Archives par mot-clé : Elio Di Rupo

TU VEUX MA PHOTO ?

Alors qu’il manifestait selon son habitude contre les musulmans à Anvers à la tête de sa bande de braillards, Filip Dewinter a eu la surprise de voir soudain s’approcher de lui une souriante jeune femme voilée qui a pris devant lui un selfie épatant : tous deux comme détachés du monde. Loin des violences et des éructations. Pas tout à fait, cependant. Ils n’en étaient pas encore au tongkus. Sur la photo, lui gueule dans un porte-voix et elle le regarde, coquine et ironique. Mais ils se tiennent tout près l’un de l’autre. Prêts à se toucher ? Cela ouvre des pistes comme disent les syndicats des gardiens de prison. Pour dégager un peu les voies respiratoires, très encombrées depuis quelques mois par un souffle inquiétant. Comme si les attentats de Paris et de Bruxelles avaient fait sortir une violence malsaine jusque-là contenue.

En France, le déferlement de barbarie de jeunes casseurs transforment les manifestations contre le gouvernement et sa nouvelle loi sur le travail en un terrain de destructions massives et aveugles.

En Belgique, la violence d’un gouvernement indifférent ou inconscient des dégâts que va provoquer dans toute la société sa politique d’économies automatiques qui détruit la justice, désagrège les transports, signe l’évaporation des services publics et la fin des investissements publics, symbolisée par l’effondrement théâtral des tunnels routiers de Bruxelles. Mais la violence vient aussi de certains syndiqués, qui n’hésitent pas à provoquer des grèves nombrilistes sans même respecter le deuil après les attentats, ou d’agents pénitentiaires prêts pour obtenir leurs justes revendications à soumettre les détenus à un régime indigne et dégradant.

L’exemple donné par notre sympathique jeune Anversoise donne des idées. Mais on s’aperçoit aussitôt comme il est difficile à mettre en œuvre. Imaginons-nous un gardien de la prison d’Andenne se faisant photographier dans une cellule puante et surpeuplée avec un, deux, dix détenus hilares ? Charles Michel posant avec les patrons des trois syndicats de matons, clic, clac, devant sa salle de douches au 16 rue de la loi ? Raoul Hedebouw s’affichant, une passoire de spaghettis sur la tête à la place de son T-shirt à la gloire de Staline, bras dessus bras dessous avec Elio Di Rupo et Paul Magnette ?

La jeune photographe anversoise avait raison : coincer son adversaire, son ennemi dans une photo, c’est fermer la gueule du lion. C’est plus efficace encore, s’il faut en croire Michel Tournier qui disait que la photographie est une pratique d’envoûtement qui vise à s’assurer la possession de l’être photographié.

De quoi inspirer quelques personnalités en chute libre dans les derniers sondages…

www.berenboom.com

SAINT NICOLAS, REVIENS ! ILS SONT DEVENUS FOIS !

Depuis Halloween (pourquoi diable nous a-t-on collé une fiesta supplémentaire ?), les obligations de faire la bombe se succèdent à un rythme de plus en plus hystérique. Faut-il que nous soyons de parfaits moutons ou déjà des robots préprogrammés pour passer en quelques jours de l’effroi après les attentats de Paris à la paralysie sous l’alerte niveau 4 à Bruxelles puis, sans transition, à la course effrénée aux cadeaux, sapins enrubannés et fêtes de bureaux avant les folles parties de la Saint Sylvestre ?

Décidément, avec une bonne communication de masse du genre enfoncez-vous ça dans la tête, on fait de nous de parfaits chiens de Pavlov qui bavent sur un simple signal d’angoisse ou de plaisir. Un week-end, on nous convint de se terrer au fond de nos appartements en mangeant nos réserves de biscuits, les enfants coincés dans leur chambre, et le suivant on nous pousse à envahir les rues pour dévaliser les magasins en traînant la marmaille derrière nous et à nous éclater dans les lieux publics.

Il y a plusieurs façons de faire face à ces jours frénétiques. Le plus simple est de suivre le mouvement et de faire tout bêtement la chasse aux cadeaux. Je recommande en cette fin d’année 2015 les grands classiques adaptés à l’air du temps.

