FUME C’EST DU BELGE !

  Inutile de vous décrire la consternation d’Emmanuel Macron en apprenant que Jean-Luc Dehaene est mort en 2014 à Quimper.

  Son ami Charles Michel lui a tant vanté les talents du Démineur qu’il ne voyait que lui pour bricoler vite fait, plus ou moins bien fait, un accord entre des partis qui se haïssent, le temps d’arriver au bout de son nouveau mandat (plus que cinq ans).  

   N’est-ce pas ainsi que la Belgique est gouvernée ? En faisant ministres des gens qui s’invectivaient la veille et se proclamaient ennemis irréductibles. Juste le genre de montage dont Macron a besoin. 

   Il y a une autre possibilité, a soufflé notre décidément très écouté ex-Premier. Gouverner sans réunir le Parlement. Ne vous faites pas tant de soucis. Le bazar avance tout seul. Tenez le gouvernement Leterme, battu aux élections, a continué sans la moindre manifestation d’opposition ni politique ni dans la rue, à gouverner le pays pendant 589 jours depuis sa chute. Et moi-même, a ajouté fièrement Michel junior, j’ai continué tranquillement comme si rien n’était alors que mon principal partenaire avait claqué la porte. 

Gouverner en se moquant du Parlement. On a fait plusieurs fois un procès en arrogance à Macron, on a dit qu’il n’acceptait de dialoguer qu’avec un seul partenaire, son miroir. Mais ça, non, il n’osait pas. Peut-être que s’il y avait un roi au-dessus de moi, je pourrais tenter le coup mais on n’a pas le temps de rétablir la monarchie (même si les Français sont mûrs pour l’accueillir. Ce serait drôlement plus emballant qu’une sixième république). 

Bref, ce qu’il cherche le pauvre Macron, c’est un nouveau Démineur, un pro de la politique mais indépendant des partis en présence, et qui parle français. Qui d’autre qu’un politicien belge ? 

Son premier choix, Bart De Wever. Un type capable de demander l’indépendance de sa région mais de gérer le gouvernement fédéral sans état d’âme. Mais notre castar a fait la fine bouche en constatant qu’il n’y avait qu’une poignée de régionalistes. Avec dix élus à placer en priorité, on ne va pas loin, a-t-il conclu avant de décliner l’offre du président français. Magnette ne voulait pas trahir ses camarades français, Nollet ses amis verts, le président du Vlaams Belang mettait comme condition préalable la garantie que Marine Le Pen serait enterrée au Panthéon après sa mort. Il s’est finalement résigné à appeler Raoul Hedebouw. Mais ses préalables lui ont fait lever les cheveux : l’indexation automatique des salaires ? Vous êtes fou ? L’obligation pour les députés d’abandonner l’essentiel de leur allocation parlementaire à leur parti ? Qui est prêt à ça ? 

Finalement, il a dû revenir à son constat de départ : seul le roi des Belges pouvait tirer de cette situation pourrie un gouvernement d’ennemis prêts à travailler ensemble. Au Palais, on prétend ne rien savoir.    

www.berenboom.com

LE DIABLE SORT DE SA BOÎTE

 Il y a deux ans, personne n’a songé à fêter les cinquante ans de la première réforme de l’état. Effet de la pandémie ? Ou grosse honte ? Depuis, il est vrai, le pays a connu cinq autres réformes de l’état sans parvenir à trouver les pièces manquantes du puzzle ni à emboîter celles qu’on a placées.

  On pouvait penser qu’une nouvelle génération de politiciens allait nous vendre un autre jeu de société, plus amusant, plus excitant, plus en phase avec notre époque et surtout avec les besoins et les aspirations des citoyens. D’autant que les protagonistes des six premières réformes sont plutôt mal en point (les socialistes wallons et surtout les sociaux chrétiens flamands) et les derniers acteurs de la partie, les plus agités, dans l’opposition (les nationalistes flamands).

Or, voilà que l’Institut Jules Destrée ressort le vieux puzzle de l’armoire. Il est vrai que cette vénérable institution s’affiche fièrement sur son site désormais comme un «think-and-do tank » (en wallon dans le texte sans traduction pour expliquer ce que ce jargon signifie). Après une longue réflexion, voici ce qu’ils ont trouvé : pourquoi ne pas démanteler la Belgique, non pas en trois régions, mais en quatre mini-états autonomes, lesquels formeraient la Belgique (quatre états qui en font un, ce n’est pas très clair, mais passons) ? 

