TCHINE TCHINE !

   Que retiendra-t-on du XX ème congrès du parti communiste chinois ? 

D’abord sa mise en scène. La Chine se vante d’être à la pointe des technologies, capable de suivre en temps réel, grâce à des robots futuristes, le déplacement de ses un milliard quatre cent cinquante mille habitants et bientôt de lire le déroulé de leurs pensées en faisant « bip » quand certains mots surgissent dans leur cerveau, liberté, démocratie, occidental, dictateur et, curieusement oignon (un bug sans doute, la machine confondant oignon et ouïgour). Provoquant l’arrivée immédiate des pompiers pour éteindre le feu (et le pauvre individu pensant). 

   Dans un pays si outrageusement moderne, donc, comment est-il possible d’avoir mis en scène ce fameux congrès en s’inspirant des réalisations les plus ringardes du Hollywood de jadis, genre « Les Dix Commandements » de Cecil B. de Mille ou « Intolérance » de Griffith ? 

   Est-ce une coïncidence si la mise en scène des derniers discours de Poutine elle aussi a choisi le vieil Hollywood (en plus intime) avec vieux téléphones et meubles récupérés dans les bureaux du siège du parti communiste de Moscou-Est quand ils ont été fermés et que leur brol a été mis sur le trottoir ? 

   Xi Jin Ping a également retenu une autre leçon du cinoche américain de jadis et de ses stars, limiter le nombre d’expressions sur le visage. Gary Cooper n’en avait que deux, ce qui a fait sa gloire, cool ou légèrement (très légèrement) sarcastique. Poutine comme Xi Jin Ping ont retenu la leçon. Et joué leur numéro, yeux ternes, lèvres minces et pincées, sans la moindre ride sur la peau.

   En revanche, le leader chinois a oublié une leçon des maîtres du cinoche, relancer l’attention du spectateur toutes les dix minutes avec un élément surprise, un rebondissement de l’action, une émotion ou un gag. Rien de tout ça dans son discours aussi plat, désespérant et sans horizon que le désert de Gobi. 

Certes, il a recueilli quelques applaudissements polis. Mais au fond de lui n’a-t-il pas de regret ? Rêver au succès planétaire qu’il aurait récolté s’il avait osé une petite blague. On en aurait ri sur toute la planète et la séquence serait passée en boucle sur tous les réseaux sociaux pendant longtemps. Et s’il avait exprimé un moment d’émotion, simplement embrassé sa femme ou, plus cinématographique, sa maîtresse, sa popularité aurait été assurée pour les cinq prochaines années. Mais non, il a tout effacé, gag, émotion, narration, et surprise du chef. Comme si faire rire jaune les Chinois était le seul moyen de les empêcher de devenir des citoyens. 

Peut-être qu’à la place qu’il occupe, après avoir nettoyé beaucoup de gens et fait le vide autour de lui, il n’a pas droit à un seul moment de laisser-aller. 

La nostalgie est pourtant ce qui fait la différence entre l’homme et l’animal. 

www.berenboom.com

A TOUS PRESENTS ET A VENIR, SALUT!

Après un vote du parlement russe, le président Poutine a, d’un simple trait de plume, a annexé à la Fédération de Russie quelques provinces ukrainiennes. En bombardant Donetsk ou Lougansk, les soldats ukrainiens portent désormais atteinte au territoire sacré de la sainte Russie, alors qu’ils croyaient récupérer leurs terres.

Acquérir de nouveaux espaces par décret est manifestement plus efficace que signer un traité. Celui conclu en mai 1997 entre les présidents russe et ukrainien (qui reconnaissait notamment que la Crimée fait partie de l’Ukraine) n’est plus que chiffon de papier. Celui signé six ans auparavant à Belovej (et qui créait une Communauté d’états indépendants entre notamment Russie, Biélorussie et Ukraine) a même tout simplement disparu, comme l’a avoué l’ancien président biélorusse qui en cherchait l’original pour l’intégrer dans ses mémoires… 

Pourquoi laisser le monopole de ce système d’annexion à Poutine ? 

Le parlement belge pourrait à son tour voter l’annexion des oblasts contestés d’Ukraine, et la loi serait aussitôt signée par le Roi. A tous présent et à venir, salut ! Et hop ! L’oblast et la centrale de Zaporijia sont désormais rattachés à la province de Flandre orientale (où se trouve Doel). Justement, notre pays a une spécialité certaine en matière de centrales nucléaires défaillantes. 

