MAGIC 21

   Les Chinois ont inventé le feu d’artifices (dont on se passera cette année, ils savent pourquoi !). Mais ce sont des immigrés turcs et hongrois qui ont tiré de leur chapeau le vaccin contre la covid plus rapidement que la formation d’un gouvernement en Belgique. 

   Neuf mois après le premier « coucou, je suis là » de cette chère corona, le monde nouveau devrait apparaître. Il se fait un peu attendre mais après la Saint-Sylvestre, la Saint-Valentin et la Saint Glin-glin, il sera là, tout neuf, tout beau. En 21, on va le chouchouter, le materner et lui apprendre les bonnes manières. Si c’était un abécédaire ?  

   On commencerait par la lettre C comme vaccin. Et surtout comme carotte, celle qu’on nous agite sous le nez pour nous rassurer. Ne vous révoltez pas, tenez-vous calme, prenez patience. Et vous aurez droit à vos deux doses.  

   Suit la lettre I. Comme interdit. Cinéma, restaurant, salles de sport, théâtre. I comme culture, fiesta, concerts. I comme baisers, tendresse, toucher. I comme tout ce qui est remis après les fêtes, après les soldes, après on ne sait plus très bien quoi. Mais, promis-juré, on ira de nouveau s’embrasser au cinéma en mangeant des chocos glacés entre deux étreintes. 

   Vient ensuite la lettre M. Elle ne s’écrit pas comme dans « je t’aime », oh, non ! C’est la première lettre de masque (qui s’attarde), de misère (qui s’installe et se répand), de mise en quarantaine, de monde de fous, de malheurs, de morbleu ! (pour rester poli). Une lettre qu’on pourra effacer après la deuxième dose !  

   Que découvre-t-on à la lettre O ? Amour et eau fraîche. 2021 sera une histoire d’O, souffrance et douleur, pour tous ceux qui ont perdu, vont perdre, leur emploi, leur entreprise, ce qu’ils ont construit. Malgré les aides, importantes, il faut le souligner, par rapport à tant d’autres pays du monde, eux aussi ravagés par l’épidémie et dans lesquels c’est tant pis pour les perdants.  

   Le nouveau mot de l’année est, parait-il, « déconfinement ». Moi, je vote plutôt pour « présentiel ». Avant l’arrivée du corona, on a raconté n’importe quoi sur les bienfaits de l’Internet pour tous, la société du futur avec des cours, des réunions, des conversations à distance. On a vu, merci. Vivement, le bon vieux présentiel ! L’école de papa, les pauses devant la machine à café, les réunions où l’on peut s’invectiver en life, se taper dessus. Malgré le retour des embouteillages, on se précipitera avec bonheur pour se serrer à plusieurs dans des salles trop étroites, sans masque et sans inquiétude. Abandonner l’ordinateur, quel progrès pour l’humanité !   

Touchez du bois, 21 est un chiffre magique. Après tout, c’était celui de ma radio préférée. Restez branchés ! 

www.berenboom.com

DESSINE-MOI UN VACCIN

  Avant l’arrivée du joyeux monde de demain, qui viendra, promis, juré, comme jadis on nous promettait le grand soir, ça grouille et ça touille dans le monde d’aujourd’hui. 

Faut croire qu’on s’emmerde vraiment dans les chaumières pour passer son temps à regarder des fake news ou des documentaires bidon qui racontent sans rire les fourberies et les machinations de quelques super-puissants de ce monde. Des milliardaires obsédés par l’argent et le pouvoir, dont Bill Gates et les Rockefeller, version actuelle de la clique des « ploutocrates », le fantasme utilisé jadis par les nazis pour justifier quelques-uns de leurs crimes. Savez-vous que ces monstres froids formeraient le projet secret de soumettre ou d’éliminer les pauvres bougres que nous sommes en se servant du futur vaccin? 

Et qu’ils vont mélanger des substances terrifiantes aux vaccins contre le corona, des puces électroniques et toute sorte d’autres gadgets ? Façon de prendre possession de nos cerveaux, de nous transformer en robots ou de nous effacer. 

Bonne chance pour les campagnes de vaccination ! Ce sera vraiment facile de convaincre les gens de se faire immuniser s’ils sont envoutés par ce genre de balivernes…

Mais ce discours complotiste peut aussi donner des idées pour attirer les plus crédules et les convaincre de se faire immuniser. Si l’on oublie les énigmatiques nanoparticules sensibles à la 5 G et autres piments dans le bouillon, dénoncés par les complotistes, ce n’est peut-être pas une si mauvaise idée de mêler aux vaccins qui vont nous être inoculés quelques éléments séduisants, excitants, en tout cas de nature à donner envie de se précipiter dans les centres de vaccination. 

Ce qui rappelle cette chanson de Charles Trenet « Une noix ». Dans laquelle il révélait le monde extraordinaire qui se cache à l’intérieur d’une bête noix pour peu qu’on se penche dessus.    

Qu’y a-t-il à l’intérieur d’une noix? / Qu’est-ce qu’on y voit? / Quand elle est fermée / On y voit mille soleils/ Tous à tes yeux bleus pareils/ On y voit briller la mer/ Et dans l’espace d’un éclair/ Un voilier noir/ Qui chavire …

Chacun pourra glisser dans le vaccin ce qu’il attend de l’avenir, à choisir à la carte comme les pizzas. Je devine qui parmi mes amis commandera une pincée de quelque substance hallucinogène pour faire passer le virus. Ou du viagra pour associer santé et amour. De la poudre de perlimpinpin pour satisfaire tous les rêves secrets. 

Si le contre-poison est découvert entretemps, on pourrait aussi ajouter une dose de remède contre le trumpisme, le racisme et le machisme. Et un solide calmant pour éliminer les terroristes en herbe. 

Imaginez ce qui vous plaît. Mais faites vite. On a tant envie de se revoir, de s’embrasser et de s’aimer !   

www.berenboom.com