LES ONZE

   Dans une précédente chronique, j’avais rappelé cette règle hitchcockienne : le film n’est réussi que si le méchant est réussi. C’est pourquoi la présence de G.L. Bouchez annonçait une issue optimiste à la négociation pour la formation du gouvernement. 

  Or, le tournage à peine terminé et le nouveau gouvernement sur tous les écrans, voilà que les dirigeants du MR se piquent de couper les ailes de leur super-star. Que s’imaginent-ils ? Que l’histoire est finie ? La vie d’un gouvernement, c’est une télénovela, un épisode chaque jour, rehaussé chaque fois d’une nouvelle crise de nerfs. N’ont-ils pas compris qu’on a besoin du méchant pour que la série se poursuive avec succès ? 

  Au lieu de quoi, cette bande de frileux a décidé de l’étouffer sous onze coussins. Onze à décider ensemble, ça va être facile ! Avant d’encombrer ainsi la cabine de pilotage, ont-ils pris la précaution de fixer les règles de vote du « groupe commandement » ? L’unanimité ? La majorité qualifiée (mais qui sera plus qualifié que son collègue ?)

Et pourquoi cette fascination pour le chiffre onze ? 

La référence à une équipe de foot ? Mais ils ont oublié de désigner l’arbitre. En cas de bagarre, qui sortira la carte rouge ? 

A moins que les dirigeants du MR aient voulu s’aligner sur le Nouveau Testament ? Les apôtres étaient douze moins le traître, Judas. Mieux valait donc éviter ce chiffre fatal. Même si on n’empêchera pas certaines mauvaises langues de murmurer que, même sans Judas, il risque d’y avoir onze traîtres autour de la table du MR. De plus, il est difficile de comparer G.L. Bouchez à Jésus. Lui qui affiche plutôt le physique de Méphistophélès dans « La Grande Vadrouille ». Le bougre a eu raison de choisir l’image du diable. Car, sur le Chemin de Croix, la onzième station est celle où Jésus est cloué sur la croix…

  En constituant ce G-11, peut-être ont-ils également pensé au Carnaval rhénan, dont 11 est le chiffre magique. Le Carnaval commence le 11/11 à 11 h 11. Un cortège monstre, où l’on se moque de tous les événements politiques du moment et qui met, pendant un jour, les femmes à l’honneur. Elles invitent les hommes à vider une Kölsch (la bière rousse de Cologne), embrassent ceux qui leur plaisent et coupent les cravates de leurs collègues. Allez, Sophie Wilmès ! Allez, Marie-Christine Marghem ! De Cologne à la rue de Naples, il n’y a qu’un pas. 

Après le Jour des Femmes, vient la Semaine des Fous, ce qui promet encore bien du plaisir au pauvre président Bouchez…

 Combien de temps ce G-11 pourra-t-il tenir ? Le gouvernement vient de réduire la bulle à quatre. Le rafistolage du parti commence bien ! Il y en a déjà sept qui sont condamnés à avaler le redoutable « bouillon de onze heures » …

www.berenboom.com

LE MECHANT DE L’HISTOIRE

   Le pouvoir a besoin d’ennemis. Un bon ennemi de préférence, facile à identifier, à caricaturer, à dézinguer. 

  Macron ne serait pas président sans Marine Le Pen. Boris Johnson avait Jeremy Corbyn, dans le rôle du détestable faire-valoir, Trump pouvait compter sur Hillary Clinton pour décrocher la couronne.

  Le mauvais de l’histoire n’est pas nécessairement un être humain. Une météorite, des extra-terrestres, des gisements de schistes font aussi l’affaire. Ainsi que la Covid, une ennemie parfaite. Meurtrière sournoise, elle tue ceux qu’elle embrasse. Pas étonnant que la très mâle Académie française l’ait immédiatement classée dans le genre féminin, aux côtés de la mante religieuse et de l’huile de ricin. 

Grâce à cette ennemie ombrageuse, les gouvernements de la planète ont pu prendre d’extraordinaires libertés avec nos libertés, inimaginables encore l’hiver dernier, sans susciter trop de protestations. 

