ON VA MARCHER SUR LA LUNE ?

    Comme on en a assez de marcher sur la tête, pour se remettre d’aplomb, on a décidé de retourner sur la Lune. 

   C’est sans doute une bonne idée, pour effacer cette annus horribilis, de remonter à 1969. L’occasion de rééditer quelques-uns des exploits de l’année érotique. Ainsi, on espère que le jour où les Américains débarqueront à nouveau sur notre accueillant satellite, un de nos champions en profitera pour gagner le Tour de France.

En 1969, Américains et Russes entamaient des négociations pour limiter les armes stratégiques (qui ont été concrétisées par les Traités Salt). Ça donne aussi des idées, non ? Mais que ça paraît lointain, presqu’irréel…

Les Européens se vantent que leur agence spatiale, l’ESA, et une soixantaine d’industriels du vieux continent participent de façon importante à cette nouvelle mission spatiale. Ce sont eux qui ont développé le module de service qui alimente et propulse la capsule qui va transporter l’équipage. Des Européens fiers de vaincre l’espace mais qui sont incapables de mettre fin à une guerre conventionnelle, à l’ancienne, qui ravage leur propre continent. De développer de nouvelles sources d’énergie qui nous libère des Russes et des monarchies du Golfe. De lutter de façon efficace contre le dérèglement climatique. Même pas d’empêcher le prix du pain de flamber… 

Il est donc plus facile d’envoyer des explorateurs dans l’espace (et, on l’espère, de les ramener vivants sur la planète bleue) que de donner à manger à leurs familles et à leurs voisins…  

Cela dit, tout n’était pas aussi rose en 1969. Loin de là. Avis aux nostalgiques qui rêvent d’un retour vers le futur. Le Nigéria était ravagé par l’épouvantable guerre du Biafra (lisez « L’autre moitié du soleil », le sublime roman de Chimamanda Ngozi Adichie). Le colonel Kadhafi prenait le pouvoir en Lybie, qui n’en est toujours pas remise cinquante-deux ans plus tard. Non loin de là, un coup d’état de l’armée soudanaise mettait fin à la timide expérience démocratique du pays, exactement comme un demi-siècle plus tard. Et la Chine et la Russie (l’URSS) s’affrontaient à coup de missiles et de tanks revendiquant chacun la souveraineté d’une île sur le fleuve Oussouri avant de parvenir à un accord sur la délimitation des territoires entre les deux empires vingt-deux ans plus tard. Au plus chaud du conflit, le gouvernement soviétique sonda le nouveau président américain, Richard Nixon (Trump, sors de ce corps !) pour lui soumettre l’éventualité d’une frappe préventive soviétique sur les installations nucléaires chinoises, rapporte Kissinger dans ses Mémoires. Encore un air de déjà-vu ?

1969, Poutine venait d’entrer au KGB. Et Joseph Biden au parti démocrate… 

En inversant la formule de Lampedusa dans « Le Guépard », faut-il que rien ne change pour que tout change ? 

www.berenboom.com

A TOUS PRESENTS ET A VENIR, SALUT!

Après un vote du parlement russe, le président Poutine a, d’un simple trait de plume, a annexé à la Fédération de Russie quelques provinces ukrainiennes. En bombardant Donetsk ou Lougansk, les soldats ukrainiens portent désormais atteinte au territoire sacré de la sainte Russie, alors qu’ils croyaient récupérer leurs terres.

Acquérir de nouveaux espaces par décret est manifestement plus efficace que signer un traité. Celui conclu en mai 1997 entre les présidents russe et ukrainien (qui reconnaissait notamment que la Crimée fait partie de l’Ukraine) n’est plus que chiffon de papier. Celui signé six ans auparavant à Belovej (et qui créait une Communauté d’états indépendants entre notamment Russie, Biélorussie et Ukraine) a même tout simplement disparu, comme l’a avoué l’ancien président biélorusse qui en cherchait l’original pour l’intégrer dans ses mémoires… 

Pourquoi laisser le monopole de ce système d’annexion à Poutine ? 

Le parlement belge pourrait à son tour voter l’annexion des oblasts contestés d’Ukraine, et la loi serait aussitôt signée par le Roi. A tous présent et à venir, salut ! Et hop ! L’oblast et la centrale de Zaporijia sont désormais rattachés à la province de Flandre orientale (où se trouve Doel). Justement, notre pays a une spécialité certaine en matière de centrales nucléaires défaillantes. 