Coïncidence, au même moment, Nicola Sturgeon, première ministre écossaise relance le projet d’un nouveau référendum pour l’indépendance de l’Ecosse. Et un mini-état de plus ! Sans compter la Catalogne qui guette derrière la porte. « Small is beautiful » était un slogan qui a connu son heure de gloire dans les années soixante. La mode est passée et surtout la réalité économique a eu raison de cette ambition.  

C’est pourquoi on peut se demander si les « penseurs » de chez Jules Destrée ne vivent pas les illusions d’une autre époque. Ils auraient peut-être dû viser plus grand plutôt que plus petit. Tant qu’à redécouper notre pays, pourquoi ne pas proposer de le constituer de six, sept, huit mini-états plutôt de quatre ? Ne soyons pas mesquins ! Ainsi, l’Ecosse comme la Catalogne, devenus indépendants, formeraient deux mini-états de plus de la Belgique fédérale, qui n’est plus qu’une espèce d’étiquette, de voile pudique dans le projet des amis de Jules D. On pourrait même y ajouter l’Ukraine. Bon sang (ce qui est le cas de le dire) mais c’est bien sûr ! Devenues parties de la Belgique nouvelle, ces trois pays n’auront plus à négocier péniblement leur entrée dans l’Union européenne. Ils en seraient membres automatiquement. Puisque rien dans le Traité de Rome n’interdit à un état membre de modifier (démocratiquement) la géographie de son territoire…   

www.berenboom.com  

NE ME REMERCIEZ PAS C’EST CADEAU

 Donner un chèque de 30 000 € à tous les jeunes qui fêtent leurs 25 ans, en voilà une bonne idée ! Bravo aux écolos. Mais, comme l’état fait rarement des cadeaux, méfiance. Quand il vous annonce une mesure spectaculaire, un mécanisme subtil l’empêche toujours de sortir réellement ses effets. L’état n’ayant évidemment pas les moyens de jeter tant d’argent par les fenêtres (c’est sympa mais il ne faut pas rigoler), il envisage diverses mesures d’endiguement. La plus radicale consiste à charger l’armée et la police d’abattre les jeunes juste avant qu’ils n’atteignent l’âge fatidique de 25 ans. 

Idée moins brutale, on pourrait tout simplement supprimer l’âge de vingt-cinq ans, comme certains hôtels évitent d’avoir un treizième étage. A l’état-civil, on passerait directement de vingt-quatre à vingt-six ans. Et le tour est joué. 

On a pensé aussi ne pas verser bêtement ces 30 000 € en espèces ou sur les comptes en banque des jeunes bénéficiaires (chacun devine à quoi ces écervelés les dépenseront) mais de les donner sous forme de tickets de la Loterie nationale ou de billets de Monopoly. La Région wallonne a suggéré de les convertir en actions de la FN. 

On se doute qu’il y aura des tricheurs, des gars et des filles de vingt ans, dont on ne se méfie pas encore, et qui vont trafiquer leurs papiers d’identité pour faire croire qu’ils ont atteint l’âge fatidique afin d’encaisser le chèque avant que le prochain gouvernement ne supprime cette mesure farfelue. 

Qui va payer les milliards destinés à financer cette manne ? Un impôt sur le capital, c’est si simple, a déclaré péremptoire la co-présidente d’Ecolo. Il y a plein de pognon dans notre pays de cocagne. Il suffit de leur piquer une partie de leurs sous. 

A-t-elle pensé que le jour où le parlement votera son projet, il ne restera plus beaucoup de super-riches imposables en Belgique ? Ils se seront fait la malle. Les frontières de nos voisins ne sont pas loin… Et aucun d‘eux n’a assez d’imagination pour promettre pareil cadeau à ses citoyens. 

Restera peut-être quelques oligarques russes installés chez nous à l’abri des sanctions où ils continuent de faire tourner leur business. Interrogé par un de nos confrères, l’un d’eux a répondu qu’il accepte de se faire taxer pourvu que les jeunes bénéficiaires de son sacrifice soient en contrepartie obligés de s’engager pendant un an dans l’armée russe, qui commence singulièrement à manquer de chair fraîche.

