Archives par mot-clé : migrants

QUAND LES POUILLES AURONT DES DENTS

La maladie est dans les Pouilles. Comme elle est dans toute l’Italie. Mais le bruit des bottes qu’on entend à Rome résonne nettement moins fort dans le talon. Dans la patrie des plus vieux oliviers du monde, où partout la terre est aussi rouge qu’en Afrique, l’allure est nettement plus nonchalante que dans le nord. Un homme d’affaires de Milan, qui venait « acheter » un diplôme pour son fils dans une université des Pouilles (sic) nous a demandé, stupéfait de notre présence dans le coin, si nous savions que le Mezzogiorno est déjà l’Afrique.

C’est peut-être ce qui explique la présence de nombreux Africains dans le port de Brindisi. Beaucoup  avec des papiers en ordre (désolé, M. Salvini, qui est le Jambon local). Ils travaillent dans les champs à des conditions aussi indignes que les mineurs italiens dans notre Borinage jadis. On les voit aussi dans les restaurants où ils fristouillent la meilleure cuisine d’Italie !

Un Sénégalais qui vend des colifichets sur le quai pendant que deux membres de la Guardia di Finanza prennent l’apéro en face sur une terrasse nous explique tranquillement qu’il fait l’aller-retour tous les six mois avec le Sénégal. Comment parvient-il chaque fois à rentrer dans le pays sans devoir utiliser une de ces meurtrières embarcations qui ont fait de la Méditerranée le cimetière de l’humanité, version européenne ? Mystère.

Tout semble plus relatif dans le sud de l’Italie où la Ligue, il est vrai, est très minoritaire. Les medias jouent avec tant de complaisance la chambre d’écho des déclarations provocantes du tonitruant ministre de l’intérieur qu’on en oublie que le principal vainqueur des élections est un parti saugrenu, le Mouvement Cinq étoiles, qui, tel le PTB chez nous, a passé tant de temps à critiquer (souvent à juste titre) les pesanteurs, les administrations et la classe politique italiennes qu’il a oublié de préparer un programme pour gouverner. Résultat, comme le dit un propriétaire terrien des environs de San Vito, « à peine nommés ministres, on s’est aperçu que les représentants du Mouvement des Cinq Etoiles étaient devenus exactement pareils aux politiciens de feue la Démocratie chrétienne ». Des clones d’Andreotti. Pratiquant le grand écart : européens et anti-européens à la fois, défenseurs des droits humains et partisans d’un refoulement des migrants, prêts à faire des dépenses publiques considérables tout en s’en prenant aux dépenses publiques de leurs prédécesseurs.

Pour une fois, le Mezzogiorno pleure les malheurs du Nord. La catastrophe de Gênes, on la comprend ici. Elle montre que ce n’est pas seulement le sud qui a été abandonné par les pouvoirs publics (par Rome comme on dit dans le reste de l’Italie). Un vent de révolte commence à souffler. Il faut se méfier du jour où les Pouilles auront des dents.

www.berenboom.com

ANGELA SUPER NANA

Trump-pettes de la renommée, vous êtes bien mal embouchées… chantait Brassens.

Au train où ça va, les Etats-Unis auront pour 45 ème président un dirigeant du troisième type, quelque part entre l’ancien président iranien Ahmadinejad pour les discours et Kim-Yong-un pour l’originalité de la coiffure. A ce propos, plusieurs observateurs ont comparé la bizarre implantation des cheveux de Donald Trump à la queue d’une loutre. Ce n’est pas mal vu et moins médisant qu’on ne pourrait le croire. En effet, les loutres, qui ont largement disparu du continent, ne survivent en masse qu’en Hongrie. Dont le président, Viktor Orban semble inspirer l’idéologie du candidat républicain. De là, à faire un lien entre les deux hommes, par loutre interposée, il n’y a qu’un pas de polka.

La période décidément est aux grandes gueules. Ce qui laisse plus de chances qu’on ne croit au retour de Nicolas Sarkozy. Du moins s’il revient à sa vraie nature, mélange explosif de kärcher et de « casse-toi, pauv’ con ! » Et qu’il laisse tomber sa bête tentative de contrition esquissée dans son dernier livre. Le modèle repentance était à la mode il y a quelques années. C’est fini, vieillot, obsolète. Un homme politique qui annonce que son cœur saigne est mort.

Aujourd’hui, il faut rester de marbre, ne rien regretter, afficher un cœur sec.

La charge horrible des policiers contre les migrants à Calais, voilà une belle façon de faire remonter la cote de Hollande. Surtout qu’il a pris la précaution de ne pas venir sur place. Dès qu’il apparaît, l’orage éclate. Or, la pluie aurait immédiatement éteint les incendies des cabanons, ce qui aurait donné l’exécrable image d’un président sentimental.