Si Zaporijia devient belge, cela entraîne certaines obligations. Tous les avis punaisés aux tableaux de la centrale devront être rédigés en néerlandais. Comme toutes les communications avec le personnel, par application des décrets flamands de 1973 et 2014 sur l’usage de la langue dans les entreprises. 

En contrepartie, les habitants des nouveaux oblasts belgicisés, disposeront d’un beau passeport Schengen. Ils pourront voter, se présenter comme députés et envoyer des représentants au Parlement belge et à celui de la région flamande. Ils ne devront pas errer dans les rues de Bruxelles comme les autres étrangers abandonnés à leur sort. Il sera intéressant de suivre la campagne électorale des leaders des partis flamands, arpentant les rues de Donetsk ou de Kherson ou haranguant la foule depuis le balcon de la centrale nucléaire de Zaporijia. On suppute déjà le score du Vlaams Belang dans les quartiers russophones de Lougansk. Les paris sont ouverts. Le Roi ne manquera pas de faire une petite visite pour saluer nos nouveaux compatriotes (le port du casque reste recommandé, désolé, sire). 

Pour belgiciser la population, rien ne vaut de rebaptiser les avenues et les places qui portaient un nom trop russe. Par exemple, on inaugurerait quelques squares Leopold II (où seraient transportées les statues dont on ne veut plus ici).

A part la Russie, qui s’opposerait à ce geste généreux pour sauver l’Ukraine ? Et la Russie, on s’en fiche, non ?

www.berenboom.com  

NOUS, ON A REMCO…

L’Italie a la Meloni, mélange de populisme mêlé de gouaille des faubourgs romains, de promesses intenables et d’exaltation d’une Italie où il faisait bon vivre quand elle n’était soi-disant peuplée que d’Italiens et dirigée par un chef, un homme, un vrai. 

D’accord et bonne chance aux Italiens ! Mais nous, on a Remco…

La Russie a une armée trouée de toute part, comme ses pipe-lines, des citoyens qui s’enfuient comme des lapins, des armes atomiques en guise de dernier repoussoir et surtout elle a Poutine, un chef, un homme, un vrai.

D’accord ! Bonne chance aux Russes ! Mais nous, on a Remco…

En Iran, en Afghanistan, les femmes sont reléguées au rang de citoyennes de dernière zone, obligées de se cacher sous des voiles pour ne pas ternir l’image des mâles qui ont seuls le droit de vivre normalement et d’arpenter les rues, la tête haute et la barbe au vent. Quand les femmes se révoltent, on les arrête et même on leur tire dessus. Pendant ce temps, chez nous, certains brandissent le voile comme symbole de la liberté des femmes. Allez comprendre. Car, comment le cacher, là-bas, le pouvoir n’appartient qu’aux hommes, des chefs, des vrais. 

Dommage pour les Iraniennes et les Afghanes. Mais nous, on a Remco…

Une guerre souterraine se poursuit au Yemen depuis plus de huit ans qui a fait des centaines de milliers de morts dont beaucoup de la famine. Sans intéresser les médias. Mais les images changeraient-elles quelque chose à leur sort alors que cette guerre est devenue le champ de bataille entre dictateurs islamiques iraniens et bouchers d’Arabie saoudite. Qui se disputent pour prouver au monde qui d’entre eux sont les chefs, les hommes, les vrais.

D’accord. Mais nous, on a Remco…

L’extrême droite souffle un vent glacé sur l’Europe. De la Pologne à la Hongrie, de Flandre en Espagne, de Suède en Autriche. En France, en Italie, pour accéder au pouvoir, des femmes se sont emballées dans le drapeau néo-facho. Elles feraient bien de se rappeler que ces aventures politiques ne profitent jamais aux femmes. A la fin, apparaît toujours le chef, un homme, un vrai.