Infirmières, médecins, magistrats, pensionnés, pensionnaires et personnel des maisons de retraite, je ne vous donne pas la liste de tous ceux qui pleurent désespérément pour recevoir des sous de l’état (sans compter les dirigeants d’Engie). Vont-ils tous devoir défiler en proclamant « nous aussi on a vingt-cinq ans » ?   

www.berenboom.com

L’ADIEU  AUX  ARMES

      Il fut un temps où on défilait joyeusement avec poussettes, trompettes, calicots et drapeaux contre la guerre, la dissémination de missiles et d’armes nucléaires notamment en Belgique. Supprimons l’armée ! c’était le cri de notre jeunesse. Mettons fin au commerce des armes. A l’achat de matériel militaire à l’étranger qui sert surtout à remplir les caisses personnelles de quelques-uns et de certains partis politiques (l’affaire Agusta-Dassault). Remplaçons la FN par des industries bio.  

Le souvenir des horreurs de la deuxième guerre mondiale transmis par nos parents, le désastre de la guerre du Vietnam ont poussé notre génération à faire l’amour, pas la guerre. On rejetait Buck Danny. Notre héros, c’était Gaston. On rêvait d’un futur différent, la paix, le développement harmonieux de la planète et toutes ces sortes de choses. Avec l’évaporation des régimes communistes en Europe, on s’est dit, ça y est ! On a gagné. C’en était fini de la conscription, les budgets militaires en chute libre. Mais, chassez l’armée par la porte, elle rentre par la cheminée. 

   Fin de la guerre ? L’illusion a duré aussi peu de temps que celle de la fin de l’Histoire. Cinq ans après la chute du Mur, les massacres dans la Yougoslavie en pleine décomposition, le génocide au Rwanda ont balayé nos illusions. Ce qui aurait déjà dû faire résonner la sonnette d’alarme. On s’est imaginé qu’il suffirait d’envoyer des Casques bleus pour décourager les assaillants. Or, ils ont été incapables de contenir même des conflits locaux. On s’est massacré au Rwanda, au Congo ou en Bosnie sous les yeux impuissants de ces pauvres ploucs couleur schtroumpf. Pourtant, on continuait de se dire qu’en Europe occidentale, on était à l’abri. Que la fin de l’armée signerait la fin des guerres en tout cas chez nous. Et qu’on pouvait s’investir dans d’autres combats, pour l’environnement, contre la pauvreté. 

Le choc du 11 septembre 2001 a balayé ces chimères. Le terrorisme s’est installé. Il fallait des armes et des professionnels pour le combattre. Puis Poutine a monté le bout de son nez en Géorgie, en Crimée – une fois de plus, on a réagi mollement- avant de révéler sa vraie nature et d’allumer tous les feux de l’enfer en Ukraine. Et nous revoilà plongés dans ce que nous avions cru et espéré disparu avec l’horrible siècle passé. 

Guerre, commerce des armes, développement du personnel et du matériel militaires, nous sommes obligés de nous poser la question : devons-nous remettre en question les combats de notre génération ? Et revoir le montant des investissements consacrés à la lutte contre le changement climatique ou le développement ? Déjà qu’on racle les fonds de tiroir après la pandémie…

Faut être courageux ou inconscient pour être prêt à entrer en politique ces jours-ci…      

www.berenboom.com

A MOSCOU, CE FUT L’INCENDIE. A WATERLOO, CE FUT LE SORT 

     Quelles sont ces mauvaises langues qui prétendent que la Wallonie ne redresse pas la tête ? Son nouveau nouveau nouveau plan de redressement annoncé à grand coups de tambours par son fringant ministre-président à peine déployé, les fonctionnaires chargés du tourisme, doigt sur la couture du pantalon, ont suivi les instructions du boss. D’accord, chef. Dites, on a une idée de génie. Grâce à la guerre d’Ukraine, on va attirer des milliers de touristes en Wallonie.

Tous ceux que fascine la boucherie qui enflamme et ensanglante l’est de l’Europe n’ont plus besoin de prendre des risques idiots en essayant d’aller voir sur place ou juste de l’autre côté de la frontière, comme tous ces hommes et femmes politiques qui vont se faire photographier à Kiev ou Odessa (parfois seulement à Lviv, d’où on se débine plus facilement vers la Pologne). Afin de faire admirer leur courage par les électeurs.

