Archives par mot-clé : Wouter

ANVERS ET CONTRE TOUT

Anvers est loin de Vérone. Sous le balcon de Juliette, l’histoire d’amour était dramatique mais simple. Dans la métropole pluvieuse, la tragédie a tourné au Grand-Guignol. La Belgique est une terre de marionnettes.

Il l’aime. Elle l’aime. Mais leurs parents ne sont pas d’accord. Un homme et une femme ? Shakespeare revu par Lelouch ? Pitié ! C’est trop banal pour l’é-lecteur blasé du vingt et unième siècle. Alors, on va pimenter l’intrigue. Cette fois, ils sont trois à s’aimer. Deux hommes et une femme. Et en cachette.

D’abord, il y a Wouter, le kabouter vert. C’est lui qui a déclaré sa flamme au grand Tom, le rouge, l’homme des docks, le remake de Marlon Brando dans « Sur les Quais ».

Depuis leur coup de foudre, Wouter et Tom se voient dans les bistrots du port. Loin des regards du roi Bart et de ses sbires, croient-ils. Ils se partagent déjà les perles de la couronne pour le jour prochain où ce sont eux qui deviendront roi et reine de la cité après avoir coupé la main de Bart et l’avoir lancée de l’autre côté de l’Escaut.

Les Groen de Wouter se frottent les mains. Ils n’ont jamais connu les ors des palais. Les Rouges sont tout excités à l’idée de retrouver leur gloire ancienne car, depuis qu’ils l’ont perdue, beaucoup d’eau est passée sous les ponts, emportant tout ce que leur famille avait accumulé.

Mais ils ne se sont pas assez méfiés du redoutable monarque qui, grâce à ses espions, sait tout des ambitions du kabouter et du docker. C’est un malin, un sournois. Un manœuvrier qui connaît Shakespeare. Il a lu « Richard II » et « Roméo et Juliette » et il va leur faire un pot-pourri (très pourri) des deux.

Bart 1er a une fille, la belle Liesbeth, aux cheveux de Lys. C’est la chérie de son cœur. Pour la garder auprès de lui, il a écarté tous les prétendants. Mais la politique a des raisons que le cœur ne connaît pas. Alors, il lui murmure à l’oreille : Liesbeth, choeke lieve, j’ai été trop dur avec toi. Trop égoïste. J’ai dit non à tous les amoureux que tu m’as présentés. Tu sa le droit d’être heureuse. Va voir le beau Tom. Je sais que tu l’aimes. (Par la femme de chambre de Liesbeth qui lui raconte tout, il sait que sa fifille a les yeux collés sur l’écran à chaque apparition de Tom et qu’elle est verte de jalousie depuis que son Marlon Brando fait les yeux doux à Wouter).

« C’est vrai, Poupa ? »

« Nihil obstat, choeke lieve ».

Alors, Liesbeth tisse rapidement sa toile et crac, le grand Tom tombe dans ses bras.

Comme prévu, dès qu’il a connaissance de l’idylle, Wouter s’écrie : « Mon gendre, tout est rompu ! » (c’est du Labiche, mais c’est bien aussi). Et il déchire le contrat de mariage avec Tom.

Adieu veau, vache, cochon, couvée et hôtel de ville d’Anvers.

Le forfait accompli, Liesbeth retourne chez son poupa. Ils vécurent heureux et eurent beaucoup de petits électeurs…

www.berenboom.com

BART AU BOIS DORMANT

 

Quand ma maman me lisait « La Belle au Bois dormant », je restais toujours sur ma faim. L’histoire se terminait au moment où le prince donnait un baiser à la Belle. Elle se réveillait, ils tombaient dans les bras l’un de l’autre. Et, hop ! Rideau ! Or, je le sentais bien, après la fin, l’histoire ne faisait que commencer. Voilà comment, docteur Freud, on fabrique des générations d’enfants frustrés.

Je ne sais pas si madame De Wever racontait aussi ce beau conte à son fils, Bartje, – et quelles séquelles il en a gardé – mais, consciemment ou non, devenu grand, le voilà en train de rejouer la belle aventure de Belle au Bois dormant. Et surtout de la compléter. Sacré Bart ! Il va décomplexer les petits flamands !

Dans sa version, revue et corrigée, l’intrigue a un peu évolué. Changement d’époque oblige. La révolution sexuelle est passée par là, au lieu de se taper une princesse, prince Bart doit s’en farcir six. On espère que l’homme a du tempérament. Comme dans la version originale, elles dorment depuis que la mauvaise fée leur a lancé un sort mais certaines ont le sommeil plus agité que d’autres. Charles Michel est hyperkinétique même quand il rêve (ce qui oblige le prince à bien des contorsions avant de déposer ses lèvres sur les siennes) alors que Benoît Lutgen, lui, écrase tranquillement, offrant un corps parfaitement immobile aux baisers princiers. Pour compliquer le scénario, l’auteur a introduit des princesses jumelles que le prince doit embrasser ensemble s’il veut les glisser dans son lit. Ainsi, la jolie Wouter et son clone Kris, deux beautés pour le prix d’une. Mais qu’il faut prendre ensemble ou pas du tout. Ou Elio et Paul, aussi soudées que des sœurs siamoises.

