ELIO, JEAN-MARC ET LE ROBOT

     Pour former des gouvernements en Belgique, l’intelligence n’étant pas au pouvoir, pourquoi ne pas convier l’intelligence artificielle ? 

  Un robot c’est rapide, propre et sans état d’âme. 

   Un ministre IA dont les décisions seront approuvées par un groupe de robots placé dans les assemblées parlementaires quelque part au dessus de l’hémicycle, voilà qui devrait éviter les coups de sang, les claquements de porte et les Tweets intempestifs qui font sauter les gouvernements aussi facilement et bruyamment que les bouchons de champagne.

  Il faudra évidemment programmer les robots à agir pour le bien des citoyens, pour l’intérêt général. C’est ce qui fera la différence entre les robots et cette mystérieuse société civile pressée par les Ecolos d’aider Verts et Rouges à bâtir une majorité sans majorité. Et à étayer le bazar quand l’édifice sera sur le point de s’écrouler sous les coups des oppositions. 

  Le problème avec le projet de Jean-Marc Nollet et son coquelicot, c’est qu’il y a autant de représentants de la société civile et d’intérêts particuliers qu’il y a d’associations, d’organisations et de citoyens. Chaque civil pense à lui et non à la société ! 

  Un robot, lui, n’a pas de passé, pas de passif, pas d’amour ni de haine plus ou moins cachés. Il n’aime pas Charleroi plus que Liège ou le contraire et n’a pas besoin de favoriser plus Bastogne que Jehay-Bodegné. Son disque dur sera soigneusement nettoyé lorsqu’il entrera au gouvernement. Un représentant idéal de la société civile sans mémoire, sans attaches, sans amis. 

  Autre différence entre le coquelicot et le robot : pendant sa courte vie, cette fleur fragile ne nécessite aucun entretien. Alors que, dans la société informatique, tout bouge sans cesse. Les mises à jour sont permanentes. Et gare aux bugs ! Si en plein conseil des ministres, le ministre déclare brusquement « 404 not found », le gouvernement est bloqué jusqu’à l’arrivée du technicien. Pour peu qu’il vienne de Chine, la Wallonie risque de rester aux abonnés absents un certain temps…

   Reste à savoir qui va programmer les robots wallons. 

  Pas un Wallon. L’engin doit rester neutre. 

   Un Flamand ? Trop risqué : il risque de décider de l’arrêt immédiat des transferts flamands. 

   Alors qui ? Trump ? Xi Jinping ? Ca risque de coûter cher au budget wallon ! 

  Décidément, devant la complexité du labyrinthe belge, il n’y a qu’Elio et Jean-Marc qui soient capables de faire la programmation. Mais qu’ils laissent aux robots la faculté de s’auto-détruire. Ils en auront peut-être bien besoin. 

  « J’aime à penser que la lune est là même si je ne la regarde pas », écrivait Albert Einstein. Qui sait si on peut en dire autant de la Belgique ? Quand vous reviendrez de vos vacances au loin, sera-t-elle toujours là ? Allez, bonnes vacances !

www.berenboom.com

PESTE SOIT DE L’OPINION PUBLIQUE !

