COOK EN STOCK

  Auparavant, tout était simple, aussi binaire que la coiffure de Donald Trump face à celle de Greta Thunberg. 

   Côté tresses, les écologistes. Côté mèches, les touristes.

   Les écologistes partaient en vacances à bicyclette, leurs enfants sur le dos pour profiter de la campagne pas trop lointaine et visiter quelques vieilles chapelles abandonnées. Dans leurs sacs, des légumes et des fruits de saison. 

   Tandis que les touristes filaient par avion vers la Méditerranée (côté où elle est bon marché) faire de la moto des mers et des balades en bus diesel avec air conditionné  pour contempler des soi-disant sites antiques reconstitués à la hâte.   

  Mais, avec l’effondrement de Thomas Cook la différence entre les uns et les autres est devenue beaucoup plus floue. Coincés sur les bords de la Mare Nostrum, les touristes seront bientôt obligés de se procurer des vélos pour rentrer chez eux. Pour la nourriture, vu tout ce qu’ils ont perdu dans l’aventure, ils devront se résoudre eux aussi à choisir le régime fruits et légumes des producteurs locaux pour survivre. C’est quand on tourne en rond qu’on découvre les bienfaits de l’économie circulaire. La rencontre qu’on croyait improbable entre Oxfam et Neckermann. Le mariage entre « All natural » et « all inclusive ».

   Au moment même où le plus british des voyagistes tombait en faillite, les parlementaires anglais étaient obligés de regagner dare-dare leurs sièges au Palais de Westminster.  Interdiction de quitter le territoire pour éviter que l’île ne se sépare brutalement du continent.   

 On ne sait si les victimes anglaises du vénérable tour operator ont conscience de cet acte de solidarité de leurs députés qui, comme eux, vont permettre d’épargner des tonnes de CO2, de clouer au sol des dizaines d’avions polluants et qui ont préféré le bon vieux fog londonien au dangereux et brûlant soleil étranger. 

  Reste à s’interroger sur le sort des parlementaires du Royaume-Uni qui, faisant bêtement confiance à leur extravagant premier ministre, ont mis à profit la suspension du parlement pour s’offrir des vacances par Thomas Cook. Et qui se retrouvent aujourd’hui coincés comme n’importe quel malheureux touriste à Djerba ou à Antalya, pendant leurs collègues reprennent bruyamment leurs travaux en ricanant, un verre à la main, des déboires et des maladresses de « Bo Jo ».

  Dire qu’un vote pour ou contre Boris Johnson et sa décision de rompre les amarres avec l’Europe coûte que coûte fin octobre va peut-être dépendre des voix manquantes de ces députés voyageurs.

   Si Thomas Cook avait su que sa compagnie tiendrait entre ses mains l’avenir du royaume de Sa Gracieuse Majesté et l’histoire de l’Europe, peut-être aurait-il hésité à transporter pour son premier voyage en 1841, cinq cents adversaires d’une ligue contre l’alcool…    

www.berenboom.com

VIVE LE FURLONG !

Pour retrouver la canicule, plongeons-nous un moment dans la tête de Boris Johnson. 

A quoi ressemblera dans son esprit la Grande-Bretagne après qu’elle ait fermé les volets et les mille sabords pour que rien ne vienne plus souiller les mocassins à glands des sujets de sa gracieuse majesté ? 

 A propos d’Elizabeth II, justement. Symbole essentiel de la Grande Bretagne à l’ancienne que les Brexiters veulent reconstituer. Elle restera évidemment reine de la quinzaine d’états du Commonwealth dont elle est la chef d’état (dont l’Australie et le Canada). Mais, pour marquer le retour à la Belle Epoque, elle reprendra le titre d’Impératrice des Indes. Ca ne coûte pas cher et quelques gogos d’électeurs n’y verront que du feu. Permettant de sortir du placard ce magnifique slogan de jadis : un empire sur lequel le soleil ne se couche jamais – ce qui au passage permet de supprimer l’heure d’été, c’est toujours ça d’économisé. 

On remettra aussi en vigueur les anciennes unités de mesures anglo-saxonnes, destinées à égarer définitivement les bêtes continentaux, les pieds, les pouces et le furlong (qui équivaut à dix chaînes, soit 201, 168 mètres, bonne chance !)   

 Dans l’Angleterre nouvelle à l’ancienne, plus question de GSM (technologie asiatique, bêrk). Retour des splendides cabines téléphoniques rouge sang !

 Plus de vin ni de champagne (c’est bon pour les mangeurs de grenouille) ni de prosecco (depuis que les Italiens ont chassé Salvini, pas question de faire exception pour leurs produits) : de la Guinness (heureusement rachetée aux Irlandais entre temps par une bonne compagnie de Londres) et du thé, what else ?

Tant qu’à remonter dans le temps, l’Ecosse va sans doute reprendre son indépendance. L’Irlande du Nord acheter des armes belges. Et Londres imiter Singapour. Mais c’est mal parti : les Anglais devront importer des ordis et des logiciels asiatiques (aïe). Et la gestion des portefeuilles et de l’argent noir depuis les cabines téléphoniques permettront difficilement de se mesurer à la ville-jardin.  

La bonne nouvelle c’est que de nombreuses économies sont envisagées : Scotland Yard licenciera une partie de ses troupes puisque l’île, désormais préservée des étrangers, sera une terre sûre, à l’abri des pires malandrins, sinon quelques petits voleurs à la tire qui ont trop lu Dickens. Pour le reste, les citoyens n’ont qu’à s’adresser aux détectives privés. Le royaume n’a-t-il pas donné au monde Sherlock Holmes ? On économisera sur les autres services publics comme on l’a fait avec les chemins de fer. Et on supprimera les autoroutes inutiles avec la disparition de ces affreux camions venus d’Europe de l’est.  

Boris Johnson pourra surtout sabrer dans le budget de la Santé puisque, comme le disait Oscar Wilde : « La pensée, en Angleterre, n’est pas une maladie contagieuse. »  

www.berenboom.com