Archives par mot-clé : Extrême droite

PASSEZ MUSCADE !

Au vu des résultats électoraux de ces derniers mois, on a envie de réagir comme Bertolt Brecht jadis : « Ne serait-il pas plus simple de dissoudre le peuple et d’en élire un autre? »

Quand en Allemagne et surtout en Autriche, l’extrême droite fait des scores qui font rêver nos hommes politiques (après son succès dans les pays scandinaves et les Pays-Bas), quand la Hongrie et la Pologne, débarrassés des communistes, se jettent dans les bras d’autres partis fanatiques et sectaires, on est un peu embêté de donner matin, midi et soir des leçons de démocratie aux dictateurs du monde entier. Ou plutôt, on a l’impression de leur vendre les outils qui leur permettent de consolider leur pouvoir absolu tout en affichant le résultat des urnes la tête haute.

Il ne faut même plus piper les dés du système électoral, comme en Iran ou en Russie, pour que les « gens » – comme dit Mélenchon – se précipitent comme un seul homme vers le pire.

Avec les scores qu’avait engrangés le Vlaams Belang, on ne peut même pas vanter le paradis belge et le donner en exemple. D’autant qu’il vaut mieux ne pas mettre en vitrine notre politique d’ « accueil » des réfugiés …

Le cordon sanitaire qu’on avait opportunément opposé à l’extrême droite flamande à la fin du siècle dernier paraît obsolète et impossible à appliquer en Europe. S’il fallait couper les liens avec les états-membres dans lesquels grouille la droite extrême, l’Union européenne risque de se réduire à peau de chagrin.

Ce chagrin, cet énorme chagrin, qu’on ressent à l’assassinat de la journaliste Daphné Caruana Galizia, piégée par une bombe posée dans sa voiture. C’est un autre méfait de la démocratie, ça : puisqu’on ne peut se servir de la loi pour faire taire les opposants, on les supprime…

La république de Malte, il est vrai a toujours eu un important courant d’échanges avec la Russie, où l’élimination des opposants est la maladie congénitale de leur démocratie formelle.

En apprenant la mort de la journaliste, le premier ministre de Malte, Joseph Muscat, a eu ces mots : « Aujourd’hui est une journée noire pour notre démocratie et notre liberté d’expression ». Cela n’a évidemment rien à voir mais autant signaler que M. Muscat et sa famille sont dans le hit-parade des Panama Papers comme le révélaient les articles d’investigations publiés par Madame Galizia. Voilà donc une disparition opportune pour « des gens » qui tiennent le haut du pavé dans l’ancienne capitale de l’Ordre de Saint-Jean. Passez muscade…

Parions que l’intrigue de ce terrible meurtre sera aussi difficile à démêler que celle du « Faucon de Malte » de Dashiell Hammett…

C’est l’autre face sombre de la démocratie, la diminution des budgets des services publics. Or, comment assurer la réalité des libertés constitutionnelles si les institutions judiciaires sont peu à peu mises en pièces ?

www.berenboom.com

ALMA MATER OU AUBERGE ESPAGNOLE ?

Alma mater, c’est ainsi que nous appelions notre université. Mais la « mère nourricière », qui vient de fêter ses cent septante-cinq ans, semble avoir perdu son latin et sa mémoire. Hey, mamy ! Le libre examen, ça te dit encore quelque chose ?

« La pensée ne doit jamais se soumettre …parce que, pour elle, se soumettre, ce serait cesser d’être » disait Henri Poincaré (en 1909), un des pères du libre-examen mais aussi de la théorie du chaos. Ceci explique peut-être cela.

L’autre soir, à l’ULB, grand chahut organisé par une bande d’hooligans, courageusement dissimulés derrière des burqas. Le chahut, c’est une tradition, d’accord. La contestation aussi. Mais elle avait autrefois pour but de réclamer plus de liberté pas de l’étouffer.

Or voilà qu’un « chercheur », M. Chichah, a, une nouvelle fois, emmené un quarteron de gueulards pour empêcher la tenue d’un débat sur l’extrême droite.

Une nouvelle fois car le bonhomme est coutumier du fait. Il y a quelques mois, il a déjà mené un débat à l’ULB pour légitimer un partisan de l’extrême droite, Dieudonné, un comédien qui a abandonné depuis longtemps l’humour pour l’amour de l’extrême droite depuis qu’il a entendu des voix (celles de Jean-Marie Le Pen). Cette fois, c’est la plus pugnace adversaire de la fifille Le Pen, l’écrivain et journaliste, Caroline Fourest qu’il a fait taire. On reconnaîtra à Chichah, une fidélité. A la famille F.N.

Car en matière de liberté d’expression, ce chercheur en économie de la discrimination vogue à géométrie variable.

Après le déroulement chaotique de la conférence publicitaire en faveur de Dieudonné, son fan club avait lancé une pétition « contre l’intimidation intellectuelle » à l’ULB. On serait étonné de le voir répéter ce geste après que le héros ait exactement utilisé le procédé qu’il dénonçait pour faire taire une parole insupportable : le lien entre extrême droite et islamophobie.

Mais les autorités universitaires portent aussi une responsabilité dans ces événements annoncés et dont elles n’ont pas voulu prendre la mesure. A plusieurs reprises, les recteurs successifs (et le conseil d’administration) ont préféré mettre la tête dans le sable devant des dérapages antisémites  (vite qualifiés de blagues de potaches) ou en classant vite fait des plaintes contre le susdit « chercheur ». Transformant de plus en plus la maison des valeurs en une auberge espagnole.

Les contributions scientifiques ont toujours fait la renommée de l’ULB. L’université s’est à présent concentrée vers la zoologie, spécialité l’autruche…

 

 

www.berenboom.com