Tenez, revoilà sur le marché, un Pinocchio en forme de premier ministre dont le nez s’allonge au fil de ses déclarations. Les magasins fermés pendant le niveau 4 ? Je ne comprends pas les commerçants. Pourquoi ont-ils baissé le rideau de fer ? Je n’y suis pour rien. Ou quelques jours plus tard, lors de la COP 21: « Nous avons des engagements très clairs sur le plan international. Les Belges sont parmi les plus ambitieux dans le monde  (en matière d’environnement) ».

On recommande aussi le matériel de camping préconisé par Théo Francken qui, devant la réticence des réfugiés à se loger au WTC s’était écrié : « Ils préfèrent sans doute les tentes trop confortables du parc Maximilien ».

Revient aussi à la mode la boîte de premiers soins, grâce à Elio Di Rupo, avec son excellent slogan : « J’ai le cœur qui saigne quand je pense à ces femmes et ces jeunes qui vont être exclus (du chômage)».

Il y a ceux qui préfèrent fuir vers des lieux exotiques. Mais où se poser cette année ? A part la côte belge et Molenbeek, la plupart des destinations sont potentiellement dangereuses et les voyages lointains des provocations aux conclusions de la conférence des Nations-Unies sur l’environnement dont les lampions viennent à peine de s’éteindre.

Reste le plus doux, un bon livre au fond du canapé, un verre de vin à la main, en attendant que cette année horrible s’efface devant l’arrivée de 2016, une grande et belle page blanche…

www.berenboom.com

CYBER, TES BEAUX YEUX ME FONT MOURIR

A chaque génération sa manière de se divertir et de se fabriquer une bulle hors d’atteinte des parents, de l’école, de l’autorité. A la génération Coca-Cola, qui se jetait sur les livres, le cinoche et la télé a succédé l’époque Red Bull des jeux vidéo, du baladeur et du CD. Les ados de 2015 ne s’encombrent plus de tous ces supports physiques. Ils se sont jetés dans la cyber-attaque, le terrorisme virtuel et le dérèglement des réseaux. Bienvenue à la jeunesse du vingt et unième siècle !

On leur a gentiment préparé le terrain, reconnaissons-le, en faisant scintiller les beautés de la guerre nouvelle sur tous les écrans. Au lieu de faire affronter les tanks et les hommes, la guerre se fait désormais dans des salles aseptisées à des milliers de kilomètres du champ de bataille, qui s’appelle maintenant des cibles. Un type ou une dame en cache-poussière appuie d’un doigt nonchalant sur un bouton quelque part dans son bureau au Nouveau Mexique, en croquant son sandwich, et boum ! un village d’Irak ou un campement en Afghanistan sont rayés de la carte. Quoi d’étonnant que le pouvoir magique d’internet, que nous avons érigé en maître du monde, fascine la jeunesse ? Et que ses forces obscures les fassent rêver comme les grands monstres nous fascinaient jadis ?

Nous tremblions de peur et de plaisir devant l’écran à voir les dents de Dracula s’enfoncer dans la peau diaphane de l’héroïne. Eux roucoulent de joie à contempler les dégâts de leurs petits cyber-virus dévorant les sites institutionnels. Il y a tout de même quelque chose de rassurant dans le choix de leurs victimes. Qu’ils s’acharnent sur des journaux et des télévisions pour lâcher leurs saletés démontrent leur attachement et l’importance qu’ils accordent à la diffusion de l’information. Cela mérite d’être salué à une époque où l’on se plaint de la perte d’influence des medias.

Mais, comme tous les jeux, ceux-ci ont aussi quelques effets secondaires déplaisants. Si nos petits génies du clavier sont capables de remplacer ni vu ni connu les infos sérieuses de la page d’accueil des sites professionnels par des propos délirants, c’est sûr que la paranoïa de tous les obsédés du complot va s’accélérer. Déjà qu’un nombre croissant d’entre eux s’imaginent que l’homme n’a jamais marché sur la Lune, que les tours du WTC sont toujours à leur place et que le tsunami qui a ravagé le Japon a été provoqué par les Martiens, comment vont-ils réagir quand ils liront que Charles Michel est premier ministre de Belgique, comme nous le font croire les Anonymous ? En fait, c’est toujours Elio Di Rupo qui est bien sûr aux commandes. Il suffit de voir les mesures adoptées jour après jour par le gouvernement pour s’en assurer.

www.berenboom.com

PAILLETTES

L’effondrement à Mons du château d’allumettes d’Arne Quinze –le bien nommé- est-il un signe prémonitoire de l’année nouvelle ?