Tant pis pour elles. Nous, on a Remco… 

On ne va pas chipoter, on a aussi Wout Van Aert, les Belgian Cats, les Diables rouges, le plus grand nombre de ministres et de gouvernements au km 2 de toute la planète, les meilleures gaufres de Liège du monde qui se mangent chez Siska en Flandre, Manneken Pis, Angèle et Stromae. Tous des chefs, d’accord. Mais, avouez-le, cette année, on a surtout Remco…

Ce qui magnifie Remco c’est d’avoir arrêté le temps. A suivre ses exploits, on sort de cette succession de malheurs et de drames qui rythment l’actualité quotidienne. Il nous réconcilie avec le temps long, en se défonçant pendant des semaines à pousser sur ses pédales dans des décors éternels. On respire, enfin… 

www.berenboom.com

GAZ A TOUS LES ETAGES

  Des scientifiques anglais viennent de publier le résultat de leurs travaux d’analyse de plusieurs poteries préhistoriques. On apprend ainsi qu’il y a plus de six mille ans, les habitants de quelques petites îles d’Ecosse préparaient des repas composés de céréales cuites, mélangées à de la viande et à du lait. 

  Cette découverte suscite plusieurs réflexions. D’abord, que la cuisine écossaise n’a guère progressé en six millénaires. Ensuite que le roi Charles III, grand défenseur de l’agriculture biologique, devrait s’en réjouir. Encore duc d’Edimbourg, il a développé des produits naturels, notamment des biscuits d’avoine qui n’ont pas pour peu assuré la réputation de la gastronomie de son duché. Mais surtout, les restes de ces cuissons montrent qu’il est possible de chauffer un repas sans gaz russe. 

Au début du siècle dernier, une petite plaque à l’entrée des immeubles annonçait fièrement « gaz à tous les étages ». Allons ! Nos ancêtres pouvaient se passer de ce luxe. Bientôt nous aussi. Mais comment ? 

Grâce à l’énergie nucléaire ? Les menaces qui pèsent sur toute la planète depuis l’invasion russe de l’Ukraine, la prise maladroite un moment de la terrifiante centrale de Tchernobyl puis les bombardements de la centrale de Zaporijjia, les déchets laissés à l’abandon, ceux des autres centrales y compris les nôtres offerts en héritage à nos descendants pour quelques millions d’années (c’est-à-dire longtemps après la disparition de la race humaine). Tout cela devrait nous convaincre ainsi que nos voisins de renoncer au maintien en activité de nos misérables centrales. A l’instar des Allemands.     

L’électricité non nucléaire alors ? A moins que les producteurs d’énergie ne distribuent leurs profits aux citoyens plutôt qu’à leurs dirigeants et à leurs actionnaires, ce n’est pas un bon plan pour chauffer dans l’avenir le biberon du petit et la soupe de mamie si on n’a pas gagné au Lotto. 

Le soleil ? En été, d’accord, si la planète accepte de continuer à flamber. Mais en hiver ? Est-on condamné aux sandwiches (ou aux sushis pour les fines gueules) jusqu’à ce que les rayons reviennent après les longs mois de froidure ?

Quand on y réfléchit calmement, il n’y a qu’une seule issue, le bon vieux feu de bois est le seul moyen d’assurer le chauffage dans l’avenir. Du moins si les forêts n’ont pas toutes cramées. Mais cette solution présente quelques difficultés quand on n’habite pas au château de Buckingham mais dans le deux pièces d’un immeuble tour. Comment faire ? Prendre exemple sur nos fameux lointains cuisiniers écossais. Une bonne flambée dans un local adéquat, de préférence une grotte bien ventilée, avec quelques peaux de bête en guise d’habits. Vous verrez, vous vous y ferez très bien. Après tout, à nous voir si nombreux, nos ancêtres ont bien réussi à survivre. 

www.berenboom.com 

UN PEU PEUR

   De quoi a peur Sergueï Lavrov, l’indéboulonnable ministre des Affaires étrangères de Poutine ? Pour que ce vieux diplomate, habitué à pratiquer une langue de bois châtié, se sente acculé à débiter des discours délirants sur la présence de nazis au sommet de l’état ukrainien. Puis obligé de justifier l’absurdité de ses accusations quand on lui fait remarquer que le président Zelensky est juif en balbutiant que les pires antisémites sont précisément juifs. Cela indique que le trouillomètre de ce pauvre Lavrov est sur le point d’exploser. 

 A-t-il à ce point peur de Poutine ? D’une piqure par un parapluie bulgare dans un couloir du Kremlin ? D’une pincée de poison dans le samovar du thé que lui sert sa maman tous les dimanches après le poulet-compote ? 