L’homme politique moderne, c’est aussi Poutine. Un exemple pour les politiciens en mal de modèle. Une petite faim ? Il avale la Crimée. Pour montrer ses biscottos, il envoie ses troupes en Géorgie et en Ukraine. Et l’artillerie lourde à Damas pour s’assurer que le chaos continue au Moyen Orient.

Copiant son grand voisin du Nord, le président turc Erdogan s’est lancé à l’assaut des Kurdes, les plus farouches opposants du bourreau syrien et des monstres de Daesh, tout en étouffant les libertés dans son pays. Depuis, il est devenu le plus courtisé des copains de l’Union européenne. Allez comprendre pourquoi l’Europe a mal à ses articulations…

Mais, tout n’est pas perdu, puisque les femmes existent. Même en politique, il ne reste qu’elles pour sauver l’honneur et nous protéger de la barbarie. En ce bientôt 8 mars, journée internationale de la femme, tressons donc une couronne de lauriers à Dame Angela, une improbable physicienne est-allemande, qui a rappelé à l’Europe occidentale qu’il existe d’autres valeurs que la testostérone…

Comment dit-on en allemand : Allez les filles ?

www.berenboom.com

THEO RAME MAIS NE SE REND PAS

C’est le milieu de la nuit. Une silhouette furtive se faufile dans les rues silencieuses de Bastogne. Soudain, elle se fige, surprise par la lumière violente d’un bar dont la porte vient de s’ouvrir. Un bref écho de musique. Christine and the Queen. L’homme fait la grimace. The Queen, il n’aime pas. The King non plus. Il regrette les chants patriotiques flamands. On n’en trouve pas en Wallonie ou si difficilement. Avant que la porte ne se referme, on a pu distinguer son visage, blême, les yeux rouges. Un lapin surpris par les phares d’une auto. Son cœur bat la chamade (il déteste ce mot, tellement français, le titre d’un roman de Françoise Sagan que son prof l’a obligé à lire. Il les hait, son prof, cette Sagan, les livres en général et le roi, la reine, la Belgique, trop cosmopolite comme cette musique de pays qui n’apportent aucune plus-value à la Flandre). La porte se referme et il reprend sa route. Il se retrouve devant une petite mare. L’eau est noire comme l’enfer, aussi tentante que les bras de cette jolie Tyrolienne à la culotte de peau dont il admirait la blancheur l’été dernier. La chair blonde, l’eau noire. Il est perturbé. Mais il résiste à son appel. La maison qu’il cherche n’est plus très loin.

Ah ! La voilà ! Il sonne. Une dame enveloppée dans un peignoir, mal réveillée, entrouvre la porte. « C’est pour Benoît » dit-il. Elle le laisse entrer, le conduit dans le salon. Le président des humanistes le rejoint en pyjama.

« Théo ? s’écrie Lutgen. On te croyait en fuite.

  • J’ai entendu ça, ricane Théo Francken. On a même raconté que j’ai filé en Syrie. Moi, chez les Islamistes ?

  • Que fais-tu ici ?

L’ancien secrétaire d’état déchu baisse la tête.

  • J’ai été chassé de mon parti parce que je n’étais pas assez dur avec les migrants et du gouvernement parce que j’étais trop dur… Faut savoir ! …

  • Pas les migrants, les réfugiés, corrige Lutgen.

  • Le réfugié c’est moi ! Bart m’a coupé la tête, Charles Michel a eu ma peau. Et Laurette veut… je ne te dis pas ce qu’elle veut… Le Vlaams Belang m’invective parce ma politique menace la pureté de la race flamande. Moi, qui suis membre de l’Amicale des anciens Kollaborateurs. Après un soupir, il ajoute à mi-voix : eux aussi m’ont exclu. Et Bob Maes m’a renvoyé mon cadeau d’anniversaire. (Il ne peut retenir ses larmes) Ma vie est un chaos. Être obligé de fuir mon vaderland tant aimé. Le monde est devenu fou.

  • Comment as-tu réussi à arriver à Bastogne ?

  • Un passeur m’a fait cracher une fortune pour m’emmener jusqu’en Wallonie et un autre pour me conduire jusqu’à l’entrée de ta ville. Peux-tu peux me loger en attendant ma régularisation ?

  • Logé ? Il faut t’offrir l’hôtel, peut-être ?

  • Non, non. Une petite tente plutôt. Paraît que c’est le comble du confort.

www.berenboom.com