EINSTEIN, REVEILLE-TOI, ILS SONT DEVENUS FOUS !

  On savait que le Belge a une brique dans le ventre. Mais pas de cette dimension. La Flandre veut construire en mer du Nord une « autoroute de drones ». Ne me demandez pas la signification de cette entreprise. Est-ce une rampe de lancement pour permettre à l’armée belge d’envahir la Grande Bretagne ? 

C’est ce que je pensais jusqu’à ce que je lise une interview du CIO de Skyes, le gestionnaire du trafic aérien (dans La Libre Belgique) qui déclare que le système permettra « même de livrer des pizzas ». On comprend mieux l’utilité d’un investissement de cette importance.  

  Pendant ce temps, on se propose d’investir en Wallonie un milliard et demi dans la construction d’un gigantesque tunnel qui permettra d’observer l’espace grâce à un télescope géant baptisé Einstein (oui, il faut aller en dessous pour regarder au-delà). 

 Tunnel, aussi long que celui sous la Manche, qui sera financé par le budget fédéral, affirme le secrétaire d’état Thomas Dermine, pour autant que les Flamands marquent leur accord, ce qui nécessitera de prolonger le fameux tunnel pour le faire aboutir dans les Fourons, c’est-à-dire en Flandre. Je vous assure, c’est vrai ! Ce n’est pas un poisson d’avril !  

 Pendant ce temps, le délégué aux droits de l’enfant sonne l’alarme dans son rapport annuel sur la situation catastrophique de milliers d’enfants de notre pays dont une partie vit déjà sans abri et pas mal d’autres le deviendront à leur la majorité. Il n’y a pas assez de structure pour les accueillir, pas de logements, pas de personnel. Rien. Juste un bilan dramatique. Qui s’ajoute au nombre de plus en plus élevé de SDF qui guettent l’arrivée de l’hiver, dont ces demandeurs d’asile qui errent dans Bruxelles, à cause des budgets étriqués (dixit Nicole de Moor, qui manifestement ne bénéficie pas des mêmes largesses que son collègue Dermine). Ironie de l’histoire et lien imprévu entre ces deux actualités : Albert Einstein s’est réfugié en Belgique, fuyant le régime nazi. A l’époque, accueilli par le gouvernement, logé pendant plusieurs mois au Coq. Autre temps, autres mœurs, autres politiques.  

 Evidemment, on pourrait loger tous ces mineurs à la dérive, ainsi que les demandeurs d’asile, dans le fameux tunnel Einstein. D’abord, ils y seraient au chaud. Vu le prix qu’on est prêt à débourser pour sa construction, ouvrir quelques centaines de chambres (le tunnel s’étendra sur plusieurs kilomètres) ne devrait pas faire exploser le budget déjà pharaonique. D’une pierre deux coups, les enfants ainsi pris en charge pourront passer la journée l’œil vissée au télescope et observer l’univers tranquille. Et les demandeurs d’asile rêver à un monde plus serein que celui qu’ils ont fui et même celui où ils ont échoué.  

www.berenboom.com

TEMPS DE CHIEN

 L’opulente mamma entraînant sa marmaille désordonnée et bruyante, cette image classique des comédies italiennes des années cinquante est un chromo du passé. A ranger entre le chianti en fiasque de paille et la Lambretta. L’an dernier, les naissances en Italie sont passées en dessous du seuil des 400.000, quatorzième baisse consécutive et chute record de la natalité. A ce rythme, l’hiver démographique, comme on l’appelle là-bas, pourrait faire baisser la population de la péninsule de quatorze millions d’habitants dans quelques dizaines d’années. C’est dire le grand écart auquel doit se livrer la première ministre, Giorgia Meloni, tenaillée entre un besoin croissant de main d’œuvre et de travailleurs actifs finançant le régime des pensions et sa politique violemment anti-immigrés. Pour repousser les malheureux venus chercher une vie meilleure dans le plus beau pays du monde, la Meloni a chargé l’Albanie d’ouvrir des centres (gérés par les Italiens) pour accueillir les immigrés sauvés en mer.

   En Espagne, la situation n’est pas meilleure en tout cas pour les bébés alors que les pays de la Méditerranée ont longtemps battu les records européens du nombre de familles nombreuses. Désormais, nous apprend la presse ibérique, moins les couples font d’enfants, plus ils achètent de chiens. Il y aurait plus de toutous que de marmots dans la patrie de Felipe VI. 

   Pourtant faire taire un chien qui aboie est encore plus difficile que d’apaiser un enfant braillard. Ce n’est donc pas le bruit qui explique cette préférence pour la race canine. 

  Que l’on hésite à faire des enfants en ces temps troublés, les explications sont nombreuses, désarroi et angoisse devant la perspective des changements climatiques, soubresauts politiques de plus en plus sanglants à nos portes, manque de souffle et d’imagination à propos de notre sort dans l’avenir. Mais ce destin funeste qu’on ne veut pas faire subir à une nouvelle génération d’êtres humains, pourquoi l’imposer aux pauvres clebs ? 