Ils veulent la guerre ? Eh bien, ils l’auront ! Et pour pas cher ! On va mettre les visiteurs au sein même du théâtre des opérations, avec des tas de canons, des explosions, en veux-tu en voilà, plein de fumées et de bruit, et même des blessés et des morts (pour rire, hein !) On promet des leçons de maniement des armes, des démonstrations de soins aux blessé (je n’invente rien), cela s’appelle la reconstitution de la Bataille de Waterloo, annoncée à grand coups de pub. « Vous sentirez la poudre des canons et des fusils », promet le site … Pendant qu’on meurt pour de vrai dans le Donbass ou à Marioupol, on va mourir pour le spectacle à Waterloo dans un mois … 

Bon goût, mauvais goût ? Qui s’intéresse au goût s’il s’agit de sauver la région wallonne ? 

Il y a d’ailleurs un lien entre la Russie et le Brabant wallon. Victor Hugo n’a-t-il pas écrit : « A Moscou, ce fut l’incendie/A Waterloo, ce fut le sort ». 

L’écrivain qui ne fut pas dupe de tout ce bazar quand il fit le récit de sa visite de la morne plaine : « Fausse montagne, faux lion. La montagne n’est pas en roche et le lion n’est pas en bronze. Dans cet argile, façonnée en hauteur, dans cette fonte, peinte en airain, dans cette grandeur fausse, on sent la petitesse. Ce n’est pas un lieu, c’est un décor. »

Facile pour un écrivain français de critiquer les initiatives de chez nous et l’imagination de nos fonctionnaires. A Hugo, on n’a jamais demandé de monter un spectacle pour sauver sa région. 

Le week-end terminé, quand les familles rentreront chez elles et qu’elles ouvriront la télé, comment expliqueront-elles les images d’Ukraine à leurs enfants qui viennent de s’amuser comme des fous à compter les morts de part et d’autre sous le son de la mitraille ? J’espère qu’avec le ticket, les organisateurs penseront à fournir un petit mode d’emploi pour différencier la vraie guerre de la fausse…

www.berenboom.com

HEURES PERDUES

  Depuis le mystérieux reflux de la pandémie (nous assure-t-on), les bagnoles sont redevenues avec plus d’enthousiasme que jamais les reines du macadam. Ca SUV et ça souffle sur toutes les routes du pays et surtout ça avance à l’allure d’escargots sous le regard sarcastique des cyclistes et des piétons. De Sterpenich aux tunnels de Bruxelles, et l’E 25, l’E 40, l’A 8 et ce frigo abandonné sur l’autoroute et ce chien perdu sans collier qui trotte joyeusement sur la chaussée et ce conducteur fantôme qui oblige à fermer brutalement les accès de la chaussée. 

  Pendant que des milliers de conducteurs belges font interminablement du surplace en appuyant inutilement sur la pédale de l’accélérateur – le bruit du moteur qui gronde, vroum vroum, ça les rassure – des milliers d’Ukrainiens tournent en rond dans les abris attendant que les bombes russes arrêtent de tomber ou que ceux qui les envoient cessent enfin de se comporter comme des robots en obéissant aveuglément à un dirigeant paranoïaque devenu fou. 

   Que fait-on pendant toutes ces heures perdues ? Dans la vie soi-disant normale, on est toujours pressé, désolé je suis occupé, et là, on perd des heures et des jours et des semaines de notre vie juste à attendre, à piétiner, à fixer le pare-chocs du tacot qui nous précède et nous envoie ses gaz d’échappement pour parfumer le début puis la fin de notre journée de navetteur ou on attend en tremblant face aux murs suintants de l’abri dans la ville d’Ukraine où l’on est coincé. 

   Faites le compte de toutes ces heures perdues, retranchez-les de la durée de votre vie, ça donne le vertige. 