Si Zaporijia devient belge, cela entraîne certaines obligations. Tous les avis punaisés aux tableaux de la centrale devront être rédigés en néerlandais. Comme toutes les communications avec le personnel, par application des décrets flamands de 1973 et 2014 sur l’usage de la langue dans les entreprises. 

En contrepartie, les habitants des nouveaux oblasts belgicisés, disposeront d’un beau passeport Schengen. Ils pourront voter, se présenter comme députés et envoyer des représentants au Parlement belge et à celui de la région flamande. Ils ne devront pas errer dans les rues de Bruxelles comme les autres étrangers abandonnés à leur sort. Il sera intéressant de suivre la campagne électorale des leaders des partis flamands, arpentant les rues de Donetsk ou de Kherson ou haranguant la foule depuis le balcon de la centrale nucléaire de Zaporijia. On suppute déjà le score du Vlaams Belang dans les quartiers russophones de Lougansk. Les paris sont ouverts. Le Roi ne manquera pas de faire une petite visite pour saluer nos nouveaux compatriotes (le port du casque reste recommandé, désolé, sire). 

Pour belgiciser la population, rien ne vaut de rebaptiser les avenues et les places qui portaient un nom trop russe. Par exemple, on inaugurerait quelques squares Leopold II (où seraient transportées les statues dont on ne veut plus ici).

A part la Russie, qui s’opposerait à ce geste généreux pour sauver l’Ukraine ? Et la Russie, on s’en fiche, non ?

www.berenboom.com  

WINTER IS COMING

Il n’y a que dans les feuilletons que la phrase « Winter is coming » fait trembler. Pas chez nous, pas dans la vraie vie.

Dewinter, Filip, peut-être mais Winter ? Allons ! On attend l’hiver de pied ferme après un été indien préparé par une canicule de derrière les fagots. Et si le froid montre tout de même le bout de son nez glacé ? Rassurez-vous, braves gens, les cuves sont pleines, nous assure-t-on. De quoi se demander pourquoi les tarifs se sont emballés. Pourquoi on tremble aux mots de gaz et de pétrole, pourquoi on annonce déconfitures et drames personnels. Certains en viennent à regretter les pipelines de M. Poutine. Juste de la spéculation toute cette agitation sur les prix de l’énergie ? 

En tout cas, les actionnaires d’Engie, Total et les autres ne savent plus que faire de leurs dividendes. Manifestement, pas question de les redistribuer aux consommateurs. Alors, un conseil, qu’ils réservent dès à présente une loge à Neom, la nouvelle mégalopole fantôme d’Arabie saoudite pour assister aux prochains jeux d’hiver asiatiques, décrochés par le tout puissant MBS, le boss des déserts locaux et des chameaux. Si vous êtes du voyage, n’oubliez tout de même pas une petite laine car on va claquer des dents sur les bords de la mer Rouge grâce aux merveilles de la technologie, neige artificielle, air super-conditionné, etc. Ça soufflera au point de dégoûter Eole. 

J’entends les habituels grognons déplorer le mal que tous ces brols vont causer à la planète, le foot au Qatar, le ski et le curling en Arabie. Mais, n’allez surtout pas vous plaindre à la prochaine COP qui se tient en Egypte. Là-bas, ça chauffe méchamment pour qui ose lever le petit doigt. Voilà une COP, promis-juré, qui va se dérouler dans le calme et la sérénité. Comme le Mondial de foot et les Jeux d’hiver. C’est le genre de pays où l’on est à l’ombre pour un oui ou pour un non. 

Qui se plaindra de tous les efforts faits par tant d’états pour dérégler le climat, ces jeux déments, la guerre absurde de Vladimir Vladimirovitch ? Tout ça nous permettra de retrouver des étés caniculaires. Rien que du profit pour le tourisme à la mer du Nord. Tout le monde est gagnant, pas seulement les Arabes et les Qataris…

Et la bombe atomique, l’autre fantasme du prochain hiver ? Qu’elle soit du modèle Hiroshima ou plus modestement « armes nucléaires tactiques », ça fera chaud devant, très chaud. Et ça dévastera tout sur son passage, les Ukrainiens autant que les Russes qui traînent dans le coin. Les lieux dévastés ressembleront pour longtemps à l’Arabie saoudite sans les chameaux ni les athlètes. 