Je me demande souvent, moi qui n’ai jamais été sondé, quelle est la véritable intention de ceux qui prennent le temps de répondre aux instituts d’opinion : avouent-ils franchement leurs intentions de vote ou s’amusent-ils à agiter un tissu rouge sous le nez des partis traditionnels ? Juste pour le plaisir de contempler le désordre et l’affolement qu’ils ont provoqués.
Que les Belges déclarent leur attachement aux voitures de société, aux vacances lointaines, via l’avion, et aux fermettes dans le Brabant wallon ou flamand, là où n’existent ni bus ni train, et qu’ils annoncent en même temps vouloir porter Ecolo ou le PTB à la tête du pays, voilà qui étonnera seulement ceux qui ne comprennent rien aux Belges, à leur amour pour la poésie, de préférence absurde, leur goût de la contradiction et leur amour de la dérision.
Pourtant, certains hommes et femmes politiques s’y laissent prendre. Ils pensent vraiment que les électeurs sont prêts à signer un programme qui bouleversera leur vie. Et de surenchérir dans la dernière ligne droite en accumulant des promesses vertes-vertes ou rouges-rouges, selon le quartier.
Remarquez, ils ont partout le même réflexe. Comme l’a dit un syndicaliste français ébahi et dégoûté, le gouvernement Macron a accordé en quelques semaines plus de cadeaux aux Français que ce que les syndicats réclament vainement depuis trente ans. Juste pour apaiser le soulèvement très médiatique d’une poignée d’excités venus du fond des provinces oubliées.
Le brusque sursaut écologique de la plupart des partis traditionnels vient aussi de leur surprise devant la détermination de ces milliers de jeunes qui ont défilé dans les rues.
C’est peut-être cela qui est nouveau : manifester sert soudain à quelque chose.
Pendant des dizaines d’années, des milliers de gens ont battu le pavé, sous la pluie, contre la politique d’immigration – ou les immigrés-, l’installation d’armes nucléaires à Kleine Brogel, pour sauver la justice, contre l’austérité, pour les pensions, etc. Sans émouvoir nos représentants. Mais, depuis quelques mois, les choses bougent. Ils ont l’air d’entendre quand on gueule sur la voie publique. En tout cas lorsque les sondages font trembler leurs sièges et que les élections sont proches.
Car voilà la date limite du jeu : le 26 mai. Après, c’est tranquillos pour cinq ans.
Depuis que toutes les élections ont été groupées (sauf les communales), une fois le dimanche maudit passé, les élus peuvent recommencer à faire la nique à ceux qui s’agitent sous leurs fenêtres.
Ce qui devrait encourager ceux qui réclament le droit pour les citoyens de taper sur les doigts des élus entre deux élections. Gardons cependant à l’esprit ce que dit Shakespeare : « Peste soit de l’opinion publique ! Un homme vous l’endosse à l’endroit aussi bien qu’à l’envers ! »

www.berenboom.com

VOTER ECOLO ?

Moi voter Ecolo ? Pas fou ! T’as vu le temps qu’il fait ? 25 ° en octobre ! Après le passage par le bureau de vote, dimanche dernier, je suis allé prendre l’apéro en maillot sur la plage d’Ostende. J’aurais même fait une petite brasse si la plage n’était pas envahie par les méduses. Avec les écolos, ce sera fini tout ça, l’été en automne, l’apéro en maillot (d’accord, les méduses aussi). Gare aux Ecolos, les amis ! Ils veulent le retour de la pluie, du vent, des frimas. Non merci !

Dans quelques mois, on pourra planter des bananiers plutôt que des patates et les orangers vont fleurir toute l’année sur l’avenue Louise. Et vous vous plaignez ?

Le réchauffement climatique ? Y n’a que des avantages : avec la Flandre sous eau, on ne se demandera plus comment rabattre le caquet à Bart De Wever et empêcher la droite de la droite de s’allier avec l’extrême droite de la droite. Tous balayés, obligés de nager vers Uccle avec des méduses accrochées à leurs maillots. Eux qui voulaient des visites domiciliaires, y vont êtes gâtés. Y z’auront les pompiers tous les jours en canot dans leurs villas quatre façades pour sauver mamie et le canari.

Et une fois débarqués à Uccle, je leur en donnerais, moi, des visites domiciliaires. Qu’est-ce que vous faites ici ? Ah ? C’est une famille d’Uccle qui vous a ouvert la porte ? Les Reynders ? Voyez-vous ça ! Je ne les savais pas si généreux avec les étrangers ! Mais, désolé, m’sieur Reynders, il est interdit de jouer la famille d’accueil pour les Flamands ! Même pour emmerder les Verts ! Ten strengste verboden ! Allez, les réfugiés, cessez de dégouliner sur le beau parquet de m’sieur le minist’, reprenez vos valises, et en route pour le centre fermé de Steenokkerzeel, une des dernières terres émergées de Flandre. Uccle est réservée aux Blancs de souche locale, si vous voyez ce que je veux dire. Pas de Blancs d’importation ici.

Vous me direz : si les réfugiés du nord, chassés par la hausse des eaux, envahissent les beaux centres qu’ils ont fabriqués pour ceux venus du sud, que va-t-on faire de ses occupants actuels?

Ne vous en faites pas. Le flot va se raréfier. Ceux qui débarquaient chez nous, fuyant sécheresse et chaleur, vont être drôlement surpris de découvrir qu’il fait aussi canicule à Liège qu’à Addis-Abeba ! Plus besoin de Théo Francken pour s’en débarrasser. Le changement climatique qui nous emmène un soleil de plomb, c’est drôlement plus efficace et moins coûteux que d’engager des milliers de flics et d’acheter du matériel.

