BRUXELLES, MA BELLE …

Pour sa première visite sur le vieux continent, le président Biden a choisi une seule étape. Mais doit-on se réjouir que Bruxelles s’affiche comme capitale de l’Europe ?

Cette désignation ne figure pourtant pas dans le traité de Rome de 1957. On a souvent accusé le gouvernement belge de l’époque de sa passivité et de son manque d’initiative pour expliquer cette carence dans l’acte fondateur. Ne faut-il pas plutôt se demander si le premier ministre Achille Van Acker et son ministre des Affaires étrangères, Paul-Henri Spaak, ont eu la prescience de ce qui attendait notre bonne ville le jour où elle paraderait comme le nombril de l’Europe.

Dans l’opinion publique, aucune ville n’a acquis plus mauvaise réputation que notre pauvre cité. Tout ce qui va mal, déplaît, ne fonctionne pas, ce n’est jamais la faute des chefs d’état réunis en Conseil ni celle de la Commission, encore moins du Parlement. C’est toujours la « faute à Bruxelles ». 

Un Bruxelles imaginaire puisque ni ses habitants, ni même les autorités en surnombre qui gèrent la Région et la ville n’ont la moindre influence sur ces fameuses décisions, règlements, directives, qui pointent Bruxelles en bouc-émissaire de toutes les frustrations politiques du continent.

Pour les Bruxellois, l’Europe a le visage d’une série de citadelles inaccessibles coupées de la vraie vie dans lesquelles travaillent des fonctionnaires qui n’ont aucun lien avec les citoyens du cru et qui sont enviés ou détestés pour leurs privilèges, notamment fiscaux. 

La seule image que les Bruxellois ont de ce « Bruxelles » que l’Europe maudit, ce sont ces tours sans âme, ces quartiers déserts la nuit (et les mois de covid), ces forêts de béton glauque, qui ont éliminé des quartiers entiers du Bruxelles d’avant. L’Europe, ce sont aussi les embouteillages inextricables que provoque chaque sommet ou chaque visite d’un hôte soi-disant prestigieux. (Et là, on est injuste car les responsables régionaux de la mobilité sont largement responsables de ces blocages et de la guerre entre utilisateurs des voies publiques, socialistes et verts se disputant les électeurs « doux »  à coup de mesures contre l’auto et pour le vélo sans aucune coordination, sans plan de circulation, sans cohérence sinon de brandir leurs trophées : j’ai osé imposer le 30 km, j’ai fait circuler les cyclistes dans les sens uniques, j’ai fait des piétonniers, j’ai fermé des rues, fait s’écrouler des tunnels, j’ai beaucoup embêté les automobilistes, etc).

Ces visiteurs internationaux qui paradent à Bruxelles, ne croyez pas que l’on peut les voir. Il faut les protéger par des bataillons de flics de l’amour que voudraient leur manifester les Bruxellois. Idéalement, les eurocrates rêveraient que Bruxelles soit vidée de ses résidents depuis que l’Europe a décidé de l’occuper, comme les Khmers rouges ont repoussé les habitants de leur capitale dans les campagnes. Le problème, c’est qu’il n’y a plus de campagne en Belgique… 

Et que les artères de notre prestigieuse capitale sont tellement sous pression grâce à notre exemplaire politique de mobilité que même si des extra-terrestres hostiles débarquent à Bruxelles, évacuer la ville durera trois mois. Ce qui est sans danger, il est vrai, s’il apparaît que ces extra-terrestres n’ont envie que de bouffer des cuisses d’eurocrates… 

www.berenboom.com  

SLOW DOWN

 Tourner en rond dans son appartement et faire la danse du ventre devant son ordinateur ne suffisant plus, la Région de Bruxelles a décidé aussi de ralentir le rythme. Qui va piano va sano est recommandé en temps de pandémie. E qui va sano va lontano, gage de survie.  

   A partir du 1er janvier prochain, il sera interdit de courir de son ordinateur jusqu’à la chambre des enfants à plus de 30 km/heure. Les toilettes ne seront accessibles qu’à ceux qui s’en approcheront lentement. La porte se fermera automatiquement devant ceux qui se montreront trop pressés. 

