Archives par mot-clé : Mitterrand

LA MELANCOLIE DE MR LOYAL

Et si, une fois de plus, le président Macron se trompait ? Si ce n’était pas l’augmentation des taxes sur le carburant, la stagnation du SMIC ou les « cadeaux aux riches » qui faisaient descendre les Français dans les rues ? Si l’explication était ailleurs ? Les Français ont quitté leurs salons et leurs écrans, tout simplement parce qu’ils s’emmerdent.
Les mêmes films et les mêmes séries à la télé, entrecoupées des mêmes bêtes pubs, les programmes stupides sur You Tube, recettes de cuisine, maquillage et ados filmant en temps réel leur quotidien banal à mourir. Assez ! Plus rien ne les amuse. Et surtout pas la politique qu’ils adoraient contempler quand elle ressemblait au théâtre de Guignol. Poum ! Pim ! Paf !
Depuis l’arrivée au pouvoir de la République en Marche, les affaires publiques sont devenues plus soporifiques qu’un bouquin de François Hollande. Le gouvernement est terne, l’opposition inexistante et le président ne parle pas ou du bout de ses lèvres gercées. Plus rien pour amuser les citoyens.
« Je vous ai compris » ou « Vive le Québec libre ! » du général de Gaulle avait une autre gueule ! Comme les débats Mitterrand-Chirac. Ou Georges Marchais insultant les journalistes en direct. On a aussi aimé Mitterrand s’expliquant sur ses curieuses amitiés avec des camarades de Pétain. Ou le « Casse-toi, pôv’ con ! » lancé par Sarkozy. Tout cela ne faisait pas avancer le schmilblick. Mais peu importe du moment que ça amusait la galerie.
Depuis que les cirques ne peuvent plus exhiber d’animaux vivants ni de monstres inquiétants et que les clowns ont pris leur retraite, il ne reste que des gilets jaunes pour faire l’animation et c’est nettement moins comique. Car ces figurants ignorent que l’image ne suffit pas. Pour soulever les foules, il faut aussi du texte, des dialogues bien construits et des punch-lines. Hélas pour eux, Michel Audiard est mort.
Le danger d’une révolte citoyenne guettait aussi la Belgique. On a vu çà et là quelques émules des gilets jaunes français se geler les petons sur les routes wallonnes. Heureusement, notre gouvernement autrement plus réactif que celui du président Macron a pris immédiatement le taureau par les cornes et organisé un grand spectacle pour éviter tout dérapage citoyen.
Faute d’autres accessoires, ils ont brandi ce qu’ils avaient sous la main, un Pacte de l’ONU sur les Migrations, le genre de textes internationaux qui n’intéresse personne et n’a de toute façon aucun effet pour faire semblant de se voler dans les plumes au grand bonheur des citoyens ébahis. Ose seulement aller chez les Marocains ! Bien sûr que je cours à Marrakech dare-dare ! Je refuse de te donner les pouvoirs ! M’en fiche, je les demande au Parlement ! Qu’est-ce qu’on s’amuse ! Ah , Macron, si tu avais le duo De Wever-Michel, tu serais sauvé !

www.berenboom.com

LETTRES D’AMOUR

La publication des lettres d’amour de François Mitterrand à Anne P. révèle bien des choses. L’homme politique dévoré par l’ambition l’était aussi par la passion amoureuse. Caché au fond de son cœur glacé, il y avait donc un coin vivant et brûlant ? Bonne nouvelle pour les astronomes. Les mondes de pierre qui nous entourent ne sont peut-être pas aussi morts qu’il y paraît.

Que la destinataire de ces missives prenne l’initiative de les publier est aussi révélateur. La vie privée a fondu comme neige au soleil. La femme de César était aussi transparente que celles du général de Gaulle ou de Léo Tindemans. A une époque où les hommes et les femmes politiques ne sont plus capables de faire de la politique, que peuvent-ils nous proposer sinon leur jardin plus ou moins secret ? Leurs amours plutôt que leurs petites idées pour réaliser des économies dans les soins de santé ou sur les chômeurs. Charles Michel aurait dû y penser avant de se lancer dans son épuisant raout budgétaire. Une partouze au château au lieu d’un conclave. Kris Peeters n’aurait jamais pris la porte.

Des missives romantiques au lieu d’un programme ? Cette ruse machiavélique peut séduire les électeurs en mal de « nouvelles frontières » (une expression qui faisait jadis rêver mais que personne n’oserait plus utiliser depuis que la crise des réfugiés est au cœur des campagnes électorales).

François Hollande, qui n’a plus rien à perdre, pourrait peut-être tenter la manœuvre en laissant fuiter les bonnes pages de sa correspondance avec Angela Merkel.

« Meine Liebe,

J’ai bien du remords à l’idée d’arrêter la centrale nucléaire de Fessenheim. Si je ne cesse de reporter le stupide engagement que j’ai pris pour me faire élire, c’est que je ne supporte pas l’idée de voir son cœur se refroidir peu à peu alors que le mien brûle de te réchauffer et le tien de m’éclairer. »

Hélas pour Hollande, le roi de la malchance, Vladimir Poutine dont l’image en Occident est calamiteuse, vient d’envoyer à son éditeur copie des bafouilles qu’il avait adressées à l’époque où il était agent du KGB en Allemagne de l’Est à l’ardente Angela, une joyeuse époque où ils flirtaient tous les deux sous le mur de Berlin.

« Meine Liebe,

Je passe mes nuits à lire et relire ton mémoire sur l’« Influence de la corrélation spatiale sur la vitesse de réaction dans les réactions élémentaires bi-moléculaires en milieu dense ». J’en sors fiévreux, haletant. J’ai compris le message subliminal que tu m’envoies à travers ton travail. La vitesse de réaction, les réactions élémentaires. Oui, c’est de moi que tu parles. Et le milieu dense, celui dans lequel les molécules de nos corps vont fusionner. Ach ! »

De la raison politique au délire amoureux, a-t-on vraiment perdu au change ?

www.berenboom.com