NOUS, ON A REMCO…

L’Italie a la Meloni, mélange de populisme mêlé de gouaille des faubourgs romains, de promesses intenables et d’exaltation d’une Italie où il faisait bon vivre quand elle n’était soi-disant peuplée que d’Italiens et dirigée par un chef, un homme, un vrai. 

D’accord et bonne chance aux Italiens ! Mais nous, on a Remco…

La Russie a une armée trouée de toute part, comme ses pipe-lines, des citoyens qui s’enfuient comme des lapins, des armes atomiques en guise de dernier repoussoir et surtout elle a Poutine, un chef, un homme, un vrai.

D’accord ! Bonne chance aux Russes ! Mais nous, on a Remco…

En Iran, en Afghanistan, les femmes sont reléguées au rang de citoyennes de dernière zone, obligées de se cacher sous des voiles pour ne pas ternir l’image des mâles qui ont seuls le droit de vivre normalement et d’arpenter les rues, la tête haute et la barbe au vent. Quand les femmes se révoltent, on les arrête et même on leur tire dessus. Pendant ce temps, chez nous, certains brandissent le voile comme symbole de la liberté des femmes. Allez comprendre. Car, comment le cacher, là-bas, le pouvoir n’appartient qu’aux hommes, des chefs, des vrais. 

Dommage pour les Iraniennes et les Afghanes. Mais nous, on a Remco…

Une guerre souterraine se poursuit au Yemen depuis plus de huit ans qui a fait des centaines de milliers de morts dont beaucoup de la famine. Sans intéresser les médias. Mais les images changeraient-elles quelque chose à leur sort alors que cette guerre est devenue le champ de bataille entre dictateurs islamiques iraniens et bouchers d’Arabie saoudite. Qui se disputent pour prouver au monde qui d’entre eux sont les chefs, les hommes, les vrais.

D’accord. Mais nous, on a Remco…

L’extrême droite souffle un vent glacé sur l’Europe. De la Pologne à la Hongrie, de Flandre en Espagne, de Suède en Autriche. En France, en Italie, pour accéder au pouvoir, des femmes se sont emballées dans le drapeau néo-facho. Elles feraient bien de se rappeler que ces aventures politiques ne profitent jamais aux femmes. A la fin, apparaît toujours le chef, un homme, un vrai.

Tant pis pour elles. Nous, on a Remco… 

On ne va pas chipoter, on a aussi Wout Van Aert, les Belgian Cats, les Diables rouges, le plus grand nombre de ministres et de gouvernements au km 2 de toute la planète, les meilleures gaufres de Liège du monde qui se mangent chez Siska en Flandre, Manneken Pis, Angèle et Stromae. Tous des chefs, d’accord. Mais, avouez-le, cette année, on a surtout Remco…

Ce qui magnifie Remco c’est d’avoir arrêté le temps. A suivre ses exploits, on sort de cette succession de malheurs et de drames qui rythment l’actualité quotidienne. Il nous réconcilie avec le temps long, en se défonçant pendant des semaines à pousser sur ses pédales dans des décors éternels. On respire, enfin… 

www.berenboom.com

LES RAISINS DE LA COLERE

 Publié en 1939, le superbe roman de John Steinbeck « Les Raisins de la Colère » raconte l’épopée d’une des ces innombrables familles de l’Oklahoma, chassée de ses terres par la sécheresse et les banques et qui fuit vers un improbable refuge en Californie. Il y est question (déjà) de la dégradation de l’environnement, de la cupidité des créanciers et surtout de la condition sociale des travailleurs à une époque où aucun système social ni aucune aide publique n’empêchaient de sombrer et de mourir dans l’indifférence.

La colère du vendredi, décrétée par la PTB, a, malgré son nom, peu en commun avec la situation sociale et le désespoir des laissés pour compte décrits par Steinbeck. 

Mais on comprend les craintes et les revendications de beaucoup d’entre nous face à la brutale dégradation des prix de l’énergie, le sentiment diffus et malheureusement exact que nos dirigeants ont perdu le contrôle du navire au milieu de la tempête, qu’on ne sait plus qui est aux commandes, chaque ministre fédéral et régional semblant à tour de rôle souffler la manœuvre au timonier avant de finir par en appeler, comme avant tout bon naufrage, à Dieu, je veux dire à l’Europe. Quant au capitaine, il semble aux abonnés absents. 

