AU FEU, LES POMPIERS !

         Chaque mois nous apporte de nouveaux romans formidables. Au hasard de mes dernières découvertes, « La cité des nuages et des oiseaux » de Anthony Doerr, un roman-monde, superbe, poétique, drôle. Et « Oh ! William ! » d’Elizabeth Strout. On a rarement écrit si fin sur le couple. Il ne s’y passe rien et on a l’impression de dévorer un thriller !  

     Nous gardons tous également quelques coups de cœur parfois des classiques dans la bibliothèque. Un coup d’œil sur leur couverture ramène le souvenir d’émotions profondes. Parfois, on s’y replonge pour oublier la colère qui gronde autour de nous et qui risque de nous submerger. Pour moi, notamment « Abattoir 5 » de Kurt Vonnegut, « Anna Karenine » de Tolstoï, « Les Âmes mortes » de Gogol, les romans de John Buchan ou « Le comte de Monte Cristo » d’Alexandre Dumas et tant d’autres. Une chronique n’y suffirait pas.  

       Rien n’est plus personnel que l’amour d’un livre. Combien de fois ai-je prêté avec enthousiasme des romans à des amis qui me les ont rendus dépités. Ainsi, j’ai un amour profond pour l’Ancien Testament que ne partagent pas plusieurs de mes relations. Mais je n’ai jamais réussi à lire plus de cinq pages du Coran. Allez savoir pourquoi. Alors que le « pitch » est le même et que plein de personnages de l’un sont à nouveau les héros de l’autre !

   Mais, ce n’est pas parce que « Le Rouge et le Noir » m’est tombé des mains que je vais le jeter au feu. Pas plus que les livres de Houellebecq. Alors, pourquoi aller brûler un exemplaire du Coran devant l’ambassade de Turquie comme l’a fait un manifestant qui protestait contre le régime de Recep T. Erdogan ? D’abord, en quoi le président turc est-il responsable que le Coran, en tout cas dans sa version suédoise, est illisible ? Il n’en est pas l’auteur – en tout cas d’après mes informations.  

    Il y a des tas de livres que je n’aime pas. Les brûler ne me viendrait pas à l’idée. Car s’ils ne me plaisent pas, je sais qu’ils feront le délice d’autres amateurs. Vous n’aimez pas le Coran ? Donnez-le ! Et n’en dégoûtez pas les autres ! 

Brûler un livre pour dénoncer l’autoritarisme d’un régime, c’est se montrer plus intolérant et fanatique que le despote contre lequel on proteste. C’est à désespérer de la liberté d’expression que de la traiter aussi mal. C’est justifier le discours de ceux qui veulent la grignoter, la discuter pour peu à peu la supprimer. 

Dont font partie, s’il faut en croire l’enquête publiée par votre quotidien favori sur le blues des Belges, une partie de nos compatriotes qui rêvent, paraît-il, du retour d’un p’tit Léon Degrelle et de la peine de mort. 

Faudrait peut-être leur mettre un bon bouquin entre les mains et attendre le retour du printemps avant de recommencer le sondage !     

www.berenboom.com

MAIS QUE DIABLE FAIT LA POLICE ?

   Non loin de la Colonne du Congrès aux pieds de laquelle repose le soldat inconnu, on peut visiter un autre cimetière, le commissariat de police de la rue Royale. Trois morts, la dernière, une dame interpelée en état d’ébriété et flanquée en cellule par la police d’Ixelles (plutôt qu’à l’hôpital) alors qu’elle avait été trouvée manifestement ivre (peut-être aussi victime d’autres produits) tenant des propos incohérents sur la voie publique. Sourour A. a connu le sort de deux autres détenus de ce commissariat devant lequel il faudrait aussi installer une flamme éternelle. Est-ce une coïncidence que la Colonne du Congrès soit l’œuvre de Joseph Poelaert, l’architecte du Palais de Justice, édifice dont l’état de dégradation avancée sinon la ruine annoncée, apparaît comme une image cruelle mais moins caricaturale qu’il n’y paraît de l’état de notre justice ? 

Autre coïncidence, la rédaction du Soir ne se trouve pas loin de là, sur la même artère. Or, le 18 janvier 2007, l’imposante sculpture représentant la Liberté de la Presse a été arrachée de la Colonne du Congrès et projetée en bas de son socle…

Sur le site du commissariat de police, se trouve un document (tout cela est parfaitement vrai) intitulé « (In)satisfait de nos services ? » suivi d’un formulaire de plainte. Suit un « formulaire de félicitations ». « Satisfait de nos services ? Vous pouvez l’exprimer ici… »

   Reste-t-il au fils de Madame Sourour A. un autre recours que de remplir ce protocole venu si à-propos ? Car, à notre connaissance, des deux autres décès récents et tout aussi inexplicables de personnes enfermées dans une cellule de ce commissariat, on ne connait aucune réaction des autorités, ni conclusions des enquêtes qui ont dû être menées. 

  On ajoutera que des caméras étaient placées dans la cellule. On peut donc savoir exactement ce qui s’y est passé. Mais on pouvait surtout le voir en temps réel pendant cette nuit tragique où Madame Sourour A. se serait donné la mort. La mort en direct. Si cette dame était dans l’état que l’on a décrit, on attendait des préposés à la surveillance qu’ils soient particulièrement attentifs, qu’ils interviennent immédiatement. Mais non. Regardaient-ils un autre programme sur leur écran ? Déjà lors d’un des précédents décès, il a fallu aux policiers 9 heures avant de découvrir le corps d’un homme lui aussi décédé dans la cellule maudite ! 

Nous qui nous flattons de vivre dans un état de droit, où les règles de la démocratie sont garanties, on suppose que la police est soumise à des prescriptions qui garantissent qu’elle protège les citoyens au lieu de les écraser et qu’elle n’abuse pas de ses pouvoirs. 

  Il y a quelque chose de pourri au Royaume… 

www.berenboom.com

J’IRAI CRACHER SUR VOS HECATOMBES

« Papa, je suis condamné à mort. Mais ne le dis pas à maman ». 

Ce sont les derniers mots écrits par un jeune Iranien, Mehdi Karami, avant d’être pendu le 7 janvier 2023. Karami fait partie de cette charrette de manifestants qui, ayant survécu aux tirs de la police après la mort de Mahsa Amini dans les geôles de la police des mœurs, ont été exécutés. Quelques autres attendent encore dans le couloir de la mort. On ne sait s’il faut d’abord saluer le courage de ces hommes et femmes qui remettent en cause l’étranglement de la liberté au risque de leur vie ou constater que les autorités iraniennes sont en train de perdre la tête. En décimant leur propre jeunesse. Mais la république islamique a le triste privilège depuis qu’elle a mis le voile sur le pays d’être devenue championne de la peine de mort dans le monde après la Chine.  

Tout occupés à négocier un nouvel accord sur le nucléaire, les Occidentaux assistent gênés et sans grande réaction à cette barbarie. J’irai cracher sur vos hécatombes ! Les Iraniens sont-ils d’ailleurs encore demandeurs de pareil traité alors qu’ils se sont empressés de mettre au point l’arme atomique à marches forcées depuis que le président Trump a déchiré le précédent traité, à la grande satisfaction d’une partie des dirigeants iraniens ? Pourquoi les Occidentaux sont-ils si mous ? Il faut reconnaître qu’il y a beaucoup d’intérêts économiques pour nos entreprises côté mollahs ce qui nous fait un peu baisser le ton. D’autant que nous avons déjà fort à faire avec tous les autres états qui violent allégrement les règles les plus élémentaires de la civilisation, y compris sur notre propre continent. S’il fallait remonter les bretelles de tous les régimes scandaleux, on n’aurait plus ni pétrole, ni gaz, ni métaux précieux et rares ! Rien que des mines de charbon abandonnées…

Pendant ce temps, un de nos compatriotes, travailleur humanitaire, Olivier Vandecasteele, a été condamné à 28 ans de prison et à 74 coups de fouet. 

Une fois de plus, on doit saluer le travail unanime des juges iraniens tous aux ordres du pouvoir qui font semblant d’avoir étudié le droit alors qu’ils n’ont suivi que des cours de boucherie.

La condamnation d’Olivier Vandecasteele est purement cynique puisqu’elle a pour objet de récupérer Assadollah Assadi, un agent soi-disant diplomatique iranien, condamné pour terrorisme (un projet d’attentat contre des opposants iraniens à Paris). Cet échange, qui sauvera une vie mais donnera raison aux preneurs d’otages, est pour l’instant bloqué par un recours contre le traité de transfèrement devant la cour constitutionnelle.     

Omar Khayyan a écrit : « Avant notre venue, rien ne manquait au monde. Après notre départ, rien ne lui manquera ». Le grand écrivain perse du 11ème siècle avait-il eu la prémonition de l’arrivée (et du départ) de la dictature des mollahs ? 

www.berenboom.com

VOEUX DE LA VEILLE

   On ne peut prévoir les choses qu’après qu’elles sont arrivées, disait Ionesco. Ce qui facilite la tâche des chroniqueurs. Personne ne leur reprochera dans quelques mois d’avoir raté les événements de 2023 pas plus qu’aucun sage n’avait annoncé le cyclone de la pandémie ni les dévastations d’Ukraine au début des trois dernières années ni, plus grave encore et plus inattendu, le passage d’Alexia Bertrand du MR à l’Open-VLD. Donc, ne comptez pas sur moi pour vous dévoiler les grands titres de votre quotidien favori des prochaines semaines. Les événements semblent toujours relever des délires de romanciers de science-fiction avant qu’ils ne se produisent. Parfois même après. 

Tenez, dans dès le début de cette ère, Le Soir annonçait que « La Belgique va tester les eaux usées des avions chinois » autrement dit, le ministère de la santé va envoyer des équipes à Zaventem gratter les toilettes des longs courriers venant de Chine. Plutôt que d’organiser un bête test covid de tous ceux qui débarquent. Ce spectacle semble à première vue aussi bouffon et déconcertant que la fouille humiliante des prévenus du procès des attentats de Bruxelles. Dans les deux cas, on ne vole pas très haut. Avec la conséquence prévisible que, comme nous l’a appris Buck Danny, quand on prend le risque de descendre à cette hauteur, on a toutes les chances de se planter…  

Peut-être l’erreur est de s’obstiner à répéter aveuglement ce rituel qui veut que le 31 décembre, on tourne la page et on recommence à zéro. Ce serait si bien d’effacer ce qu’on a mal fait en 22 et de le refaire dans le bon sens. Poutine signerait des deux mains à l’idée de reprendre l’invasion de l’Ukraine à zéro. Et Trump l’invasion du Capitole. Et Will Smith la cérémonie des Oscars. Et les Diables rouges… Non, eux referaient les mêmes bêtises. 

On aimerait bien aussi revenir en arrière pour empêcher Sempé, Sidney Poitier ou Arno et quelques autres de prendre la poudre d’escampette. 

Pour casser la routine, on peut choisir de démarrer l’agenda à une autre date, par exemple le jour de l’équinoxe d’automne comme dans le calendrier républicain soit le 1er vendémiaire (septembre) ou le mettre au 1 er jour de l’année du calendrier perse, chinois, zoroastrien, juif, égyptien ancien ou de s’aligner sur celui des habitants de Mars qui changent tous les jours, ce qui leur permet de faire bombance et célébrer le réveillon chaque soir, dès que les astronomes terriens sont endormis. 

Façon de revoir ce protocole figé qui oblige de souhaiter chaque réveillon ses bons vœux à minuit quand tout le monde est bourré. Ou de prendre de soi-disant nouvelles résolutions qu’aucun homme politique ne tiendra jamais même s’il est une femme. 

Mais, attention, je suis sincère quand je vous souhaite ici une belle année et vous fixe rendez-vous au 31 décembre 2023 ! 

www.berenboom.com  

O TEMPORA, O MORES ! 

  L’échec de la Commission parlementaire sur le passé colonial de notre pays fait penser à celui des Diables rouges à la Coupe du Monde. Chacun pour soi. Les joueurs rechignant à jouer collectif pour se mettre seuls en valeur devant leurs fans. Et l’entraîneur s’intéressant davantage à la coupe de ses costumes qu’à celle du championnat de football. 

   Après avoir travaillé pendant de longs mois, décortiqué par le menu le système colonial, identifié ses principaux abus, ses dérives, la discrimination, le racisme endémique et l’appropriation des richesses du pays érigés en système et conclu que la Belgique affichait un passif incontestable (par rapport aux apports de la colonisation), les commissaires se sont quittés en prétendant que les conséquences de tous les pillages, massacres, humiliations ne pourront être tirées que par la prochaine génération. Demain, on présentera nos excuses, aujourd’hui, on n’a pas la tête à ça. Ou si vous êtes insistants, acceptez entretemps nos regrets.  

Voilà à quoi les parlementaires ont passé leur temps, à décortiquer de façon jésuitique les différences sémantiques entre regrets et excuses, au point de recouvrir d’un voile ou d’enfermer dans un placard si on préfère tous les constats faits depuis deux ans et demi, les détails de la documentation, les apports des experts, les échos de la mémoire pour empêcher qu’elle ne se referme comme la mâchoire d’un crocodile. 

Guy Verhofstadt, alors premier ministre, avait rétabli un peu la dignité de la Belgique en présentant ses excuses au Rwanda au nom du peuple belge en 2000. Le génocide s’était déroulé six ans plus tôt. Etrange qu’il soit plus difficile de reconnaître des exactions beaucoup plus anciennes.  

Puisque nos législateurs ont du mal à laisser échapper de leurs lèvres sèches le mot « excuse », n’auraient-ils pas pu alors faire preuve d’imagination en exprimant leur repentance, leur repentir, leur attrition, voire leur résipiscence ? 

Après avoir convoqué le ban et l’arrière-ban des experts de l’histoire du Congo, du Rwanda et du Burundi, qui ont unanimement souligné l’importe de ces excuses, notamment par rapport au racisme persistant, ils auraient pu appeler à l’aide quelques écrivains qui auraient pu les sortir de l’embarras dans lequel ils s’étaient enferrés. Evidemment, les auteurs auraient quelque raison de refuser leur assistance à des parlementaires qui ont décidé d’effacer le régime fiscal particulier des moins nantis d’entre eux et de nier leur statut pour quelques misérables deniers soi-disant utiles pour boucler le budget de l’état. 

« O tempora, o mores !
Senatus haec intellegit, consul videt ; hic tamen vivit. Vivit ?
 »

« Quelle époque, quelles mœurs !
Le sénat sait ces choses, le consul les a vues et pourtant il vit. Il vit ? » (Cicéron, Les Catilinaires). 

www.berenboom.com

QATARSIS

    Cela faisait des dizaines d’années que les parlementaires européens se grattaient la tête : comment diable intéresser les citoyens européens à leur assemblée ? L’élection directe des députés, l’extension des compétences, l’examen de passage des nouveaux commissaires devant l’assemblée, aucune de ces initiatives n’a retenu l’attention. Disons-le franchement : personne n’en a rien à faire de ce que disent, votent, pensent ou discutent les parlementaires européens. C’est brouillard permanent au-dessus du Caprice des dieux… 

A part quelques réflexions désabusées sur leurs salaires et leurs avantages, on ne savait pas très bien à quoi ils servaient et, à vrai dire, on s’en fichait. 

On comprend donc l’initiative audacieuse d’une poignée d’entre eux et de quelques ex pour secouer le cocotier. Résultat, depuis la découverte du qatar-gate à Bruxelles, ses animateurs sont devenus des stars mondiales. Mbappé, Messi, Modric, Boufal, toutes les icônes qui paradaient sur les terrains de Doha ont disparu des écrans. Remplacées par une vice-présidente du parlement au profil de femme fatal, Eva Kaili, son élégant compagnon, son pauvre papa, une poignée de députés et peut-être quelques autres comparses qui vont sortir des coulisses pour le final. 

Aucune agence de communication n’aurait réussi pareil coup ! On espère que les services du parlement européen récompenseront à leur juste valeur ces génies d’autant que, malgré leurs efforts, ils risquent des fins de mois difficiles car les poulagas ont fait main basse sur leur épargne. Jusqu’à ce que la justice belge efface ces horribles préventions et leur rendent leurs valises de billets avec les excuses du ministre de la Justice. 

Eva Kaili était un bon choix. Qui, mieux qu’une élue grecque, peut expliquer la qatarsis, c’est-à-dire la séparation du bien et du mal, une notion qui vient de Platon et Aristote. La catharsis permet la purge qui prépare le corps à l’élévation de l’âme et sa purification. Les flics belges n’y ont évidemment rien compris. L’explication est pourtant simple : pour purger leur âme des humeurs mauvaises nées de leur sentiment de culpabilité après avoir manipulé les dirigeants de l’UEFA pour décrocher la Coupe du Monde de foot, fait exploser les normes environnementales en construisant leurs stades déments et ridiculisé les conventions internationales qui garantissent les conditions de travail, les autorités qataries ont eu besoin de purger leur âme. D’où l’appel à Madame Kaili qui a investi le prix payé pour cette catharsis dans la promotion du parlement dont elle était vice-présidente. Et comment la remercie-t-on ? En la mettant en prison…

Triste sort de tous les bienfaiteurs de l’humanité en avance sur leur temps.     

www.berenboom.com

CA SENT LE SAPIN

   Sobriété nous susurre-t-on sur tous les tons. Fêter Noël aux bougies, ça a toujours été exquis et tendre. Mais cette joyeuse tradition suffira-t-elle à contenir les assauts furieux des fournisseurs d’énergie et autres commerçants qui jonglent avec les étiquettes ? Sans compter notre légère culpabilité chaque fois qu’on pousse au hasard sur un bouton, auto, ascenseur, micro-ondes, télé, tablettes, chargeurs. Ah oui, oublions le ski à Noël ou les plages scintillantes de l’océan Indien, qui, on veut bien le croire, ne sont pas pour rien dans la disparition de milliers d’espèces. 

Jadis, on se promenait dans les rues les nuits de décembre et on comptait sur nos doigts les sapins illuminés à travers les fenêtres. Tous ces sapins étaient à nous, ce qui dispensait nos parents d’en acheter un. 

On peut aussi éviter facilement l’achat de cadeaux, qui de toute façon ne plaisent que quelques jours, parfois quelques heures, sinon quelques minutes. Une idée, réemballer ceux des fêtes précédentes qui traînent dans l’appartement et que les enfants ont oubliés depuis longtemps. En les déballant, ils seront aussi émerveillés que devant des neufs. D’autant que Saint Nicolas a déjà frappé fort…

Dans l’art d’accommoder les restes, on peut aussi réutiliser d’autres merveilles oubliées. Tenez, les pères Fouettard par exemple que les Saint Nicolas ont dû licencier, histoire de ne pas heurter les sensibilités. Il y a bien trois ans qu’ils sont chômeurs. Donc bientôt à la rue s’il faut en croire le nouveau président du CD&V (l’esprit de Noël new wave des sociaux-chrétiens flamands). Où ils iront rejoindre ces milliers de demandeurs d’asile qui errent dans les villes belges, illuminées, joyeuses et accueillantes. 

Manifestement, les autorités testent sur eux la survie sans chauffage, sans toit et sans électricité. 

Dans l’art d’accommoder les restes, il y a également tous ces anciens ministres, ces sénateurs suspendus dans le vide depuis que la haute assemblée a quasi-disparu, les greffiers et ex-députés wallons (qui distribuent les cadeaux en veux-tu en voilà), tous ces hommes et femmes politiques qui après un petit tour sous les spots sont retournés dans l’ombre. Voilà autant de cadeaux pas très chers et qui peuvent impressionner ceux à qui on les offre. Pour ta Noël, mon chéri, je t’offre l’ancienne ministre des Transports. Elle pourra t’aider à remettre sur rail ton vieux train électrique. 

Reste enfin quelques diables rouges qui, un peu rafistolés, peuvent encore servir à condition de ne pas les faire courir trop vite dans le froid.

Heureusement qu’avec l’approche des élections, il y a de plus en plus d’électricité dans l’air et que celle-là est gratuite !  

www.berenboom.com

QATAR-STROPHE EN PRIME

  Pour faire face à l’inflation et à l’accélération de la hausse des prix, le gouvernement a comme toujours réussi à trouver la parade. Pas de hausse de salaire, ce serait donner raison à la gauche, pas de blocage de l’index, ce serait donner des gages à la droite. Mais d’accord pour une prime. Une seule, qui sera versée le jour de la Saint Glin-Glin, avant minuit.  

Une prime pour tous, y compris Saint Nicolas ? Ne faisons surtout pas simple. La prime serait octroyée uniquement aux employés, pas aux fonctionnaires, travaillant dans des entreprises qui ont fait le plein de pognon cette année et qui s’en vantent. A condition qu’elles affichent cette santé éclatante dans leurs bilans (autrement dit qu’elles n’aient pas évacué leurs bénéfices ailleurs dans le monde), qu’elles se mettent d’accord avec les syndicats par secteur puis par entreprise, puis par travailleur et par travailleuse à parts égales avec un pourcentage réduit mais significatif pour les transgenres et autres.  

Quand enfin l’heureux gagnant de la prime recevra son chèque, attention, pas question de le claquer n’importe comment. Il ne pourra le dépenser que pour des achats déterminés par le gouvernement, par exemple pour assister à un match des Diables rouges, mais pas pour se payer des vacances sur la Riviera ou commander les mémoires de Roberto Martinez.   

Si l’on tente de mettre en pratique toutes ces règles byzantines, on se rend compte qu’à ce jour une seule entreprise est qualifiée automatiquement pour payer des primes à ses travailleurs, l’Union belge de football. Une prime soi-dit en passant légèrement supérieure au montant de 750 € prévu par le gouvernement. 

Malgré leurs prestations qatar-strophiques, les Diables rouges sont en effet à peu près les seuls travailleurs qui remplissent toutes les cases. Ce n’est peut-être pas un Hazard que le gouvernement ait voulu favoriser notre équipe qui a tant contribué en cette fin d’année 2022 à valoriser l’image de puissance de notre pays dans le monde. 

L’Union belge de foot est, selon les termes du projet de loi, une entreprise qui affiche sans honte des bénéfices « exceptionnels ». Elle ne doit pas négocier avec un syndicat et n’est pas tenue de veiller à assurer une égalité de genre entre ses travailleurs. Donc habilité à distribuer la prime. 

Reste à déterminer comment ? A parts égales ? Ou en proportion du temps de jeu de chacun, ce qui privera de chèque ceux qui ont fait le voyage mais qui sont restés sur le banc ? 

On peut laisser les Diables en discuter entre eux. Chacun sait que le diable est dans les détails. Et on a vu qu’il règne dans les vestiaires la même cohésion, le même enthousiasme et le même dynamisme chaleureux sinon affectueux qu’entre les membres du gouvernement d’Alexandre De Croo. 

www.berenboom.com

DESSINE-MOI UN MOUTON

   C’est le quotidien d’état chinois People’s daily qui l’annonce (c’est dire que l’info est sérieuse). Dans une ferme de Mongolie intérieure, au nord de la Chine, des centaines de moutons se sont mis à tourner en rond depuis une quinzaine de jours. De façon inexplicable. Une ronde calme et interminable mais décidée et obstinée que rien ne peut arrêter. Formant un cercle parfait à en juger par les images de la vidéo mise en ligne par le journal. Comment expliquer ce phénomène ? 

Un message de ces moutons au reste du monde, façon de nous inciter à sortir du chaos qui s’est installé depuis le début de ce siècle ? De souligner que c’est nous qui tournons en rond, ce qui n’est pas la meilleure manière d’éviter le précipice ? 

Ronsard écrivait que « Rien n’est excellent au monde s’il n’est rond ». (Il est vrai que le merveilleux poète français ne connaissait ni le ballon rond ni la coupe du monde de foot, ce qui l’aurait sans doute incité à moins d’enthousiasme.) 

Un appel de ces moutons à l’égalité entre les êtres qui peuplent la planète ? On se souvient de la forme de la Table du roi Arthur, une table ronde imaginée par Merlin, pour effacer toute préséance entre les convives : « Personne ne peut se vanter d’être mieux placé que son égal » écrivait Wace dans son Roman de Brut en 1155, qui, le premier, raconte la légende.

(Une idée ça pour le pauvre Alexandre De Croo qui ne sait plus comment réconcilier les morceaux épars de sa Vivaldi ? Réunir désormais ses ministres et les présidents des partis de la majorité autour d’une table ronde pour leur proposer, une fois le dessert avalé, de partir à la conquête du Graal. Ce qui lui permettra de se débarrasser de ses chevaliers jusqu’aux élections.)  

Revenons à nos moutons. Faut-il voir dans leur manifestation étrange un signal politique ? Depuis l’arrivée au pouvoir de Xi Jinping, tout événement qui survient dans l’Empire du Milieu a une signification politique. 

Or, seuls les moutons de la 13 ème bergerie de cette ferme, qui en compte une trentaine, se sont lancés dans cette folle sarabande. Serait-ce un signe de révolte contre l’uniformisation de la société voulue par le tout puissant chef du parti et de l’état ? Mais alors, pourquoi un journal chinois aurait osé rapporter l’événement ? D’après une directive de 2014, « il est absolument interdit à des articles publiés de faire état de commentaires contredisant la ligne du Parti communiste chinois ». 

Doit-on dès lors suspecter un message subliminal des autorités pékinoises ? Genre, tant que vous tournez en rond, il ne vous sera fait aucun mal. Mais gare au premier qui tentera de sortir du rang ! 

Reste l’hypothèse que cette affaire soit une fumisterie racontée par un fermier rond comme une queue de pelle… 

www.berenboom.com

ON VA MARCHER SUR LA LUNE ?

    Comme on en a assez de marcher sur la tête, pour se remettre d’aplomb, on a décidé de retourner sur la Lune. 

   C’est sans doute une bonne idée, pour effacer cette annus horribilis, de remonter à 1969. L’occasion de rééditer quelques-uns des exploits de l’année érotique. Ainsi, on espère que le jour où les Américains débarqueront à nouveau sur notre accueillant satellite, un de nos champions en profitera pour gagner le Tour de France.

En 1969, Américains et Russes entamaient des négociations pour limiter les armes stratégiques (qui ont été concrétisées par les Traités Salt). Ça donne aussi des idées, non ? Mais que ça paraît lointain, presqu’irréel…

Les Européens se vantent que leur agence spatiale, l’ESA, et une soixantaine d’industriels du vieux continent participent de façon importante à cette nouvelle mission spatiale. Ce sont eux qui ont développé le module de service qui alimente et propulse la capsule qui va transporter l’équipage. Des Européens fiers de vaincre l’espace mais qui sont incapables de mettre fin à une guerre conventionnelle, à l’ancienne, qui ravage leur propre continent. De développer de nouvelles sources d’énergie qui nous libère des Russes et des monarchies du Golfe. De lutter de façon efficace contre le dérèglement climatique. Même pas d’empêcher le prix du pain de flamber… 

Il est donc plus facile d’envoyer des explorateurs dans l’espace (et, on l’espère, de les ramener vivants sur la planète bleue) que de donner à manger à leurs familles et à leurs voisins…  

Cela dit, tout n’était pas aussi rose en 1969. Loin de là. Avis aux nostalgiques qui rêvent d’un retour vers le futur. Le Nigéria était ravagé par l’épouvantable guerre du Biafra (lisez « L’autre moitié du soleil », le sublime roman de Chimamanda Ngozi Adichie). Le colonel Kadhafi prenait le pouvoir en Lybie, qui n’en est toujours pas remise cinquante-deux ans plus tard. Non loin de là, un coup d’état de l’armée soudanaise mettait fin à la timide expérience démocratique du pays, exactement comme un demi-siècle plus tard. Et la Chine et la Russie (l’URSS) s’affrontaient à coup de missiles et de tanks revendiquant chacun la souveraineté d’une île sur le fleuve Oussouri avant de parvenir à un accord sur la délimitation des territoires entre les deux empires vingt-deux ans plus tard. Au plus chaud du conflit, le gouvernement soviétique sonda le nouveau président américain, Richard Nixon (Trump, sors de ce corps !) pour lui soumettre l’éventualité d’une frappe préventive soviétique sur les installations nucléaires chinoises, rapporte Kissinger dans ses Mémoires. Encore un air de déjà-vu ?

1969, Poutine venait d’entrer au KGB. Et Joseph Biden au parti démocrate… 

En inversant la formule de Lampedusa dans « Le Guépard », faut-il que rien ne change pour que tout change ? 

www.berenboom.com