TOUS CHOCOLAT

    Le peuple, le peuple. Des candidats aux élections, des gilets jaunes aux protestataires de tous poils, ils sont tous à en appeler au peuple, quand ils ne se prennent pas eux-mêmes pour le peuple, comme Mélenchon ou Le Pen. 

  Face aux dictateurs, à leur violence, leur intolérance, la violation des droits de l’homme, on oppose la démocratie, la souveraineté sortie des urnes, le vote des citoyens. Le peuple ne se trompe jamais, paraît-il. 

   Mais il a bonne mine, le peuple, qui vient de réélire à une confortable majorité le patron de la Hongrie, M. Orban. Sans coup d’état ou l’aide de l’armée pour se maintenir sur son trône. Non, il s’est vu renouveler le mandat que lui a donné le peuple par les urnes comme nos paisibles dirigeants de la Vivaldi. 

Et Poutine ? Lui aussi a été élu et réélu. Le président turc, Erdogan également. Et les dirigeants du PiS (Droit et Justice) en Pologne. 

Alors, le peuple, t’as reçu une brique sur la tête ou quoi ?

Que dira-t-on si Marine Le Pen entre à l’Elysée ? Qu’on ne discute pas la voix du peuple ? 

Sûr que ça rendra amer le chocolat de Pâques… Les Français auront beau chanter L’Amère/ au ciel d’été/confond ses blancs moutons/avec les anges si purs/ ils auront l’air malins. Cependant que Tom Van Grieken sera reçu en premier invité étranger, peut-être même avant Poutine, en attendant que, devenu président de la région flamande, TVG accueille à son tour la nouvelle présidente de la France à Bruxelles, sa capitale, au son de l’hymne du Vlaams Belang. 

On commence à se dire que Churchill n’avait peut-être pas tort quand il disait que « la démocratie est le pire système de gouvernement » (mais il ajoutait « à l’exception de tous les autres ».) Si on ressortait le tirage au sort des dirigeants pratiqué dans la Grèce antique (redevenu très à la mode ces derniers temps, faute de mieux), au moins on pourrait dire que le hasard s’est trompé, pas le peuple. Voilà ce qu’en pensait Platon : « La démocratie advient quand les pauvres sont vainqueurs de leurs adversaires, qu’ils en tuent une partie et en exilent l’autre et qu’ils partagent à égalité entre le reste de la population l’administration et les charges, et les magistratures y sont le plus souvent attribuées par des tirages au sort ». 

Chez nous, on déclare que le peuple est souverain. Mais le problème du souverain c’est qu’il ne fonctionne correctement que s’il existe des contre-pouvoirs. Or, qui peut s’opposer au peuple ?      

   Un proverbe de la Bible dit avec beaucoup de sagesse : « Faute de vision, le peuple vit sans frein ».

  Or, qui fait rêver le peuple, qui propose un destin dans cette époque chaotique, apocalyptique où on ne peut choisir qu’entre la guerre, la maladie et le dérèglement climatique ? 

Allez, le peuple, remet l’imagination au pouvoir à la place de tous ces prophètes de malheur ! 

www.berenboom.com

UN CHEVEU SUR LA LANGUE

Les grands singes occupent le devant de l’actualité cette semaine. Alors que le zoo d’Anvers vient de perdre sa star, le gorille Kumba, le parc Pairi Daiza annonce à grands fracas l’arrivée de cinq grands singes. Ne me parlez pas de coïncidences.

C’est un constat scientifique : les animaux à longs poils s’épanouissent plus facilement en Wallonie qu’en Flandre. Est-ce en effet un autre hasard si le premier libéral wallon à la tête du gouvernement fédéral est un barbu et le président de la région wallonne une tentative de  barbu alors que leurs collègues flamands sont depuis longtemps rasés de près? Il faut remonter à Achille Van Acker pour trouver un poilu du nord à la tête de la Belgique et avant lui, aux années vingt et à un certain Aloïs Van de Vyvere, qui, affichait une moustache, mais qui n’a été premier ministre qu’un petit mois, ceci expliquant peut-être cela.

Ne me dites pas que ma thèse illustre le fait que le Wallon a un poil dans la main. Je laisse ce type d’ironie à Bart De Wever et à ses sbires. Lesquels sont tous imberbes, sauf deux. La ministre flamande de l’intérieur, Liesbeth Homans, qui se bat pour mettre la Belgique à poil et le président de la Chambre, Siegfried Bracke, qui promène une triste moustache tombante de vétéran de l’armée des Indes pour éviter que les militants de son parti ne remarquent qu’il a accepté de porter la chevelure que lui a léguée la reine Fabiola.

Et les barbus de Bruxelles, où les ranger ? Parmi les Flamands ou les Wallons ? Question délicate qui touche à l’essence même de notre pays. Et qui ne concerne pas seulement les étrangers ou les réfugiés installés chez nous mais aussi les vieux Bruxellois de souche. On connaît les graves problèmes qu’a connus le capitaine Haddock quand on lui demandait s’il dormait avec la barbe au-dessus ou en-dessous des draps.

On a cru un moment qu’Olivier Deleuze affichait de superbes bacchantes pour affirmer sa virilité mais, de son bref passage à la direction d’Ecolo, on a retenu que ce caractère était plutôt celui de sa co-présidente.

Son ex-collègue, Philippe Moureaux, porte aussi quelques poils au-dessus de ses lèvres. C’était sa façon de prouver qu’il est un homme de compromis entre les barbus de sa commune et ses glabres militants. Résultat, Molenbeek est aujourd’hui le poil à gratter de l’Europe…

Certains barbus, poilus et autres donneurs de leçons, on rêve parfois de leur conseiller : cessez de nous raser et ne gardez qu’un cheveu sur la langue.

Quoi ? C’est à moi que vous dites : Ca suffit ! la barbe ?

D’accord, j’arrête ! Mais laissez-moi conclure d’une phrase, citant Lucien de Samosate (aujourd’hui, une ville de Syrie) : « Si la barbe suffisait à la sagesse, un bouc vaudrait Platon ! »

www.berenboom.com