 Ce que Raoul Hedebouw se garde bien de rappeler c’est la cause de cette situation. Pas moyen de dénoncer cette fois les financiers ou les banquiers qui tirent profit de la misère. Même pas l’OTAN, le grand méchant loup habituel. Non. Ici, le responsable s’appelle Vladimir Poutine. L’explosion des prix du gaz et du pétrole est le résultat de cette fichue guerre que le PTB ne parvient pas à clouer au pilori.

Alors, il agite le désordre. Genre on casse tout parce qu’on n’est pas content. Mais attention, seulement un jour par semaine. Vendredi, c’est colère. Samedi, les courses. Et dimanche, foot et promenade en famille. Avant de retourner sagement au turbin pour être en forme le vendredi suivant pour aller gueuler.   

Il est dangereux de jouer ainsi avec le feu. On a vu l’impasse du mouvement des gilets jaunes en France, juste une addition d’aigreurs individuelles, de hargnes si égoïstes qu’ils ont été incapables de formaliser des revendications collectives et de choisir des représentants pour les négocier.

Le PTB a tort de parier sur la récupération de tous ces mécontents lors des prochaines élections. Ceux qu’il aura jetés dans la rue (s’ils sortent indemnes du covid qui risque de décimer à nouveau les rassemblements cet automne) vont peut-être choisir de voter « radical » comme expression aveugle de leur rage. Pour l’heure, c’est plutôt l’extrême droite qui ramasse un peu partout en Europe les frustrés de tous poils que les nostalgiques du communisme. Même Poutine lorgne plutôt du côté de Marine Le Pen que de Mélenchon. T’es plus dans le coup, Raoul ! 

www.berenboom.com     

GAZ A TOUS LES ETAGES

  Des scientifiques anglais viennent de publier le résultat de leurs travaux d’analyse de plusieurs poteries préhistoriques. On apprend ainsi qu’il y a plus de six mille ans, les habitants de quelques petites îles d’Ecosse préparaient des repas composés de céréales cuites, mélangées à de la viande et à du lait. 

  Cette découverte suscite plusieurs réflexions. D’abord, que la cuisine écossaise n’a guère progressé en six millénaires. Ensuite que le roi Charles III, grand défenseur de l’agriculture biologique, devrait s’en réjouir. Encore duc d’Edimbourg, il a développé des produits naturels, notamment des biscuits d’avoine qui n’ont pas pour peu assuré la réputation de la gastronomie de son duché. Mais surtout, les restes de ces cuissons montrent qu’il est possible de chauffer un repas sans gaz russe. 

Au début du siècle dernier, une petite plaque à l’entrée des immeubles annonçait fièrement « gaz à tous les étages ». Allons ! Nos ancêtres pouvaient se passer de ce luxe. Bientôt nous aussi. Mais comment ? 

Grâce à l’énergie nucléaire ? Les menaces qui pèsent sur toute la planète depuis l’invasion russe de l’Ukraine, la prise maladroite un moment de la terrifiante centrale de Tchernobyl puis les bombardements de la centrale de Zaporijjia, les déchets laissés à l’abandon, ceux des autres centrales y compris les nôtres offerts en héritage à nos descendants pour quelques millions d’années (c’est-à-dire longtemps après la disparition de la race humaine). Tout cela devrait nous convaincre ainsi que nos voisins de renoncer au maintien en activité de nos misérables centrales. A l’instar des Allemands.     

L’électricité non nucléaire alors ? A moins que les producteurs d’énergie ne distribuent leurs profits aux citoyens plutôt qu’à leurs dirigeants et à leurs actionnaires, ce n’est pas un bon plan pour chauffer dans l’avenir le biberon du petit et la soupe de mamie si on n’a pas gagné au Lotto. 

Le soleil ? En été, d’accord, si la planète accepte de continuer à flamber. Mais en hiver ? Est-on condamné aux sandwiches (ou aux sushis pour les fines gueules) jusqu’à ce que les rayons reviennent après les longs mois de froidure ?

