HEROÏNES DE NOTRE TEMPS

 Allez, les filles, c’est votre fête ! Profitez-en, ça n’arrive qu’une fois par an ! Le reste de l’année, faut ramer pour être une héroïne ! 

D’ailleurs, qu’est-ce qu’une héroïne de notre temps ? Adèle Haenel quittant la cérémonie des Césars en pestant parce que le César de la Réalisation est attribué à Roman Polanski pour « J’accuse » ? (Le cinéaste l’avait déjà emporté quatre fois auparavant sans susciter de vagues). 

Ou plutôt Maggie De Block obligée de gérer la lutte contre l’épidémie (et l’hystérie) du corona-virus avec/contre les ministres de la santé de toutes les entités fédérées, régionales, communautaires, qui veulent tous être sur la photo ? Ou encore Sophie Wilmès qui parvient à piloter un gouvernement hyper-minoritaire sans susciter de polémique ou de blocage de nos institutions ? 

Comment faire avancer la cause des femmes ? En France, dans le sillage de la grande Adèle, certaines affirment que c’est par la violence que « la » cause va progresser. Il est vrai que c’est une tradition chez nos voisins, bercés par les images d’Epinal de la Révolution. On a été jusqu’à prétendre que l’avant-garde du féminisme c’était les tricoteuses qui s’installaient devant la guillotine pendant la Terreur pour voir tomber les têtes avant de tremper leurs mouchoirs dans le sang des suppliciés. 

Faut-il parler aussi de « violence féministe » à propos des Femen ? Ce mouvement (né dans les premières années de l’Ukraine post-soviétique mais imité depuis notamment en France) lance ses militantes sur le pavé en exhibant un message peint sur leur poitrine dénudée. Jouant avec ambigüité de ce mélange de sexe, politique et provocation. 

Poursuivi par le parquet pour « exhibition sexuelle», un groupe de Femen avait été acquitté par la cour d’appel de Paris qui estimait que « la seule exhibition de la poitrine d’une femme » ne constitue pas un délit si « l’intention de l’auteur est dénuée de toute connotation sexuelle ». L’intention politique est évidente. Mais peut-on dire qu’elle est dépourvue de toute provocation sexuelle ? La cour de  cassation de France a essayé de redresser la barre il y a quelques jours. Elle estime qu’une femme qui exhibe sa poitrine commet un délit. Tout en confirmant la relaxe des Femen car les incriminer serait « une ingérence disproportionnée dans l’exercice de la liberté d’expression ». Raisonnement bien tortueux d’une justice qui, une fois de plus, ne sait plus comment coller à l’air du temps d’une société en pleine évolution et en pleine contradiction. 

Au même moment, un juge américain a condamné une femme qui peignait une pièce de sa maison, seins nus, devant ses enfants. Mais pas son mari, qui travaillait à ses côtés, lui aussi sans chemise.

« Rien n’est jamais acquis pour une femme, sauf le sarcasme si elle trébuche », écrivait pertinemment Christine Ockrent.   

www.berenboom.com

LE FOND DE L’ERE EST FRAIS

La « belle harmonie », le nom de la nouvelle ère nippone sonne comme la fanfare de Moulinsart ! Allez, santé ! Les Japonais s’y connaissent en airs qui soulèvent les peuples. L’intronisation de l’empereur Naruhito annonce, parait-il, une nouvelle ére de paix.
Soyons prudents. En matière d’ère, les comiques ne connaissent qu’une réplique, éculée : « dans quel état, j’erre ». Et ceux qui ont de la mémoire se souviennent avec effroi du règne de l’empereur Hiro-Hito, le grand-père du nouveau Mikado qui avait mené le pays à la deuxième guerre mondiale, aux invasions, aux atrocités et aux massacres. Son ère à lui s’appelait l’ère de « la paix éclairée ». Ce qui laisse penser qu’au Japon, c’est comme chez nous, les slogans politiques peuvent être dangereusement trompeurs.
Reste que le nouvel empereur n’a aucun pouvoir politique et qu’il a une tête sympathique !
Il ne faut pas se cacher que changer d’ère fait toujours plaisir. C’est la mode, ces derniers temps. Chez nos voisins français, on est passé, l’air de rien, du vieux monde au nouveau. Sans qu’on sache très bien qui est neuf et qui est lessivé. Nettoyer à chaque élection nos assemblées parlementaires et les vider de leurs vieux abonnés, donne l’illusion, pendant un certain temps, d’une grande bouffée d’air frais.
Mais c’est fou ce que les nouvelles têtes (à claques) se mettent vite à ressembler aux anciennes.
Votre quotidien favori a calculé qu’aux prochaines élections fédérales, vous découvrirez plus de 72 % de nouvelles binettes sur les listes des partis francophones.
Il y a deux ans, après la victoire d’Emmanuel Macron, l’assemblée nationale française a été complètement renouvelée avec une majorité de nouveaux élus venus de la « société civile ». Depuis, la France n’a jamais connu une telle révolte de cette même société civile ! Méfions-nous donc du mirage des changements d’ère. Ils peuvent se transformer en courants d’air. Et les refroidissements finissent parfois par être fatals.
Ce qui justifie le succès des mesures pour renforcer l’isolation. Maggie De Block l’a bien compris en chargeant l’Office des étrangers d’isoler les maisons unifamiliales du Centre 127 bis, façon de contourner l’arrêt du Conseil d’état qui interdisait d’y enfermer des enfants, exposés à la pollution sonore de l’aéroport de Zaventem. Ce qui illustre la célèbre formule du Guépard de Lampedusa : « Tout changer pour que tout reste pareil ». Vous avez dit changement d’ère ?

