Archives par mot-clé : Dupondt

SOUS LES PAVES, ETC…

« Sous les pavés, la plage ! »

Cinquante ans plus tard, ce slogan n’a plus de sens : inutile de chercher, les amis. Sous les pavés, il n’y a plus de plage !

Aujourd’hui, on chante : Sur la plage, le béton !

En un siècle, la côte belge a perdu la moitié de ses dunes. Les châteaux de sable ont été remplacés par les résidences secondaires, les immeubles en time-sharing et les buildings de prestige avec vue imprenable mais déjà prise six mois plus tard.

N’accablez pas les promoteurs. Dans un siècle, ils couleront à leur tour. Dans les eaux et pas dans le béton. Lorsque les changements climatiques auront nettoyé le bord de mer, les promoteurs et leurs amis politiques n’auront plus que leurs yeux pour pleurer la disparition des dunes, qui auraient pu être le seul rempart contre la montée des flots.

D’accord, on a l’impression que les dunes ne servent à rien. Une grande surface vide, une étendue de sable dans lesquels ne poussent que des oyats – qu’on appelait le roseau des sables.

Voilà bien une vision de comptable ou de politicien !

Les dunes sont des labyrinthes enchantés pour enfants aventureux, des cachettes pour les amoureux, des refuges pour solitaires, des paravents naturels où personne ne viendra vous déranger. Car c’est difficile d’avancer à travers les dunes. Le sol se dérobe lentement sous les pas, les chemins montent, descendent avant de disparaître et de vous laisser en plan. Voilà qui vous met à l’abri des importuns. A chacun sa dune ! A chacun son trou !

Enfin, un abri loin du raffut du monde où le temps s’est arrêté. Un coin modeste, oublié, un endroit qui n’intéresse personne : ni Trump, ni les Iraniens, ni les Israéliens. Poutine ne vas pas tenter de s’approprier un bout du Westhoek en prétendant que c’est là qu’est née l’âme russe, Kim Yong-un ne va pas y perdre un de ses précieux missiles, Assad ne va pas y planquer son arsenal chimique. Il ne le retrouverait jamais et bonne chance s’il essaye de demander son chemin en un autre sabir que le patois local.

Errer dans les montagnes de sable est réservé aux rêveurs. Comme le capitaine Haddock ou les Dupondt qui découvraient le charme des mirages en vagabondant dans le désert.

C’est peut-être une idée ça : emmener dans les dunes de La Panne ou de Wenduine quelques chefs d’état qui se piquent de détenir la vérité et d’être capable de l’imposer à leurs voisins, les y perdre et leur laisser retrouver la route. A force d’errer, la langue pendante, accompagnés par le cri des mouettes, ils auront peut-être enfin l’illumination qui permettra de repartir sur le chemin des utopies. Ou alors, ils disparaîtront définitivement, avalés par le sable et recouverts par les oyats. Une perte pour l’humanité ?

www.berenboom.com

 

LA SEMAINE D’EOLE

  Mon livre préféré quand j’étais enfant racontait l’histoire des trois petits cochons. Signé de Walt Disney, on y voyait un grand méchant loup effrayant avec des yeux immenses et un museau de crocodile, d’où s’échappaient quelques gouttes de bave. Ce que j’aimais surtout – parce que c’était l’image qui m’effrayait le plus – c’était la scène où le grand méchant loup soufflait la baraque en paille et en bois des deux premiers petits cochons. Sur le point de passer à la casserole, ils échappaient de peu au loup dans la maison en brique construite par le troisième.

Les habitants des Philippines n’ont pas eu cette chance. En brique, en béton, en bambou ou en bois, tout a été emporté comme fétus de paille par un Eole en rage.

« Décampe! Tu reviens sous le courroux des dieux!” crie le dieu furieux à Ulysse rejeté sur le rivage de son île – sous la plume d’Homère.