En Belgique, cette brave bébête a permis de laisser à la gestion du royaume des ministres qui gouvernent tout seuls, sans oser demander aux députés de voter la confiance, des projets ou des budgets. Roulez, jeunesse !

 Face à son adversaire, l’homme ou la femme politique n’a pas de mots assez durs pour arracher la victoire. Mais un fois élu, le gagnant peut abandonner la lutte sauvage contre son challenger comme l’acteur ôte son déguisement et efface son maquillage en quittant la scène. Chez nous, les choses se passent autrement comme toujours. Lorsque les membres ont décidé des partenaires qui vont former la nouvelle équipe, tout le monde s’installe derrière la mitrailleuse et on se sulfate allègrement avant même que l’encre de l’accord ne soit sèche. 

Nationalistes et socialistes envisagent de gouverner ensemble ? Aussitôt, chaque associé s’empresse d’expliquer à ses électeurs combien le futur partenaire est fourbe, imbuvable, un fasciste, un bolchévique. Une fois les nationalistes lessivés, le même scénario recommence avec les nouveaux complices. Dès qu’ils ont trouvé les camarades avec lesquels ils vont décrocher le pouvoir, ra-ta-ta-ta-ta ! Ca explose dans tous les coins. Et on s’étonne que les hôpitaux soient surchargés ? Dans le rôle de l’affreux Jojo, G.L. Bouchez fait un méchant idéal mais ses copains de future majorité font aussi, chacun dans leur genre, d’excellents égorgeurs.  

   Dans un gouvernement belge, l’ennemi est plus souvent dedans que dehors. Les ministres qui descendent de leur voiture blindée devant le 16 rue de la loi ont intérêt à se faire accompagner par des démineurs. On comprend mieux pourquoi l’OTAN apprécie tellement l’expertise de ce corps renommé de notre armée de terre.

 « Plus réussi est le méchant, plus réussi sera le film » disait Hitchcock. Un artiste qui manque beaucoup aux politiciens belges.   

www.berenboom.com

LA LISTE DE MES ENVIES

En ces temps indécis, le réflexe naturel est de chercher au cinéma (comme dans les livres) l’explication de nos tourments, le mode d’emploi pour en sortir ou pour se sentir moins seuls. Mais, si le cinéma a souvent été le miroir du monde, il ne faut pas lui demander de réfléchir. Les films – ou livres – à messages sont généralement insupportables. Il est déconseillé de s’asseoir dans une salle de cinéma en agitant un écriteau. C’est inutile parce qu’il fait noir et puis ça gêne la vue des autres spectateurs.

Hitchcock disait qu’un film n’est réussi que si le méchant est réussi. C’est dire qu’il ne faut rien attendre d’un cinéma pavé de bonnes intentions…

Rien, vraiment ? Comme je suis aussi avocat, je m’empresse de soutenir à présent la thèse contraire !

Tenez, l’un des plus beaux films de 2014 (en lice pour l’Oscar du Meilleur film étranger) s’appelle « Ida » du Polonais Pawel Pawlikowski. Le film relate la recherche d’identité d’une jeune fille. Lorsqu’elle décide d’entrer dans les ordres, elle apprend soudain qu’elle est juive. Une mémoire effacée de force par sa propre famille. Comment doit-elle réagir ? Garder le couvercle fermé et oublier à son tour ce passé qui dérange l’ordre établi ou au contraire s’y plonger ? Y a-t-il sujet plus contemporain» ? Or, au lieu d’être un film à thèse, « Ida » est une œuvre magique pleine d’interrogations, de poésie et de tendresse malgré la noirceur du propos, une noirceur à faire grincer des dents.

Ce qu’on peut dire aussi de « Timbuktu » d’Abderrahmane Sissako (en course pour les Césars) ? Et ajouter que dans ce film-là, en plus, le méchant est réussi… Et que cette crapule-là, hélas, a encore de beaux jours devant lui pour animer des suites, remakes et autres retours…

La corruption, autre thème d’une terrible actualité (et pas seulement en Russie) est le sujet de « Leviathan » d’Andrey Zvyagintsev, nominé aux Oscars (mais pas diffusé dans son propre pays). Il concourt en lice avec l’incroyable « Relatos salvajes » de l’Argentin Damián Szifron (toujours sur nos écrans), une fable dangereusement hilarante et foutrement angoissante sur la violence dans nos relations quotidiennes.