  Et Poutine ? La frousse doit lui avoir brûlé une partie du cerveau pour déployer une telle sauvagerie auto-destructrice – que restera-t-il de son armée après la guerre d’Ukraine ? 

Etrangement, lui aussi se réfère aux juifs. En dénonçant les sanctions infligées à son pays comme un véritable pogrom. On sait que les juifs ont souffert des Russes (et des Ukrainiens) pendant des siècles. Mais que Vladimir Vladimirovitch présente aujourd’hui son peuple comme des victimes juives, on se frotte les yeux.

   Tout le monde a peur en Russie, sauf un homme, Vladimir Ovtchinnikov, ce vieux peintre qui dessine des colombes sur tous les murs de sa ville, Borovsk. (Rassurez-vous, il a été condamné).   

  Mais il n’y a pas qu’en Russie et en Ukraine que règne la peur. Cet horrible sentiment se généralise sur toute la planète. En Chine, avec ce confinement brutal et inhumain face au covid. Chez nous où l’apocalypse climatique ne terrifie plus seulement les petites filles suédoises. Les deux années d’épidémie et ses mesures exceptionnelles, l’incompréhension devant ce mystérieux virus, sont-elles en partie la cause de cette angoisse ? 

   Regardez aussi la France. Les uns craignent Macron, les autres Le Pen ou Mélenchon. C’est la peur de disparaître qui pousse les uns à s’unir aux Marcheurs, les autres aux Insoumis, pas l’enthousiasme ni les convictions. 

En Flandre, les écolos cherchent un président désespérément. Peur encore d’assumer des responsabilités politiques.      

Une peur au moins est justifiée, la décision probable de la Cour suprême des Etats-Unis de revenir sur la légalisation de l’avortement. Qui ouvre la boîte de Pandore à l’effacement de tous les droits démocratiques si difficilement acquis. 

Si l’on doit craindre non seulement le futur mais aussi le retour vers le passé, où va-t-on ? 

Cours, camarade, le vieux monde est derrière toi…

Le titre de cette chronique est de Félix F. (5 ans), excellent observateur de l’air du temps. 

www.berenboom.com

CUSTINE ET DEPENDANCES

   Pour le président russe, le Donbass fait partie de la Russie. Donc, on l’annexe. L’Ukraine aussi. Donc, on l’annexe. Du moins, on essaye – mais la bête entière est drôlement plus difficile à digérer qu’on ne l’avait cru. 

Pourquoi utiliser des canons plutôt que de demander simplement l’avis des habitants ? Pour le président russe, il n’y a pas d’habitants en Ukraine, sinon quelques fascistes égarés qui errent là-bas depuis la fin de la grande guerre patriotique. Dites donc, s’ils vivent toujours comme le prétend Vladimir Vladimirovitch, z’ont l’air drôlement en forme, tous ces centenaires. J’aimerais connaître leur secret. Yaourt bulgare ? Radiations de Tchernobyl ? Régime crétois ? Thalassothérapie dans la mer Noire ? 

S’emparer d’un territoire sans l’avis de ses habitants au nom de quelque vague lien pêché dans l’Histoire, est une vieille histoire qui n’arrête donc pas de se répéter. Le prétexte invoqué par Hitler pour bouffer Dantzig, les Sudètes, l’Autriche, puis le reste. Mais aussi le truc de Poutine pour annexer la Crimée. Et pour lorgner sur les états baltes. Et plus si affinités. Et nous, n’avons-nous pas aussi eu droit à notre Donbasstje avec les Fourons ? Toujours ce délire de la terre sacrée…

A croire que les dirigeants politiques manquent singulièrement d’imagination. Ils pourraient épargner le sang, les larmes et les armes en attirant les citoyens dont ils convoitent les terres par d’autres carottes autrement plus appétissantes. Les acheter, les séduire par de belles promesses, des lendemains qui enchantent. 

Imaginez que le Liechtenstein propose d’annexer la Belgique (se sentant un peu à l’étroit chez eux) en promettant de nous faire bénéficier de leur régime fiscal ? Il y en aurait que ça ferait réfléchir. 

