, ils vont finir par faire passer leurs voisins de table par-dessus bord. Si bien qu’à la fin de la croisière, une fois le déluge apaisé, il ne restera sur terre que les animaux qui auront contemplé en baillant les humains se détruire les uns après les autres. On aimerait contempler le monde serein qu’ils vont reconstruire une fois les humains disparus…    

www.berenboom.com

2023 – THE BEST AND THE BEAST

 Au milieu des tourmentes qui agitent la planète, le père Noël nous a demandé de ne relever dans cette dernière chronique de l’année que les quelques bonnes nouvelles des derniers jours, celles susceptibles de redonner espoir dans un monde meilleur et confiance dans la race humaine. Il y en a, bandes de sceptiques, ne ricanez pas. Quant aux mauvaises, tout est question de point de vue. Il faut parfois les retourner pour retrouver son optimisme.  

Tenez, la réélection il y a quelques jours du président Sissi en Egypte. Plébiscité lors des deux derniers scrutins par plus de 96 % des électeurs, il n’a recueilli cette fois que 89,6 % des voix.  

Ce qui signifie, si la perte de ses partisans se confirme dans ces proportions, que dans 5 élections, Sissi passera sous la barre des 50 %. Dans 30 ans, Sissi ne sera donc plus impératrice.  

Lueur d‘espoir aussi pour les catholiques. Le pape a accordé aux couples gays le droit à une bénédiction particulière. Pas encore la reconnaissance de leur mariage, et surtout pas le baptême de leurs enfants. N’est-ce pas une bonne nouvelle pour les gays que leurs enfants échappent aux nonnes et aux curés ? 

En Russie, seize candidats se présentent à l’élection présidentielle. On le sait, tout est truqué, les urnes déjà bourrées et le président Poutine élu avant même que les électeurs ne défilent dans les isoloirs. Pourquoi est-ce alors une bonne nouvelle ? Parce que d’ici la mi-mars, les quinze autres candidats sont (plus ou moins) assurés de ne pas partager le sort de Evgueni Prigojine, l’ex-patron du groupe Wagner, Question de faire des économies. Poutine veut éviter à chaque élimination d’un de ses (soi-disant) opposants de devoir réimprimer encore et encore les bulletins de vote. Enfin, un effet des sanctions européennes. 

La commission européenne fête bruyamment l’approbation de nouvelles dispositions contre les immigrés. Lesquels seront refoulés aux frontières de l’union et parqués, y compris femmes et enfants, dans des centres fermés situés dans les pays voisins (Lybie, Tunisie, Turquie), toutes terres de vacances qui connaissent donc et respectent les bonnes manières à l’égard des étrangers de passage. 

Les gouvernements européens se félicitent et se frottent les mains, débarrassés du problème. Les associations de défense des droits de l’homme dénoncent et fustigent. Seuls satisfaits, les demandeurs d’asile qui errent en Belgique. Jetés à la rue par la secrétaire d’état Nicole De Moor, malgré les condamnations judiciaires dont elle n’a que faire, ils vont enfin trouver un toit pour eux et leur famille. Un peu loin de Bruxelles, peut-être, mais c’est chauffé.  

Quand on vous disait qu’il y a du bonheur dans l’actualité et sous le sapin… 

www.berenboom.com 

L’UNION FAIT LA FORCE ?

    Quel va être le sort des ministres et députés qui se retrouveront sans mandat en juin prochain ? Si certains reprendront la carrière qu’ils menaient auparavant (avocat, chauffagiste, caissier chez Delhaize), d’autres vont devoir compter sur le salaire de leur compagne ou compagnon pour survivre. Ce jour-là, ils découvriront les bonheurs et les malheurs d’être cohabitants. D’un part, le plaisir d’habiter avec l’être qu’on aime. De l’autre, la catastrophe d’apprendre que ce plaisir est payant. Car, en Belgique, les indemnités de chômage ou autres aides sociales sont rabotées dès que vous couchez dans le même lit. 

Peu à peu, l’ex-ministre ou député et son partenaire vont être tentés de violer la loi que l’ex a peut-être lui-même votée ou refusé d’abroger ! Une loi à laquelle il a jadis juré fidélité. 

Or, comment ne pas être tenté de tricher ? L’ex va raconter aux flics ou aux représentants de la sécurité sociale venus pointer leur nez qu’il n’est plus seulement ex-excellence mais aussi ex de son partenaire. Seule façon de survivre décemment sur le plan économique. 