Entre temps, ne vous en faites pas, il y aura du vin chaud aux Plaisirs d’Hiver, si le covid nous épargne (on l’avait presqu’oublié). Et peut-être de la neige.  Réjouissez-vous, winter is coming…

www.berenboom.com

NOUS, ON A REMCO…

L’Italie a la Meloni, mélange de populisme mêlé de gouaille des faubourgs romains, de promesses intenables et d’exaltation d’une Italie où il faisait bon vivre quand elle n’était soi-disant peuplée que d’Italiens et dirigée par un chef, un homme, un vrai. 

D’accord et bonne chance aux Italiens ! Mais nous, on a Remco…

La Russie a une armée trouée de toute part, comme ses pipe-lines, des citoyens qui s’enfuient comme des lapins, des armes atomiques en guise de dernier repoussoir et surtout elle a Poutine, un chef, un homme, un vrai.

D’accord ! Bonne chance aux Russes ! Mais nous, on a Remco…

En Iran, en Afghanistan, les femmes sont reléguées au rang de citoyennes de dernière zone, obligées de se cacher sous des voiles pour ne pas ternir l’image des mâles qui ont seuls le droit de vivre normalement et d’arpenter les rues, la tête haute et la barbe au vent. Quand les femmes se révoltent, on les arrête et même on leur tire dessus. Pendant ce temps, chez nous, certains brandissent le voile comme symbole de la liberté des femmes. Allez comprendre. Car, comment le cacher, là-bas, le pouvoir n’appartient qu’aux hommes, des chefs, des vrais. 

Dommage pour les Iraniennes et les Afghanes. Mais nous, on a Remco…

Une guerre souterraine se poursuit au Yemen depuis plus de huit ans qui a fait des centaines de milliers de morts dont beaucoup de la famine. Sans intéresser les médias. Mais les images changeraient-elles quelque chose à leur sort alors que cette guerre est devenue le champ de bataille entre dictateurs islamiques iraniens et bouchers d’Arabie saoudite. Qui se disputent pour prouver au monde qui d’entre eux sont les chefs, les hommes, les vrais.

D’accord. Mais nous, on a Remco…

L’extrême droite souffle un vent glacé sur l’Europe. De la Pologne à la Hongrie, de Flandre en Espagne, de Suède en Autriche. En France, en Italie, pour accéder au pouvoir, des femmes se sont emballées dans le drapeau néo-facho. Elles feraient bien de se rappeler que ces aventures politiques ne profitent jamais aux femmes. A la fin, apparaît toujours le chef, un homme, un vrai.

Tant pis pour elles. Nous, on a Remco… 

On ne va pas chipoter, on a aussi Wout Van Aert, les Belgian Cats, les Diables rouges, le plus grand nombre de ministres et de gouvernements au km 2 de toute la planète, les meilleures gaufres de Liège du monde qui se mangent chez Siska en Flandre, Manneken Pis, Angèle et Stromae. Tous des chefs, d’accord. Mais, avouez-le, cette année, on a surtout Remco…

Ce qui magnifie Remco c’est d’avoir arrêté le temps. A suivre ses exploits, on sort de cette succession de malheurs et de drames qui rythment l’actualité quotidienne. Il nous réconcilie avec le temps long, en se défonçant pendant des semaines à pousser sur ses pédales dans des décors éternels. On respire, enfin… 

www.berenboom.com

LES RAISINS DE LA COLERE

 Publié en 1939, le superbe roman de John Steinbeck « Les Raisins de la Colère » raconte l’épopée d’une des ces innombrables familles de l’Oklahoma, chassée de ses terres par la sécheresse et les banques et qui fuit vers un improbable refuge en Californie. Il y est question (déjà) de la dégradation de l’environnement, de la cupidité des créanciers et surtout de la condition sociale des travailleurs à une époque où aucun système social ni aucune aide publique n’empêchaient de sombrer et de mourir dans l’indifférence.

La colère du vendredi, décrétée par la PTB, a, malgré son nom, peu en commun avec la situation sociale et le désespoir des laissés pour compte décrits par Steinbeck. 