Quand on y réfléchit calmement, il n’y a qu’une seule issue, le bon vieux feu de bois est le seul moyen d’assurer le chauffage dans l’avenir. Du moins si les forêts n’ont pas toutes cramées. Mais cette solution présente quelques difficultés quand on n’habite pas au château de Buckingham mais dans le deux pièces d’un immeuble tour. Comment faire ? Prendre exemple sur nos fameux lointains cuisiniers écossais. Une bonne flambée dans un local adéquat, de préférence une grotte bien ventilée, avec quelques peaux de bête en guise d’habits. Vous verrez, vous vous y ferez très bien. Après tout, à nous voir si nombreux, nos ancêtres ont bien réussi à survivre. 

www.berenboom.com 

QUIET QUITTING

On entend partout ce cri d’alarme : les jeunes ne veulent plus bosser !

Il paraît que la génération Z rechigne à accepter un emploi plein temps, discute les horaires, refuse les écrans après le five o’clock tea. On ne se bat plus pour briller au boulot. Pour écraser ses concurrents. Pour déboulonner les chefs et prendre leur place. Où va-t-on ? Le « struggle for life » est terriblement démodé. On célèbre désormais le « quiet quitting » (la « démission silencieuse »).

Faut-il s’inquiéter de l’avenir d’une génération qui préfère le hamac, les pauses et la sieste au stress, à la promotion et au pot belge ? 

Au contraire. Encourageons-les. Payons-leur des primes pour ne rien faire. C’est devenu la mode. Plus de déplacements, plus d’appareils branchés. Tous ces garçons et ces filles vont diminuer la redoutable empreinte carbone laissée par leurs aînés qui risque de faire exploser la planète bleue. Demain, une génération enfin responsable ? 

Mais ce sursaut est-il neuf vraiment ? Dans les rues de mai 68, les futurs baby-boomers (on ne les appelait pas encore ainsi) dénonçaient bruyamment le « métro-boulot-dodo ». Puis, le diplôme en poche, ce sont eux qui se sont jetés dans le développement du tout à l’informatique, des bagnoles et des voyages en avion. Pourvu que notre nouvelle vague ne se laisse pas emporter par la tentation. Qu’ils ferment les yeux et qu’ils rêvent…

Les politiques ont un rôle à jouer. Espérons que les nouveaux dirigeants qui pointent le nez vont montrer l’exemple. Avec les anciens, c’est foutu. Voyez Poutine qui démolit toute la planète et pas seulement son voisin. Et fait bosser ses soldats matin, midi et soir. A voir le résultat de leurs efforts, à quoi bon travailler autant ? 

Mais une nouvelle fournée de chefs se profile. En Grande-Bretagne, Liz Truss peut prendre exemple sur deux de ses prédécesseurs. Boris Johnson avait compris que le Brexit plomberait son pays quoi qu’il fasse. Il avait donc laissé tomber les bras et s’était donné pour seul programme fiestas et sangria. Il y a aussi le modèle Thatcher. Elle aussi avait dévasté son pays en envoyant des milliers de travailleurs au chômage – justement le rêve des jeunes « démissionnaires » d’aujourd’hui.  

En Italie, Giorgia Meloni, à qui les sondages promettent dans quinze jours d’entrer au Palais Chigi, va-t-elle aussi combler les aspirations farniente de la génération Z ? 

Là, on craint le pire de celle qui se présente comme l’héritière du mouvement fasciste. Mussolini a été un duce très fatigant. Grands travaux, asséchement pharaonesque des marais pontins, militarisation à outrance, guerres lointaines et meurtrières. Mamma mia ! Jamais les Italiens ne supporteront à nouveau un pareil régime ! On peut se préparer à une immigration massive vers les régions où il est doux de ne rien faire. Suivez mon regard.  

www.berenboom.com

ET C’EST AINSI QUE RUSHDIE EST GRAND

Ne cherchez pas dans les centaines de romans qui paraissent ces jours-ci. Cette année, la rentrée littéraire ne se fait pas à Paris ou à Bruxelles. Elle a eu lieu en plein mois d’août, à Chautauqua (Etat de New York). Et a failli coûter la vie à l’un de nos plus grands écrivains vivants, Salman Rushdie, conteur profond, exubérant, tolérant et plein de fantaisie. 

Dénonçant son œuvre impie, le « patron » de l’Iran islamiste avait décidé il y a trente ans de mettre à prix la tête de l’écrivain britannique d’origine indienne. Tout n’est pas absurde dans la décision du « guide suprême ». On y verra une reconnaissance inattendue mais méritée du pouvoir du livre et de la force du verbe. Après tout, l’apport historique des religions monothéistes est d’avoir proclamé chacune leur adoration du livre – en tout cas d’un livre. 

