LA TERRE EST PLATE

   Un groupe d’internautes a lancé il y a quelque temps sur les réseaux sociaux une plateforme pour soutenir le projet d’un scientifique qui prétend prouver que la terre est plate. 

  Avant de lui jeter la pierre, rappelons-nous que c’est la grandeur de la science de remettre sans cesse en question les soi-disant vérités établies.  

  Que ce « scientifique » soit peut-être gentiment fêlé suffit-il pour qu’il ait tort ? Je note qu’il est déjà suivi par des milliers d’internautes. Or, les citoyens ont de nos jours toujours raison.  

D’ailleurs, ce savant est déjà l’auteur d’autres découvertes révolutionnaires. Ainsi, c’est lui qui a établi que la Lune n’existe pas. Qu’elle n’est qu’un phénomène d’hypnotisme collectif de nature sexuelle, qui s’apparente à l’hystérie. La preuve est que seuls les amoureux sont persuadés de la présence de notre satellite dans le ciel. Alors qu’en science, il faut toujours privilégier la raison sur l’émotion. 

  Le retour à une conception plane de notre planète peut avoir des conséquences importantes sur l’avenir géopolitique. Imaginez la terre comme une table. Sur le dessus du plateau, l’Occident. Sur le dessous, la Chine et l’Iran. Il sera beaucoup plus facile d’éliminer toute source de conflit entre Occident et Orient si le recto et le verso se tournent le dos. 

Même considération à propos de l’environnement. 

Si l’un des côtés de la Terre est prêt à faire d’importants efforts pour préserver le climat et les espèces, et l’autre pas, tant pis pour ce qui se passe du côté obscur. On peut parfaitement envisager que le recto de la planète soit sauvegardé et son verso envahi par les mers et brûlé par le soleil. Sur une terre ronde, tout se tient. Les saletés des uns polluent les fleuves, les mers et le ciel des autres. Alors que sur une terre plate, c’est chacun chez soi.  

   Une terre plate présente aussi de grands avantages dans la lutte contre l’immigration. Ce qui explique le Tweet récent de Théo Francken qui soutient la théorie de la terre plate en rappelant qu’elle était la règle au Moyen âge, à l’époque bénie des cathédrales, comme il l’appelle. 

En effet, les candidats à l’exil qui vivent en dessous de la plaque planétaire ne pourront plus arriver chez nous par mer. Ils devront creuser des tunnels pour essayer de débouler de ce côté du monde. Outre la difficulté technique pour eux, il sera évidemment beaucoup plus facile pour nous de guetter leur arrivée et de les repousser.

On a tort de ricaner devant les théories nouvelles qu’on croit d’abord utopiques. Personne n’avait imaginé qu’un gouvernement présidé par un socialiste allait chambouler le régime du chômage. Ou qu’un premier ministre libéral allait fermer les yeux sur le renvoi de réfugiés soudanais avec l’aide des services secrets de cet odieux pays. Alors, pourquoi la terre serait-elle toujours ronde ? 

www.berenboom.com

COUP DE POINTS

Ils étaient des milliers à manifester dans les rues de Bruxelles, le poing levé, contre la pension à points. Tous et toutes, ou à peu près, avaient dans leur poche une carte à points de leur supermarché et les cartes de fidélité de leur libraire, de leur magasin de vêtements. Dix pensionnés et le onzième gratuit ?

On n’en est pas encore là mais dans une époque d’individualisme et de compétition permanente, la carte à points est devenue le pacemaker de notre civilisation.

Au point que les Chinois, toujours en avance quand il s’agit de mettre leur pays en coupe réglée grâce aux nouvelles technologies, ont commencé à expérimenter la carte à points du citoyen. Un système de notation qui sera généralisé dans moins de deux ans.

Le système tient à la fois du permis de conduire à points et du jeu vidéo. A sa naissance, chaque nourrisson reçoit vingt Pampers, un sac de dragées et un actif de cent points. Ce capital, il va le faire fructifier ou le brûler tout au long de sa vie selon qu’il accomplit des bonnes ou des mauvaises actions.

Le ou la camarade devient membre du parti communiste, bravo, vingt points de plus. Il brûle un feu rouge, un point de moins ; il publie sur les réseaux sociaux un poème à la gloire de Xi Jinping, trois points de plus. Il fait quatre enfants, aïe ! Il manifeste pour la liberté d’opinion, Game over !