Je refuse de le croire. J’ai toujours fait confiance à Madame Soleil plutôt qu’à Dame Lune.

Même si 1915 est l’année terrible du génocide arménien, qu’un siècle plus tard les autorités turques sont toujours incapables d’assumer.

Mais Quinze ne signifie pas toujours des catastrophes – même en art. Il a parfois été un excellent millésime. Tenez, 1515, la seule date que j’ai réussi à retenir de mes cours d’histoire, célèbre une belle victoire, Marignan. Bien sûr, s’il y a un vainqueur –François 1er– il y a un vaincu. Mais qui sait encore que ce sont les Suisses qui ont perdu ? Depuis, il se sont refaits une telle santé qu’on peut se réjouir sans arrière-pensée de la victoire française.

Autre date historique sympathique, 1815. Ah ! Cette fois, les Français se font massacrer à Waterloo – et à Braine l’Alleud, où on va fêter ça. On pourrait croire que nous sommes peu cohérents. Mais, des types comme Napoléon, on en a trop supporté au cours des siècles pour pleurer sur la perte de son chapeau. Et surtout imaginez la situation de notre beau pays si l’empereur avait gagné. Quelques départements, perdus quelque part au nord du Nord. Songez aux conséquences. Paris n’aurait jamais accepté un Atomium ni consacré de budget à développer de grands musées à Bruxelles. On parlerait la langue de Hollande à Anvers. Hugo Claus et Tom Lanoye seraient des écrivains français et Bart De Wever disputerait le leadership de l’UMP à Nicolas Sarkozy. Quant à Elio Di Rupo, après avoir réussi à savonner la planche de Martine Aubry et de François Hollande, il serait devenu le premier président socialiste français d’origine wallonne. Mons devenant la deuxième ville de France. Pour célébrer l’événement, le président socialiste français aurait demandé à Arne Quinze de construire une sculpture célébrant le centenaire de l’alliance définitive entre les départements belges et français. Hélas, le château d’allumettes se serait effondré à la suite d’un attentat des « confédéralistes belges anti-républicains» qui réclament la totale autonomie de la Belgique. Etrangement, les terroristes célèbreraient l’événement en chantant le grand air de la Muette de Portici, opéra pourtant bien oublié du XIX ème siècle, sur la suggestion de leurs alliés hollandais (je veux dire les partisans de François Hollande qui n’ont jamais pardonné à Elio ce qu’ils appellent sa « trahison »). Pour rétablir l’ordre et éviter la guerre civile, Bart De Wever prendrait le pouvoir à Paris – tout en se prenant pour Napoléon. Voilà comment l’unité de la république aurait été préservée…

www.berenboom.com

FÊTE DES MERES

 

Les diablesses rouges pas championnes du monde ? Allons ! Les mamans belges sont les meilleures du monde. Et pas seulement au classement Pizzas. N’est-ce pas madame Reynders qui a donné à son fils cette intelligence et cette délicatesse qui font le charme de ses discours ? C’est elle aussi qui lui a enseigné l’histoire de notre pays. Ce qui a permis à son fiston de secouer le ronron d’un duel radiophonique pâteux avec un Elio manifestement pas réveillé (une grosse insomnie à cause du raffut infernal des avions ?)

Après coup, on appelle ça un dérapage, une gaffe. Alors que Didier, voyant le débat sombrer dans l’ennui, avait trouvé cette excellente réplique sur l’incompétence des socialistes dans les années nonante pour réveiller l’auditeur, entre temps rendormi, et l’envoyer au boulot. Illustration grandeur nature que les libéraux pensent aux travailleurs. Quoi que disent perfidement les socialistes.