Tout au long de l’Histoire, on a beaucoup brûlé, maudit, condamné des écrits. L’inquisition, toutes les révolutions et religions, nazis comme communistes, chacun y a été de son autodafé. Mais, depuis le milieu du siècle dernier, on a eu le sentiment que, peu à peu, le livre cessait d’être l’enjeu de la haine des autorités (à l’exception évidemment des dictatures, notamment en Chine). 

Certains ont pu croire que l’audiovisuel puis l’informatique ont peu à peu éclipsé la puissance de la littérature et sa capacité de « polluer » les esprits libres.   

L’attaque contre Rushdie a montré qu’il n’en était rien. Et que l’écrivain reste un danger public. Mais il n’est pas le seul. Parfois, sous couvert de « liberté » ou d’ « égalité », de nouveaux auteurs sont à leur tour vilipendés ou censurés. Ainsi dans un district du Texas, une quarantaine d’ouvrages ont été bannis des bibliothèques scolaires à cause de leurs « contenu sexuellement explicite » dont « Le Journal d’Anne Frank » et la Bible. D’accord, c’était bien vu. 

Et que dire de la volonté de notre ministre de la Culture de conditionner les subventions notamment au respect des genres ? Et de supprimer aussitôt celles des spectacles de l’abbaye de Villers-la-Ville car elles n’ont présenté au fil des ans que des œuvres de très vieux mâles (Shakespeare, Michel de Ghelderode, Rostand, Hugo, beurk !) mis en scène par des mecs. Dans certains pays, les femmes sont interdites. Chez nous les hommes ? Comme l’écrit Nadia Geerts (dans l’hebdo « Marianne ») : « il est heureux qu’il y ait encore des gens qui se fichent éperdument du sexe, de l’origine, de l’âge, de la couleur. Tout simplement parce que la culture n’a ni sexe, ni origine, ni âge, ni couleur. Ça s’appelle l’universalisme, tout simplement. »

Les éditeurs et libraires belges feraient bien de trouver un équivalent féminin au mot « livre » sinon la ministre risque d’en interdire la vente…

Le titre de cette chronique reprend le mantra qui terminait chacun des éditoriaux de Pierre Assouline dans le magazine Lire.

UNE MAILLE A L’ENDROIT, UNE MAILLE A L’ENVERS

    Que ceux qui se lamentent parce que ce siècle va trop vite, qui se sentent noyés dans les vagues successives de gadgets numériques, qui ont l’impression d’être largués, que tous ceux-là se rassurent, les prochains mois vont les ramener quelques dizaines d’années en arrière. Retour vers le futur.  

Le premier ministre, Alexander De Croo, a promis en contemplant la mer depuis le quai de Zeebrugge que la note sera salée pour les cinq à dix prochains hivers. Et le président du Voka que « la neige sera noire » (un chantre du capitalisme qui est aussi poète). 

  Pourquoi ces discours alarmistes ? Cette tentation de se complaire dans l’apocalypse ? Suspension de la livraison du gaz russe, montée en flèche du prix du pétrole servent de prétextes aux prophètes de malheur alors qu’on devrait y voir la promesse de plaisirs anciens, injustement oubliés. Tenez. Que ceux qui gémissent de ne plus pouvoir se chauffer se réjouissent : revoilà le bon temps des tricots. 

Oui, qu’ils s’y mettent avant le début des frimas, une maille à l’envers, une maille à l’endroit. D’ici novembre, avec un peu de pratique et l’aide de ses mamies, il devrait être possible à chacun de se préparer un beau tas de pulls épais, un vrai trousseau, assez impressionnant pour défier les menaces de Vladimir Poutine. Vous nous coupez le gaz ? On s’en fiche. Nous, on a la laine fraîche. 

Et peu de danger que le président russe menace d’interdire les exportations de laine des moutons de chez lui. Des moutons, on en a autant qu’on veut chez nous. D’ailleurs, la Romanov (ces belles bêtes noires et blanches) a été introduite en France depuis plus de cinquante ans. Et le mouton Edilabaev vit au Kazakhstan à présent aussi indépendant que l’Ukraine et que l’armée russe, retenue ailleurs, n’a pas encore eu l’occasion d’envahir. 

