OTAN EN EMPORTE LE VENT

  A quoi tient l’OTAN ? Le président Macron, qui montre de temps en temps une dangereuse attirance pour les formules choc (qui lui explosent ensuite à la figure), constatait il y a cinq mois à peine que l’Organisation était « en état de mort cérébrale ». Cinq mois… un siècle ! Aujourd’hui, c’est Marine Le Pen qui dénonce avec véhémence l’Alliance atlantique (Georges Marchais doit se retourner dans sa tombe) et Emmanuel Macron qui défend son renforcement et son refinancement (tout en plaidant « en même temps » pour le développement d’une défense européenne). 

  Au début de cette noire décennie, les pires sujets qui agitaient l’Europe il y a un siècle occupent tous les esprits : les épidémies, le nationalisme et la guerre. Retour vers le futur ! Alors qu’on avait cru innocemment que le dérèglement climatique serait le vrai combat de ce siècle et qu’il unirait les nations. Encore raté ! Le seul réchauffement qui intéresse en ce moment est celui provoqué par les canons et les bombes. 

Inutile de souligner que les engins déployés dans la guerre d’Ukraine vont faire exploser tous les indicateurs de CO2. Heureusement pour la planète qu’il y en a un certain nombre qui ont été rapidement détruits ou coulés. 

L’armée russe n’a pas impressionné même Vladimir Poutine mais sa puissance finit par écraser tout sur son passage, même s’il faut y mettre le prix et entraîner d’énormes sacrifices même pour la population russe pour de nombreuses années. Quatre-vingts ans de communisme l’ont habituée, il est vrai, aux pénuries, à la misère et à l’autocratie. Mais, la Russie a un avantage sur l’OTAN : de quelque république ou région de la Fédération qu’ils viennent les soldats obéissent à un seul chef et à une seule stratégie. Tandis que la puissance de l’OTAN repose sur un délicat équilibre entre ses membres. Un puzzle aléatoire de corps d’armée nationaux qui obéissent en grande partie à leurs gouvernements. Enlevez une pièce maîtresse du jeu et le château de cartes risque de s’effondrer. 

Or, Marine Le Pen a inscrit à son programme le départ du commandement intégré de l’OTAN, l’arrêt des coopérations militaires et industrielles avec l’Allemagne et un rapprochement avec la Russie. Si quelqu’un a accès à l’agenda de Vladimir Vladimirovitch, merci de vérifier si sa soirée du dimanche 24 avril a bien été réservée, aller-retour Moscou-Paris et participation à un petit vin d’honneur pour l’entrée de la fifille à l’Elysée. 

Comment l’Europe se défendra-t-elle si la France quitte à la fois l’Union et l’OTAN ? 

On prétend que les chats ont sept vies. Et au-delà, qu’arrive-t-il aux petites bêtes ? Les chats de Marine Le Pen paraissent en effet les avoir toutes épuisées…

www.berenboom.com

TOUS CHOCOLAT

    Le peuple, le peuple. Des candidats aux élections, des gilets jaunes aux protestataires de tous poils, ils sont tous à en appeler au peuple, quand ils ne se prennent pas eux-mêmes pour le peuple, comme Mélenchon ou Le Pen. 

  Face aux dictateurs, à leur violence, leur intolérance, la violation des droits de l’homme, on oppose la démocratie, la souveraineté sortie des urnes, le vote des citoyens. Le peuple ne se trompe jamais, paraît-il. 

   Mais il a bonne mine, le peuple, qui vient de réélire à une confortable majorité le patron de la Hongrie, M. Orban. Sans coup d’état ou l’aide de l’armée pour se maintenir sur son trône. Non, il s’est vu renouveler le mandat que lui a donné le peuple par les urnes comme nos paisibles dirigeants de la Vivaldi. 

Et Poutine ? Lui aussi a été élu et réélu. Le président turc, Erdogan également. Et les dirigeants du PiS (Droit et Justice) en Pologne. 

Alors, le peuple, t’as reçu une brique sur la tête ou quoi ?

Que dira-t-on si Marine Le Pen entre à l’Elysée ? Qu’on ne discute pas la voix du peuple ? 