Au nom de l’Histoire, pourquoi la Russie aurait-elle le privilège d’absorber l’Ukraine ? Avant elle, c’était une province romaine. Demandez aux Ukrainiens s’ils préfèrent être rattachés à Moscou ou à Rome…

  L’Autriche pourrait aussi prétendre à « récupérer » l’ouest de l’Ukraine. La Galicie était une des provinces de l’empire. Comme la Pologne qui l’occupait auparavant. Ces batailles successorales autour du patrimoine familial sont désespérantes, sans fin, sans issue. A ce petit jeu, la carte de l’Europe serait totalement chamboulée (nos cantons germanophones retourneront à l’Allemagne, le Luxembourg et Maastricht à nous), chacun ayant une carte qui prouve que c’est lui qui peut se proclamer l’héritier. 

Puisque Poutine aime tant l’histoire, glissons-lui à l’oreille cette observation du marquis de Custine, rapportée de son voyage en Russie (1839) : « le gouvernement russe est une monarchie absolue tempérée par l’assassinat. Or, quand le prince tremble, il ne s’ennuie plus ; il vit donc entre la terreur et le dégoût ».  

www.berenboom.com

OTAN EN EMPORTE LE VENT

  A quoi tient l’OTAN ? Le président Macron, qui montre de temps en temps une dangereuse attirance pour les formules choc (qui lui explosent ensuite à la figure), constatait il y a cinq mois à peine que l’Organisation était « en état de mort cérébrale ». Cinq mois… un siècle ! Aujourd’hui, c’est Marine Le Pen qui dénonce avec véhémence l’Alliance atlantique (Georges Marchais doit se retourner dans sa tombe) et Emmanuel Macron qui défend son renforcement et son refinancement (tout en plaidant « en même temps » pour le développement d’une défense européenne). 

  Au début de cette noire décennie, les pires sujets qui agitaient l’Europe il y a un siècle occupent tous les esprits : les épidémies, le nationalisme et la guerre. Retour vers le futur ! Alors qu’on avait cru innocemment que le dérèglement climatique serait le vrai combat de ce siècle et qu’il unirait les nations. Encore raté ! Le seul réchauffement qui intéresse en ce moment est celui provoqué par les canons et les bombes. 

Inutile de souligner que les engins déployés dans la guerre d’Ukraine vont faire exploser tous les indicateurs de CO2. Heureusement pour la planète qu’il y en a un certain nombre qui ont été rapidement détruits ou coulés. 

L’armée russe n’a pas impressionné même Vladimir Poutine mais sa puissance finit par écraser tout sur son passage, même s’il faut y mettre le prix et entraîner d’énormes sacrifices même pour la population russe pour de nombreuses années. Quatre-vingts ans de communisme l’ont habituée, il est vrai, aux pénuries, à la misère et à l’autocratie. Mais, la Russie a un avantage sur l’OTAN : de quelque république ou région de la Fédération qu’ils viennent les soldats obéissent à un seul chef et à une seule stratégie. Tandis que la puissance de l’OTAN repose sur un délicat équilibre entre ses membres. Un puzzle aléatoire de corps d’armée nationaux qui obéissent en grande partie à leurs gouvernements. Enlevez une pièce maîtresse du jeu et le château de cartes risque de s’effondrer. 

Or, Marine Le Pen a inscrit à son programme le départ du commandement intégré de l’OTAN, l’arrêt des coopérations militaires et industrielles avec l’Allemagne et un rapprochement avec la Russie. Si quelqu’un a accès à l’agenda de Vladimir Vladimirovitch, merci de vérifier si sa soirée du dimanche 24 avril a bien été réservée, aller-retour Moscou-Paris et participation à un petit vin d’honneur pour l’entrée de la fifille à l’Elysée. 

Comment l’Europe se défendra-t-elle si la France quitte à la fois l’Union et l’OTAN ? 

On prétend que les chats ont sept vies. Et au-delà, qu’arrive-t-il aux petites bêtes ? Les chats de Marine Le Pen paraissent en effet les avoir toutes épuisées…

www.berenboom.com

T’AS PAS VU SUPERMAN ?

  Dans son seul roman, étrange et passionnant, « Un Héros de notre temps » (publié en 1840), le romancier russe Lermontov fait dire par son personnage : « J’ai la passion innée de contredire les gens, toute mon existence ne fut en somme qu’une suite de contradictions malheureuses entre mon cœur et mon cerveau. La présence d’un homme enthousiaste me glace… »

  Ne dirait-on pas les premières lignes des futures mémoires de Poutine ? L’aveu de son étrange personnalité, héritée peut-être de son enfance très bousculée ou de sa double identité quand il vivait comment agent du KGB sous un nom d’emprunt à Dresde ? 

