Archives par mot-clé : Merkel

GUIGNOL 2.0

Je me souviens des débats présidentiels de jadis. Deux messieurs chics qui avaient l’air vieux, même quand ils étaient dans la force de l’âge, s’échangeaient des propos sérieux d’un ton pédant. On sentait qu’ils sortaient des mêmes écoles, fréquentaient les mêmes dîners en ville et s’amusaient de la même façon à participer à ces joutes soigneusement chorégraphiées. Ils maniaient le fleuret et reculaient à la première éraflure avant de reprendre le combat, toujours aussi policés.

De la cuisine un peu lourde du terroir qu’ils nous offraient ces soirs-là, ne restait qu’une bouchée, une formule : « vous n’avez pas le monopole du cœur », « l’homme du passif », etc. C’était bien balancé mais un peu court question humour.

Quand une dame est apparue dans la distribution, on a cru un moment que l’on allait sortir de ce club british policé. « Calmez-vous, madame Royal ! » soufflait Sarkozy faussement flegmatique. « Non ! Je ne me calmerai pas ! » Répétées plusieurs fois ces répliques laissaient augurer avec ces deux-là une bonne tranche de rigolade. Las ! Ils sont vite retombés dans la routine et les codes de l’exercice.

Entre temps, la télé a changé. « Au théâtre ce soir » a été remplacé par les Guignols de l’info. Aux « Incorruptibles » (un mot désormais peu vendeur) a succédé « Loft story »  et les reality shows. L’homme très moyen, la ménagère de moins de cinquante ans ont renvoyé les stars irréelles dans leur vieux monde tandis que les débats politiques étaient remplacés par les numéros d’humoristes. Le citoyen découvrait les principales aspérités des programmes politiques à travers les caricatures qu’en faisaient avec talent Alex Vizorek ou  Charline Vanhoenacker (« De tous les comiques de la Gaule, les Belges sont les meilleurs », remarquait déjà Jules César). Conséquence, le débat Hollande-Sarkozy frôlait l’ennui et la télé vintage de papa.

Cette semaine, après une renversante campagne électorale 2.0, qui tenait plus du feuilleton  romanesque farfelu que de la politique, on a assisté en France à un débat présidentiel d’un nouveau type. Les protagonistes qui avaient assimilé les évolutions des séries (et leur surenchère dans le genre gore), l’explosion des comiques et l’envahissement des écrans par les « vrais gens », s’en sont donnés à cœur joie pour renverser la table.

Plus d’épées mais des kalachnikovs, plus de petites formules distillées pour les livres d’histoire mais des invectives inspirées des tweets de Donald Trump, et paf ! je te fous sur la gueule et bing ! dans le bas-ventre et vlan ! va voir chez Merkel si j’y suis !

Le chômage est au sommet en France. Si les candidats à la présidence prennent la place des humoristes, chansonniers et héros de feuilletons et de télé-réalité, c’est sûr que tous les records vont encore être pulvérisés. Sale temps pour les artistes.

 

www.berenboom.com

LETTRES D’AMOUR

La publication des lettres d’amour de François Mitterrand à Anne P. révèle bien des choses. L’homme politique dévoré par l’ambition l’était aussi par la passion amoureuse. Caché au fond de son cœur glacé, il y avait donc un coin vivant et brûlant ? Bonne nouvelle pour les astronomes. Les mondes de pierre qui nous entourent ne sont peut-être pas aussi morts qu’il y paraît.

Que la destinataire de ces missives prenne l’initiative de les publier est aussi révélateur. La vie privée a fondu comme neige au soleil. La femme de César était aussi transparente que celles du général de Gaulle ou de Léo Tindemans. A une époque où les hommes et les femmes politiques ne sont plus capables de faire de la politique, que peuvent-ils nous proposer sinon leur jardin plus ou moins secret ? Leurs amours plutôt que leurs petites idées pour réaliser des économies dans les soins de santé ou sur les chômeurs. Charles Michel aurait dû y penser avant de se lancer dans son épuisant raout budgétaire. Une partouze au château au lieu d’un conclave. Kris Peeters n’aurait jamais pris la porte.

Des missives romantiques au lieu d’un programme ? Cette ruse machiavélique peut séduire les électeurs en mal de « nouvelles frontières » (une expression qui faisait jadis rêver mais que personne n’oserait plus utiliser depuis que la crise des réfugiés est au cœur des campagnes électorales).

François Hollande, qui n’a plus rien à perdre, pourrait peut-être tenter la manœuvre en laissant fuiter les bonnes pages de sa correspondance avec Angela Merkel.

« Meine Liebe,

J’ai bien du remords à l’idée d’arrêter la centrale nucléaire de Fessenheim. Si je ne cesse de reporter le stupide engagement que j’ai pris pour me faire élire, c’est que je ne supporte pas l’idée de voir son cœur se refroidir peu à peu alors que le mien brûle de te réchauffer et le tien de m’éclairer. »

Hélas pour Hollande, le roi de la malchance, Vladimir Poutine dont l’image en Occident est calamiteuse, vient d’envoyer à son éditeur copie des bafouilles qu’il avait adressées à l’époque où il était agent du KGB en Allemagne de l’Est à l’ardente Angela, une joyeuse époque où ils flirtaient tous les deux sous le mur de Berlin.