  Pendant que vous contemplez le vide ou plutôt le trop-plein des routes, ceux qui nous dirigent accumulent eux aussi les heures perdues. Tournant en rond. Mais avec l’apparence de faire quelque chose. Ils colloquent, travaillent à des projets irréalisables, fignolent des promesses paillettes qui brillent quelques instants avant de retomber en poussières comme les fusées des feux d’artifice. Les plans qui mettent la tête de la Wallonie hors de l’eau se succèdent depuis cinquante ans, coulant les uns après les autres. Mais ça cause avec la régularité d’un moteur vroum vroum à l’arrêt. Parfois, pour pimenter le jeu, ils tentent de faire peur (attention, je débranche la prise !) avant de se remettre à la danse du ventre, preuve qu’ils bougent. Ils parlent avec des mines de conspirateurs, attirent nos suffrages avec des mines d’aspirateurs. Mais en fait, ils font du surplace exactement comme nous. Au programme de mesures qu’on n’exécute pas, succèdent des promesses de nouvelles mesures qu’on ne mettra pas en œuvre. Et on oublie de se battre pour une paix sur laquelle on n’a manifestement aucune prise. Les aquabonistes ont le vent en poupe, comme le rappelait récemment mon voisin de chronique, Michel Francart.

www.berenboom.com  

FAITES CONFIANCE A PHILEAS FOGG

Je vous fiche mon billet que Georges Louis Bouchez ne renoncera jamais aux jeux de hasard tant qu’il n’aura pas gagné son pari : devenir premier ministre d’une Belgique réunifiée, président de l’Europe, secrétaire général de l’ONU ou, à défaut, à tout le moins que son équipe de foot, les Francs Borains, aient battu l’Union St Gilloise une fois dans sa carrière. 

   Donc dans longtemps… Quelle mouche a piqué un autre libéral, Vincent Van Quickenborne, de décider un matin qu’il allait supprimer la publicité pour les jeux de hasard d’un trait de plume ? Et dans la foulée, que les sites étrangers de jeux en ligne sur internet auraient l’obligeance de ne pas franchir la frontière belge. Croyait-il ainsi décourager Poutine ? Ou les électeurs flamands d’extrême droite de voter pour le Vlaams Belang ? Non ? Alors, on se perd en conjecture sur ses motivations. 

  En tout cas, l’idée est ridicule. Arrêtons de voter des lois qui empêchent les gens de jeter leur argent par la fenêtre s’ils en ont envie en échange d’un bref moment de rêve. Le rêve de devenir scandaleusement riche ou roi de l’Ukraine ou premier ministre français à la tête d’une coalition de bric et de broc ou président du CD&V. Vous préférez, monsieur le Ministre, laisser les Belges sombrer dans la mélancolie parce que rien ne les fera plus vibrer. Car ce n’est pas la perspective d’une poussée libérale, démocrate-chrétienne ou socialiste qui va les enthousiasmer. Même pas celle de voir les communistes obligés de diriger le prochain gouvernement après une inattendue victoire électorale. Quick n’a donc pas saisi qu’il est interdit d’interdire aux gens de rêver ?  

   Certains prétendent que le pari n’est qu’un jeu. Grave erreur. C’est un art de vivre, l’expression de la foi dans l’avenir, d’un lendemain qui chante. En ces temps où l’on broie du noir et où on tremble devant la panoplie d’apocalypses qu’on nous annonce, autoriser, que dis-je, encourager les jeux et paris est une nécessité sociale et politique, un traitement psycho-thérapeutique, seul à même de sauver notre société malade et traumatisé. 

Miser sur un cheval, acheter un billet de loterie, deviner le chiffre absurde qui sortira de la machine ou l’alignement d’une série de jetons qui feront de vous un héros, c’est aussi romantique qu’être persuadé que demain, en traversant la rue, on tombera enfin sur l’homme ou la femme de sa vie. 

   Autrement dit, c’est drôlement sérieux un pari. Jules Verne l’a parfaitement noté dans « Le Tour du Monde en quatre-vingts jours » : « Un Anglais ne plaisante jamais quand il s’agit d’une chose aussi importante qu’un pari » fait remarquer Phileas Fogg. Qu’il a gagné, remarquez-le au passage, de quelques secondes. 

www.berenboom.com

UN PEU PEUR

   De quoi a peur Sergueï Lavrov, l’indéboulonnable ministre des Affaires étrangères de Poutine ? Pour que ce vieux diplomate, habitué à pratiquer une langue de bois châtié, se sente acculé à débiter des discours délirants sur la présence de nazis au sommet de l’état ukrainien. Puis obligé de justifier l’absurdité de ses accusations quand on lui fait remarquer que le président Zelensky est juif en balbutiant que les pires antisémites sont précisément juifs. Cela indique que le trouillomètre de ce pauvre Lavrov est sur le point d’exploser. 