Sûr que ça rendra amer le chocolat de Pâques… Les Français auront beau chanter L’Amère/ au ciel d’été/confond ses blancs moutons/avec les anges si purs/ ils auront l’air malins. Cependant que Tom Van Grieken sera reçu en premier invité étranger, peut-être même avant Poutine, en attendant que, devenu président de la région flamande, TVG accueille à son tour la nouvelle présidente de la France à Bruxelles, sa capitale, au son de l’hymne du Vlaams Belang. 

On commence à se dire que Churchill n’avait peut-être pas tort quand il disait que « la démocratie est le pire système de gouvernement » (mais il ajoutait « à l’exception de tous les autres ».) Si on ressortait le tirage au sort des dirigeants pratiqué dans la Grèce antique (redevenu très à la mode ces derniers temps, faute de mieux), au moins on pourrait dire que le hasard s’est trompé, pas le peuple. Voilà ce qu’en pensait Platon : « La démocratie advient quand les pauvres sont vainqueurs de leurs adversaires, qu’ils en tuent une partie et en exilent l’autre et qu’ils partagent à égalité entre le reste de la population l’administration et les charges, et les magistratures y sont le plus souvent attribuées par des tirages au sort ». 

Chez nous, on déclare que le peuple est souverain. Mais le problème du souverain c’est qu’il ne fonctionne correctement que s’il existe des contre-pouvoirs. Or, qui peut s’opposer au peuple ?      

   Un proverbe de la Bible dit avec beaucoup de sagesse : « Faute de vision, le peuple vit sans frein ».

  Or, qui fait rêver le peuple, qui propose un destin dans cette époque chaotique, apocalyptique où on ne peut choisir qu’entre la guerre, la maladie et le dérèglement climatique ? 

Allez, le peuple, remet l’imagination au pouvoir à la place de tous ces prophètes de malheur ! 

www.berenboom.com

LE COUP DE LA BAFFE

    Quel est le coût de la baffe ? Will Smith risque de payer assez cher celle qu’il a donnée en direct lors de la dernière Cérémonie des Oscars au comique régional, Chris Rock. Sa plaisanterie était d’un tel mauvais goût que, dans une société médiatique idéale, Chris Rock aurait quitté la salle pour reprendre à zéro ses cours d’Humour pour les Nuls. De là à lui flanquer une baffe ? C’est sympa quoiqu’un peu old fashion que le mâle saute de son cheval alors que c’est sa femme qui a été insultée. Adèle Haenel aurait été dans la salle, elle serait partie bruyamment. 

Reste cette histoire de gifle. Le Man in Black n’est pas le seul à qui les doigts démangent de temps en temps. Il n’y a pas qu’à Poutine qu’on aurait envie de flanquer une torgniole (mais il faut avoir le bras long vu la longueur de la table). 

Mais user de la violence pour défendre son honneur ou châtier l’imbécile est aujourd’hui inadmissible. Cela n’a pas toujours été le cas. Pour provoquer un homme en duel, on lui flanquait son gant sur la joue. A l’époque où la fessée et la gifle étaient recommandés pour l’éducation des enfants, Jules Renard prétendait qu’un « homme civilisé aime mieux recevoir un coup de poing qu’une gifle ». Et Courteline : « Il ne faut jamais gifler un sourd. Il perd la moitié du plaisir. Il la sent mais ne l’entend pas » …

Quand la gifle est-elle passée de mode ? Peut-être après cette déclaration d’Elizabeth Taylor : « Si vous m’entendez un jour parler projets de mariage, giflez-moi ! » 

Comme elle s’est mariée huit fois, on peut sans crainte de se tromper dater l’abandon officiel du système de la gifle du 6 mai 1950 lorsqu’elle a épousé l’héritier Hilton. 

Reste que l’histoire du cinéma adore les gifles et autres tartes à la crème envoyés à la figure. De Laurel et Hardy, champions merveilleux et indépassables de la tarte à la crème à la solide gifle de Jean Gabin à Pierre Brasseur dans « Quai des Brumes », on ne compte pas le nombre de gifles administrés même après le mariage de Liz Taylor. James Bond en est un grand amateur y compris à des dames (des méchantes évidement). Il y a aussi Lino Ventura, Richard Widmark à plusieurs reprises, notamment sur la pauvre Donna Reed dans « Coup de fouet en retour » (ah ! on savait gifler en ce temps-là ! Et sans état d’âme.) Il y a aussi Al Pacino dans Le Parrain, à Marlon Brando (qui ne l’avait pas volée) et à Diane Keaton. On entrait dans l’époque de l’égalité hommes-femmes. Ou encore la cascade de baffes la plus célèbre du cinéma, celle de Terence Hill dans « Mon nom est personne ».

