Archives par mot-clé : planète

THAT’S A JOKE

Cette fois, les climato-sceptiques doivent s’avouer vaincus : la preuve scientifique a été faite que la hausse des températures sur la planète a un effet direct sur les êtres vivants. Elle détruit leurs cerveaux. Ceux qui en doutaient encore, malgré l’état de Donald Trump, seront désormais convaincus en analysant la façon dont la ministre flamande de l’environnement, Joke Schauvliege, s’est auto-carbonisée.
Est-ce l’influence de Trump, de Bannon et consorts, des officines russes ou de la « littérature » délirante des gilets jaunes ? Voilà Madame Schauvliege devenue elle aussi éditrice de fake news. Son prénom, Joke, signifie il est vrai « plaisanterie ».
Tout cela est à la fois inquiétant mais aussi dérisoire. En effet, même sans l’amie Joke, la Belgique compte je ne sais plus combien d’autres ministres de l’environnement, issus de partis différents, élus sur des programmes politiques divergents, et qui ne parviennent à faire semblant de se concerter que le jour où la Belgique s’est définitivement ridiculisée dans les arènes internationales.
Des hommes et des femmes politiques qui ont tous des années d’expérience, une administration à leur disposition, des experts et que nous offrent-ils ? De l’ « éco-réalisme » pour citer les éléments de langage des fabricants de blabla de la N-VA. Traduction française pour les malentendants: ne nous cassez pas les pieds avec ces trucs rigolos pour hippies. Nous, on est trop sérieux pour nous préoccuper de l’avenir de la planète. Pourquoi pas de la Wallonie pendant que vous y êtes ?
Sacré coup de vieux pour toute notre classe politique. Sacrée claque aussi. Ce sont de jeunes lycéens et lycéennes qui réinventent le combat politique et nous redonnent une bonne bouffée d’oxygène. Ces ados ont compris que l’enjeu majeur de la politique est la survie de notre espèce bizarre et non la question de savoir si l’alliance avec le CD&V est plus bio qu’avec la N-VA.
Ne nous leurrons cependant pas. Il y a aussi dans notre pays des jeunes qui se battent pour la suprématie blanche (les « Schild en vrienden »). Tous ne luttent pas pour la priorité au vert.
Quant à ceux qui ont, paraît-il, harcelé la Joke d’incessants messages via leur GSM au nom de la lutte pour le climat, ils devraient d’abord apprendre les dégâts que causent à la planète la fabrication et l’utilisation des smartphones…
Apprendre… Il est sain que les lycéens prennent l’air une fois par semaine dans toutes les villes de notre pays. Mais, revenus dans leur établissement, on leur conseille de se jeter dans les cours d’histoire, de biologie et d’informatique pour rebâtir la civilisation de demain ! Surtout qu’ils ne négligent pas le grec. Leurs écrivains ont déjà tout dit. Et saluons Homère : « sur terre, il n’y a rien de plus faible que l’homme ».

www.berenbom.com

LES MORTS VIVANTS

Contrairement à ce que pensent trop de gens moroses, l’actualité nous apporte aussi son lot de bonnes nouvelles. Prenez le rapport Planète Vivante 2018 que vient de publier le WWF. On y apprend qu’en quarante ans, la planète a perdu 60 % de sa population d’animaux sauvages.

Certes, on peut déplorer la disparition de nombreuses races de serpents, de tigres et autres bêbêtes cruelles. Lors de nos prochaines vacances organisées par M. Neckerman, on n’aura plus la chance de se faire dévorer par des félins, des crocos ou empoisonnés par des reptiles sous le regard moqueur des moustiques et des rats, les seuls animaux increvables. Tant pis pour l’exotisme ! Mais ce ravage annoncé signifie aussi que nous ne sommes pas condamnés inexorablement à supporter la multiplication des plus atroces mammifères qui pullulent sur notre pauvre astre. Alors que l’arrivée au pouvoir de personnages de plus en plus inquiétants semblait inéluctable.

Trump ne va pas continuer à démolir notre pauvre Terre pendant encore un million d’années. Grâce à sa décision de se retirer de l’Accord de Paris et son scepticisme à l’égard de la dégradation de la planète, il sera bientôt frappé par le mal qu’il aura lui-même contribué à propager.

Et le nouveau président brésilien, Jair Bolsonaro ? Certes, il va commencer par beaucoup mordre, dévaster et faire du mal. Mais, si on évite de suivre les propositions du WWF et qu’on ne prend surtout aucune mesure pour empêcher la disparition des races vivantes sur notre planète, il est condamné lui aussi à être rayé de la carte vite fait, en même temps et aussi rapidement que les forêts d’Amazonie. Et avec lui, tous ces nouveaux monstres, nés peut-être d’une erreur d’aiguillage commise ces dernières années, les Orban, Assad, Kadyrov et autres animaux génétiquement modifiés. Réjouissons-nous donc de cet avenir apocalyptique !

Même si au passage, il entraînera aussi l’extinction de quelques-uns de nos animaux préférés et notamment des derniers dinosaures. La dernière, plus précisément, la pauvre Angela Merkel, presque seule rescapée de ces temps reculés à avoir survécu jusqu’à notre époque diabolique. On ne fait pas d’omelettes sans casser d’œufs.

PS : on se fera une belle idée des ravages commis par les animaux sauvages, soi-disant civilisés, grâce au magnifique film de Pawel Pawlikowski Cold War qui vient de sortir ces jours-ci. Une description au scalpel de la machine communiste des années cinquante et de sa façon de broyer les homo sapiens qui ont eu le malheur de tomber du mauvais côté du rideau de fer. Un drame admirablement mis en scène avec une photo en noir et blanc qui rend l’histoire intemporelle, donc affreusement actuelle.

www.berenboom.com