Le mauvais citoyen va perdre peu à peu ses droits et ses avantages, cartes de crédit, droit de voyager, accès à internet. Jusqu’à être complètement débranché.

Régler les problèmes de la société grâce aux technologies, voilà l’avenir. Dans cette magnifique perspective qui va faire de chaque citoyen une simple donnée numérique, le ministre Bacquelaine fait un peu figure de petit bras avec sa misérable pension à points. Faut voir plus grand, mon Daniel ! Ne pas seulement lier la pension aux nombres de jours de travail, avec prime pour les jobs pénibles et retenue pour les paresseux. Non, il faut aller beaucoup plus loin. Le droit à la pension mais aussi à ouvrir un compte en banque, à acheter une place au stade Roi Baudouin ou à faire ses courses à Delhaize ou à Lidl seront liés au comportement de chaque travailleur, noté jour après jour.

Celui qui manifeste contre les projets du gouvernement, crac, dix points en moins. S’il ne vote pas libéral ou nationaliste flamand, exclu des bureaux de vote. Ceux qui accueillent des réfugiés, interdits de voyager.

Suffit d’enregistrer leurs noms sur une liste noire pour que Ryanair, Neckermann, Bozar, Forest national ou la SNCB ne vous délivrent plus de tickets.

Et, si trop de citoyens passent la ligne rouge, il suffit de les éliminer et de les remplacer par des robots. A quoi servent des êtes humains qui ne savent pas lever les points ?

www.berenboom.com

HONG KONG STORIES

A Hong-Kong, d’où je vous écris, à quoi s’intéresse la presse ? Les pages internationales ne parlent ni de l’Europe, ni des Etats-Unis, et si peu de la Belgique ! La seule préoccupation ici, et elle est obsédante, est ce qui se passera demain dans la région.

Cela ressemble étrangement à la querelle de la semaine au sein du Front National en France entre anciens et (pseudo-)modernes, ou si l’on préfère au grand écart entre le monde d’hier et celui d’aujourd’hui.

Le grand titre : la rencontre entre Eric Chu, le président du Kuomintang, le parti au pouvoir à Taïwan et le secrétaire général du parti communiste chinois, le redoutable Xi Jinping. Le face-à-face entre ce qui reste de la Chine ancienne et celle d’aujourd’hui, prête à avaler la seule partie d’Empire du Milieu resté indépendante après la récupération de Hong-Kong à la fin du siècle dernier.

La « révolution des parapluies » qui se poursuit sur le mode drache occasionnelle sonne comme une piqûre de rappel pour les Taïwanais sur le sort qui les attend lorsque l’empire les aura avalés. Bien-être essentiellement économique (pour les riches), régime spécial sur le plan des libertés et des droits démocratiques mais sous contrôle étroit du grand Frère, qui n’a plus le titre de grand Timonier mais qui a gardé toutes ses attributions et son bâton…

L’autre titre louche sur l’empire voisin, la Russie. La presse de Hong-Kong se préoccupe avec inquiétude sur le sort qui attend le Kazakhstan après la disparition de son vénérable président à vie, Nursultan Nazarbaiev (seul dirigeant survivant des anciennes républiques soviétiques). Cette république nouvelle, a déclaré insidieusement Poutine, n’a jamais été un pays… Ce qui fit dire aux observateurs d’ici que le sort de la Crimée peut servir d’exemple pour récupérer l’éponge à pétrole et à gaz lorsque son actuel boss aura fait la malle. Figée entre la Chine, l’Ukraine et la Russie, elle est hélas bien ou mal placée selon les points de vue.

Tandis que je vous résume la presse de ce matin à Hong-Kong, trois nouveaux immeubles tours sont sortis de terre. Il y en aura trois autres demain et ainsi de suite. Composant un paysage apparemment moderne, une réplique de « Blade Runner » tel qu’en rêvaient ou cauchemardaient les écrivains et les cinéastes de science-fiction il y a une quarantaine d’années mais qui parait à présent prêt à disparaître car comment nourrir dans l’avenir ces insatiables monstres énergivores ?

Comment un confetti créatif, riche mais incroyablement bling-bling et terriblement peuplé, aux marches des Empires, peut-il se réinventer alors que la concurrence des nouvelles pétro-villes s’annonce redoutable ? C’est à ça qu’on pense en contemplant la nuit la skyline de Hong-Kong qui brille de mille feux…

www.berenboom.com