 A-t-il à ce point peur de Poutine ? D’une piqure par un parapluie bulgare dans un couloir du Kremlin ? D’une pincée de poison dans le samovar du thé que lui sert sa maman tous les dimanches après le poulet-compote ? 

  Et Poutine ? La frousse doit lui avoir brûlé une partie du cerveau pour déployer une telle sauvagerie auto-destructrice – que restera-t-il de son armée après la guerre d’Ukraine ? 

Etrangement, lui aussi se réfère aux juifs. En dénonçant les sanctions infligées à son pays comme un véritable pogrom. On sait que les juifs ont souffert des Russes (et des Ukrainiens) pendant des siècles. Mais que Vladimir Vladimirovitch présente aujourd’hui son peuple comme des victimes juives, on se frotte les yeux.

   Tout le monde a peur en Russie, sauf un homme, Vladimir Ovtchinnikov, ce vieux peintre qui dessine des colombes sur tous les murs de sa ville, Borovsk. (Rassurez-vous, il a été condamné).   

  Mais il n’y a pas qu’en Russie et en Ukraine que règne la peur. Cet horrible sentiment se généralise sur toute la planète. En Chine, avec ce confinement brutal et inhumain face au covid. Chez nous où l’apocalypse climatique ne terrifie plus seulement les petites filles suédoises. Les deux années d’épidémie et ses mesures exceptionnelles, l’incompréhension devant ce mystérieux virus, sont-elles en partie la cause de cette angoisse ? 

   Regardez aussi la France. Les uns craignent Macron, les autres Le Pen ou Mélenchon. C’est la peur de disparaître qui pousse les uns à s’unir aux Marcheurs, les autres aux Insoumis, pas l’enthousiasme ni les convictions. 

En Flandre, les écolos cherchent un président désespérément. Peur encore d’assumer des responsabilités politiques.      

Une peur au moins est justifiée, la décision probable de la Cour suprême des Etats-Unis de revenir sur la légalisation de l’avortement. Qui ouvre la boîte de Pandore à l’effacement de tous les droits démocratiques si difficilement acquis. 

Si l’on doit craindre non seulement le futur mais aussi le retour vers le passé, où va-t-on ? 

Cours, camarade, le vieux monde est derrière toi…

Le titre de cette chronique est de Félix F. (5 ans), excellent observateur de l’air du temps. 

www.berenboom.com

UN VOISIN TRES ROMANESQUE

     « Arrogant », c’était le mot à la mode de la campagne présidentielle française. Cette critique qu’on lance à celui dont la tête dépasse beaucoup beaucoup trop, par exemple à Cyrano de Bergerac (« ces grands airs arrogants ») ou au Cid de Corneille (« Va contre un arrogant éprouver ton courage »). 

    S’agissant d’Emmanuel Macron, dire qu’il a été arrogant est une façon de venir au secours de la présidente du Rassemblement national, dont il a ébranlé le programme, l’absence de financement des mesures, son lien avec les dirigeants russes. Pauvre Marine Le Pen, perdue dans ses chiffres, obsédée par la recommandation de ses chats de garder en permanence un sourire figé même sous les attaques. 

   Après le débat entre les deux finalistes de la présidentielle, au terme de la campagne électorale, doit-on encore parler d’arrogance à propos d’Emmanuel Macron ? Ne doit-on pas chercher un autre qualificatif ? Constater simplement qu’il a été meilleur que ses adversaires, pétillant d’intelligence et d’audace sinon de provocation avec des projets électoralement dangereux. En osant faire applaudir l’Europe dans un pays qui a voté par référendum contre le traité de Maastricht et qui se méfie d’un continent sans frontières. Il a aussi osé plaider pour le recul de l’âge de la pension, ce qui est en fait une idée plus ingénieuse qu’il n’y parait: la vieillesse étant un mauvais moment à passer, autant en réduire la durée… 

   Sa supériorité sur ses adversaires dérange dans un pays qui rêve de révolution mais se plonge dans les jérémiades chaque fois qu’on tente de le réformer. Quand Madame Le Pen se proclame à chaque interview « le peuple » face aux « élites », ne montre-t-elle pas par ce saisissant raccourci un vrai mépris pour ledit peuple, une façon de sous-entendre qu’il n’est pas très malin ni très intelligent ? 

