Archives par mot-clé : Maggie

EMBRASSONS-NOUS, FOLLEVILLE !

La galette des rois à peine avalée, voilà déjà la Saint Valentin. La crise est finie, les amis ! Wouter et Charles se sont embrassés sur la bouche et en public. Charles et Wouter, mon Dieu, qu’ils sont mignons ! A croquer, comme murmure mon pâtissier qui se frotte les mains, en glissant dans son four une série de gâteaux en forme de cœur, les yeux tournés vers les tourtereaux-modèles. A la Saint Valentin, jadis, on s’offrait un dessin de Peynet. Cette année, on s’arrachera la photo de Charles et Wouter.

A-t-on assez parlé du divorce belge, usé jusqu’à la corde l’image des vieux époux qui se séparent et laissé Bart dépecer notre pauvre pays ? Retournement complet ! Se présentant sous le signe de la jeunesse, Wouter et Charles nous font le coup des fiançailles surprise. En chantant (refrain 🙂 Je viens du Nord et toi du Sud mais on s’aime ! On sème surtout de belles promesses en espérant récolter en mai prochain.

A Hollywood, ce genre de merveilleux rebondissement donne lieu à des scènes sentimentales où coulent abondamment les larmes de bonheur de toute la famille. Il y a même le frère maudit qui revient pour l’occasion et retombe, en pleurant, dans les bras de ceux qu’il a quittés.

Mais la vraie vie ne ressemble pas à celle des films américains. Avec le couple Wouter-Charles, on est plutôt dans le cinéma des frères Dardenne que dans une comédie familiale.

A voir la tête que tire oncle Elio, on sent déjà que si les jeunes gens comptaient sur son héritage, c’est tintin ! Tonton Elio préférerait brûler ses billets dans la cheminée du cousin ostendais Johan que d’en laisser un seul au jeune duo.

En apprenant la nouvelle, beau-frère Didier a lui aussi eu l’air d’avoir mordu dans une pomme plus pourrie que d’habitude. Lui qui rêvait en secret d’être le premier à annoncer qu’il filait le parfait amour avec un gars du nord (il avait même posté son profil sur un réseau social d’Anvers), voilà que ce jeune blanc-bec lui a brûlé la politesse.

Ce n’est pas chez sa sœur Joëlle que Wouter peut espérer faire la fête. Ohlala ! Qu’est-ce qu’il a pris comme rammeling quand elle a découvert le cliché dans Le Soir samedi passé! Il en a encore les joues couleur prune ! C’est qu’elle est possessive, sœur Joëlle ! Pas question qu’il regarde un autre qu’elle sans son autorisation expresse, formelle et écrite. Une vraie mama sicilienne.

Si Charles de son côté pensait trouver un réconfort du côté de la branche flamande de la famille, c’est rapé ! Tata Maggie n’est pas aussi pétroleuse que Joëlle mais, avec elle, la vengeance est un plat qui se mange froid, ce qui n’est pas terrible pour un repas de fiançailles.

Bref, contrairement à ce qu’on prétend à nos amis français, le mariage pour tous n’est pas encore tout à fait entré dans les mœurs chez nous…

www.berenboom.com

BIJOUX DE FAMILLE

Cette fois, annonce le gouvernement d’une voix spectrale, on n’a vraiment plus de sous. On doit vendre les « bijoux de famille ».

Bon sang ! Les bijoux de famille ! On en a encore ? Mais, à quoi ressemblent-ils ? Et qui en voudra ?

Dans un de ses romans, Diderot désignait ainsi des anneaux magiques possédant le pouvoir de faire parler la partie la plus intime des femmes (« Les Bijoux indiscrets »).

La proposition de les vendre laisse donc un peu perplexe même si on ne doute pas de la bonne volonté des dames de notre gouvernement de se sacrifier corps et biens pour sauver le pays. Laurette, Joëlle et Maggie ne le répètent-elles pas à l’envi ? Mais, si notre nouveau ministre des finances n’a rien trouvé de mieux pour boucler le budget, on comprend mieux la lenteur et la difficulté du dernier conclave gouvernemental.

L’égalité entre hommes et femmes voudrait que, dans ce cas, les mâles du gouvernement fassent à leur tour un effort. Et abandonnent eux aussi aux caisses de l’état leurs précieux bijoux de famille. Sans entrer dans le détail, est-ce que ça rapporte gros ? On en doute.

Sacrifice pour sacrifice, vaudrait mieux qu’ils prennent exemple sur leurs collègues français. Ne viennent-ils pas de demander à leur ministre du budget, M. Cahuzac, de renflouer le déficit en transférant le montant de ses comptes exotiques vers ceux du ministère des finances ? Voilà une bonne idée ! Ne pourrait-on s’en inspirer en décidant de ne nommer ministres que ceux qui acceptent d’abandonner un montant substantiel de leur capital pour le bien commun ?

Bien sûr, cela obligera à créer des ministères nombreux et variés. Mais notre pays a toujours fait preuve d’une grande imagination. Rien qu’en fabriquant des ministres fédéraux chargés des relations avec les ministres régionaux et communautaires pour chacune de leurs compétences (le ministre des affaires étrangères n’a-t-il pas ouvert la voie en nommant des représentants fédéraux économiques chargés de dédoubler leurs collègues régionaux ?), on pourra facilement fabriquer une vingtaine de portefeuilles. Des ministères des réformes, on peut aussi en créer autant qu’on en a besoin : chargé des réformes structurelles, des questions endémiques, de la réforme des réformes, de la révision des réformes précédentes. En échange de ces fonctions de haut niveau, ces nouvelles excellences offriront au pays des dons généreux qui permettront de préserver les bijoux de famille de leurs collègues.

De plus, cette rentrée d’argent est « structurelle » comme dit M. Di Rupo, tout fier d’avoir appris un nouveau mot et qui le répète sans cesse de peur de l’oublier. Un bâtiment, des participations dans une banque ou une entreprise, une fois que l’état les a vendus, c’est fini. En revanche, des postes, on peut en créer jusqu’à la fin de la crise – ou de la Belgique.

www.berenboom.com