Si le cinoche regarde notre monde tourmenté, que fait dans la sélection des Oscars (et c’est bien mérité !) le dernier film de Wes Anderson « The Grand Budapest Hôtel » ? Avec ce délicieux défilé d’images délirantes, fantaisistes et hors du temps, on semble cette fois loin du cinéma à thèse. Détrompez-vous ! L’univers de ce film faussement désuet et drôlement moderne rappelle singulièrement qu’on n’est jamais vraiment sorti de la terreur des années trente, celle qu’on lit dans les romans de Stefan Zweig, de Graham Greene ou d’Eric Ambler. Comme quoi, plus les choses sont graves, plus on rit…

www.berenboom.com

VINTAGE

Où est le temps béni des bons et des méchants ? Celui où l’on pouvait désigner du doigt le salaud et célébrer le héros ?
Depuis la disparition de l’empire soviétique, c’est le chaos. Tout le monde joue à contre emploi. Le bon se révèle une crapule. Le mauvais, encore plus épouvantable que dans le scénario. Bush a bien tenté, mais trop tard, de revenir au confortable schéma classique, si rassurant pour tous les spectateurs, avec sa superproduction « l’Axe du Mâle ». Moi, le bon. Saddam Hussein, Ben Laden, Khamenei, les affreux, sales et méchants. Les attaques du 11 septembre semblaient lui avoir été servies comme sur un plateau (de cinéma) par ses ennemis. Malgré cet épouvantable épisode, son blockbuster s’est révélé un flop. Il a fallu s’y résoudre. Le temps du western est définitivement révolu. John Wayne est mort et il n’y a plus de duel à OK Corral.
Sur les écrans d’aujourd’hui, la star, c’est Poutine. Un personnage que jamais les scénaristes de l’âge d’or d’Hollywood n’auraient mis en vedette. Grâce à lui, la Russie est à l’URSS ce que Sergio Leone était à John Ford. Un film où il n’y a plus que des brutes et des truands. Ce n’est plus le bon qui triomphe à présent. Il a été tué dès la première bobine. C’est le plus tordu, le plus machiavélique, celui qui, dans l’ombre tire les ficelles. Après le western, la mode est revenue aux montreurs de marionnettes. Au docteur Frankenstein, dont la créature ravage tout sur son passage. Et depuis l’apparition du 3-D, hélas, la créature (Kadyrov ou Assad) est vraiment devenue un monstre. On verra ce qu’en fera Depardieu quand il reprendra le rôle.
Dans le temps, le héros sentait bon le sable chaud. Maintenant, il dégage une odeur de laboratoire. Comme tous les protagonistes sont obligés de se battre, un masque à gaz sur la figure, il est difficile de les distinguer. Pas étonnant dans ces conditions qu’ils nous donnent tous l’envie de quitter la salle en hurlant.
Heureusement, l’histoire du cinéma l’a prouvé, tous les films de genre finissent par lasser. Lorsque Poutine-Frankenstein ne fera plus recette, peut-être retrouvera-t-on le temps de la comédie musicale ? Et puisque l’automne commence, chantons sous la pluie…
PS : à vous recommander, cette magnifique photographie de notre époque, signée Marina Lewycka, « Traders, hippies et hamsters » (éditions des Deux Terres). Un portrait corrosif et tendre à la fois de l’Angleterre d’aujourd’hui qui entremêle vieux idéalistes, traders paumés, flambeurs obsédés par l’argent et la réussite et un pays (qui pourrait être le nôtre) en train de sombrer dans le vide. Un rappel salutaire que la seule façon pour qu’une société continue de vivre, c’est tout bêtement qu’elle retrouve ses convictions, qu’elle combatte pour ses valeurs.
www.berenboom.com