Pourquoi un tel succès ? Tout simplement parce que ça fait tellement de bien au spectateur. Autant que lorsque Tom reçoit une enclume sur la tête, balancée par Jerry.      

Si tout est bon dans le cochon, tout n’est pas nécessairement mauvais dans la gifle. 

www.berenboom.com

LAISSEZ-LES VIVRE !

 On déplore souvent la condition des vieux en Belgique, oubliés, abandonnés s’ils ne sont pas pris en charge par leur famille. Faut-il rappeler la manière dont ils sont traités même dans des séniories aussi « chics » et coûteuses qu’Orpea (présente dans notre pays) ? Ce qu’a révélé récemment le livre de Victor Castanet « Les Fossoyeurs ». 

  Il faut donc se réjouir que le gouvernement a enfin réussi à arrêter une saine décision au moins pour une catégorie de vieillards à problèmes (ce qui lui donnera l’élan pour s’occuper enfin du sort de l’ensemble du troisième et du quatrième âge). Cette catégorie choyée est celle des vieilles centrales nucléaires. Réanimées, soignées, remises sur pied. 

   Jusqu’ici la majorité de la Vivaldi penchait plutôt pour l’application de la législation sur l’euthanasie (dont la Belgique est une des pionnières). Grâce à Vladimir Poutine (tout n’est pas mauvais chez cet homme), leur position a changé. Laissez-les vivre ! Tel est désormais le crédo de nos dirigeants. Toutes tendances confondues. Même les Ecolos ont accepté de manger leur chapeau. Et renoncé à enterrer le nucléaire sous des tonnes de béton ou d’envoyer leurs restes dans l’espace. 

 Pourtant, quand on voit la manière désinvolte avec laquelle les Russes traitent les vieilles centrales nucléaires ukrainiennes, comme ils les bousculent, on a des frissons dans le dos. On se dit qu’il vaudrait peut-être mieux aider les nôtres à mourir de leur belle mort dans la dignité que d’attendre les Russes nous en débarrasser lorsqu’ils débarqueront près de chez nous.  

  Chouchouter nos vieilles centrales (on ne pourra jamais les guérir, juste limiter la casse), panser quelques plaies, augmenter le nombre de garde-malades, d’accord, ce sera très cher mais apparemment pas trop difficile. Mais on semble oublier que les nourrir et veiller sur leur sommeil ne suffit pas. Ne nous voilons pas la face. Il arrive souvent aux vieux de se laisser aller. Et, à cet âge-là, on en sème beaucoup. Or, qu’a-t-on prévu pour éliminer leurs sacrés déchets ? Il vaut mieux ne pas les utiliser dans l’agriculture. Ne pas les laisser traîner du tout sinon c’est tout le pays, toute la planète qui risque l’intoxication. Et cela, pendant des milliers sinon des millions d’années. Nous aurons disparu depuis longtemps, nous, nos vieux, la Vivaldi et nos centrales que ces foutus déchets continueront à nous empoisonner. Et comment avertir du danger nos très, très lointains héritiers (s’ils n’ont pas été rayés de la planète entre temps par d’autres crasses) ? Un panneau suffira ? En quelle langue ?

   Si l’énergie nucléaire nous permet de nous passer de cirer les pompes des dictatures de l’est et du Moyen Orient, devrions-nous laisser survivre le reste des vieux réacteurs ? 

   Comme le disait Gabriel Garcia Màrquez « Entre vieux, les vieux sont moins vieux » !     

www.berenboom.com 

COMMENT J’AI APPRIS A NE PAS M’EN FAIRE…

    Le meilleur film de Stanley Kubrick, Dr Folamour était sous-titré « Comment j’ai appris à ne plus m’en faire et à aimer la bombe atomique ». Dans la dernière scène du film, l’un des pilotes d’un B-52 lancé vers la Russie chevauche, tel un cavalier de rodéo, la bombe atomique qu’il vient de lâcher sur l’URSS. Et tout s’achève dans une lueur aveuglante.  

   Comme quoi, on peut rire de tout (et jusqu’à la dernière minute).