Et la maman Wathelet ? Célébrons-la aussi. C’est elle qui a poussé Melchior junior à se mettre au néerlandais dès son plus jeune âge. Bien sûr, on ne connaît jamais aussi bien une langue apprise qu’une langue maternelle. Devenu chef, Melchiortje n’a pas saisi tous les détails du mode d’emploi du mouvement des avions à Zaventem que lui ont soumis ses excellents conseillers. Mais il a compris l’essentiel. Eviter que les zincs n’arrachent, au décollage ou à l’atterrissage, les patates des champs autour de l’aéroport. Illustration grandeur nature que les C.D.H. ne pensent pas seulement aux humains mais aussi à la nature. Quoi que disent perfidement les écologistes.

Et la maman d’Elio. Ah ! Cette fameuse mama, déjà si souvent mise en vedette par son fiston chéri, qui lui a transmis aussi toutes ses qualités, notamment sa grande modestie. Sur le modèle de la mère de Napoléon, qui n’avait de cesse de rappeler à son rejeton que la Roche Tarpéienne n’est pas loin du Capitole, comme disait son tonton, resté en Italie. Et qu’elle avait si bien résumé dans la formule : « Pourvou que ça doure ! »

Pour que ça doure encore cinq ans au moins, Elio s’est dépensé sans compter. Il a dépouillé l’état fédéral de quelques-unes des compétences qui lui restait, il a serré le cou des chômeurs et laissé la bride sur le cou des banques. Illustration grandeur nature que les socialistes ne pensent pas seulement à leurs camarades mais qu’ils mettent aussi en œuvre le programme de leurs adversaires. Quoi que disent perfidement ceux-ci.

Bart de Wever a aussi une maman. C’est elle qui lui a appris comment se bourrer de gaufres et de frites tout en gardant une taille mannequin. On préfère ne pas vous donner la recette ici car je vois que vous êtes à table. C’est la même recette qu’appliquera son parti lorsqu’il arrivera au pouvoir pour absorber toute la richesse du pays tout en restant aussi maigre que la Flandre.

 

 

www.berenboom.com

 

PREMIERS SIGNES DU PRINTEMPS

Vous n’êtes pas content ? La crise ne finit pas. Le chômage ne finit pas. L’hiver ne finit pas. Bart De Wever non plus. Et l’augmentation des impôts, du prix des patates. Et les discours musclés de gauche du président du parti socialiste. Et les décisions musclées de droite du premier ministre socialiste. Et l’Europe qui … Stop !

Au lieu de gémir, ouvrez les yeux. Les choses sont peut-être sur le point de changer. Comme les perce-neige dressent la tête en février en avant-garde du printemps (même si chez nous, ils attendent cette année le mois de mai, mais ne chipotons pas), le changement est dans l’air. Juste quelques signes timides, c’est vrai. Mais, mis bout à bout…

En Italie, après une crise à la belge, on a fini par trouver un homme providentiel prêt à diriger le pays. D’accord, il a deux cents ans. Mais, songez que tout le temps qu’il occupera le Quirinal, il ne recevra pas sa pension de retraite. Même les Italiens ont appris à faire des économies.

De plus, un vieux président a cet avantage sur un jeune qu’il ne se croit pas obligé de se lancer dans des chantiers sans fin juste pour prouver qu’il est capable de faire bouger le monde. Regardez l’ex-président Sarkozy. Les Français, si séduits d’abord par sa fébrilité, ont vite compris qu’à force de remuer la poussière, elle finit par boucher les orifices avant de paralyser les muscles. Mieux vaut ne pas la secouer. Comme l’a bien compris son successeur, François Hollande, qui attend patiemment qu’Allemands et Américains remettent en route la machine économique pour proclamer qu’il a vaincu la crise. Pour être Superman, il ne faut pas toujours sauter d’un building à l’autre. Mieux vaut parfois laisser aux autres super-héros le super-travail avant de faire le paon en costume fluo.

Chez nous aussi, on repère ces derniers jours quelques symptômes de changement. Elio Di Rupo vient toujours au congrès du parti socialiste mais il serre aussi obstinément les lèvres quand ses camarades entonnent l’Internationale que certains footballeurs français quand retentit la Marseillaise. Dans un pays aussi byzantin que le nôtre, s’il avait poussé la chansonnette en français, il aurait dû aussitôt enchaîner avec la version flamande puis avec la Brabançonne dans les deux langues avant de terminer par le Vlaams Leeuw. Un numéro qui aurait fait rater aux militants de province leur dernier train.

