SUPERMAN 19

  Au milieu du tohu-bohu dans lequel nous entraîne à nouveau la vilaine bêbête 19, une lueur d’espoir permet de ne pas verser dans le stress et la désespérance comme tant de gens autour de nous. Ce halo d’optimisme s’appelle Donald Trump. 

  Les détestables experts qui gèrent nos vies depuis quelques mois ne parlent que des effets négatifs de la Covid, de la mort. Jamais de ses effets positifs. Or, le passage de la bêbête sur Trump montre que ces experts nous cachent le meilleur. 

  Madame Covid, dix-neuvième du nom, est capable de transformer un vieillard épuisé, qui a des difficultés respiratoires – et plus toute sa tête- en Superman. 

  Depuis son passage par l’hôpital, on ne reconnaît plus le candidat républicain à l’élection présidentielle. Mister America pète les flammes, vole au-dessus de la foule dans sa grande cape bleue, fait plus de cabrioles verbales que jamais et promet d’embrasser tous les « guys and beautiful women ». Il a rajeuni de vingt ans. 

Dommage que Trump n’a pas couru le Tour de France. Lui n’aurait pas laissé d’improbables Syldaves prendre la Grande Boucle en otage au nez et à la barbe de nos vaillants p’tits gars. 

  Ce qui fait dire à quelques mauvaises langues que si le peloton des favoris s’est montré si amorphe, c’est que Trump avait fait dérober par ses services secrets toutes les réserves de pot belge, comme il promet de le faire des vaccins contre le coronavirus. 

  La seule différence entre Trump et les autres super-héros, c’est qu’il est le seul à laisser tomber le masque. C’est même ainsi qu’on le reconnaît. Car pour le reste, il affiche les mêmes super-pouvoirs que Batman et les autres et il compte bien donner à Joe Biden le baiser mortel de la Femme-Araignée. 

  Pendant ce temps, les cimetières américains ont accueilli plus de deux cent mille morts du coronavirus. So what ? La guerre de Sécession en a laissé plus de sept cent cinquante mille sur le carreau. Elle n’a pas empêché l’économie américaine de repartir aussitôt et de plus belle. On n’est donc pas étonné d’avoir entenduTrump, dès le mois d’avril, promettre à Wall Street le retour du business as usual. A Pâques. Puis pour l’Independance Day, puis pour le Labor Day. Maintenant, ce sera pour Noël. Mais, à condition, qu’il soit élu. Car avec le président Biden, c’est sûr, ce sera moins drôle. Fini les promesses, les projets délirants, la lune et les étoiles.  

  Certes. Mais une fois la page Trump tournée, on dira, comme Louise Glück (la nouvelle prix Nobel de Littérature) dans un de ses poèmes : « Rien n’a été perdu : tout a été détruit. »

  Et on enfoncera le clou avec Emily Dickinson : « Nulle trace – nulle fiction- de ce qui hier éblouissait » (dans « Car l’adieu c’est la nuit »).

www.berenboom.com

LE MECHANT DE L’HISTOIRE

   Le pouvoir a besoin d’ennemis. Un bon ennemi de préférence, facile à identifier, à caricaturer, à dézinguer. 

  Macron ne serait pas président sans Marine Le Pen. Boris Johnson avait Jeremy Corbyn, dans le rôle du détestable faire-valoir, Trump pouvait compter sur Hillary Clinton pour décrocher la couronne.

  Le mauvais de l’histoire n’est pas nécessairement un être humain. Une météorite, des extra-terrestres, des gisements de schistes font aussi l’affaire. Ainsi que la Covid, une ennemie parfaite. Meurtrière sournoise, elle tue ceux qu’elle embrasse. Pas étonnant que la très mâle Académie française l’ait immédiatement classée dans le genre féminin, aux côtés de la mante religieuse et de l’huile de ricin. 

Grâce à cette ennemie ombrageuse, les gouvernements de la planète ont pu prendre d’extraordinaires libertés avec nos libertés, inimaginables encore l’hiver dernier, sans susciter trop de protestations. 

En Belgique, cette brave bébête a permis de laisser à la gestion du royaume des ministres qui gouvernent tout seuls, sans oser demander aux députés de voter la confiance, des projets ou des budgets. Roulez, jeunesse !