  J’espère que le président Poutine en est conscient lui qui, d’après ses photos, semble incapable de desserrer les dents. Allez, Vlad, une petite risette… Mais il ne comprend peut-être pas les sketches de Volodymyr Zelensky, époque stand-up, qui sont diffusés en ukrainien non sous-titrés sur des réseaux sociaux désormais inaccessibles aux citoyens russes depuis que le pays s’est enfermé dans une bulle médiatique étanche. Question que les téléspectateurs et les internautes n’aillent pas rigoler avec d’autres comiques que ceux désignés par décret du Kremlin. Le « retour » de l’Ukraine dans le giron russe ne présente pas que des désavantages : le public de Zelensky (revenu à son premier métier) devrait beaucoup s’élargir. 

  Entre Russes et Américains, on n’en est pas (encore) à se balancer des bombes atomiques sur la figure mais, comme le montre le film de Kubrick, un incident en entraînant un autre, le mécanisme de déclenchement d’une guerre nucléaire peut se dérouler bêtement et de façon irréversible (ce que raconte aussi le tout dernier roman de Ken Follett « Pour rien au monde », récit d’une guerre nucléaire contre la Chine survenant à la suite d’un enchaînement involontaire). 

  On veut croire qu’un seul homme ne détient pas le pouvoir d’appuyer sur Le bouton qui déclenche l’apocalypse, ni à l’est ni à l’ouest. Sinon, une simple erreur (Vlad qui souffre cette nuit-là d’insomnie croit allumer sa lampe de chevet mais il se trompe de bouton) et la lumière s’éteint définitivement. On imagine qu’il faut le passage par une procédure gérée par trois ou quatre généraux pour actionner le mécanisme fatal. On se dit que l’un d’eux, voyant la redoutable lampe rouge s’allumer, aura la présence d’esprit d’appeler un médecin psychiatre. On veut l’espérer en tout cas. En priant pour qu’il en soit de même aussi à Washington. Car ce n’est pas seulement au Kremlin que les nerfs peuvent lâcher. 

   En cas de véritable alerte nucléaire, comment réagira l’Europe ? Charles Michel devra en délibérer avec Ursula von der Leyen s’il trouve la clé du placard où l’on range les chaises des visiteurs. Quant aux ministres du gouvernement belge, après s’être concertés avec leurs vingt-sept homologues puis les gouvernements des régions et des communautés, ils devront attendre la réunion des congrès des sept partis de la coalition pour accorder leurs violons… 

Faites la bombe, pas la guerre.

www.berenboom.com

T’AS PAS VU SUPERMAN ?

  Dans son seul roman, étrange et passionnant, « Un Héros de notre temps » (publié en 1840), le romancier russe Lermontov fait dire par son personnage : « J’ai la passion innée de contredire les gens, toute mon existence ne fut en somme qu’une suite de contradictions malheureuses entre mon cœur et mon cerveau. La présence d’un homme enthousiaste me glace… »

  Ne dirait-on pas les premières lignes des futures mémoires de Poutine ? L’aveu de son étrange personnalité, héritée peut-être de son enfance très bousculée ou de sa double identité quand il vivait comment agent du KGB sous un nom d’emprunt à Dresde ? 

  Face à lui, se découvrent les vrais héros de notre temps. Rien à voir avec les super-héros qu’on applaudit quand ils sautent de façade en façade ou qu’ils emballent la ville dans une toile d’araignée, mettant les méchants hors d’état de nuire. Leur secret ? Ils ont des super-pouvoirs, tous les enfants d’Ukraine le savent. Mais ils ne sont qu’en deux dimensions, hélas. 

 Les vrais héros de notre temps, ce sont d’abord ces Russes, jeunes et vieux, qui défient Poutine, qui osent descendre dans la rue, défiler pacifiquement, criant leur opposition à la guerre menée en leur nom contre leurs cousins ukrainiens. Et qui se retrouvent en prison, emmenés par les Robocop du pouvoir, visages aussi masqués que Batman. 

Et ces écrivains, journalistes, artistes, profs, simples quidams qui osent signer des pétitions, s’exprimer sur ce qui reste des réseaux sociaux. Des graffitis sur la porte même de la Douma, cette assemblée ce couards. Ils savent pourtant qu’ils risquent de connaître le sort du plus célèbre opposant politique, Alexeï Navalny, empoissonné puis embastillé. Que Poutine se rappelle la phrase lancée par Unanumo, en 1936 à un parterre de franquistes : « Vous vaincrez, mais vous ne convaincrez pas ! » A quoi la salle répondit en lançant « Mort à l’intelligence ! » « Vive la mort ! »

   Autres super-héros de notre temps, tous ces résistants ukrainiens du président au simple plouc qui savent eux aussi ce qui les attend et s’en vont défier la mort. Qui sont écrasés par le feu aveugle qui rase leurs villes, détruit leurs pays, ravage le grenier à blé de l’Europe (et de la Russie), dévaste les ports, puis se relèvent et font face malgré leur impuissance, leurs moyens dérisoires.