Et cessez de protester en disant que la lutte contre le réchauffement s’inscrit dans la défense des doigts de l’homme alors que le soleil est un cadeau sorti des doigts de Dieu.

www.berenboom.com

ATOMIC-MAC

La bonne nouvelle de la semaine : le Luxembourg déversera ses déchets nucléaires chez nous mais il gardera ses banques et les économies de nos épargnants. C’est ce que l’on appelle un accord gagnant-gagnant.

Reste à décider ce que nous allons faire des déchets nucléaires de nos amis grand-ducaux, de simples zakouskis, il est vrai, comparés à ceux de nos « propres » productions locales.

Alors secrétaire d’état, l’écolo Olivier Deleuze annonçait en 2003 le début de la fin du nucléaire pour 2015, promesse que les partis libéraux et le PS se sont empressés d’oublier dès la fonte des verts aux élections suivantes.

En 2012, le ministre Wathelet l’annonçait pour 2025, ce qu’a confirmé l’actuel gouvernement il y a quelques mois. Sauf que la N-VA ne l’entend pas de cette oreille. Et laisse la question ouverte pour en discuter après les élections de l’an prochain. Promesse d’un sérieux court-circuit autour de la prochaine déclaration gouvernementale sinon d’un Fukushima si l’un des futurs partenaires s’entête à mettre l’agenda de la mort du nucléaire sur la table. Autrement dit, on en reparlera après la fin des banquises, la hausse des océans et la disparition de la Flandre.

Pour une fois, l’électrique Bart De Wever pourra invoquer la France (à la tête du lobby nucléaire chez nous) plutôt que l’Allemagne (qui s’en est débarrassé calmement). Avec l’entrée en fonction du nouveau ministre de l’écologie, le président Macron s’est assuré un collaborateur peinard question centrale nucléaire, le totem intouchable des Français avec l’industrie de l’armement et celle du foie gras.

Quand il s’opposait au candidat Macron, François de Rugy, s’est engagé à la fin des centrales françaises pour 2040. Depuis qu’il est ministre, il s’est engagé à la fermer sur la question.

Personne ne connaît la durée pendant laquelle les matières resteront radioactives : des siècles ou des centaines de milliers d’années, comme le disent certains ? Bref, on ne sait rien, on n’a aucune solution, celles qui ont été expérimentées ont fait eau de toute part (comme le déversement de déchets en mer principalement par les Anglais dans les années 50 qui prétendaient qu’ils allaient se dissoudre comme du savon ou par les Italiens au large de la Somalie avec l’aide des Maffias).

Que ces crasses mettent cinquante mille ou trois cent mille ans à cesser d’être nocives n’a pas beaucoup d’importance puisque les mammifères intelligents auront disparu de la surface de la planète depuis longtemps, tués par d’autres crasses.

Resté seul, Bart De Wever pourra lancer aux êtres survivants : « Abyssus abyssum invocat » (« l’abîme appelle l’abîme »).

« Acta est fabula ! » (« La pièce est finie ! ») répondront ses auditeurs en suçant une glace au plutonium.

www.berenboom.com

UN CHEVEU SUR LA LANGUE

Les grands singes occupent le devant de l’actualité cette semaine. Alors que le zoo d’Anvers vient de perdre sa star, le gorille Kumba, le parc Pairi Daiza annonce à grands fracas l’arrivée de cinq grands singes. Ne me parlez pas de coïncidences.

C’est un constat scientifique : les animaux à longs poils s’épanouissent plus facilement en Wallonie qu’en Flandre. Est-ce en effet un autre hasard si le premier libéral wallon à la tête du gouvernement fédéral est un barbu et le président de la région wallonne une tentative de  barbu alors que leurs collègues flamands sont depuis longtemps rasés de près? Il faut remonter à Achille Van Acker pour trouver un poilu du nord à la tête de la Belgique et avant lui, aux années vingt et à un certain Aloïs Van de Vyvere, qui, affichait une moustache, mais qui n’a été premier ministre qu’un petit mois, ceci expliquant peut-être cela.

Ne me dites pas que ma thèse illustre le fait que le Wallon a un poil dans la main. Je laisse ce type d’ironie à Bart De Wever et à ses sbires. Lesquels sont tous imberbes, sauf deux. La ministre flamande de l’intérieur, Liesbeth Homans, qui se bat pour mettre la Belgique à poil et le président de la Chambre, Siegfried Bracke, qui promène une triste moustache tombante de vétéran de l’armée des Indes pour éviter que les militants de son parti ne remarquent qu’il a accepté de porter la chevelure que lui a léguée la reine Fabiola.