PS : Pensée émue pour Serge Moureaux, disparu cette semaine. Un exemple d’intégrité politique, de force de conviction. Un homme qui croyait que la politique peut déplacer les montagnes et qui l’a parfois prouvé, notamment au service de l’indépendance de l’Algérie mais plus tard aussi à l’agglomération de Bruxelles.

MAÎTRES DU MONDE

 

Pendant un bref instant, on aura l’impression d’être le maître du jeu. Ce dimanche matin, dans la file devant le bureau de vote, nous allons redessiner le monde d’un simple clic. Un bulletin dans l’urne et, hop ! tout va basculer. Le droit à la pension dès l’âge de trente-cinq ans ; Maggie De Block condamnée à examiner tous les pensionnaires des centres fermés, un à un, avec interdiction de toute expulsion tant qu’elle n’aura pas terminé l’ensemble de ses visites ; seuls les martiens pourront désormais être nommés ministres à condition de n’être nés ni wallons ni flamands mais obligatoirement petit homme vert ; la Belgique changera de nom pour s’appeler Eden (jugé touristiquement plus porteur) avec un drapeau en forme de serpent (la pomme, c’est déjà pris par plus puissant que nous); le terre sera plate; école le matin et cinéma tous les après-midis, sauf le mardi où il y a piscine; les fritkots seront obligatoires sur toutes les places du royaume avec sauce andalouse sous peine d’amende ; un jour par an, chacun à son tour, nous aurons droit d’être le roi, à condition de ne pas en profiter pour revendre les bijoux de famille; Bart De Wever sera nommé bourgmestre de Mons pour organiser les festivités kosmopolites (ça le changera) de la capitale kulturelle de l’Europe 2015 tandis que Melchior Wathelet jr deviendra maïeur d’Anvers afin d’empêcher les bateaux de survoler la ville; Alost sera capitale du pays avec carnaval tous les jours ; Bruges, rattachée à Bruxelles en échange de Koekelberg, qui ira prendre l’air à la mer ; Seraing, rendue immortelle par les frères dardenne, vendue aux Américains pour être reconstruite pierre par pierre à Hollywood ainsi que son bourgmestre (attention de numéroter ses abatis pour ne pas le remonter de travers comme une bête commode Ikea!) sauf le stade de Sclessin qui sera rebâti sur le Mont Olympe, sa véritable place. Avec l’argent de la vente, on construira une maison du peuple qui, pour une fois, sera une maison du peuple; la N.S.A. s’installera à Oreye avec pour mission de rechercher l’OTAN perdue ; la sixième réforme de l’état sera inscrite au patrimoine mondial de l’Unesco et ses auteurs recherchés pour crime contre l’humanité.

Dès lundi, au travail, les élus ! Et, pas question d’attendre à nouveau cinq ans pour vérifier que toutes ces belles promesses électorales ont été tenues. Avec internet, gare à vous, chaque mois, les citoyens auront le droit d’effacer, grâce à un vote électronique, les politiciens qui ont manqué à leur parole ou qui ont mangé leur chapeau. A la trappe, paresseux et menteurs !

Pardon ? C’est à moi de voter ? Excusez-moi, j’étais distrait. Un beau rêve…

www.berenboom.com