   On cherche vainement un héros dans le paquet de dirigeants occidentaux. Ils diront qu’ils font ce qu’ils peuvent, qu’ils doivent nous protéger de la furie, ne pas provoquer l’ours russe pour éviter la tentation de l’anéantissement. Mais ils ne se dépassent pas. Ils n’affrontent pas. Ils laissent l’ouragan ravager l’Ukraine. Ils gèrent autant qu’ils peuvent. Merci, les gars. Mais on n’appelle pas ça du courage… 

www.berenboom.com

LA DIALECTIQUE NE CASSE PLUS DES BRIQUES

    La guerre d’Ukraine est aussi un miroir tourné vers nous-mêmes. 

  Ainsi de l’aide militaire de la Belgique : d’abord mise à l’étude par la ministre de la défense et le gouvernement quand l’Ukraine réclamait désespérément du matériel pressentant un assaut imminent de la Russie. Une fois, les tanks fonçant sur Kiev, on songe enfin à envoyer à nos « amis ukrainiens » des casques et surtout des jumelles. Des jumelles ? Pour observer quoi ? A Kiev, il suffit d’ouvrir la fenêtre pour voir les chars défiler sur les boulevards. Peut-être pour dialoguer avec Poutine. Il s’est placé au bout d’une si longue table, que la seule façon de le regarder les yeux dans les yeux, c’est avec des jumelles belges…

    Tout aussi pathétiques, les contorsions du PTB et d’un certain nombre d’ « intellectuels de gauche » nostalgiques qui, dans un vieux réflexe pavlovien, s’empressent de souligner qu’il ne faut pas se montrer « simplistes » à propos de la Russie. Echo de ce qu’eux ou leurs parents avaient déjà dit lors de l’invasion armée soviétique de la Hongrie en 1956 et de Prague en 1968. Ils ont oublié que le communisme est enterré en Russie, camarades ! Poutine fait ami-ami avec l’extrême droite de chez nous, Assad, les mollahs de Téhéran. Vous êtes libres de critiquer la Russie désormais ! Vous ne devez plus craindre de procès populaire. Ni d’être traités de fascistes par vos amis parce que vous critiquez la ligne du parti. Hélas, il n’y a de pire sourd que le vieux militant qui ne veut pas entendre. Son cerveau est habitué il est vrai à se mettre à genoux dès qu’apparaît l’ombre de Staline ou de ses émules. 

   La culture de Poutine, ce n’est pas la littérature bolchévique. Ce sont les westerns. Hollywood ! Nul n’est plus proche des Américains que lui. Il a été fasciné par cette réplique culte de John Wayne à un jeune gradé : « Si tu sors ton revolver, tu dois être décidé à tirer. » 

  Le président Zelensky, devenu héros malgré lui, avec une dignité que doivent lui envier la plupart des dirigeants du monde, a réhabilité un genre longtemps oublié, celui du comique troupier. Rendez-vous compte que son arrivée au pouvoir à Kiev, c’est comme si Fernandel était devenu président en battant de Gaulle (ou Coluche à la place de Mitterrand). 

Jadis, Guy Debord et ses amis soutenaient que la dialectique peut casser des briques. On sait maintenant que c’est l’humour qui peut démolir les dictateurs. 

PS : Dans « Retour à Lemberg », Philippe Sands retrace avec brio le passé chaotique de cette ville, aujourd’hui Lviv, tout près de la frontière polonaise. En retraçant le destin de quatre personnes qui y ont vécu avant et pendant la seconde guerre. Deux d’entre elles y ont inventé le concept de génocide. Coïncidence ?     

www. berenboom.com

SPAZIBO, VLADIMIR !