  Face à lui, se découvrent les vrais héros de notre temps. Rien à voir avec les super-héros qu’on applaudit quand ils sautent de façade en façade ou qu’ils emballent la ville dans une toile d’araignée, mettant les méchants hors d’état de nuire. Leur secret ? Ils ont des super-pouvoirs, tous les enfants d’Ukraine le savent. Mais ils ne sont qu’en deux dimensions, hélas. 

 Les vrais héros de notre temps, ce sont d’abord ces Russes, jeunes et vieux, qui défient Poutine, qui osent descendre dans la rue, défiler pacifiquement, criant leur opposition à la guerre menée en leur nom contre leurs cousins ukrainiens. Et qui se retrouvent en prison, emmenés par les Robocop du pouvoir, visages aussi masqués que Batman. 

Et ces écrivains, journalistes, artistes, profs, simples quidams qui osent signer des pétitions, s’exprimer sur ce qui reste des réseaux sociaux. Des graffitis sur la porte même de la Douma, cette assemblée ce couards. Ils savent pourtant qu’ils risquent de connaître le sort du plus célèbre opposant politique, Alexeï Navalny, empoissonné puis embastillé. Que Poutine se rappelle la phrase lancée par Unanumo, en 1936 à un parterre de franquistes : « Vous vaincrez, mais vous ne convaincrez pas ! » A quoi la salle répondit en lançant « Mort à l’intelligence ! » « Vive la mort ! »

   Autres super-héros de notre temps, tous ces résistants ukrainiens du président au simple plouc qui savent eux aussi ce qui les attend et s’en vont défier la mort. Qui sont écrasés par le feu aveugle qui rase leurs villes, détruit leurs pays, ravage le grenier à blé de l’Europe (et de la Russie), dévaste les ports, puis se relèvent et font face malgré leur impuissance, leurs moyens dérisoires.

   On cherche vainement un héros dans le paquet de dirigeants occidentaux. Ils diront qu’ils font ce qu’ils peuvent, qu’ils doivent nous protéger de la furie, ne pas provoquer l’ours russe pour éviter la tentation de l’anéantissement. Mais ils ne se dépassent pas. Ils n’affrontent pas. Ils laissent l’ouragan ravager l’Ukraine. Ils gèrent autant qu’ils peuvent. Merci, les gars. Mais on n’appelle pas ça du courage… 

www.berenboom.com

SPAZIBO, VLADIMIR !

  Avis de tempête sur la campagne de Marine Le Pen. Elle rame pour engranger les parrainages nécessaires à la présentation de sa candidature, des proches la quittent pour se coller avec Eric Zemmour, qui la dépasse dans certains sondages et la disqualifie pour le second tour de la présidentielle. Même sa nièce prend ses distances avec elle après avoir abandonné son lien avec papy pour porter fièrement le seul nom de Maréchal. De là à rejoindre elle aussi Zemmour, il n’y a qu’un pas. Ne lui restera plus qu’à se laisser pousser la moustache et à sauver les Juifs français. 

   Tourne dans la tête de Marine la formule célèbre de Jacques Chirac, « Les merdes, ça vole toujours en escadrille ». Vers où se tourner à présent ? se demandait Marine Le Pen quand elle se souvint de son ami Vladimir Poutine. Le président russe l’a reçue spectaculairement en pleine campagne présidentielle de 2017 et plusieurs banques russes avaient octroyé des prêts à son parti alors que les banques françaises rechignaient à le financer. Poutine ne vient-il pas une fois de plus de montrer qu’il ne recule devant rien pour soutenir ses amis en reconnaissant d’absurdes mini-républiques de péquenots juste pour faire la nique aux autorités élues d’Ukraine ? Et d’envoyer des troupes russes pour assurer leur indépendance et accessoirement mitrailler les voisins de l’autre côté de la frontière dont le tracé n’est peut-être que provisoire.   

   Comment le camarade Vladimir peut-il aider son amie Marine ? 