  Certains expliquent l’amour récent des Espagnols pour les chiens par la crainte d’une ère de plus en plus sauvage. Où il faudra se prémunir des attaques de voyous ou de voisins alors que la force publique aura laissé tomber les bras. Dans ce cas, un chien méchant est beaucoup plus efficace qu’un bébé Cadum. 

Paradoxe pourtant parce que, jusqu’il y a peu, les Espagnols étaient tristement connus pour maltraiter les chiens. Ainsi, beaucoup de chasseurs n’hésitaient pas à pendre aux arbres leurs lévriers galgo quand l’âge les rendait plus lents et moins utiles dans la poursuite du gibier. 

  On ne peut que se réjouir de cette réhabilitation du « meilleur ami de l’homme » (et de madame) car comme le disait Boris Vian : « Un bon chien vaut mieux que deux kilos de rats ».          

www.berenboom.com

PEACE & LOVE

     A propos de l’EVRAS (le cours d’Education à la vie relationnelle, affective & sexuelle), qui contesterait aux parents le droit d’éduquer leurs enfants à la vie affective, sexuelle, etc ?  Même si, pour ce qui me concerne, je n’ai pas le souvenir que mes parents, intellectuels laïcs et cultivés aient fait le moindre effort à ce sujet. Je me suis d’ailleurs empressé de ne rien leur demander.

Je pense avec candeur peut-être que les choses ont peu changé et que beaucoup d’enfants préfèrent interroger ChatGPT sur les questions sexuelles que papa, maman ou le curé (mieux vaut l’éviter), quand ce ne sont pas des sites nettement moins recommandables ou les réseaux sociaux.  

Malgré leur bonne volonté, il y a des choses que les parents ne peuvent pas leur apprendre. D’abord la signification du mot Evras. Evras ? Cesse de poser des questions idiotes, Toto et mange ta soupe. Tu n’as pas l’âge d’escalader l’Evras. 

Il y a aussi toutes ces magnifiques expressions que l’on trouve au fil des chansons de Brassens. Certaines doivent être au programme du cours de littérature française – je l’espère. Mais sans traduction, bonne chance pour les petits !  

Que signifie « Effeuiller la marguerite », maman ? Et vlan ! Toto, encore une grossièreté à table et tu vas l’avoir ton Evras ! Avec la marguerite en prime où je pense ! 

Quant à l’endroit le plus enivrant et enfiévré du corps féminin, est-ce papa qui va en distiller la magie ? Il est déplorable, se lamente tonton Georges, dans « Le Blason », que les vocables qui le distingue soient aussi pauvres, grivois, quand ils ne sont tout simplement pas grossiers et vulgaires. « C’est la grande pitié de la langue française, c’est son talon d’Achille et c’est son déshonneur/ de n’offrir que des mots entachés de bassesse/ à cet incomparable instrument de bonheur. »

Faut-il forcer les parents à décoder la chanson de Mélanie, la bonne du curé qui « Dedans ses trompes de Fallope/s’introduit des cierges sacrés » ? 

Et est-ce plus simple de dire en français d’aujourd’hui « Avec le pampre de la vigne/ un bout de cotillon lui fis/mais la belle était si petite/qu’une seule feuille a suffi » ? 

J’en ai assez entendu comme ça, Toto ! Oublie cette vieille barbe de Brassens. Ecoute plutôt les filles. D’accord, maman, que veut dire France Gall quand elle propose des sucettes à l’anis ? Et Lio qui explique les effets de son « Banana split » ? J’en ai assez, Toto ! Remets plutôt « Au clair de la Lune ». Cette fois il n’y a pas de risque. 

« Va chez la voisine, / Je crois qu’elle y est, / car dans sa cuisine / On bat le briquet.» Ce qui signifie en vieux français qu’on s’envoie en l’air. 

Tout compte fait, Toto, je pense que les Talibans ont raison. Pour sauver la jeunesse, mieux vaut interdire tout simplement la musique… Et l’école…

www.berenboom.com

LARDONS, CHERS LARDONS

  Dans les premiers temps du confinement une amie, qui s’initiait aux joies de l’apprentissage à domicile de ses deux jeunes ados, me disait : « C’est affreux, en leur donnant cours, je viens de découvrir comme mes filles sont bêtes ! »

Plaisanterie évidemment. Puisqu’elle reste persuadée qu’une de ses deux filles (peut-être les deux mais c’est rare) sont promises à décrocher le prix Nobel. 

Mais son exclamation donne bien la mesure de la seule vraie révolution née de cette pandémie : le rapport entre parents et rejetons. 