  Avis de tempête sur la campagne de Marine Le Pen. Elle rame pour engranger les parrainages nécessaires à la présentation de sa candidature, des proches la quittent pour se coller avec Eric Zemmour, qui la dépasse dans certains sondages et la disqualifie pour le second tour de la présidentielle. Même sa nièce prend ses distances avec elle après avoir abandonné son lien avec papy pour porter fièrement le seul nom de Maréchal. De là à rejoindre elle aussi Zemmour, il n’y a qu’un pas. Ne lui restera plus qu’à se laisser pousser la moustache et à sauver les Juifs français. 

   Tourne dans la tête de Marine la formule célèbre de Jacques Chirac, « Les merdes, ça vole toujours en escadrille ». Vers où se tourner à présent ? se demandait Marine Le Pen quand elle se souvint de son ami Vladimir Poutine. Le président russe l’a reçue spectaculairement en pleine campagne présidentielle de 2017 et plusieurs banques russes avaient octroyé des prêts à son parti alors que les banques françaises rechignaient à le financer. Poutine ne vient-il pas une fois de plus de montrer qu’il ne recule devant rien pour soutenir ses amis en reconnaissant d’absurdes mini-républiques de péquenots juste pour faire la nique aux autorités élues d’Ukraine ? Et d’envoyer des troupes russes pour assurer leur indépendance et accessoirement mitrailler les voisins de l’autre côté de la frontière dont le tracé n’est peut-être que provisoire.   

   Comment le camarade Vladimir peut-il aider son amie Marine ? 

   Il lui a proposé de combiner deux réussites historiques, la France libre du maréchal Pétain et les deux républiques populaires du Donbass. En cas d’échec à la présidentielle, Marine va déclarer l’indépendance de la Côte d’Azur – où son parti recueille quelques-uns de ses meilleurs scores. La suite du scénario est simple : dans un grand discours, Poutine qualifie le nouveau président français de fasciste, reconnaît la république du PACA (mieux vaut ne pas la qualifier de populaire », c’est mal vu dans le coin) et soutient sa demande d’adhésion à l’ONU, au Comité Olympique international et à la Fédération internationale de Pétanque. 

   Quelques troupes envoyées de Crimée par la mer Noire viendront renforcer le dispositif, officiellement pour protéger les nombreux oligarques qui vivent dans le coin. Et assurer la paix en France. Quelques milliers d’autres soldats viendront déguisés en membres des chœurs de l’armée rouge. Quand ils sortiront leurs kalachnikovs de leur costume de scène, il sera trop tard.  

PS : en attendant, c’est un vrai hommage en filigranes à la Belgique unie que rend Jan Bucquoy dans son nouveau film, « La Dernière Tentation des Belges » mêlant Wallonie et Flamands (avec un éblouissant Wim Willaert), où sa fantaisie iconoclaste se mêle de tragique, émotion et humour.       

 www.berenboom.com

LA SEMAINE DES QUATRE JEUDIS

   Pendant que la Vivaldi nous joue la semaine des quatre jours, Poutine, beaucoup plus ambitieux, offre à ses soldats la semaine des quatre jeudis. 

   Allez, les gars ! On rentre à la caserne ! C’est la quille ! On s’est assez amusé à emmerder le reste de la planète ! 

   Seules les troupes venues d’autres régions de l’empire et emmenées en Crimée rechignent depuis qu’elles ont découvert les bords enchantés de la mer Noire. La Riviera rien que pour elles à perte de vue sans oligarques russes bling-bling sur la plage, qui se sont bêtement réfugiés sur la Côte d’Azur. Bien sûr, la météo à Yalta est à peu près la même qu’à Knokke, 8° et averses intermittentes. Mais c’est tout de même préférable que de passer la nuit sous la tente en face de Donetsk, dans le Donbass, à quelques mètres de la frontière de l’Ukraine. Ou sur cette humide et peu hospitalière île de Touzla dans la mer d’Azov, disputée par les deux pays. 

   Quel objectif poursuit le président Poutine ? Montrer que s’il fronce les sourcils, le président Biden restera les bras ballants ? On a compris que Poor Joe ne peut que faire la grosse voix, pas le coup de force. 

   A-t-il aussi voulu souligner que le président Macron et dans la foulée l’Union européenne n’ont guère de poids pour peser dans le cours des événements qui se déroulent sur notre continent ? On s’en était déjà rendu compte lors de la sanglante, affreuse guerre de Bosnie. 

   Que l’OTAN est un pachyderme asthmatique et fatigué ? Emmanuel Macron l’a déjà diagnostiquée en « état de mort cérébrale » il y a un an. 