Essayez de tricoter, vous verrez, c’est drôlement plus amusant que de flipper sur les réseaux sociaux. Mettez-y aussi votre marmaille. Vous ne saviez pas comment les occuper avec ces nouvelles vacances que la Ministre a eu l’idée saugrenue de leur offrir en novembre et février, juste quand il fait le plus froid ? Voilà une superbe occasion pour apprendre aux enfants de joindre l’utile à l’agréable. 

  Les rodomontades de Vladimir Vladimirovitch nous permettront aussi d’autres bonheurs remisés au placard, les veillées au feu de bois, les pieds enveloppés dans d’épaisses charentaises en avalant, bien sûr, du gros rouge brûlant à la cannelle pour réchauffer également l’intérieur. 

Si, malgré toutes ces initiatives, vous claquez encore des dents, ne vous en faites pas, le réchauffement climatique fera bientôt ressembler la Belgique à l’Arabie, un pays où l’on a du pétrole mais où on ne sait quoi en faire.   

www.berenboom.com

FUME C’EST DU BELGE !

  Inutile de vous décrire la consternation d’Emmanuel Macron en apprenant que Jean-Luc Dehaene est mort en 2014 à Quimper.

  Son ami Charles Michel lui a tant vanté les talents du Démineur qu’il ne voyait que lui pour bricoler vite fait, plus ou moins bien fait, un accord entre des partis qui se haïssent, le temps d’arriver au bout de son nouveau mandat (plus que cinq ans).  

   N’est-ce pas ainsi que la Belgique est gouvernée ? En faisant ministres des gens qui s’invectivaient la veille et se proclamaient ennemis irréductibles. Juste le genre de montage dont Macron a besoin. 

   Il y a une autre possibilité, a soufflé notre décidément très écouté ex-Premier. Gouverner sans réunir le Parlement. Ne vous faites pas tant de soucis. Le bazar avance tout seul. Tenez le gouvernement Leterme, battu aux élections, a continué sans la moindre manifestation d’opposition ni politique ni dans la rue, à gouverner le pays pendant 589 jours depuis sa chute. Et moi-même, a ajouté fièrement Michel junior, j’ai continué tranquillement comme si rien n’était alors que mon principal partenaire avait claqué la porte. 

Gouverner en se moquant du Parlement. On a fait plusieurs fois un procès en arrogance à Macron, on a dit qu’il n’acceptait de dialoguer qu’avec un seul partenaire, son miroir. Mais ça, non, il n’osait pas. Peut-être que s’il y avait un roi au-dessus de moi, je pourrais tenter le coup mais on n’a pas le temps de rétablir la monarchie (même si les Français sont mûrs pour l’accueillir. Ce serait drôlement plus emballant qu’une sixième république). 

Bref, ce qu’il cherche le pauvre Macron, c’est un nouveau Démineur, un pro de la politique mais indépendant des partis en présence, et qui parle français. Qui d’autre qu’un politicien belge ? 

Son premier choix, Bart De Wever. Un type capable de demander l’indépendance de sa région mais de gérer le gouvernement fédéral sans état d’âme. Mais notre castar a fait la fine bouche en constatant qu’il n’y avait qu’une poignée de régionalistes. Avec dix élus à placer en priorité, on ne va pas loin, a-t-il conclu avant de décliner l’offre du président français. Magnette ne voulait pas trahir ses camarades français, Nollet ses amis verts, le président du Vlaams Belang mettait comme condition préalable la garantie que Marine Le Pen serait enterrée au Panthéon après sa mort. Il s’est finalement résigné à appeler Raoul Hedebouw. Mais ses préalables lui ont fait lever les cheveux : l’indexation automatique des salaires ? Vous êtes fou ? L’obligation pour les députés d’abandonner l’essentiel de leur allocation parlementaire à leur parti ? Qui est prêt à ça ? 

Finalement, il a dû revenir à son constat de départ : seul le roi des Belges pouvait tirer de cette situation pourrie un gouvernement d’ennemis prêts à travailler ensemble. Au Palais, on prétend ne rien savoir.    

www.berenboom.com

LE DIABLE SORT DE SA BOÎTE

 Il y a deux ans, personne n’a songé à fêter les cinquante ans de la première réforme de l’état. Effet de la pandémie ? Ou grosse honte ? Depuis, il est vrai, le pays a connu cinq autres réformes de l’état sans parvenir à trouver les pièces manquantes du puzzle ni à emboîter celles qu’on a placées.