Seigneur ! Où est l’innocence des temps anciens ? Maintenant, c’est tournante et trio d’enfer…

Jadis, un baiser et c’était dans la poche. La princesse se donnait au beau prince. Après, c’était bonheur, enfants mignons et musique sirupeuse made by Disney. Ca, c’est la légende. Dans la réalité, avec six fiancées sur les bras, c’est une autre paire de manches ! De loin, vous enviez prince Bart, vous croyez que six femmes dans un harem, c’est stupre, plaisir et fornication. Pas du tout ! C’est jalousie, violence et crêpage de chignons. Et, le pire, c’est la répartition des tâches ménagères. Un vrai sac de nœuds ! Laurette refuse de faire la vaisselle, Wouter de torcher les lardons. En comparaison, la réforme de l’état est aussi facile à mettre en place que pour un premier ministre chanter l’hymne national. Avec toutes ses princesses sur le dos, je ne vous dis pas dans quel état sera prince Bart dans quelques mois. Je vous parie qu’il n’aura qu’une seule envie, supplier la méchante fée de faire retomber ses belles dans un sommeil éternel et lui, jeter sa couronne aux orties !

www.berenboom.com

 

EMBRASSONS-NOUS, FOLLEVILLE !

La galette des rois à peine avalée, voilà déjà la Saint Valentin. La crise est finie, les amis ! Wouter et Charles se sont embrassés sur la bouche et en public. Charles et Wouter, mon Dieu, qu’ils sont mignons ! A croquer, comme murmure mon pâtissier qui se frotte les mains, en glissant dans son four une série de gâteaux en forme de cœur, les yeux tournés vers les tourtereaux-modèles. A la Saint Valentin, jadis, on s’offrait un dessin de Peynet. Cette année, on s’arrachera la photo de Charles et Wouter.

A-t-on assez parlé du divorce belge, usé jusqu’à la corde l’image des vieux époux qui se séparent et laissé Bart dépecer notre pauvre pays ? Retournement complet ! Se présentant sous le signe de la jeunesse, Wouter et Charles nous font le coup des fiançailles surprise. En chantant (refrain 🙂 Je viens du Nord et toi du Sud mais on s’aime ! On sème surtout de belles promesses en espérant récolter en mai prochain.

A Hollywood, ce genre de merveilleux rebondissement donne lieu à des scènes sentimentales où coulent abondamment les larmes de bonheur de toute la famille. Il y a même le frère maudit qui revient pour l’occasion et retombe, en pleurant, dans les bras de ceux qu’il a quittés.

Mais la vraie vie ne ressemble pas à celle des films américains. Avec le couple Wouter-Charles, on est plutôt dans le cinéma des frères Dardenne que dans une comédie familiale.

A voir la tête que tire oncle Elio, on sent déjà que si les jeunes gens comptaient sur son héritage, c’est tintin ! Tonton Elio préférerait brûler ses billets dans la cheminée du cousin ostendais Johan que d’en laisser un seul au jeune duo.

En apprenant la nouvelle, beau-frère Didier a lui aussi eu l’air d’avoir mordu dans une pomme plus pourrie que d’habitude. Lui qui rêvait en secret d’être le premier à annoncer qu’il filait le parfait amour avec un gars du nord (il avait même posté son profil sur un réseau social d’Anvers), voilà que ce jeune blanc-bec lui a brûlé la politesse.

Ce n’est pas chez sa sœur Joëlle que Wouter peut espérer faire la fête. Ohlala ! Qu’est-ce qu’il a pris comme rammeling quand elle a découvert le cliché dans Le Soir samedi passé! Il en a encore les joues couleur prune ! C’est qu’elle est possessive, sœur Joëlle ! Pas question qu’il regarde un autre qu’elle sans son autorisation expresse, formelle et écrite. Une vraie mama sicilienne.

Si Charles de son côté pensait trouver un réconfort du côté de la branche flamande de la famille, c’est rapé ! Tata Maggie n’est pas aussi pétroleuse que Joëlle mais, avec elle, la vengeance est un plat qui se mange froid, ce qui n’est pas terrible pour un repas de fiançailles.

Bref, contrairement à ce qu’on prétend à nos amis français, le mariage pour tous n’est pas encore tout à fait entré dans les mœurs chez nous…

www.berenboom.com