   Tout est improbable chez Macron, sa personnalité, son parcours, son amour-passion pour Brigitte, son bagage littéraire et philosophique, qu’il n’hésite pas à mettre en avant (ce qui est aujourd’hui mal vu en politique). Mais ce serait une erreur de croire que c’est un intellectuel alors qu’il est un dézingueur, qui a réussi à nettoyer (comme on le dit d’un tueur) toute la classe politique française ne laissant sur le terrain que les extrêmes. Ses yeux bleus au charme hypnotique sont à la fois le signe de sa séduction et de sa froide détermination à tirer ! 

   Il y a peu d’exemples en France d’homme politique au parcours aussi romanesque. S’il avait vécu au siècle des Lumières (on sent qu’il y aurait été à l’aise), on devine la fascination qu’il aurait exercé sur Alexandre Dumas et ce que le magnifique conteur aurait fait avec un si éblouissant personnage. Le petit-fils de d’Artagnan ? A moins que Macron n’écrive un jour lui-même son propre roman. 

www.berenboom.com

CUSTINE ET DEPENDANCES

   Pour le président russe, le Donbass fait partie de la Russie. Donc, on l’annexe. L’Ukraine aussi. Donc, on l’annexe. Du moins, on essaye – mais la bête entière est drôlement plus difficile à digérer qu’on ne l’avait cru. 

Pourquoi utiliser des canons plutôt que de demander simplement l’avis des habitants ? Pour le président russe, il n’y a pas d’habitants en Ukraine, sinon quelques fascistes égarés qui errent là-bas depuis la fin de la grande guerre patriotique. Dites donc, s’ils vivent toujours comme le prétend Vladimir Vladimirovitch, z’ont l’air drôlement en forme, tous ces centenaires. J’aimerais connaître leur secret. Yaourt bulgare ? Radiations de Tchernobyl ? Régime crétois ? Thalassothérapie dans la mer Noire ? 

S’emparer d’un territoire sans l’avis de ses habitants au nom de quelque vague lien pêché dans l’Histoire, est une vieille histoire qui n’arrête donc pas de se répéter. Le prétexte invoqué par Hitler pour bouffer Dantzig, les Sudètes, l’Autriche, puis le reste. Mais aussi le truc de Poutine pour annexer la Crimée. Et pour lorgner sur les états baltes. Et plus si affinités. Et nous, n’avons-nous pas aussi eu droit à notre Donbasstje avec les Fourons ? Toujours ce délire de la terre sacrée…

A croire que les dirigeants politiques manquent singulièrement d’imagination. Ils pourraient épargner le sang, les larmes et les armes en attirant les citoyens dont ils convoitent les terres par d’autres carottes autrement plus appétissantes. Les acheter, les séduire par de belles promesses, des lendemains qui enchantent. 

Imaginez que le Liechtenstein propose d’annexer la Belgique (se sentant un peu à l’étroit chez eux) en promettant de nous faire bénéficier de leur régime fiscal ? Il y en aurait que ça ferait réfléchir. 

Au nom de l’Histoire, pourquoi la Russie aurait-elle le privilège d’absorber l’Ukraine ? Avant elle, c’était une province romaine. Demandez aux Ukrainiens s’ils préfèrent être rattachés à Moscou ou à Rome…

  L’Autriche pourrait aussi prétendre à « récupérer » l’ouest de l’Ukraine. La Galicie était une des provinces de l’empire. Comme la Pologne qui l’occupait auparavant. Ces batailles successorales autour du patrimoine familial sont désespérantes, sans fin, sans issue. A ce petit jeu, la carte de l’Europe serait totalement chamboulée (nos cantons germanophones retourneront à l’Allemagne, le Luxembourg et Maastricht à nous), chacun ayant une carte qui prouve que c’est lui qui peut se proclamer l’héritier. 

Puisque Poutine aime tant l’histoire, glissons-lui à l’oreille cette observation du marquis de Custine, rapportée de son voyage en Russie (1839) : « le gouvernement russe est une monarchie absolue tempérée par l’assassinat. Or, quand le prince tremble, il ne s’ennuie plus ; il vit donc entre la terreur et le dégoût ».  

www.berenboom.com