Cette limitation s’appliquant à tous les véhicules, prudence à ceux qui font du vélo d’appartement. La police aura le droit de forcer la porte pour verbaliser les casse-cous qui essaient d’égaler Evenepoel dans la descente. 

   La limitation de vitesse sera aussi obligatoire à l’extérieur. En promenade, par exemple, les chiens entraînant leurs maîtres à plus de 30 km/h. seront abattus. Lors des manifestations, les policiers s’abstiendront de courir derrière les manifestants pour éviter les excès de vitesse. Dès lors, tout manifestant en fuite sera considéré comme un délinquant. 

Les automobilistes seront eux aussi priés de respecter la nouvelle réglementation. Sauf sur la petite ceinture. Connaissant les obsessions du personnel politique bruxellois toujours en quête de mesures spectaculaires, on subodore que, dans un an ou deux, il se trouvera une de ces excellences bien décidée à l’appliquer à toutes les artères de la capitale. 

Que fera-t-on alors dans le tunnel Léopold II (entretemps rebaptisé Tunnel Tintin au Congo) ?  Plusieurs bureaux d’étude travaillent déjà en secret à différentes mesures pour ralentir le trafic. Parmi les suggestions en projet: obliger les cyclistes à emprunter le tunnel et à rouler de front, construire à l’intérieur du tunnel un labyrinthe constitué de hautes haies en zigzag, ce qui obligera les automobilistes à errer avant de trouver – parfois – la sortie beaucoup d’heures, de jours ou de mois plus tard. Il faudra évidemment transformer la deuxième bande en parking de secours pour les naufragés de la route, avec postes de ravitaillement, respirateurs et médecins.

Une autre suggestion susceptible d’obliger les chauffards à lever le pied : réserver les chaussées aux piétons. Plus de voitures sur les routes ! Dès à présent, on peut parier que la plupart des automobilistes abandonneront leurs véhicules avant d’avoir deviné par où ils peuvent passer. 

On songe aussi à une espèce loterie qui ne laissera passer que les heureux conducteurs qui auront tiré les bons numéros. Vous tirez le 10, vous pouvez circuler à 10 à l’heure, le 20, à 20 à l’heure. Le gros lot pour le 30. 

Une fois de plus, Bruxelles aura été un laboratoire du futur, l’avant-garde de la gestion des villes de demain.        

www.berenboom.com

COOK EN STOCK

  Auparavant, tout était simple, aussi binaire que la coiffure de Donald Trump face à celle de Greta Thunberg. 

   Côté tresses, les écologistes. Côté mèches, les touristes.

   Les écologistes partaient en vacances à bicyclette, leurs enfants sur le dos pour profiter de la campagne pas trop lointaine et visiter quelques vieilles chapelles abandonnées. Dans leurs sacs, des légumes et des fruits de saison. 

   Tandis que les touristes filaient par avion vers la Méditerranée (côté où elle est bon marché) faire de la moto des mers et des balades en bus diesel avec air conditionné  pour contempler des soi-disant sites antiques reconstitués à la hâte.   

  Mais, avec l’effondrement de Thomas Cook la différence entre les uns et les autres est devenue beaucoup plus floue. Coincés sur les bords de la Mare Nostrum, les touristes seront bientôt obligés de se procurer des vélos pour rentrer chez eux. Pour la nourriture, vu tout ce qu’ils ont perdu dans l’aventure, ils devront se résoudre eux aussi à choisir le régime fruits et légumes des producteurs locaux pour survivre. C’est quand on tourne en rond qu’on découvre les bienfaits de l’économie circulaire. La rencontre qu’on croyait improbable entre Oxfam et Neckermann. Le mariage entre « All natural » et « all inclusive ».

   Au moment même où le plus british des voyagistes tombait en faillite, les parlementaires anglais étaient obligés de regagner dare-dare leurs sièges au Palais de Westminster.  Interdiction de quitter le territoire pour éviter que l’île ne se sépare brutalement du continent.   