  On pouvait penser qu’une nouvelle génération de politiciens allait nous vendre un autre jeu de société, plus amusant, plus excitant, plus en phase avec notre époque et surtout avec les besoins et les aspirations des citoyens. D’autant que les protagonistes des six premières réformes sont plutôt mal en point (les socialistes wallons et surtout les sociaux chrétiens flamands) et les derniers acteurs de la partie, les plus agités, dans l’opposition (les nationalistes flamands).

Or, voilà que l’Institut Jules Destrée ressort le vieux puzzle de l’armoire. Il est vrai que cette vénérable institution s’affiche fièrement sur son site désormais comme un «think-and-do tank » (en wallon dans le texte sans traduction pour expliquer ce que ce jargon signifie). Après une longue réflexion, voici ce qu’ils ont trouvé : pourquoi ne pas démanteler la Belgique, non pas en trois régions, mais en quatre mini-états autonomes, lesquels formeraient la Belgique (quatre états qui en font un, ce n’est pas très clair, mais passons) ? 

Coïncidence, au même moment, Nicola Sturgeon, première ministre écossaise relance le projet d’un nouveau référendum pour l’indépendance de l’Ecosse. Et un mini-état de plus ! Sans compter la Catalogne qui guette derrière la porte. « Small is beautiful » était un slogan qui a connu son heure de gloire dans les années soixante. La mode est passée et surtout la réalité économique a eu raison de cette ambition.  

C’est pourquoi on peut se demander si les « penseurs » de chez Jules Destrée ne vivent pas les illusions d’une autre époque. Ils auraient peut-être dû viser plus grand plutôt que plus petit. Tant qu’à redécouper notre pays, pourquoi ne pas proposer de le constituer de six, sept, huit mini-états plutôt de quatre ? Ne soyons pas mesquins ! Ainsi, l’Ecosse comme la Catalogne, devenus indépendants, formeraient deux mini-états de plus de la Belgique fédérale, qui n’est plus qu’une espèce d’étiquette, de voile pudique dans le projet des amis de Jules D. On pourrait même y ajouter l’Ukraine. Bon sang (ce qui est le cas de le dire) mais c’est bien sûr ! Devenues parties de la Belgique nouvelle, ces trois pays n’auront plus à négocier péniblement leur entrée dans l’Union européenne. Ils en seraient membres automatiquement. Puisque rien dans le Traité de Rome n’interdit à un état membre de modifier (démocratiquement) la géographie de son territoire…   

www.berenboom.com  

NE ME REMERCIEZ PAS C’EST CADEAU

 Donner un chèque de 30 000 € à tous les jeunes qui fêtent leurs 25 ans, en voilà une bonne idée ! Bravo aux écolos. Mais, comme l’état fait rarement des cadeaux, méfiance. Quand il vous annonce une mesure spectaculaire, un mécanisme subtil l’empêche toujours de sortir réellement ses effets. L’état n’ayant évidemment pas les moyens de jeter tant d’argent par les fenêtres (c’est sympa mais il ne faut pas rigoler), il envisage diverses mesures d’endiguement. La plus radicale consiste à charger l’armée et la police d’abattre les jeunes juste avant qu’ils n’atteignent l’âge fatidique de 25 ans. 

Idée moins brutale, on pourrait tout simplement supprimer l’âge de vingt-cinq ans, comme certains hôtels évitent d’avoir un treizième étage. A l’état-civil, on passerait directement de vingt-quatre à vingt-six ans. Et le tour est joué. 

On a pensé aussi ne pas verser bêtement ces 30 000 € en espèces ou sur les comptes en banque des jeunes bénéficiaires (chacun devine à quoi ces écervelés les dépenseront) mais de les donner sous forme de tickets de la Loterie nationale ou de billets de Monopoly. La Région wallonne a suggéré de les convertir en actions de la FN. 

On se doute qu’il y aura des tricheurs, des gars et des filles de vingt ans, dont on ne se méfie pas encore, et qui vont trafiquer leurs papiers d’identité pour faire croire qu’ils ont atteint l’âge fatidique afin d’encaisser le chèque avant que le prochain gouvernement ne supprime cette mesure farfelue. 