Depuis une cinquante d’années, sous nos latitudes, la plupart des parents ont les enfants qu’ils ont voulus. Mais, à peine les crèches ouvertes, ils s’empressent de les fourrer loin de la maison. Puis à l’école, au lycée. Ouf ! Bon débarras. Sont pas dans les pieds pendant qu’on passe l’aspiro puis qu’on prend l’apéro ! Or, voilà que ce bête corona a piqué là où ça fait mal. Crèches et écoles fermées, les parents ont été condamnés à vivre confinés 24 heures sur 24 avec leurs gosses. Le choc. La découverte dans la baraque de ces hôtes étrangers est pour certains aussi renversante que pour les Indiens l’apparition de Christophe Colomb…

Vous me reprocherez à raison de m’attarder sur le côté sombre de la force. Avoir les gosses dans les pieds a aussi son utilité. Que de parents vont sortir du confinement, initiés grâce à leurs gniards aux subtilités de l’informatique ou capables de jongler avec les multiples applications de leurs portables. L’écolage s’est souvent fait dans l’autre sens que prévu. 

Je connais beaucoup de pères qui ont descendu du grenier sans honte leurs vieilles BD, qu’ils ont relues tout seuls au fil des semaines avec émerveillement (car leurs enfants les trouvaient « trop nulles »).

Il y a aussi toutes ces séries qui seraient restées inconnues sans les lardons. Qu’on a été obligé de regarder, de gré ou de force, car il n’y a qu’un seul PC à la maison. (Plein d’étoiles pour « Unorthodox » sur Netflix). Ou le tas poussiéreux de CD ou même de cassettes VHS auxquels les enfants ont préféré vos ancêtres, des jeux Super Mario, retrouvés dans un placard avec votre première console (« trop cool » !) 

Avec le soleil d’été, peu à peu les enfants sortent dans la rue, jouent avec les petits voisins, explorent le terrain de foot déserté, derrière le parc – les flics, heureusement, ne peuvent être partout; eux aussi doivent songer à leurs petiots. C’est ainsi que, même si les écoles se contentent d’entrouvrir timidement leurs portes, et les crèches un peu plus, les enfants s’échappent à nouveau, peu à peu, du cocon familial. 

Et je parie que ce sont ceux qui se sont plaints les premiers de l’invasion de leur appartement qui regretteront bientôt le départ des petits envahisseurs. E.T., reviens ! 

www.berenboom.com

PÈRE FOUETTARD 2.0

Avec la fin du vieux monde, la sentence cruelle mais inexorable est tombée : exit Saint Nicolas.

Le patron des écoliers a été jeté à la décharge, avec les magnétoscopes VHS, Mario Bros, Fellini, les cabines téléphoniques, le communisme et le fascisme, toutes ces gloires inutiles et démodées du siècle dernier. Attendez ! On me dit à l’instant que le vide-meubles refuse d’emporter dans le lot les partis politiques de jadis, même les pires. Dans le cadre du projet zéro-déchets, il paraît que le communisme et le fascisme peuvent encore servir dans le nouveau monde. Sursis donc pour les fascistes et les cocos. Mais pour Saint Nicolas, en revanche, c’est râpé…

Le monde ayant horreur du vide, il faut d’urgence le remplacer. Mais par qui ?

Théo Francken, qui s’est aussitôt proclamé l’ami des enfants sages, a posé sa candidature. Mais le premier ministre s’y est opposé. Déjà que le budget fédéral n’a pas bonne mine, alors ouvrir une nouvelle brèche en finançant chocolats et spéculoos, pas question. Erdogan, un moment sollicité vu que saint Nicolas était turc a considéré que devoir se glisser dans les cheminées du royaume était au-delà de sa dignité. Grand seigneur, il n’entend se déplacer qu’en tapis volant.

Ne restait, faute de mieux, que ce bon vieux Père Fouettard. Tels ces politiciens inoxydables qu’on croit cent fois morts et enterrés et qui renaissent toujours de leurs cendres, l’ancien second couteau du grand saint est de retour. Désolé, les amis.

On avait pourtant l’impression que le personnage avait été définitivement éliminé par la mode du politiquement correct depuis qu’on lui a interdit de se servir d’un fouet, de menacer les pauvres mioches méchants des pires tourments et de se grimer en Noir de carnaval.

Mais, revenu aux affaires, le Père Fouettard sait qu’il doit proposer du neuf pour coller à l’époque.

Au lieu de suivre son chef et son âne en roulant des yeux, drapé dans un vieux rideau, il va offrir aux enfants une version 2.0 de la fête.

Voici un avant-goût du programme du nouveau calife.

Pour les plus méritants, un gilet jaune clignotant et sonore afin de les préparer à la vie de citoyen du futur. Aux voyous, une solide décharge de Taser gun, méchamment plus efficace que le fouet d’antan – une bonne décharge électrique mais avec énergie douce pour avoir l’air branché.

Plus d’âne non plus, à cause des protestations de Gaïa. Ni de sucreries car des psychologues prétendent que des enfants gâtés préparent des adultes violents. Plus d’histoires inventées car on ne peut plus mentir aux petits pour ne pas les habituer aux fake news et aux promesses électorales.

Allez, Fouettard, encore un effort ! La magie, ça se travaille…

www.berenboom.com