LES CAHIERS AU FEU ET LE CO2 AU MILIEU !

Lorsque la Belgique a navigué jadis sans gouvernement pendant un an et demi, régnait un étrange sentiment d’allégresse et de liberté –sauf dans les milieux politiques. Une atmosphère d’école buissonnière genre « les cahiers au feu et le prof au milieu » !
Rien de commun avec « l’ambiance gilets jaunes » qui agite la France. Là, les manifestants se battent contre les politiques pour leur arracher le pouvoir. Le « peuple » (c’est-à-dire eux) réclame le droit de voter ou de modifier les lois, renvoyer les parlementaires dont la tête ne leur revient pas, tout décider par référendum et son contraire.
Chez nous, rien de tel. Les citoyens n’avaient aucune envie de toucher aux manettes du pouvoir. Au contraire. Ils voulaient simplement respirer et fêter l’arrêt de cette sacrée machine à pondre lois, décrets et arrêtés jour et nuit.
Or, voilà que certains déplorent ces jours-ci un nouveau blocage de la machine à voter tout et n’importe quoi.
C’est le printemps, messieurs-dames ! Respirez un peu ! Profitez du soleil ! Oubliez vos sacrés textes pleins de principes à l’article 1er que personne n’appliquera d’autant qu’ils sont farcis d’exceptions à l’article 2.
A propos de soleil, justement. Dans la poubelle, si elle n’est pas vidée entre temps, les successeurs tout frais élus en mai prochain trouveront le brouillon d’une loi climat. Après des mois de manifestations et les discours pour une fois unanimes des politiques sur l’air de « je vous ai compris ! » et bravo à notre belle jeunesse-responsable-qui-prend-son-destin-en-mains, ça fait vilaine tache en pleine campagne électorale.
Mais qui pouvait sérieusement imaginer que le parlement fédéral allait voter un texte consistant sur un sujet que la réforme de l’état a dispersé entre toutes les entités de ce pauvre pays ?
Ils étaient si fiers nos constituants d’avoir voté un art 7 bis qui dispose que « dans l’exercice de leurs compétences respectives, l’État fédéral, les communautés et les régions poursuivent les objectifs d’un développement durable, dans ses dimensions sociale, économique et environnementale, en tenant compte de la solidarité entre les générations. »
Un texte qui sonne aussi creux que « tu ne convoiteras pas la femme de ton voisin ». Car il annonce d’emblée la couleur : « selon leurs compétences respectives » signifie qu’en matière d’environnement, tout le monde est compétent donc personne ne l’est. Dans un pays dont la superficie est à peu près celle de la Bourgogne, il n’est pas possible d’arrêter un plan climat sans mettre d’accord dix-sept assemblées et gouvernements.
Ne reste plus qu’à attendre la montée des eaux pour avancer enfin sur le sujet. Une fois que les assemblées auront été noyées, il sera plus facile de se mettre d’accord entre survivants …

www.berenboom.com

QU’EST-CE QU’ON ATTEND POUR ÊTRE HEUREUX ?

Plus de trains, plus de bus, plus de soleil et demain, quelle autre tuile ? Allons ! Pourquoi déprimer alors qu’il y a tant de raisons de se réjouir et pas seulement de l’arrivée de l’été ? Non, je ne parle pas des diables rouges, ça porte malheur. Mais de tous les bienfaits que nous apporte la situation chaotique de ces derniers jours.

Au niveau de la pollution d’abord. La paralysie des transports en commun va considérablement diminuer notre empreinte carbone. Et l’afflux des voitures sur les routes fondre peu à peu grâce à la faillite d’un grand nombre d’entreprises. En novembre prochain à Marrakech, la Belgique sera montrée en exemple lorsque Charles Michel montera à la tribune de la CUP 22. Une belle revanche sur l’humiliation subie à Paris en décembre dernier, lorsqu’il a dû expliquer que nous n’étions pas prêts car le ministre flamand de l’environnement n’avait pas bien compris le texte du ministre de l’environnement wallon, qui avait négligé de le soumettre à son collègue germanophone tandis que le ministre fédéral l’avait oublié sur un bout de table en dessous de son plateau repas.

Les grèves ont aussi eu un effet positif sur le développement de l’ingéniosité. Privés de trains, les étudiants ont en effet réussi à trouver des solutions alternatives comme le leur suggérait le patron de la FGTB, pour une fois bien inspiré, par exemple en piquant les Porsche Cayenne et les BMW Coupé qui défiguraient bêtement les rues d’Uccle de Gerpinnes ou de Lasne.

Les grèves ont également permis un développement inespéré de la solidarité entre Flamands et Wallons. Jusqu’ici, on sentait une résistance de l’opinion publique du sud du pays aux initiatives séparatistes d’une partie de nos compatriotes du nord. Cette fois, les Wallons seront tout à fait d’accord que la Flandre devienne indépendante pourvu que la Wallonie soit rattachée à la nouvelle république flamande et qu’elle bénéficie des services publics flamands.

Autre conséquence possible et heureuse de tous ces blocages, la chute du gouvernement. Tout le monde se rappelle avec nostalgie de ces cinq cent quarante et un jours de vacance(s) en 2010 et 2011, période bénie pendant laquelle tout roulait, tout tournait, tout fonctionnait normalement. Même Yves Leterme, jusque là le pire premier ministre belge, devenu un leader presque habile, une fois débarrassé de l’angoisse des conflits politiques et sociaux. Charles Michel devrait s’en inspirer. D’autant que, en cas de démission de son équipe, le record mondial établi et homologué à l’époque risque fort d’être battu. Ce qui lui garantit des années et des années de pouvoir sans grève et sans opposition et à nous les initiatives boiteuses et maladroites de ses ministres. Plus tout ira mal, mieux ça ira…

www.berenboom.com