Qui va payer les milliards destinés à financer cette manne ? Un impôt sur le capital, c’est si simple, a déclaré péremptoire la co-présidente d’Ecolo. Il y a plein de pognon dans notre pays de cocagne. Il suffit de leur piquer une partie de leurs sous. 

A-t-elle pensé que le jour où le parlement votera son projet, il ne restera plus beaucoup de super-riches imposables en Belgique ? Ils se seront fait la malle. Les frontières de nos voisins ne sont pas loin… Et aucun d‘eux n’a assez d’imagination pour promettre pareil cadeau à ses citoyens. 

Restera peut-être quelques oligarques russes installés chez nous à l’abri des sanctions où ils continuent de faire tourner leur business. Interrogé par un de nos confrères, l’un d’eux a répondu qu’il accepte de se faire taxer pourvu que les jeunes bénéficiaires de son sacrifice soient en contrepartie obligés de s’engager pendant un an dans l’armée russe, qui commence singulièrement à manquer de chair fraîche.

Infirmières, médecins, magistrats, pensionnés, pensionnaires et personnel des maisons de retraite, je ne vous donne pas la liste de tous ceux qui pleurent désespérément pour recevoir des sous de l’état (sans compter les dirigeants d’Engie). Vont-ils tous devoir défiler en proclamant « nous aussi on a vingt-cinq ans » ?   

www.berenboom.com

L’ADIEU  AUX  ARMES

      Il fut un temps où on défilait joyeusement avec poussettes, trompettes, calicots et drapeaux contre la guerre, la dissémination de missiles et d’armes nucléaires notamment en Belgique. Supprimons l’armée ! c’était le cri de notre jeunesse. Mettons fin au commerce des armes. A l’achat de matériel militaire à l’étranger qui sert surtout à remplir les caisses personnelles de quelques-uns et de certains partis politiques (l’affaire Agusta-Dassault). Remplaçons la FN par des industries bio.  

Le souvenir des horreurs de la deuxième guerre mondiale transmis par nos parents, le désastre de la guerre du Vietnam ont poussé notre génération à faire l’amour, pas la guerre. On rejetait Buck Danny. Notre héros, c’était Gaston. On rêvait d’un futur différent, la paix, le développement harmonieux de la planète et toutes ces sortes de choses. Avec l’évaporation des régimes communistes en Europe, on s’est dit, ça y est ! On a gagné. C’en était fini de la conscription, les budgets militaires en chute libre. Mais, chassez l’armée par la porte, elle rentre par la cheminée. 

   Fin de la guerre ? L’illusion a duré aussi peu de temps que celle de la fin de l’Histoire. Cinq ans après la chute du Mur, les massacres dans la Yougoslavie en pleine décomposition, le génocide au Rwanda ont balayé nos illusions. Ce qui aurait déjà dû faire résonner la sonnette d’alarme. On s’est imaginé qu’il suffirait d’envoyer des Casques bleus pour décourager les assaillants. Or, ils ont été incapables de contenir même des conflits locaux. On s’est massacré au Rwanda, au Congo ou en Bosnie sous les yeux impuissants de ces pauvres ploucs couleur schtroumpf. Pourtant, on continuait de se dire qu’en Europe occidentale, on était à l’abri. Que la fin de l’armée signerait la fin des guerres en tout cas chez nous. Et qu’on pouvait s’investir dans d’autres combats, pour l’environnement, contre la pauvreté. 

Le choc du 11 septembre 2001 a balayé ces chimères. Le terrorisme s’est installé. Il fallait des armes et des professionnels pour le combattre. Puis Poutine a monté le bout de son nez en Géorgie, en Crimée – une fois de plus, on a réagi mollement- avant de révéler sa vraie nature et d’allumer tous les feux de l’enfer en Ukraine. Et nous revoilà plongés dans ce que nous avions cru et espéré disparu avec l’horrible siècle passé. 

Guerre, commerce des armes, développement du personnel et du matériel militaires, nous sommes obligés de nous poser la question : devons-nous remettre en question les combats de notre génération ? Et revoir le montant des investissements consacrés à la lutte contre le changement climatique ou le développement ? Déjà qu’on racle les fonds de tiroir après la pandémie…

Faut être courageux ou inconscient pour être prêt à entrer en politique ces jours-ci…      

www.berenboom.com