Autre signe. Jadis, les femmes venaient prier dans les églises pendant que le curé tenait le haut de la scène. Depuis peu, c’est le contraire. Ce sont les femmes, seins nus, qui occupent l’estrade et monseigneur Léonard qui ferme les yeux et qui prie.

Je ne sais pas si tout ça est rassurant mais au moins, en voyant ces belles dames, riant à gorge déployée, on a le sentiment que le printemps n’est pas loin…

www.berenboom.com

BIJOUX DE FAMILLE

Cette fois, annonce le gouvernement d’une voix spectrale, on n’a vraiment plus de sous. On doit vendre les « bijoux de famille ».

Bon sang ! Les bijoux de famille ! On en a encore ? Mais, à quoi ressemblent-ils ? Et qui en voudra ?

Dans un de ses romans, Diderot désignait ainsi des anneaux magiques possédant le pouvoir de faire parler la partie la plus intime des femmes (« Les Bijoux indiscrets »).

La proposition de les vendre laisse donc un peu perplexe même si on ne doute pas de la bonne volonté des dames de notre gouvernement de se sacrifier corps et biens pour sauver le pays. Laurette, Joëlle et Maggie ne le répètent-elles pas à l’envi ? Mais, si notre nouveau ministre des finances n’a rien trouvé de mieux pour boucler le budget, on comprend mieux la lenteur et la difficulté du dernier conclave gouvernemental.

L’égalité entre hommes et femmes voudrait que, dans ce cas, les mâles du gouvernement fassent à leur tour un effort. Et abandonnent eux aussi aux caisses de l’état leurs précieux bijoux de famille. Sans entrer dans le détail, est-ce que ça rapporte gros ? On en doute.

Sacrifice pour sacrifice, vaudrait mieux qu’ils prennent exemple sur leurs collègues français. Ne viennent-ils pas de demander à leur ministre du budget, M. Cahuzac, de renflouer le déficit en transférant le montant de ses comptes exotiques vers ceux du ministère des finances ? Voilà une bonne idée ! Ne pourrait-on s’en inspirer en décidant de ne nommer ministres que ceux qui acceptent d’abandonner un montant substantiel de leur capital pour le bien commun ?

Bien sûr, cela obligera à créer des ministères nombreux et variés. Mais notre pays a toujours fait preuve d’une grande imagination. Rien qu’en fabriquant des ministres fédéraux chargés des relations avec les ministres régionaux et communautaires pour chacune de leurs compétences (le ministre des affaires étrangères n’a-t-il pas ouvert la voie en nommant des représentants fédéraux économiques chargés de dédoubler leurs collègues régionaux ?), on pourra facilement fabriquer une vingtaine de portefeuilles. Des ministères des réformes, on peut aussi en créer autant qu’on en a besoin : chargé des réformes structurelles, des questions endémiques, de la réforme des réformes, de la révision des réformes précédentes. En échange de ces fonctions de haut niveau, ces nouvelles excellences offriront au pays des dons généreux qui permettront de préserver les bijoux de famille de leurs collègues.

De plus, cette rentrée d’argent est « structurelle » comme dit M. Di Rupo, tout fier d’avoir appris un nouveau mot et qui le répète sans cesse de peur de l’oublier. Un bâtiment, des participations dans une banque ou une entreprise, une fois que l’état les a vendus, c’est fini. En revanche, des postes, on peut en créer jusqu’à la fin de la crise – ou de la Belgique.

www.berenboom.com

UN COACH A MALONNES

Depuis qu’elles se sont mises en tête d’accueillir des brebis égarées, on imagine que, comme toute entreprise moderne, les sœurs clarisses de Malonne ont réfléchi à leur communication. On n’accueille pas un prêtre pédophile puis la criminelle la plus détestée du royaume et environs sans le renfort de consultants de haut vol. Hélas pour elles, les bonnes sœurs ont cru bon (et surtout bon marché) d’embaucher Mgr Léonard comme coach plutôt qu’Elio Di Rupo. On voit le résultat. En la matière, il ne faut pas faire de petites économies.