Et les barbus de Bruxelles, où les ranger ? Parmi les Flamands ou les Wallons ? Question délicate qui touche à l’essence même de notre pays. Et qui ne concerne pas seulement les étrangers ou les réfugiés installés chez nous mais aussi les vieux Bruxellois de souche. On connaît les graves problèmes qu’a connus le capitaine Haddock quand on lui demandait s’il dormait avec la barbe au-dessus ou en-dessous des draps.

On a cru un moment qu’Olivier Deleuze affichait de superbes bacchantes pour affirmer sa virilité mais, de son bref passage à la direction d’Ecolo, on a retenu que ce caractère était plutôt celui de sa co-présidente.

Son ex-collègue, Philippe Moureaux, porte aussi quelques poils au-dessus de ses lèvres. C’était sa façon de prouver qu’il est un homme de compromis entre les barbus de sa commune et ses glabres militants. Résultat, Molenbeek est aujourd’hui le poil à gratter de l’Europe…

Certains barbus, poilus et autres donneurs de leçons, on rêve parfois de leur conseiller : cessez de nous raser et ne gardez qu’un cheveu sur la langue.

Quoi ? C’est à moi que vous dites : Ca suffit ! la barbe ?

D’accord, j’arrête ! Mais laissez-moi conclure d’une phrase, citant Lucien de Samosate (aujourd’hui, une ville de Syrie) : « Si la barbe suffisait à la sagesse, un bouc vaudrait Platon ! »

www.berenboom.com

ANO OU HOMO

Ainsi, Jean-Michel Javaux vient de l’avouer au « Soir »: il est anorexique ! Jésus, Marie, Joseph, quelle confession !
Ce qui frappe d’emblée, c’est la facilité avec laquelle il est tombé dans le panneau tendu par son chef de troupe, Mutien Léonard (totem : ogre tranquille): le monde est divisé en deux, mon p’tit gars, les homos et les anos. Il faut choisir ! avait dit le retord de Namur en devenant patron. Et, sans réfléchir, Javaux a choisi. Ano, sans hésiter, mon père ! Sans prendre le temps de peser les conséquences comme il le fait si bien quand on l’interroge sur Elio, les ventes d’armes, BHV ou les Flamands. Où il est toujours parfait, nuancé, prenant aux uns et aux autres, évacuant avec adresse tout jugement définitif, évitant toute position tranchée, le piège binaire, le bien et le mal, le ying et le yang.
C’est qu’il ne se méfiait pas d’Ogre tranquille, not’ pôv Javaux. Un homme si intelligent qu’il admirait tant. Jamais il n’avait imaginé que l’archevêque allait se montrer plus pervers que Didier Reynders négociant avec Rudy Aernoudt ou Joëlle Milquet dansant le tango avec Bart De Wever.
Depuis, ils ont l’air malin chez Ecolo… Car, qui refuse l’option Javaux, se retrouve dans l’autre. La galère… On comprend la grosse colère de Josy Dubié. Car il n’est pas du genre anorexique, lui. Il aime la bonne chère et la belle chair (c’est pour cela qu’on l’aime, Josy !) Javaux s’est planté ! s’étouffe-t-il. Chez les Verts, on est tous les mêmes ! Ni ano ni homo, ecolo ! a-t-il éructé. Trop tard, le mal était fait et le mâle refait !
Avec beaucoup d’autres dégâts collatéraux. Au C.D.H. par exemple, où l’on a peu apprécié que Javaux vienne brouter leur pré carré. Car, si Javaux apparaît aujourd’hui comme la plus belle bête du saint troupeau de l’archevêque, Joëlle se retrouve du coup ravalée au rôle de mouton noir. Devra-t-elle boire le vin de messe jusqu’à la lie et faire le pèlerinage d’Habay pour obtenir de son vieil ennemi abhorré, Charles-Ferdinand Nothomb, un certificat attestant que c’est elle la plus pure ? Ou ramener son parti dans la ligne confessionnelle sur laquelle elle avait réussi à jeter le voile ?
Et que va faire le MR ? Il vient juste de virer de bord après la culotte des dernières élections pour essayer d’attirer à lui chômeurs, pensionnés et autres Wallons. Sans se rendre compte que la bataille se livrait en soutane. Quelle idée de l’avoir confiée à un sans-Dieu ! Didjé va devoir retrousser les manches, réécrire son joli manifeste pour rattraper Javaux dans la ligne droite. Mais, quelque soit la façon dont il le tourne, il sera difficile d’afficher sur la couverture Louis Michel en modèle d’anorexique.

www.berenboom.com