Mais on comprend les craintes et les revendications de beaucoup d’entre nous face à la brutale dégradation des prix de l’énergie, le sentiment diffus et malheureusement exact que nos dirigeants ont perdu le contrôle du navire au milieu de la tempête, qu’on ne sait plus qui est aux commandes, chaque ministre fédéral et régional semblant à tour de rôle souffler la manœuvre au timonier avant de finir par en appeler, comme avant tout bon naufrage, à Dieu, je veux dire à l’Europe. Quant au capitaine, il semble aux abonnés absents. 

 Ce que Raoul Hedebouw se garde bien de rappeler c’est la cause de cette situation. Pas moyen de dénoncer cette fois les financiers ou les banquiers qui tirent profit de la misère. Même pas l’OTAN, le grand méchant loup habituel. Non. Ici, le responsable s’appelle Vladimir Poutine. L’explosion des prix du gaz et du pétrole est le résultat de cette fichue guerre que le PTB ne parvient pas à clouer au pilori.

Alors, il agite le désordre. Genre on casse tout parce qu’on n’est pas content. Mais attention, seulement un jour par semaine. Vendredi, c’est colère. Samedi, les courses. Et dimanche, foot et promenade en famille. Avant de retourner sagement au turbin pour être en forme le vendredi suivant pour aller gueuler.   

Il est dangereux de jouer ainsi avec le feu. On a vu l’impasse du mouvement des gilets jaunes en France, juste une addition d’aigreurs individuelles, de hargnes si égoïstes qu’ils ont été incapables de formaliser des revendications collectives et de choisir des représentants pour les négocier.

Le PTB a tort de parier sur la récupération de tous ces mécontents lors des prochaines élections. Ceux qu’il aura jetés dans la rue (s’ils sortent indemnes du covid qui risque de décimer à nouveau les rassemblements cet automne) vont peut-être choisir de voter « radical » comme expression aveugle de leur rage. Pour l’heure, c’est plutôt l’extrême droite qui ramasse un peu partout en Europe les frustrés de tous poils que les nostalgiques du communisme. Même Poutine lorgne plutôt du côté de Marine Le Pen que de Mélenchon. T’es plus dans le coup, Raoul ! 

www.berenboom.com     

QUIET QUITTING

On entend partout ce cri d’alarme : les jeunes ne veulent plus bosser !

Il paraît que la génération Z rechigne à accepter un emploi plein temps, discute les horaires, refuse les écrans après le five o’clock tea. On ne se bat plus pour briller au boulot. Pour écraser ses concurrents. Pour déboulonner les chefs et prendre leur place. Où va-t-on ? Le « struggle for life » est terriblement démodé. On célèbre désormais le « quiet quitting » (la « démission silencieuse »).

Faut-il s’inquiéter de l’avenir d’une génération qui préfère le hamac, les pauses et la sieste au stress, à la promotion et au pot belge ? 

Au contraire. Encourageons-les. Payons-leur des primes pour ne rien faire. C’est devenu la mode. Plus de déplacements, plus d’appareils branchés. Tous ces garçons et ces filles vont diminuer la redoutable empreinte carbone laissée par leurs aînés qui risque de faire exploser la planète bleue. Demain, une génération enfin responsable ? 

Mais ce sursaut est-il neuf vraiment ? Dans les rues de mai 68, les futurs baby-boomers (on ne les appelait pas encore ainsi) dénonçaient bruyamment le « métro-boulot-dodo ». Puis, le diplôme en poche, ce sont eux qui se sont jetés dans le développement du tout à l’informatique, des bagnoles et des voyages en avion. Pourvu que notre nouvelle vague ne se laisse pas emporter par la tentation. Qu’ils ferment les yeux et qu’ils rêvent…

Les politiques ont un rôle à jouer. Espérons que les nouveaux dirigeants qui pointent le nez vont montrer l’exemple. Avec les anciens, c’est foutu. Voyez Poutine qui démolit toute la planète et pas seulement son voisin. Et fait bosser ses soldats matin, midi et soir. A voir le résultat de leurs efforts, à quoi bon travailler autant ? 