 Face à son adversaire, l’homme ou la femme politique n’a pas de mots assez durs pour arracher la victoire. Mais un fois élu, le gagnant peut abandonner la lutte sauvage contre son challenger comme l’acteur ôte son déguisement et efface son maquillage en quittant la scène. Chez nous, les choses se passent autrement comme toujours. Lorsque les membres ont décidé des partenaires qui vont former la nouvelle équipe, tout le monde s’installe derrière la mitrailleuse et on se sulfate allègrement avant même que l’encre de l’accord ne soit sèche. 

Nationalistes et socialistes envisagent de gouverner ensemble ? Aussitôt, chaque associé s’empresse d’expliquer à ses électeurs combien le futur partenaire est fourbe, imbuvable, un fasciste, un bolchévique. Une fois les nationalistes lessivés, le même scénario recommence avec les nouveaux complices. Dès qu’ils ont trouvé les camarades avec lesquels ils vont décrocher le pouvoir, ra-ta-ta-ta-ta ! Ca explose dans tous les coins. Et on s’étonne que les hôpitaux soient surchargés ? Dans le rôle de l’affreux Jojo, G.L. Bouchez fait un méchant idéal mais ses copains de future majorité font aussi, chacun dans leur genre, d’excellents égorgeurs.  

   Dans un gouvernement belge, l’ennemi est plus souvent dedans que dehors. Les ministres qui descendent de leur voiture blindée devant le 16 rue de la loi ont intérêt à se faire accompagner par des démineurs. On comprend mieux pourquoi l’OTAN apprécie tellement l’expertise de ce corps renommé de notre armée de terre.

 « Plus réussi est le méchant, plus réussi sera le film » disait Hitchcock. Un artiste qui manque beaucoup aux politiciens belges.   

www.berenboom.com

UNE DECOUVERTE MAJEURE

    Sans viser le Prix Nobel de physique ou de médecine, la découverte que j’ai faite pendant l’épidémie de Corona-virus mérite plus d’attention et de curiosité que celles qu’ont montrées les chefs de la police et le ministre de l’Intérieur après la mort de Jozef Chovanec dans les locaux de la police aéroportuaire de Charleroi. 

  Je me plaignais depuis des années du comportement erratique de ma montre bracelet favorite. Malgré mes exhortations, elle s’arrêtait systématiquement deux fois par jour. Aucun horloger n’a jamais réussi à expliquer le phénomène. Jusqu’au premier jour du confinement, où cette montre a soudain renoncé à ses caprices. Depuis, elle me donne fidèlement l’heure exacte jour et nuit sans plus reprendre son souffle dans la montée ni m’abandonner en rase campagne.  

  Une seule explication à cette réparation miraculeuse : la Covid 19. En voyez-vous une autre ? Je suis tout prêt à croire à une intervention divine ou à celle de Saint Eloi (le saint patron des horlogers) mais pourquoi ces braves gens auraient-il attendu le débarquement du virus chinois pour prendre ma montre en mains ? Ecartons aussi le hasard. « Plus on prête attention aux coïncidences, plus elles se produisent » a écrit Nabokov.  

  Cet événement scientifique me conduit à penser que ce fameux virus tant décrié a peut-être d’autres effets bénéfiques. Et qu’il faut bien réfléchir avant de tenter à tout prix de l’éliminer.

  Tenez, les interventions policières. Obligé de respecter les distances barrières, quel policier, même violent (il y en a dans notre royaume idyllique me dit-on), oserait encore mettre sa santé en danger en caressant de trop près la bouche ou le cou d’un suspect, au risque d’être infecté par les postillons d’un client dont il tente de couper le quiqui ? 

Et le Mouvement Me Too ? Terminé ! Vous êtes tranquilles, les filles ! Aussi longtemps que se propage le Corona, les femmes seront à l’abri des mâles assoiffés de câlins abusifs. Le masque rend le baiser aussi appétissant que l’ingestion d’un vieux morceau de carton mouillé et l’effleurement de la peau féminine ressemble désormais à une tentative de suicide ou de meurtre.  

  A l’école, on se plaignait depuis des lustres des classes trop peuplées et des locaux trop exigus. Il a suffi de l’arrivée de la petite bêbête chinoise pour que tout se décoince. En une seule rentrée scolaire, les enfants bénéficient chacun d’une bulle qui leur permet de respirer à une distance respectable de leurs petits camarades et on a trouvé soudain des locaux pour multiplier les classes.  

  Seule ombre au tableau, comme l’écrivait Albert Camus, « l’honnête homme, celui qui n’infecte presque personne, c’est celui qui a le moins de distraction possible »…

www.berenboom.com