« Meine Liebe,

Je passe mes nuits à lire et relire ton mémoire sur l’« Influence de la corrélation spatiale sur la vitesse de réaction dans les réactions élémentaires bi-moléculaires en milieu dense ». J’en sors fiévreux, haletant. J’ai compris le message subliminal que tu m’envoies à travers ton travail. La vitesse de réaction, les réactions élémentaires. Oui, c’est de moi que tu parles. Et le milieu dense, celui dans lequel les molécules de nos corps vont fusionner. Ach ! »

De la raison politique au délire amoureux, a-t-on vraiment perdu au change ?

www.berenboom.com

 

LE BON, LA BRUTE, ET LE TRUAND

Avec la dictature de Twitter, journalistes et chroniqueurs sont priés de simplifier car lecteurs et téléspectateurs ont été modelés à piquer du nez au-delà de 140 signes. Or, comment parler des réfugiés en 140 signes ? On dira : le réfugié politique, c’est le bon. La brute, le sans-papier économique et le truand, l’horrible passeur. Comme c’est rassurant, ces raccourcis ! Continuons donc sur cette voie pour que notre propos soit compréhensible.

Le bon, c’est le ministre Francken, l’abbé Théo qui indique la température de notre politique  d’accueil. La brute, Viktor Orban, qui fait de son pays un camp retranché. Et le truand, Jean-Claude Juncker qui vante dans tous les medias la formidable générosité de l’Europe tout en étant incapable de gérer l’accueil des réfugiés parmi les états membres, une hospitalité décente et civilisée et une politique d’asile à long terme.

Le bon, c’est Mutti Merkel qui abandonne le traité de Dublin et permet aux réfugiés de s’installer en Allemagne. La brute, c’est Angela Merkel qui ferme sa frontière subitement après avoir attiré les réfugiés dans son pays. Et le truand, c’est la chancelière allemande qui va négocier sa politique à géométrie variable avec ses collègues au prochain conseil européen. En échange de quoi ? Quand on le saura, on jugera dans quelle case la ranger. Elle n’est pas la seule à changer de rôle selon les interlocuteurs et le moment.

Le réfugié, le bon ? Au-delà de 140 signes, les choses ne sont plus aussi simples. Pour certains de mes voisins, le réfugié n’est pas le bon mais la brute, un terroriste infiltré et un futur chômeur, le représentant de la cinquième colonne dans notre belle Europe blanche et chrétienne. Et ces voisins ne sont pas tous d’anciens réfugiés hongrois accueillis à l’époque où eux-mêmes fuyaient la violence. Pour eux, le bon, c’est Orban. Et Francken le truand. Ce qu’il est aussi pour son propre président de parti, Bart De Wever, qui sera, selon les points de vue, la brute ou le truand. La brute parce qu’il veut fourrer ceux qui arrivent de Syrie dans un statut de sous-réfugiés. Ou le truand en vendant au patronat flamand de la main d’œuvre de qualité moins chère que le plombier polonais !

Et que dire de François Hollande ? Combattant d’abord les quotas avant de lutter contre ceux qui les refusent –vous me suivez ?

Et Assad ? Brute et truand à la fois ? Pas si vite ! Pour certains, il est le bon, le seul à affronter l’état islamique sur le terrain. On ajoutera que, Assad éliminé, on se retrouvera avec un nouvel enfer sur les bras, après l’Iraq et la Libye. Des pays dont les Occidentaux se sont flattés d’avoir chassé le tyran pour les remplacer par un tas de petits diables. A ce propos, sous quelle étiquette ranger les Occidentaux ?

www.berenboom.com

HOMO ERECTUS ET MADAME

Est-ce une coïncidence ? C’est le jour où l’on célèbre la femme qu’on inaugure un refuge pour hommes battus. En plus, voilà qu’on annonce l’interdiction de la fessée. Que de mauvais coups contre les féministes !

Tant que l’homme dominait la société, il pouvait s’acquitter de son devoir. En rentrant le soir après le travail, juste avant la soupe et le journal télévisé, donner une bonne fessée à son épouse – on appelait ça un petit câlin. Il a suffi que la femme soit déclarée l’égale de l’homme pour que crac !, la fessée soit supprimée, déclarée hors la loi. Juste au moment où, après des siècles de domination, la femme, rentrant de son boulot, allait enfin pouvoir se payer une bonne tranche, déculotter son mari et hop ! petit câlin.