Mais une nouvelle fournée de chefs se profile. En Grande-Bretagne, Liz Truss peut prendre exemple sur deux de ses prédécesseurs. Boris Johnson avait compris que le Brexit plomberait son pays quoi qu’il fasse. Il avait donc laissé tomber les bras et s’était donné pour seul programme fiestas et sangria. Il y a aussi le modèle Thatcher. Elle aussi avait dévasté son pays en envoyant des milliers de travailleurs au chômage – justement le rêve des jeunes « démissionnaires » d’aujourd’hui.  

En Italie, Giorgia Meloni, à qui les sondages promettent dans quinze jours d’entrer au Palais Chigi, va-t-elle aussi combler les aspirations farniente de la génération Z ? 

Là, on craint le pire de celle qui se présente comme l’héritière du mouvement fasciste. Mussolini a été un duce très fatigant. Grands travaux, asséchement pharaonesque des marais pontins, militarisation à outrance, guerres lointaines et meurtrières. Mamma mia ! Jamais les Italiens ne supporteront à nouveau un pareil régime ! On peut se préparer à une immigration massive vers les régions où il est doux de ne rien faire. Suivez mon regard.  

www.berenboom.com

UNE MAILLE A L’ENDROIT, UNE MAILLE A L’ENVERS

    Que ceux qui se lamentent parce que ce siècle va trop vite, qui se sentent noyés dans les vagues successives de gadgets numériques, qui ont l’impression d’être largués, que tous ceux-là se rassurent, les prochains mois vont les ramener quelques dizaines d’années en arrière. Retour vers le futur.  

Le premier ministre, Alexander De Croo, a promis en contemplant la mer depuis le quai de Zeebrugge que la note sera salée pour les cinq à dix prochains hivers. Et le président du Voka que « la neige sera noire » (un chantre du capitalisme qui est aussi poète). 

  Pourquoi ces discours alarmistes ? Cette tentation de se complaire dans l’apocalypse ? Suspension de la livraison du gaz russe, montée en flèche du prix du pétrole servent de prétextes aux prophètes de malheur alors qu’on devrait y voir la promesse de plaisirs anciens, injustement oubliés. Tenez. Que ceux qui gémissent de ne plus pouvoir se chauffer se réjouissent : revoilà le bon temps des tricots. 

Oui, qu’ils s’y mettent avant le début des frimas, une maille à l’envers, une maille à l’endroit. D’ici novembre, avec un peu de pratique et l’aide de ses mamies, il devrait être possible à chacun de se préparer un beau tas de pulls épais, un vrai trousseau, assez impressionnant pour défier les menaces de Vladimir Poutine. Vous nous coupez le gaz ? On s’en fiche. Nous, on a la laine fraîche. 

Et peu de danger que le président russe menace d’interdire les exportations de laine des moutons de chez lui. Des moutons, on en a autant qu’on veut chez nous. D’ailleurs, la Romanov (ces belles bêtes noires et blanches) a été introduite en France depuis plus de cinquante ans. Et le mouton Edilabaev vit au Kazakhstan à présent aussi indépendant que l’Ukraine et que l’armée russe, retenue ailleurs, n’a pas encore eu l’occasion d’envahir. 

Essayez de tricoter, vous verrez, c’est drôlement plus amusant que de flipper sur les réseaux sociaux. Mettez-y aussi votre marmaille. Vous ne saviez pas comment les occuper avec ces nouvelles vacances que la Ministre a eu l’idée saugrenue de leur offrir en novembre et février, juste quand il fait le plus froid ? Voilà une superbe occasion pour apprendre aux enfants de joindre l’utile à l’agréable. 

  Les rodomontades de Vladimir Vladimirovitch nous permettront aussi d’autres bonheurs remisés au placard, les veillées au feu de bois, les pieds enveloppés dans d’épaisses charentaises en avalant, bien sûr, du gros rouge brûlant à la cannelle pour réchauffer également l’intérieur. 

Si, malgré toutes ces initiatives, vous claquez encore des dents, ne vous en faites pas, le réchauffement climatique fera bientôt ressembler la Belgique à l’Arabie, un pays où l’on a du pétrole mais où on ne sait quoi en faire.   

www.berenboom.com

L’ADIEU  AUX  ARMES

      Il fut un temps où on défilait joyeusement avec poussettes, trompettes, calicots et drapeaux contre la guerre, la dissémination de missiles et d’armes nucléaires notamment en Belgique. Supprimons l’armée ! c’était le cri de notre jeunesse. Mettons fin au commerce des armes. A l’achat de matériel militaire à l’étranger qui sert surtout à remplir les caisses personnelles de quelques-uns et de certains partis politiques (l’affaire Agusta-Dassault). Remplaçons la FN par des industries bio.  