 On ne sait si les victimes anglaises du vénérable tour operator ont conscience de cet acte de solidarité de leurs députés qui, comme eux, vont permettre d’épargner des tonnes de CO2, de clouer au sol des dizaines d’avions polluants et qui ont préféré le bon vieux fog londonien au dangereux et brûlant soleil étranger. 

  Reste à s’interroger sur le sort des parlementaires du Royaume-Uni qui, faisant bêtement confiance à leur extravagant premier ministre, ont mis à profit la suspension du parlement pour s’offrir des vacances par Thomas Cook. Et qui se retrouvent aujourd’hui coincés comme n’importe quel malheureux touriste à Djerba ou à Antalya, pendant leurs collègues reprennent bruyamment leurs travaux en ricanant, un verre à la main, des déboires et des maladresses de « Bo Jo ».

  Dire qu’un vote pour ou contre Boris Johnson et sa décision de rompre les amarres avec l’Europe coûte que coûte fin octobre va peut-être dépendre des voix manquantes de ces députés voyageurs.

   Si Thomas Cook avait su que sa compagnie tiendrait entre ses mains l’avenir du royaume de Sa Gracieuse Majesté et l’histoire de l’Europe, peut-être aurait-il hésité à transporter pour son premier voyage en 1841, cinq cents adversaires d’une ligue contre l’alcool…    

www.berenboom.com

QUI DEBLATERE CONTRE BLATTER ?

Est-ce vraiment un hasard si la FIFA est bombardée par un pays où le foot n’est pas le sport-roi ? Ni l’Europe, ni l’Amérique latine n’ont jamais vraiment voulu gratter le fond des placards du football. Les dirigeants de leurs fédérations, les plus gâtées de la planète, gardaient pendue au-dessus de leurs bureaux la photo dédicacée de M. Blatter même s’ils ricanaient aux repas de famille en se chuchotant, un peu envieux, le montant des enveloppes qui circulaient sous la table pendant que défilaient les plats et les discours.

Avec l’affaire Lance Amstrong, déjà, les Etats-Unis avaient désossé les pratiques de notre autre sport favori, le cyclisme, alors qu’Italiens, Français, Espagnols se cassaient les dents quand ils ne fermaient pas les yeux sur les écarts de la petite reine.

Cette fois, il est temps de changer radicalement les règles du jeu si l’on veut éviter que les spectateurs, dégoûtés, ferment leurs télés à l’heure du Mondial. Et surtout, horreur suprême, que les sponsors se tournent vers d’autres spectacles, moins pourris, la balle pelote (jadis très populaire chez nous) ou le rugby.

Le rugby, justement, peut inspirer qui veut régénérer le foot. A cause de la forme du ballon.

La roue des vélos est ronde et le ballon de foot aussi. Ce ne peut être une simple coïncidence que la forme circulaire soit la caractéristique de ces deux sports maudits. Après une étude approfondie, des spécialistes sont arrivés à la conclusion que la rondeur de la balle a une influence sur la fluidité de la circulation de l’argent noir. Obligeons donc les footballeurs à se servir désormais d’un ballon ovale.

Autre modification fondamentale. Jusqu’ici, le foot voit s’affronter onze jeunes gens en short contre onze Allemands. C’est dépassé, tout ça, la guerre est finie depuis longtemps et l’Allemagne a perdu. Il faut en tirer les conséquences. D’abord, l’égalité des sexes est devenue une règle fondamentale. Faisons donc sauter ces barrières sexistes et imposons des équipes mixtes, ce qui évitera, soi-dit en passant, aux équipiers de la joueuse qui vient de marquer de se grimper dessus. D’autre part, pour équilibrer les chances, mieux vaut laisser le nombre de joueurs aléatoire, selon les adversaires. Si le Luxembourg rencontre Saint-Marin, on peut comprendre que chaque équipe aligne le même nombre de joueurs. En revanche, si le Grand-Duché doit affronter le Brésil, il devrait être autorisé à étoffer son équipe. Avec quarante-cinq joueurs, dont quarante quatre en défense, la partie se déroulera certainement de façon plus équitable pour nos pauvres voisins. Et plus ouverte pour les parieurs.

Comme le disait dans une magnifique formule Le Guépard de Lampedusa, il faut que tout change pour que rien ne change…

www.berenboom.com