Est-il possible que les femmes parlementaires, qui réclament à corps et à cris la « tirette », aient accepté sans sourciller de ne plus avoir le droit d’ouvrir celle de leur copain ? Pour les distraits, la tirette est l’alternance hommes-femmes sur les listes électorales et non, hélas, quelque jeu ludique entre élus consentants. En politique d’ailleurs, on ne rit pas beaucoup. Depuis deux cents ans, les défaites se succèdent à Waterloo. L’arrivée enfin d’une femme à la tête de la commune va-t-elle rompre la malédiction ? On lui souhaite bonne chance tout en évitant de l’accueillir dans ses nouvelles fonctions en lui lançant le mot de Cambronne.

L’égalité entre les sexes est aussi mise à mal par les dernières découvertes paléontologiques.

Vous croyiez comme moi qu’en découvrant Lucy, on avait enfin exhumé le corps d’Eve, la mère de l’humanité ? Encore raté ! Cette pauvre femme n’était qu’une Australopithèque (comme disait le capitaine Haddock), une race pas assez chic pour figurer dans notre glorieux arbre généalogique. Le premier humain, désolé mesdames, reste ce bon vieil homo erectus. Erectus évidemment…

Sauf à imaginer qu’à une époque reculée, Lucy eut pu être elle-même vaginus et erectus à la fois (après tout, l’escargot est hermaphrodite ; pourquoi pas l’australopithèque ?), dans notre race dominante, rien à faire – pour le moment -, c’est le mâle une fois de plus qui emporte le morceau.

Je vous vois venir : et monsieur Thatcher ? Et monsieur Maggie De Block ? Et monsieur Angela Merkel ? Et alors, connaissez-vous leur vie privée ? Devant les caméras, d’accord, elles roulent des mécaniques. Mais, quand leurs maris poussent la porte du domicile conjugal, après le turbin, savez-vous qui fait quoi avant la soupe et le journal télévisé ? Et, des deux, qui a le plus gros salaire, monsieur ou madame ?

Il y a encore du chemin, mesdames, je le crains. Et aussi quelques livres saints (seins ?) à réécrire pour remettre Lucy et Eve à la place qu’elles méritent…

www.berenboom.com

LA POSITION DU PRESIDENT MOU

Mou, lui ?

Qui n’hésite pas à parcourir les rues de Paris en Vespa tel Gregory Peck dévalait jadis les escaliers de la place d’Espagne, Audrey Hepburn en croupe, dans « Vacances romaines ».

Mou, lui ?

Qui se promène la nuit avec un casque emprunté sans doute à l’un de ces CRS qui matraquait naguère ses camarades pendant les manifs.

Mou, lui ?

Qui promet de rendre aux riches d’une main 100 % des 75% qu’il leur a pris dans la poche de l’autre.

Mou, lui ?

Qui annonçait quinze jours auparavant comme cadeau de nouvel an la diminution des impôts et qui s’offusque maintenant qu’on ait pu le prendre au mot. Faut-il que la connaissance de la langue française se soit vraiment dégradée pour que les journalistes en soient à confondre vœu et promesse ?

Mou, lui ?

Qui exige des entreprises qu’elles embauchent en masse les seniors, débarrassant ainsi les hôpitaux de tous ces patients coûteux pour faire place aux fiancées délaissées.

Mou, lui ?

Qui pique en quelques heures l’essentiel du programme de la droite et s’engage solennellement à réaliser d’ici les prochaines élections présidentielles tout ce pourquoi Sarkozy a été battu aux précédentes.

Mou, lui ?

Qui n’hésite pas à donner à la chancelière allemande une belle leçon de politique: pour pratiquer une politique de droite, pas besoin de s’encombrer d’un gouvernement de droite. Pourquoi madame Merkel tient-elle à s’entourer inutilement de ministres chrétiens-démocrates alors que, pour appliquer son programme, une équipe socialiste homogène fait parfaitement l’affaire ? Avec l’avantage qu’un socialiste a beaucoup plus de respect de l’autorité et du chef qu’un type de droite et, surtout, qu’il ne risque pas de lui piquer sa place à la tête de son parti (quoique..).

Mou, lui ?

Qui s’inspire d’un autre modèle allemand qui a fait ses preuves, celui de Gerhard Schröder, devenu, après avoir été battu aux élections, l’un des principaux collaborateurs et laudateurs de Vladimir Poutine, moyennant une dotation garantie par deux de ses groupes énergétiques les plus cossus.

Mou, lui ?

Qui croyait fréquenter sans danger l’interprète d’un film intitulé « Sans laisser de traces » mais qui découvre ensuite que le titre l’a bêtement abusé. Au lieu de se laisser abattre, il a montré un vrai talent de chef en faisant face à la tempête. Poussant son amie à jouer dans « Quai d’Orsay », message subliminal qui lui indique son intention de l’envoyer le plus loin possible sur la planète le jour où Valérie reviendra à la maison.

Mou, moi ?

Qu’on accuse d’être raide dans mes fonctions publiques et dont on s’étonne que je le sois aussi dans ma vie personnelle ?

Non, attendez ! Ca, c’est ma vie privée, effacez, svp !

www.berenboom.com