Le souvenir des horreurs de la deuxième guerre mondiale transmis par nos parents, le désastre de la guerre du Vietnam ont poussé notre génération à faire l’amour, pas la guerre. On rejetait Buck Danny. Notre héros, c’était Gaston. On rêvait d’un futur différent, la paix, le développement harmonieux de la planète et toutes ces sortes de choses. Avec l’évaporation des régimes communistes en Europe, on s’est dit, ça y est ! On a gagné. C’en était fini de la conscription, les budgets militaires en chute libre. Mais, chassez l’armée par la porte, elle rentre par la cheminée. 

   Fin de la guerre ? L’illusion a duré aussi peu de temps que celle de la fin de l’Histoire. Cinq ans après la chute du Mur, les massacres dans la Yougoslavie en pleine décomposition, le génocide au Rwanda ont balayé nos illusions. Ce qui aurait déjà dû faire résonner la sonnette d’alarme. On s’est imaginé qu’il suffirait d’envoyer des Casques bleus pour décourager les assaillants. Or, ils ont été incapables de contenir même des conflits locaux. On s’est massacré au Rwanda, au Congo ou en Bosnie sous les yeux impuissants de ces pauvres ploucs couleur schtroumpf. Pourtant, on continuait de se dire qu’en Europe occidentale, on était à l’abri. Que la fin de l’armée signerait la fin des guerres en tout cas chez nous. Et qu’on pouvait s’investir dans d’autres combats, pour l’environnement, contre la pauvreté. 

Le choc du 11 septembre 2001 a balayé ces chimères. Le terrorisme s’est installé. Il fallait des armes et des professionnels pour le combattre. Puis Poutine a monté le bout de son nez en Géorgie, en Crimée – une fois de plus, on a réagi mollement- avant de révéler sa vraie nature et d’allumer tous les feux de l’enfer en Ukraine. Et nous revoilà plongés dans ce que nous avions cru et espéré disparu avec l’horrible siècle passé. 

Guerre, commerce des armes, développement du personnel et du matériel militaires, nous sommes obligés de nous poser la question : devons-nous remettre en question les combats de notre génération ? Et revoir le montant des investissements consacrés à la lutte contre le changement climatique ou le développement ? Déjà qu’on racle les fonds de tiroir après la pandémie…

Faut être courageux ou inconscient pour être prêt à entrer en politique ces jours-ci…      

www.berenboom.com

FAITES CONFIANCE A PHILEAS FOGG

Je vous fiche mon billet que Georges Louis Bouchez ne renoncera jamais aux jeux de hasard tant qu’il n’aura pas gagné son pari : devenir premier ministre d’une Belgique réunifiée, président de l’Europe, secrétaire général de l’ONU ou, à défaut, à tout le moins que son équipe de foot, les Francs Borains, aient battu l’Union St Gilloise une fois dans sa carrière. 

   Donc dans longtemps… Quelle mouche a piqué un autre libéral, Vincent Van Quickenborne, de décider un matin qu’il allait supprimer la publicité pour les jeux de hasard d’un trait de plume ? Et dans la foulée, que les sites étrangers de jeux en ligne sur internet auraient l’obligeance de ne pas franchir la frontière belge. Croyait-il ainsi décourager Poutine ? Ou les électeurs flamands d’extrême droite de voter pour le Vlaams Belang ? Non ? Alors, on se perd en conjecture sur ses motivations. 

  En tout cas, l’idée est ridicule. Arrêtons de voter des lois qui empêchent les gens de jeter leur argent par la fenêtre s’ils en ont envie en échange d’un bref moment de rêve. Le rêve de devenir scandaleusement riche ou roi de l’Ukraine ou premier ministre français à la tête d’une coalition de bric et de broc ou président du CD&V. Vous préférez, monsieur le Ministre, laisser les Belges sombrer dans la mélancolie parce que rien ne les fera plus vibrer. Car ce n’est pas la perspective d’une poussée libérale, démocrate-chrétienne ou socialiste qui va les enthousiasmer. Même pas celle de voir les communistes obligés de diriger le prochain gouvernement après une inattendue victoire électorale. Quick n’a donc pas saisi qu’il est interdit d’interdire aux gens de rêver ?  