Il va leur montrer le sofa dans lequel il dort, raconter qu’il mange séparément des autres habitants de la maison – la preuve, lui déteste la cuisine vegan. Finalement, pour éviter tout danger, il va faussement se domicilier ailleurs, chez une autre ex, copine ou députée. 

Mais gare au flic de quartier ! Dont « la taca-taca-taca-tac-tactique, c’est de bien observer sans se faire remarquer, et d’avoir, avant tout, les yeux en face des trous » comme le chantait Bourvil.

Le pandore va jaillir pendant qu’il débarque les courses, ramène les enfants et crac, « contravention, allez, allez, pas de discussion, allez, allez ». 

Pauvre fou, va discuter une loi floue avec le représentant de l’autorité ! 

 J’ai dit « il » mais l’ex est plus souvent « elle ». Bonjour l’égalité entre hommes et femmes dont notre ô mère chérie est si fière. 

 Et que fait l’ex-excellence qui n’a pas d’amoureux ? Privée de ressources depuis que l’électeur l’a vidée de leur fauteuil, elle sera tentée de vivre à l’économie avec quelques amis, d’autres ex aussi déchus qu’elle. Avec le même risque.  

Promis, juré, monsieur l’agent, on ne couche pas ensemble – oubliez le secret de la vie privée, c’est bon pour les riches. Mais il suffit qu’ils logent sous le même toit, même dans des chambres séparées (et fermées à clé la nuit, promis, juré) pour se voir pénalisés. Et se retrouver avec des indemnités en peau de chagrin.

Oubliez aussi, vieil ex, les communautés intergénérationnelles pour fuir la maison de retraite. Mai 68, les hippies, l’utopie de vivre ensemble, c’est loin tout ça. A notre époque, vivre ensemble, ça se paye cash.    

www.berenboom.com 

VOTER UTILE

    Pourquoi pas voter N-VA en Wallonie lors des prochaines élections législatives comme vient de le proposer Bart De Wever ? Certains s’en sont étonné et même moqué. Or, on peut relever plusieurs bonnes raisons pour voter N-VA lorsqu’on est électeur wallon.

   Pour un Flamand qui vit en Wallonie, c’est une façon de faire sauter le corset qui limite la Flandre au petit territoire que lui attribue la Constitution. La Flandre indépendante pourra ainsi s’étendre sur tout le territoire du royaume. Bien sûr, la nouvelle Flandre n’ira pas de l’Atlantique à l’Oural mais de Knokke jusqu’à Arlon, c’est un bon début. Qui lui permettra d’être (un peu) plus grande sur la carte du monde et surtout d’être identifiée par les voyageurs de l’espace – ce qui était devenu impossible depuis la décision d’éteindre l’éclairage des autoroutes. Une décision suicidaire pour tous ceux qui voulaient que l’univers entier puisse contempler la partie la plus noble de la planète Terre. 

   L’extension de la Flandre entraînera aussi des facilités administratives et de nombreuses économies. Ainsi, on pourra supprimer les gouvernements et parlements wallons et bruxellois, le gouvernement flamand gérant désormais tout le territoire. Rendant aussi inutiles les institutions fédérales. Fini les gabegies, huit ministres de la santé, trois de l’enseignement, trois de la culture, quatre de l’environnement et leurs administrations. 

Bien sûr, avoir un Jambon à la tête de l’état fera quelques mécontents mais au moins voilà un Flamand qui a fait l’effort de porter un nom français, symbolisant la volonté de son parti d’unifier le pays.    

   Cette initiative obligera enfin Wallons et Bruxellois à parler néerlandais, alors qu’ils s’en montrent incapables malgré de longues années de cours.  

  Il y aura sans doute quelques casse-têtes, comme le choix d’une seule fête nationale. La Flandre imposera certainement la sienne, la célébration de la Bataille des Eperons d’Or. Ce qui permettra au passage de rétablir la vérité historique. Si la Bataille de Courtrai a vu la victoire du comte de Flandre sur les troupes du roi de France, on cessera d’occulter le fait qu’il y avait autant de troupes wallonnes à son côté qu’il y avait de Flamands combattant avec les Français…  

  Bien sûr, il y a aussi des ombres au tableau. Si l’initiative de Bart De Wever suscite l’enthousiasme des Wallons, on peut craindre que le Vlaams Belang prenne le train en marche. Et qu’un certain nombre de Wallons, en manque cruel de partis d’extrême droite, adopte ces chenapans propres sur eux mais pas dans leurs têtes. 

  Restera alors aux Wallons à créer un parti facho en Flandre pour siphonner dans le dos du Vlaams belang ses électeurs flamands…      

  Voilà comment voter utile en Absurdie…

www.berenboom.com