   Il lui a proposé de combiner deux réussites historiques, la France libre du maréchal Pétain et les deux républiques populaires du Donbass. En cas d’échec à la présidentielle, Marine va déclarer l’indépendance de la Côte d’Azur – où son parti recueille quelques-uns de ses meilleurs scores. La suite du scénario est simple : dans un grand discours, Poutine qualifie le nouveau président français de fasciste, reconnaît la république du PACA (mieux vaut ne pas la qualifier de populaire », c’est mal vu dans le coin) et soutient sa demande d’adhésion à l’ONU, au Comité Olympique international et à la Fédération internationale de Pétanque. 

   Quelques troupes envoyées de Crimée par la mer Noire viendront renforcer le dispositif, officiellement pour protéger les nombreux oligarques qui vivent dans le coin. Et assurer la paix en France. Quelques milliers d’autres soldats viendront déguisés en membres des chœurs de l’armée rouge. Quand ils sortiront leurs kalachnikovs de leur costume de scène, il sera trop tard.  

PS : en attendant, c’est un vrai hommage en filigranes à la Belgique unie que rend Jan Bucquoy dans son nouveau film, « La Dernière Tentation des Belges » mêlant Wallonie et Flamands (avec un éblouissant Wim Willaert), où sa fantaisie iconoclaste se mêle de tragique, émotion et humour.       

 www.berenboom.com

LA SEMAINE DES QUATRE JEUDIS

   Pendant que la Vivaldi nous joue la semaine des quatre jours, Poutine, beaucoup plus ambitieux, offre à ses soldats la semaine des quatre jeudis. 

   Allez, les gars ! On rentre à la caserne ! C’est la quille ! On s’est assez amusé à emmerder le reste de la planète ! 

   Seules les troupes venues d’autres régions de l’empire et emmenées en Crimée rechignent depuis qu’elles ont découvert les bords enchantés de la mer Noire. La Riviera rien que pour elles à perte de vue sans oligarques russes bling-bling sur la plage, qui se sont bêtement réfugiés sur la Côte d’Azur. Bien sûr, la météo à Yalta est à peu près la même qu’à Knokke, 8° et averses intermittentes. Mais c’est tout de même préférable que de passer la nuit sous la tente en face de Donetsk, dans le Donbass, à quelques mètres de la frontière de l’Ukraine. Ou sur cette humide et peu hospitalière île de Touzla dans la mer d’Azov, disputée par les deux pays. 

   Quel objectif poursuit le président Poutine ? Montrer que s’il fronce les sourcils, le président Biden restera les bras ballants ? On a compris que Poor Joe ne peut que faire la grosse voix, pas le coup de force. 

   A-t-il aussi voulu souligner que le président Macron et dans la foulée l’Union européenne n’ont guère de poids pour peser dans le cours des événements qui se déroulent sur notre continent ? On s’en était déjà rendu compte lors de la sanglante, affreuse guerre de Bosnie. 

   Que l’OTAN est un pachyderme asthmatique et fatigué ? Emmanuel Macron l’a déjà diagnostiquée en « état de mort cérébrale » il y a un an. 

   A-t-il lancé un avertissement aux ex-colonies soviétiques, états baltes, Pologne, Roumanie, et consorts que leur arrimage à l’Europe occidentale ne tenait qu’à un fil de fer ? Et que leur Histoire les a longuement et durablement associés (souvent pour le pire) à la Russie. Il en est de même pour l’Ukraine, une région aux frontières éternellement mouvantes, ballotée entre ses voisins depuis toujours et que la Russie regarde de haut. Selon un proverbe ukrainien : « Qui est assis au-dessus peut facilement cracher sur qui est assis en-dessous ». 

Toute cette agitation guerrière ressemble singulièrement à une plongée dans le passé séculaire de la Russie et de ses voisins. Comme le rappelle un autre proverbe ukrainien « qui remue le passé perd un œil, qui l’oublie perd les deux ». 

   Pourquoi le président russe, qui a beaucoup aboyé et agité les crocs, semble retourner vers la niche ? Et si c’était à cause d’une considération très terre-à-terre, la covid ? Les stratèges russes avaient tout prévu dans leur expédition sauf une chose, mettre une centaine de milliers d’hommes (et de femmes) ensemble sans les obliger à garder entre eux une distance sociale de 1,5 m. est un mauvais pari. Vaut mieux ne pas se battre à la fois contre le virus et l’Ukraine…

www.berenboom.com