Il serait temps que ces braves dames se ressaisissent d’autant que le résultat de leur geste charitable tourne à la catastrophe et pas seulement pour elle. Pour madame Martin, aussi, elle qui a cru se servir des clarisses pour retrouver la liberté et qui se retrouve aujourd’hui plus prisonnière que jamais et avec plus de flics autour d’elle qu’elle n’avait de gardiens dans sa prison.

Avec l’aide du Seigneur, il n’est pas trop tard pour que les filles de sainte Claire reprennent la situation en mains. Elio, trop occupé ces jours-ci à rappeler au monde en général et à Mons en particulier son rôle dans l’histoire de l’humanité, risque d’être indisponible. Inutile de compter sur l’autre grand maître communicateur du royaume. Bart De Wever a déjà ses pauvres. Faudra donc qu’elles cherchent à l’étranger.

Peut-être pourrait-on leur suggérer le patriarche russe Kyrill 1er. Depuis que son poulain, Vladimir Poutine, s’est fait élire par la grâce du saint esprit et que les trois méchantes Pussy Riot sont reléguées dans un camp de travail, il devrait disposer d’un peu de loisirs. Sa grande expérience de la gestion des rapports entre église et politique pourrait être très utile à l’église belge et à ses institutions car plus rien ne va plus depuis que les sociaux chrétiens du nord et du sud ont sombré.

En quelques mois d’efforts et beaucoup de prières, le patriarche Kyrill 1er pourrait placer Mgr Léonard à la tête de l’état et ceux qui conspuent madame Martin et ses hôtesses en Sibérie. En contrepartie, on peut s’attendre à ce qu’il demande aux clarisses d’accueillir les Pussy Riot à Malonne, pour débarrasser son ami Poutine d’une très sérieuse épine. Pourquoi pas ? Plus on est de folles…

Le seul petit défaut de l’ami Kyrill est son prix. Il aime l’argent plus encore que la maffia russe. Mais madame Martin pourrait peut-être faire à son tour un geste charitable en offrant l’héritage de feue sa mère au patriarche ? Elle a d’ailleurs tout à gagner. Nulle doute que les Pussy Riot, venues la rejoindre, auront beaucoup plus à lui apprendre sur l’humanité et le respect des autres qu’une bête méditation solitaire…

www.berenboom.com

ELIO, FAIS-MOI UN DESSEIN!

Le nouveau premier ministre, qui est aussi le premier patron de gauche du pays depuis des lunes a posé d’emblée deux actes symboliques.

Abandonnant sa fonction de président du parti, il a adoubé comme nouveau boss un certain Thierry G. Thierry who ?

En nommant cet apparent brave homme, Elio Di Rupo a-t-il voulu relancer la gauche en Wallonie ?

S’il faut en croire son propre site, l’activité de député de Thierry Giet a été la suivante : une proposition de loi visant à déclarer valables certains contrats de jeux de hasard, une autre pour modifier la loi relative aux décimes additionnels sur les amendes pénales. Et une proposition de modification de l’arrêté royal portant règlement général sur la police de la circulation routière et de l’usage de la voie publique en ce qui concerne les capitaines de route encadrant les groupes de cyclistes et de motocyclistes.

Oula, camarades ! Lénine, Vandervelde, tremblez dans vos cercueils rouges ! La gauche du vingt et unième siècle se profile à l’horizon du boulevard de l’empereur…

Tout aussi à gauche, la déclaration inaugurale de M. Di Rupo à la Chambre ? Disons qu’on  peut qualifier de gauche trrrès prudente ce résumé consciencieux de l’accord ficelé par l’étrange majorité à géométrie variable qui va nous gouverner. Là où on attendait le souffle de l’histoire, quelques idées nouvelles pour la société de demain ou au moins un peu d’oxygène pour les mois à venir, on a eu droit à un exercice destiné à prouver les qualités de chimiste du docteur Di Rupo : quand on mélange du bleu et de l’orange avec une pincée de vert, absorbée avant la fin de l’opération, ça ne fait jamais du rouge du moins sur cette planète.