Combien de dizaine de milliers de morts en quelques minutes ? On ne le saura jamais. Juste un solide coup de vent courant à la vitesse d’une BMW M6, pas plus. Entre temps, on discutait à Varsovie des mesures à prendre pour le réchauffement climatique, étant entendu que chacun exigeait que ce soit son voisin ou mieux encore, le voisin de son voisin qui prenne les mesures les plus difficiles pour empêcher les prochaines générations de devoir émigrer sur une autre planète lorsque l’atmosphère de la nôtre aura été soufflée comme jadis celle de Mars, tel le chapeau des Dupondt, emporté par le khamsin dans le désert au pays de l’Or noir. Le pétrole justement, source de la colère des dieux et de leur bronchite, dont on a dit qu’il a boosté la civilisation mais qui pourtant est en passe de la faire périr…

Je songeais au sort de ces hommes, de ces femmes, de ces enfants, de cette nation balayée pour des dizaines d’années en écoutant à la radio le reportage d’un envoyé spécial. Revenu sur antenne, le présentateur enchaîna sans transition avec la séparation de Jean Dujardin et de sa compagne. Interview, commentaire atterré de l’acteur. Le sujet prit le même temps que celui consacré au typhon, au dénuement des survivants, à l’impuissance des secours. Ce jour-là, le débat qui suivait le journal portait sur la légalité de l’arrestation d’un député régional, soupçonné de meurtre. Faut-il ou non lever son immunité parlementaire ? Voilà ce qui retenait tous les commentaires. Pas la victime, comme le relevait judicieusement Pierre Mertens. Les mortes, décidément, ici et là, seules ou en masse, n’ont pas de chance avec l’info. Faut faire sexy maintenant pour maintenir l’audience et la pub. Être dans le chaud, l’immédiat. C’est vrai que la mort, ce n’est pas très sexy, même celle de notre planète. Et surtout trop lent pour intéresser les auditeurs.

www.berenboom.com

LES TOILES MYSTERIEUSES

– Mille millions de mille sabords ! Où se trouve ce scrogneugneu de musée ?
– D’après mon pendule, un peu plus à gauche, capitaine !
– A gauche ? Mais… ce sont ces cornichons des Dupondt ! Que faites-vous ici ?
– On songe à changer d’air. Il paraît que le musée Magritte a besoin de deux gardiens et que nous ferions parfaitement l’affaire.
– Je dirais même plus. Il paraît que Magritte a besoin de deux musées et que…
– Sacrés bougres d’emplâtres sur une jambe de bois ! Magritte, c’était à Bruxelles la semaine dernière. Cette semaine, c’est le musée Hergé !
– Regardez, capitaine, derrière ce bosquet d’arbres, ce magnifique vaisseau blanc au milieu de cette épouvantable tempête médiatique !
– Une tempête, cette jolie petite brise ? Mais non, moussaillon. Un simple coup de tabac. Oh ! Alerte ! Aux abris ! Voilà Séraphin Lampion ! Trop tard, mille sabords !
– Tu tombes bien, vieux flibustier ! Je suis certain que tu connais les propriétaires de cette baraque. Dis-leur la chance qu’ils ont. Lampion est prêt à assurer tout leur bazar aux petits oignons.
– C’est que…
– Taratata ! C’est comme si c’était déjà signé.
– Vous ne nous accompagnez pas pour la visite ?
– C’est pas que je sois contre un peu de culture de temps en temps, galopin, mais franchement, dans la journée, je préfère un bon demi.
– Regardez, professeur, dans le hall, cette grande colonne qui rappelle votre fusée.
– Mon musée ?
– Repeinte en noir et blanc, quelle allure ! J’espère qu’elle portera chance à Frank Dewinne.
– Et là, cette passerelle qui serpente dans le ciel, elle est encore plus belle et plus folle que celle de l’Observatoire du professeur Calys.
– Sur le mur, moussaillon, les images des aventures où vous vous seriez épargné bien des plaies et des bosses si Hergé avait eu l’idée de me faire apparaître plus tôt !
– Et là, celles où je me suis trouvé dans des situations inextricables à cause de vous.
– Votre chien a l’air de grommeler, moussaillon ?
– Grommeler ? Alors que personne ne rappelle que, sans moi, vous ne seriez pas tous ici à vous admirer avec un air béat !
– