PLAIDOYER POUR UNE FEMME VOILEE

 Ce qu’on appelle l’affaire Kate Middleton a pris des proportions planétaires. Son absence à cause d’une opération chirurgicale puis la publication d’une photo retouchée où elle pose avec ses enfants à l’occasion de la fête des mères occupe dans les médias à peu près autant de place que la situation à Gaza – et beaucoup plus que le sort des otages du Hamas. Entraînant des réactions hystériques que même sa position dans le cirque royal britannique n’explique pas. 

  La voilà obligée à présent de révéler qu’elle subit un traitement contre le cancer et laisser reproduire des photos où elle apparaît marquée par la maladie. Comme une façon de s’excuser d’être apparue trop belle, maquillée et sereine sur un précédent cliché.  

 Faudra-t-il, pour contenir la curiosité malsaine des lecteurs et des abonnés convulsifs des réseaux sociaux, qu’elle s’offre chaque semaine en victime expiatoire des voyeurs de tous poils ? 

  On comprend que sa vie privée, comme celle de toutes les personnalités publiques, ne reste pas cachée derrière les hauts murs d’un manoir du Norfolk. Mais, on semble oublier que même un personnage public, un acteur du monde politique ou une star de l’écran, de la scène ou du sport ont le droit à un jardin secret. Un jardin moins épais que celui d’un quidam anonyme mais pas réduit à une peau de chagrin comme on les médias le réclament progressivement ces dernières années. 

   Kate Middleton a le droit de jeter un voile sur des événements aussi intimes que le traitement ou les soins qu’elle reçoit, l’évolution de sa santé, l’humeur plus ou moins joyeuse qu’elle affiche à ses enfants dans ces moments si pénibles mais si personnels. 

  On a l’impression que les pulsations de l’info permanente, le besoin d’une excitation fiévreuse en temps réel, la monstrueuse gloutonnerie des réseaux sociaux toujours incontrôlés effacent les aspects les plus secrets de la vie des citoyens et pas seulement celle des « gens connus ». 

Ce n’est pas cacher une info que de laisser dans l’ombre des éléments intimes de la vie privée des personnalités publiques mais rappeler qu’elles sont des êtres humains, de chair et de sang, de douleurs et de peines, et pas seulement des images d’êtres virtuels, de vagues clones à la disposition des internautes pour combler leur ennui. 

La liberté de la presse est un droit essentiel. Il faut sans cesse se battre pour le préserver dans cette époque où des officines russes ou chinoises la mettent à mal mais aussi dans nos démocraties des partisans de vérités « alternatives ». Mais elle sert à diffuser l’information, à alimenter les débats d’idées pas à balayer ce qu’il reste de la vie privée. Laissons tomber le voile sur la vie privée d’une jeune femme qui lutte en silence comme elle en a le droit pour sa santé et l’équilibre de ses enfants.   

www.berenboom.com

MORTS SUR LE NIL

  Le général al-Sissi a battu d’un cheveu Vladimir Poutine à l’applaudimètre. Elu avec 89 % des voix, il a bien mérité d’être récompensé par la Commission européenne qui s’est empressée de lui offrir 7,5 milliards d’euro tirés des poches des contribuables européens. Quand on aime, on ne compte pas. 

Après la Tunisie, la Lybie et la Turquie, il suffit donc d’être dictateur (pardon, d’être élu démocratiquement mais avec des scores qui dépassent largement ceux des rêves les plus fous des dirigeants des partis de la Vivaldi) pour avoir droit à un chèque-cadeau venu de Bruxelles. 

Il n’y a pas plus efficace que les flics égyptiens pour boucler à double tour les candidats à l’immigration vers l’Europe. Témoins, les soixante mille prisonniers politiques bouclés dans les prisons du pays plus étroitement que les pharaons dans les pyramides et, comme eux, pour l’éternité.

Question répression de l’immigration, al-Sissi a déjà fait ses preuves en verrouillant à double tour l’entrée des Palestiniens sur son territoire, Quand on lui a proposé de les accueillir pour des raisons humanitaires, il s’est écrié qu’il n’en était pas question. « Si la situation l’exige, a-t-il menacé, je demanderai au peuple égyptien de descendre dans la rue pour exprimer son refus. Des millions d’Egyptiens vont le faire ». 

Empêcher l’accueil de ses voisins est le seul cas qui permet aux citoyens égyptiens de descendre dans la rue. On suppose que cette annonce d’une manifestation remplit l’objectif du partenariat Egypte-Union Européenne qui promet de travailler « sur l’espace pour la société civile et la démocratie » comme l’a souligné Alexandre De Croo, qui était du voyage sur le Nil.  

L’épisode devrait donner des idées à Poutine. Pourquoi n’y avoir pas pensé plus tôt ? Il est toujours temps de se mettre sur les rangs. 

Ne serait-ce pas une bonne idée que la Russie soit candidate elle aussi à « accueillir » les immigrés des pays du Sud avec lesquels elle flirte ostensiblement depuis le début de la guerre d’Ukraine ? En échange, lui refusera-t-on l’habituelle contribution de Madame van der Leyen et consorts, le sourire crispé d’Alexandre De Croo et la poignée de mains virile de Charles Michel ?

Un million de Russes auraient quitté leur patrie depuis le début de la guerre. Il y a donc beaucoup de logements vacants d’autant que le vieillissement de la population et la démographie en berne assèchent le pays. Bienvenue donc aux errants chassés d’Afrique par la misère, la sécheresse ou la répression dans leurs pays, qui pourront se transformer en moujiks nouvelle génération avec le financement de l’Europe. En plus, ils formeront d’excellents soldats pour affronter les armes ukrainiennes, elles aussi financées par nos soins. Ubu, reviens !  

www.berenboom.com

ZWANZE ? NON, PEUT-ÊTRE !

   La faillite et la disparition du Palais des Cotillons à Bruxelles mérite une oraison funèbre. Car elle s’inscrit dans le cours d’un inéluctable destin, celui de l’évaporation de l’humour bruxellois. La zwanze est morte, on doit fermer chez Eugène. 

   Une tradition autrefois drôlement vivante pas seulement dans les rues (dans la cour de récréation de mon école à Schaerbeek on nous criait dessus quand on s’invectivait en bruxellois, ce qui nous encourageait à persévérer) mais aussi présente dans des théâtres, des cabarets. Elle avait ses vedettes (dont Simone Max et Marcel Roels), sa littérature (notamment les fables de Pitje Schramouille signées Roger Kervyn de Marcke ten Driessche ou les dialogues et le théâtre de Virgile) et même son cinéma (Gaston Schoukens qui a notamment filmé l’inoubliable Bossemans et Coppenolle, la pièce de Paul Van Stalle et Joris d’Hanswyck, qui a assuré l’immortalité de Madame Chapeau mais aussi de l’Union Saint-Gilloise). 

Il ne reste guère que Toone pour garder vivante la tradition de ce délicieux sabir, véritable photographie du Bruxellois moyen, moqueur et grognon à la fois, un peu anar et méfiant envers le pouvoir et l’autorité. Dans une ville où coexistent plusieurs dizaines de langues, où un habitant sur quatre est de nationalité étrangère, la seule langue qu’on ne babele plus est le bruxellois. Och’erme ! C’est d’autant plus paradoxal que le bruxellois est justement une langue cosmopolite, un zinneke de jargons divers qui ont mieux arrosé Bruxelles que la Senne.  

   Les autorités régionales, c’est tout un symbole, avaient déjà chassé le Palais du Cotillon des locaux qu’il occupait au pied du Parlement bruxellois considérant que ça ne faisait pas assez sérieux d’afficher sous ses fenêtres des masques hilares, farces et attrapes, déguisements, fusées et autres pouêt-pouêt et même des squelettes (dont la maison garantissait pourtant que ce n’était pas ceux de députés régionaux oubliés dans les couloirs.) 

Vous avez vu ce qu’ils ont collé dans les vitrines ? Des dessins et des textes sur l’activité de cette assemblée, manifestement confiés à d’anciens graphistes soviétiques. Tellement tristes que même les ketjes de la strotje ne les ont pas tagués. 

Depuis quand n’a-t-on plus ri avec le discours d’un homme ou d’une femme politique à Bruxelles ? Voyez leurs bobines sur les premières affiches électorales. Un remède contre la zwanze. Ils ont l’air tellement plus tristes que la place Rogier qu’on sait déjà qu’ils vont nous vendre toutes les promesses possibles mais qu’ils ne nous offriront pas une seule kluuterâ. 

  Si le bruxellois s’en va, on se consolera peut-être en parlant désormais syldave, la langue la plus proche de l’original. Dont la devise est le meilleur programme pour l’avenir de la capitale : « Eih bennek, eih blavek ».

www.berenboom.com 

ZERO EST ARRIVE

  « Le Soir » du 2 octobre 1998 annonçait en bandeau « Deux Belges sur trois veulent régulariser les sans-papiers ». Que sont devenus tous ces Belges qui voulaient que la Belgique revoie complètement sa politique d’asile ? 

  Désormais, les politiques se battent partout en Europe comme aux Etats-Unis pour diaboliser les étrangers, les expulser, fermer les yeux sur les camps atroces où nous chargeons Libyens, Tunisiens, Turcs de nous en débarrasser. 

  Il y a quelques jours, le président Macron faisait entrer au Panthéon les époux Manouchian, héros étrangers qui se sont battus jusqu’à la mort avec la résistance française et contre ces « bons Français » qui pactisaient avec les nazis. 

  Salutaire mise en garde alors que tous ceux qui bavent pour monter au pouvoir ont fait de l’immigration l’explication de tous nos maux. 

Avec pour image choc, le fantasme du grand remplacement. Le Vlaams Belang en a fait son cheval de bataille lors de ses congrès où la haine de l’étranger sert à galvaniser les militants (« une vermine importée qui verse dans la délinquance » évolue dans « des ghettos où règne la charia » pour citer quelques propos qui ont servi de zakouskis aux débats). 

Peu à peu, les partis démocratiques se laissent gangrener par ce type de discours. On l’a vu lors du vote de la loi immigration en France il y a quelques semaines. Ou en entendant les déclarations de la N-VA qui s’essouffle à courir derrière l’extrême droite flamande en refusant désormais d’accepter tout nouveau demandeur d‘asile. « Notre objectif, c’est zéro » a clamé Théo Francken. Zéro est arrivé ? C’est ainsi que le parti conservateur veut rattraper ses électeurs tentés vers encore plus à droite que lui. Pauvre Bart De Wever obligé de faire le grand écart, en tentant de tenir un discours de chef d’état pour ne pas se couper de ses futurs partenaires d’un gouvernement qu’il veut diriger tout en laissant les grandes gueules de son parti plagier les slogans de son redoutable concurrent. 

Béni soient les immigrés, se disent en secret tous ces grands tacticiens. C’est grâce à eux qu’ils espèrent décrocher la timbale. Pourvu qu’ils continuent d’affluer d’ici le dimanche des élections !

Il faudrait parfois rappeler à Théo Francken, Tom Van Grieken ou Filip Dewinter que leurs ancêtres sont venus eux aussi d’Afrique chasser les populations locales qui vivaient à l’époque en Flandre. Et à Trump que, sans les dizaines de millions d’immigrés qui ont envahi l’Amérique et massacré ceux qui y habitaient, il ne serait pas aujourd’hui à vitupérer contre ses voisins pour revenir hanter la Maison Blanche. 

On est toujours l’immigré de quelqu’un. Mais les homo sapiens plus que les autres animaux de la planète…

www.berenboom.com

ON ACHEVE BIEN LES CHEVAUX

  La PETA, la bien nommée association pour le « traitement équitable des animaux », a lancé une campagne internationale pour interdire l’usage des chevaux de bois dans les manèges. Au grand dam des forains comme on l’imagine. Il parait que chevaucher ces canassons de bois apprend aux enfants à mal traiter les vraies bêtes. Les bons vieux bourrins en bois devront-ils être remplacés par des chars d’assaut ou des véhicules blindés en acier, tous engins autrement plus formatifs pour l’éducation des enfants dans le monde qui les attend ? Mettre des machines de guerre sur les carrousels devrait apaiser les membres de la PETA. Leurs exigences ont l’air grotesques mais ces bêtas seront peut-être entendus. Celui qui crie le plus fort a souvent raison ces jours-ci. Il a suffi que les agriculteurs défilent dans les rues et bloquent les routes pour que la commission européenne oublie l’interdiction progressive des pesticides et la santé de la planète. Le gouvernement De Croo qui cherche désespérément un projet sur lequel les partis de la majorité ne se déchirent pas pourrait trouver dans cette revendication un excellent cheval de bataille pour montrer aux électeurs qu’il galope dès que l’éthique pointe le museau. 

  Dans une époque où l’effacement est devenu très tendance, pourquoi en effet ne pas tuer les chevaux de bois après les statues qui énervent, les mots qui fâchent, les orthographes qui créent polémique, les personnalités qui dérangent, les livres qu’il faut expurger, censurer ou réécrire ? 

N’est-il pas absurde de mobiliser l’opinion publique sur des sujets aussi saugrenus alors que le monde est au bord de la catastrophe, secoué par la guerre d’Ukraine, les otages du Hamas, l’offensive israélienne sur Gaza, les massacres au Soudan, en Birmanie et ailleurs ? Tous conflits dans lesquels, il est vrai, on ne voit pas les belligérants se battre sur des chevaux au grand soulagement de leurs défenseurs.

 Une campagne pareille n’aurait pas été possible il y a vingt ans. Celui qui l’aurait proposé aurait été immédiatement enfermé chez les fous. Mais à notre époque, tous les délires sont permis et pris au sérieux.   

 On peut tout de même s’interroger. Pourquoi cet appétit de la PETA pour croquer les forains ? Les enfants qui montent sur les fiers destriers en se déhanchant pour décrocher la floche s’habituent à dominer ces bêtes et à en faire leurs esclaves, dit-elle. D’Artagnan, Lucky Luke, Don Quichotte, revenez, ils sont devenus fous ! Prenez garde, après ce trophée, la PETA va s’attaquer aux chevaux dans la littérature et la bande dessinée. Cervantès, Alexandre Dumas, Morris, bientôt interdits de bibliothèque ou détruits dans des autodafés. Avec des milliers de films dont tous les westerns. Il est temps que l’homme cesse de murmurer à l’oreille des chevaux…  

www.berenboom.com

SOURATE VOUS ÊTES FILME !

     Vous aviez déjà vu une séance du parlement bruxellois ? Moi non plus. Or, voilà que, grâce à l’imam Muhammad Ansar Butt, un saint homme pakistanais de passage dans l’assemblée régionale à l’occasion d’une visite organisée par une association et le député PS bruxellois Hasan Koyuncu, le monde entier a pu admirer l’architecture intérieure de l’institution et surtout découvrir ce qui s’y dit au micro. 

  Trois minutes et quelques de sourate psalmodiée à la tribune (soit quelques dizaines de secondes de plus que « Les Filles du Bord de mer » chantées par Adamo) et voilà le brave homme aussi célèbre qu’Adamo et Arno réunis. 

  Quelqu’un a comparé cette prise de pouvoir du Parlement à l’assaut du Capitole à Washington quatre ans plus tôt. La comparaison est inexacte. Aucun des assaillants du Capitole n’a réussi en effet à s’emparer du micro du Congrès américain alors que cette fois, l’assaillant est entré comme dans du beurre. 

Les autorités présentes ont laissé l’imam aller tranquillement au bout de son prêche sans que personne ne songe à l’interrompre et à le mettre à la porte en lui indiquant la mosquée la plus proche. 

La seule ministre bruxelloise présente, la PS Nawal Benamou, a préféré prendre la fille de l’air que d’interrompre paroles et musique… 

  A chaque événement malheureux, il y a parfois un bon côté. Dans ce cas-ci, on peut supposer que les spectateurs, conquis par la vidéo de cet incroyable incident se passionneront désormais pour les échanges qui se déroulent à l’assemblée régionale bruxelloise qui n’intéressait jusqu’ici à peu près personne. Mais, c’est pas gagné quand on lit l’ordre du jour sexy de la dernière séance plénière où il est question d’examiner le projet d’ordonnance relatif à l’octroi de subventions pluriannuelles s’inscrivant dans le cadre de la mise en œuvre du Plan social santé intégré ou le projet d’ordonnance portant assentiment à l’accord de coopération entre l’État fédéral, la Communauté flamande, la Communauté française, la Communauté germanophone, la Commission communautaire commune, la Région wallonne et la Commission communautaire française concernant le traitement de données relatives à CoBRHA+, qui doit passionner ceux qui savent ce qu’est le CoBRHA+ mais les autres ? Vous me direz que le contenu de la sourate était tout aussi nébuleux vu que personne n’a songé non plus à le diffuser avec sous-titres.  

Reste à se demander quelle mouche a piqué l’imam pakistanais de se promener dans les traverses du Parlement bruxellois ? Ce qui devrait inciter Visit.brussels à ajouter aux sites emblématiques qu’elle propose aux touristes, ce haut lieu de la politique belge. Mais sans la présence de notre imam, je crains que la désaffection risque de se poursuivre…  

www.berenboom.com   

LA BELLE DAME AUX YEUX BANDES

   Jusqu’ici, la Russie avait une méthode simple pour se débarrasser des encombrants. Ils se jetaient par la fenêtre de leurs balcons, tombaient avec leur avion, se faisaient abattre par des voyous maladroits ou dérapaient sur le sol gelé. On ne compte plus les oligarques, anciens alliés ou collaborateurs du prince du Kremlin, à avoir été ainsi proprement éliminés. Sans compter évidemment ses opposants. Mais cette méthode expéditive n’a qu’un temps. Ce qui pouvait relever du malheureux hasard ou de la bête coïncidence finit par être difficile à justifier devant une opinion publique qu’il faut faire semblant de ménager. 

 Poutine s’est alors souvenu que la justice était le meilleur allié des autocrates. L’opinion publique garde un respect quasi sacré de la belle dame aux yeux bandés. 

La Justice reste le dernier recours contre l’arbitraire, telle est la conviction de beaucoup de citoyens y compris dans les régimes inhumains. Où les juges ressemblent à leurs collègues démocrates, même apparat, mêmes robes, mêmes apparences d’impartialité, écoutant avec la même attention le procureur qui poursuit et l’avocat qui défend les accusés. A la lecture des jugements, motivés, on pourrait croire que les magistrats ont pris leurs décisions en toute liberté. Dans toutes les dictatures, la plupart des juges ont l’air de respecter le cérémonial, font semblant de juger mais se plient aux ordres du pouvoir, parfois même par conviction. Les terribles procès de Moscou menés sous Staline pour éliminer tous ses anciens collègues ont certainement inspiré Poutine. 

  Le mieux c’est de voir des magistrats auparavant honorables jouer le jeu que les dictateurs attendent d’eux. Dans une enquête publiée la semaine dernière, le quotidien « Le Monde » vient d’évoquer le rôle sinistre du Conseil d’Etat français pendant la guerre dans l’élimination des Juifs des fonctions qu’ils exerçaient. La plupart des conseillers qui ont exécuté le nettoyage que les collabos attendaient d’eux siégeaient déjà avant la guerre et plusieurs ont conservé leur fauteuil après la libération. 

 On comprend donc que Poutine ait laissé aux juges en toute confiance le soin d’éliminer Alexeï Navalny, ce qui s’est révélé bien plus efficace que les tentatives d’empoisonnement. 

 Cette fois, la Russie a ouvert une procédure pénale contre plusieurs ministres baltes, dont la première ministre d’Estonie, Kaja Kallas. La Kallas qui n’a cessé de dénoncer de sa voix d’or les abus commis par Vladimir Vladimirovitch qu’elle a qualifié de terroriste. Le prétexte des poursuites ? La destruction de plusieurs monuments érigés sous le régime communiste à la gloire de l’armée rouge. 

  C’est une bonne idée, ça. Poursuivre Poutine pour la destruction des villes ukrainiennes, dont plusieurs ont aussi été construites par les vaillants travailleurs russes… 

www.berenboom.com 

IMPLANT : UN BON PLAN ? 

 En ces jours tourmentés, les Européens ne savent plus où tourner la tête pour manœuvrer au milieu des tempêtes vu que personne ne sait où on a rangé la boussole. Cherche capitaine désespérément. Macron a perdu le nord. Meloni n’a pas séduit le sud. Geert Wilders a prouvé que crier n’importe quoi ne suffit pas à faire avancer le bateau. Alors, vers quelle nouvelle idole se tourner pour éviter de se noyer d’autant que l’approche des élections européennes provoque la fièvre dans les troupeaux ? 

Elon Musk serait-il l’oiseau rare ? Aurait-il déniché la pierre philosophale ? Une pierre directement implantée dans les cerveaux.  

Laissons à l’enfant prodige sud-africain, entre autres trouvailles impressionnantes, le talent de transformer ses échecs en autant de triomphes. Ainsi, la célébration bruyante avec paillettes du départ de la fusée Starship a réussi à occulter le fait qu’elle a explosé quelques secondes après son décollage. 

Une aussi belle réussite que l’achat du réseau Twitter (pour plus de quarante milliards de dollars) devenu le terrain de chasse des fous, menteurs et conspirationnistes. Autant de faits d’armes qui pourrait inspirer les politiciens belges en mal de coups d’éclat et de sex-appeal. 

Son dernier gadget, un implant destiné à augmenter considérablement les capacités du cerveau. Au passage, on se demande pourquoi Elon Musk préfère se shooter à la kétamine que de se faire placer un de ses brols dont il est si fier pour secouer ses cellules grises. A moins qu’il ait du mal à imaginer que son cerveau puisse être encore plus performant.  

On ne fera pas l’injure de nommer les politiciens de chez nous pour lesquels au contraire il y a encore de la marge, beaucoup de marge. Mais ce procédé permettra peut-être à la Wallonie de se désembourber enfin. Depuis plus de trente ans, les plans ont succédé aux plans. Sans effet. Peut-être qu’avec un implant, il y en aura un enfin à faire pâlir d’envie les Flamands ? 

Pour la composition des listes électorales aussi, G. L. Bouchez cherche implant. Depuis que Charles Michel a fait exploser son beau château de cartes, il a du mal à en reconstituer un qui ne transforme pas en château de sable. 

Implant aussi pour Paul Magnette lancé dans une campagne électorale où il va démolir ce que son parti a voté depuis quatre ans et demi et promettre qu’une fois réélu il va faire le contraire de ce qu’il a approuvé. 

Côté contradiction insoluble, le PTB n’est pas en reste. Malgré le bagout de Raoul Hedebouw, il doit faire avaler aux électeurs que son parti corrigera toutes les injustices commises par le gouvernement Vivaldi mais qu’en aucun cas, il ne participera au pouvoir pour mettre en œuvre ses promesses. 

Musk, au secours ! A propos, une question à M. Vandenbroucke, placer une puce électronique dans le cerveau est-il remboursé par la sécurité sociale ?

www.berenboom.com

LES FOURCHES ENTRE LES DENTS

  On comprend que les paysans bruxellois soient les seuls de toute l’Europe à ne pas avoir manifesté cette semaine. Cherchez sur les sites officiels de la Région de Bruxelles-Capitale sur lesquels les ministres affichent fièrement leurs bouilles souriantes et leurs innombrables compétences. Aucun ne se vante d’avoir l’agriculture dans son portefeuille. Surtout pas ! Dès lors qu’il n’y a pas de ministre en charge, inutile pour les agriculteurs d’aller manifester sous ses fenêtres !  

Après une enquête policière, j’ai découvert que c’était Alain Maron qui exerçait cette fonction. Ce que son cabinet, tout surpris de la question, a confirmé mais après une ou deux heures d’hésitation. 

On se rappelle pourtant que M. Maron a eu le projet il y a quelque temps d’acheter des terres agricoles en Brabant flamand et wallon. Avec pour but de « préserver la biodiversité et une agriculture locale qui pourrait nourrir une partie de la population bruxelloise ». Devant le tollé, il avait rangé son projet et l’agriculture en général au placard. 

Ce qui lui a évité de voir les paysans qu’il y aurait installé réclamer moins de contraintes écologiques et plus de produits phytosanitaires. 

En France, c’est facile, une seule adresse pour les manifestants, l’hôtel Matignon. Mais chez nous, quel est l’interlocuteur du monde agricole ? Il y a au moins quatre ministres officiellement compétents mais sans compétence réelle puisque l’essentiel de la politique agricole est commun à toute l’Union et géré par la Commission européenne. Aussi responsable du Pacte vert, l’ambitieux dessein de l’Europe en matière d’environnement contesté par une partie des agriculteurs. 

Preuve que les ministres nationaux n’ont guère de levier : ils répètent qu’ils sont d’accord avec les paysans et prêts à adopter toutes les mesures (y compris contradictoires) réclamées par des agriculteurs dont les préoccupations sont souvent antinomiques vu les différences entre eux (petites propriétés-grands domaines industriels, céréaliers-éleveurs). Si nos excellences se montrent si enthousiastes à voter tout ce que les agriculteurs réclament, on peut se demander pourquoi ils ont attendu que les tracteurs descendent dans les rues pour les adopter.  

On peut entendre le ras-le-bol des campagnes, les pressions insupportables des grandes surfaces, la paperasserie, les revenus lamentables de certains. On peut aussi accuser l’avidité des consommateurs qui exigent des prix dérisoires pour tomates et pommes de terre tout en dépensant sans compter pour la tech et la téléphonie. 

Mais il faut se garder de dire oui à toutes les revendications (surtout en matière d’environnement) les yeux fermés. « Une agriculture qui ne peut produire sans détruire porte en elle les germes de sa propre destruction » écrivait Pierre Rabhi.        

www.berenboom.com

JUNIOR, LE ROBOT

   Une étude du CRISP a fait les comptes. Il n’y a jamais eu autant de (petit) fils – et filles – de dans la politique belge depuis l’instauration du suffrage universel. Au hasard, les De Croo, les Michel brothers, Maingain, Clerfayt, Bert Anciaux, Peter Van Rompuy, Patrick Dewael ou Freya Van den Bossche. La reproduction des hommes politiques de la précédente génération est devenue si intense que certains se demandent si elle est d’origine biologique. Y a-t-il un gène de ministre ou de député injecté chez tous ces marmots à la naissance et qui s’empare de leur cerveau, arrivés à l’âge adulte ? 

Quelques chercheurs ont émis une autre hypothèse : plusieurs de ces lardons seraient tout simplement des hologrammes. Thèse discutable à première vue même si parmi eux il y en a une série qui sont manifestement transparents. Mais ils n’apparaissent pas physiquement comme la copie de leur poupa. Heureusement quand on pense à la belle Freya…

D’autres scientifiques ont été plus loin : les fils et filles de auraient été créés par une intelligence artificielle. Les Michel par exemple n’existent qu’en apparence. On peut les toucher, ils ont l’air de manger et de parler comme à peu près les autres êtres humains (même s’ils se montrent parfois anormalement volubiles, un indice). Mais ils seraient fabriqués par une super IA, spécialement consacrée à garnir les bancs des assemblées parlementaires. Les hommes politiques belges sortants de ce moule seraient des produits expérimentaux, mis en vitrine, avant que l’entreprise ne se lance sur le marché mondial (en proposant de petits Trump, mini-Poutine, etc). 

La présence de Mathieu Michel au secrétariat d’état chargé de la Digitalisation est un signe. De son poste, il dispose des moyens de surveiller le parfait fonctionnement des robots familiaux. Et surtout de prévenir les bugs. Mais les machines ne sont pas infaillibles (lui non plus). Ainsi, le départ anticipé de son frère Charles de la présidence du Conseil des Ministres européens pour laisser le fauteuil à Orban résulte sans doute d’une grave erreur technique. BSoD Code 0x00000124 (erreur non corrigible). 

On lui pardonnera. L’IA est encore à ses balbutiements, à sa période d’essai. Les robots enfantés par le père Michel aussi. 

Ce qui est effrayant avec cette théorie c’est que l’IA pourrait aussi ressusciter des morts. Après neuf gouvernements, la Belgique s’est crue enfin été débarrassée de Wilfried Martens. Or, cette invention diabolique peut nous le ramener frais et fringant avec pour perspective cinq, dix, cent nouveaux gouvernements Martens. Et d’autres cauchemars, avec de faux Dehaene ou des Jean Gol rebricolés pour l’éternité. 

Au secours, Mathieu Michel, détruis-nous tout cette ferraille avant que nous ne devenions fous !   

www.berenboom.com