Voilà le résultat d’une plongée en apesanteur depuis près de deux ans d’un être humain autour d’une table dont il reste plus grand-chose sinon la langue de bois.

Des promesses ? me direz-vous mais il n’y a pas un sou en caisse. Certes, on n’attend plus les « demain, on rasera gratis » de Bart De Wever ou « avec moi, moins de taxes » de Didier Reynders. Mais un dessein, genre la « nouvelle frontière » de Kennedy qui nous avait promis la Lune.

Justement, la découverte deux jours avant la déclaration gouvernementale d’une nouvelle planète habitable, une espèce de double de la Terre deux fois et demi plus grande, aurait pu booster son discours.

S’inspirant du « Petit Prince » de Saint-Exupéry, il aurait pu nous faire rêver. Nous laisser entrevoir qu’avec Elio 1er, nous découvrirons à quoi ressemble la Belgique sur Kepler-22, le BHV local, la forme des gaufres et le montant des pensions deux fois et demi plus épaisses à 600 années-lumière de chez nous.

Allez, Elio, fais-nous un dessein !

 

 

www.berenboom.com

LA SOLITUDE DU CHRONIQUEUR DE FOND

Cette semaine, côté chroniqueur, ça ne rime pas mais ça rame. J’ai tourné ma plume sept fois autour de la page vierge sans parvenir à la poser. Fumée noire ou fumée blanche ? Chaque jour, chaque heure, l’oreille collée au transistor, j’ai tenté de suivre l’humeur sans cesse changeante des négociateurs octogonaux, incapable de subodorer l’issue du conclave. Elio 1er sera-t-il sacré pape ou renvoyé dans son archevêché perdu ? Est-ce un signe ? Cette semaine sort justement sur les écrans « Habemus papam » le nouveau film de Nanni Moretti. Mais, peut-on se fier à la fiction ?

La météo des discussions semble aussi variable et imprévisible que les scores des Diables rouges. « On a fait quelques progrès mais faut encore beaucoup travailler » déclare Georges Leekens. De quoi parle-t-il ?

Les visages des participants ne nous éclairent pas davantage. On a beau les guetter. Essayer de gratter le petit sourire figé qu’ils tirent pour la photo, bonne chance pour deviner le nom de  celui qui décrochera la floche à l’instant où s’arrêtera le carrousel. Elio Di Rupo ? Charles Michel ? Wouter Beke ? Ou le Formateur devra-t-il céder la main au Dépeceur, Bart De Wever ?

Devant les caméras, le plus expressif est Jean-Michel Javaux. Mais, est-ce la note du Formatorissimo qui lui donne cet air farouchement grognon ou la publication d’une vieille dépêche de l’ambassadeur des Etats-Unis, racontant leur entretien, soigneusement re-mitonnée dans les arrières-cuisines du P.T.B. avec l’aide, pour arroser le tout de vinaigre, du maître queux Josy Dubié ?

Quant au sourire de Joëlle Milquet, on l’attribuera à l’haleine radicale du sanglier bastognard, enfin rentré dans l’enclos, plutôt qu’à la scission de B.H.V.

Depuis le temps qu’on les paye pour nous gouverner, on est tenté de dire aux principaux dirigeants du pays, « Assez ! Vous êtes usés ! Laissez la place à une nouvelle génération, plus fraîche, plus souple, plus imaginative, bande de vieux croûtons ! »

Sauf que cette nouvelle génération, justement, c’est eux ! Charles Michel a trente-six ans comme Caroline Genez et Wouter Beke trente-sept. Pourtant, on a l’impression qu’ils sont déjà blanchis sous le harnais. Amortis. Vidés. Au point que la présidente du sp.a est à la veille de prendre sa pré-pré-retraite, suivant de peu l’égérie du C.D.&V., Inge Vervotte (trente-cinq ans). Qui nous a fabriqué ces baby politiques plus fragiles que le Val Saint Lambert ?

A tous ces jeunes vieux, qui ont peur de leur ombre, on a envie de rappeler la devise d’un premier ministre socialiste de jadis, Achille Van Acker : « J’agis d’abord, je réfléchis ensuite ! »

 

www.berenboom.com