   Certains prétendent que le pari n’est qu’un jeu. Grave erreur. C’est un art de vivre, l’expression de la foi dans l’avenir, d’un lendemain qui chante. En ces temps où l’on broie du noir et où on tremble devant la panoplie d’apocalypses qu’on nous annonce, autoriser, que dis-je, encourager les jeux et paris est une nécessité sociale et politique, un traitement psycho-thérapeutique, seul à même de sauver notre société malade et traumatisé. 

Miser sur un cheval, acheter un billet de loterie, deviner le chiffre absurde qui sortira de la machine ou l’alignement d’une série de jetons qui feront de vous un héros, c’est aussi romantique qu’être persuadé que demain, en traversant la rue, on tombera enfin sur l’homme ou la femme de sa vie. 

   Autrement dit, c’est drôlement sérieux un pari. Jules Verne l’a parfaitement noté dans « Le Tour du Monde en quatre-vingts jours » : « Un Anglais ne plaisante jamais quand il s’agit d’une chose aussi importante qu’un pari » fait remarquer Phileas Fogg. Qu’il a gagné, remarquez-le au passage, de quelques secondes. 

www.berenboom.com

UN PEU PEUR

   De quoi a peur Sergueï Lavrov, l’indéboulonnable ministre des Affaires étrangères de Poutine ? Pour que ce vieux diplomate, habitué à pratiquer une langue de bois châtié, se sente acculé à débiter des discours délirants sur la présence de nazis au sommet de l’état ukrainien. Puis obligé de justifier l’absurdité de ses accusations quand on lui fait remarquer que le président Zelensky est juif en balbutiant que les pires antisémites sont précisément juifs. Cela indique que le trouillomètre de ce pauvre Lavrov est sur le point d’exploser. 

 A-t-il à ce point peur de Poutine ? D’une piqure par un parapluie bulgare dans un couloir du Kremlin ? D’une pincée de poison dans le samovar du thé que lui sert sa maman tous les dimanches après le poulet-compote ? 

  Et Poutine ? La frousse doit lui avoir brûlé une partie du cerveau pour déployer une telle sauvagerie auto-destructrice – que restera-t-il de son armée après la guerre d’Ukraine ? 

Etrangement, lui aussi se réfère aux juifs. En dénonçant les sanctions infligées à son pays comme un véritable pogrom. On sait que les juifs ont souffert des Russes (et des Ukrainiens) pendant des siècles. Mais que Vladimir Vladimirovitch présente aujourd’hui son peuple comme des victimes juives, on se frotte les yeux.

   Tout le monde a peur en Russie, sauf un homme, Vladimir Ovtchinnikov, ce vieux peintre qui dessine des colombes sur tous les murs de sa ville, Borovsk. (Rassurez-vous, il a été condamné).   

  Mais il n’y a pas qu’en Russie et en Ukraine que règne la peur. Cet horrible sentiment se généralise sur toute la planète. En Chine, avec ce confinement brutal et inhumain face au covid. Chez nous où l’apocalypse climatique ne terrifie plus seulement les petites filles suédoises. Les deux années d’épidémie et ses mesures exceptionnelles, l’incompréhension devant ce mystérieux virus, sont-elles en partie la cause de cette angoisse ? 

   Regardez aussi la France. Les uns craignent Macron, les autres Le Pen ou Mélenchon. C’est la peur de disparaître qui pousse les uns à s’unir aux Marcheurs, les autres aux Insoumis, pas l’enthousiasme ni les convictions. 

En Flandre, les écolos cherchent un président désespérément. Peur encore d’assumer des responsabilités politiques.      

Une peur au moins est justifiée, la décision probable de la Cour suprême des Etats-Unis de revenir sur la légalisation de l’avortement. Qui ouvre la boîte de Pandore à l’effacement de tous les droits démocratiques si difficilement acquis. 

Si l’on doit craindre non seulement le futur mais aussi le retour vers le passé, où va-t-on ? 

Cours, camarade, le vieux monde est derrière toi…

Le titre de cette chronique est de Félix F. (5 ans), excellent observateur de l’air du temps. 

www.berenboom.com