   A-t-il lancé un avertissement aux ex-colonies soviétiques, états baltes, Pologne, Roumanie, et consorts que leur arrimage à l’Europe occidentale ne tenait qu’à un fil de fer ? Et que leur Histoire les a longuement et durablement associés (souvent pour le pire) à la Russie. Il en est de même pour l’Ukraine, une région aux frontières éternellement mouvantes, ballotée entre ses voisins depuis toujours et que la Russie regarde de haut. Selon un proverbe ukrainien : « Qui est assis au-dessus peut facilement cracher sur qui est assis en-dessous ». 

Toute cette agitation guerrière ressemble singulièrement à une plongée dans le passé séculaire de la Russie et de ses voisins. Comme le rappelle un autre proverbe ukrainien « qui remue le passé perd un œil, qui l’oublie perd les deux ». 

   Pourquoi le président russe, qui a beaucoup aboyé et agité les crocs, semble retourner vers la niche ? Et si c’était à cause d’une considération très terre-à-terre, la covid ? Les stratèges russes avaient tout prévu dans leur expédition sauf une chose, mettre une centaine de milliers d’hommes (et de femmes) ensemble sans les obliger à garder entre eux une distance sociale de 1,5 m. est un mauvais pari. Vaut mieux ne pas se battre à la fois contre le virus et l’Ukraine…

www.berenboom.com

L’AVANT-GARDE

   On s’est beaucoup moqué du côté ringard de la proposition de Paul Magnette d’interdire le commerce en ligne. Comment peut-il imaginer que les consommateurs vont renoncer à acheter des sous-vêtements, aspirateurs, matériel de bricolage et d’informatique ou sacs pour déjection canine sur Amazone ? 

   Les commentateurs ne l’ont pas épargné. D’autant que les 3 Suisses et La Redoute font ça depuis cent ans… Mais, comme on sait l’homme intelligent, on se dit que s’il a formulé une suggestion aussi grotesque, c’est qu’il avait une idée derrière la tête, qu’il dissimulait derrière cette soi-disant défense du petit commerce un coup politique beaucoup plus subtil.  

  Après plusieurs nuits de réflexion, j’ai enfin saisi ses intentions. Les sondages mettant le parti socialiste en mauvaise posture, Magnette a décidé de ramener de nouveaux électeurs en mobilisant la catégorie la plus nombreuse des Belges, les fraudeurs. Il a parié faire carton plein en jouant sur notre amour pour la contrebande. Sur cette vieille tradition qui fait chez nous du smokeleir un héros national. Si l’on est prêt à abattre les statues de Léopold II et de quelques généraux qui ont joué les matamores dans la colonie, jamais on ne cassera celle du roi des fraudeurs. 

 Avec la disparition des frontières en Europe et la fin des contrôles douaniers, on a perdu la meilleure raison de se rendre à la mer du nord : à l’époque, on y allait pour se glisser à Sluis et en ramener du beurre, de la viande et du Bols puis passer la marchandise, habilement dissimulée, sous le nez des gabelous. Une fois le commerce en ligne mis hors-la-loi, nous allons retrouver cette émotion disparue, ce plaisir de défier les interdits. Tous égaux dans la fraude, bourgeois et ouvriers, enfin un vrai projet socialiste, camarades ! 

Avec un peu d’imagination, on devrait arriver sans trop de mal à mettre sur pied des trucs qui vont permettre d’échapper à la police. Mr Magnette n’ayant pas prévu de liquider B-Post ou de lui interdire de livrer des colis (pourtant la seule façon d’appliquer sa fameuse loi), les vendeurs feront assaut d’imagination pour maquiller leurs paquets envoyés en Belgique. Les marques caractéristiques d’Amazone seront effacées et remplacées par une grande étiquette portant la sobre mention « Fragile. Bibles » ou « Don des Témoins de Jéhovah ».  

   On verra aussi des livreurs Uber se glisser la nuit jusqu’à Bray-Dunes puis repasser la frontière à Risquons-tout, avant d’emmener les colis dans l’ancien bowling abandonné de Mouscron, où sera installé un centre de distribution clandestin pour desservir les autres villes du pays.  

   Tout ceci annonce des jobs, un trafic intense et de joyeuses fiestas, qui nous manquent tant depuis l’effacement des carnavals. On dit merci qui ?   

www.berenboom.com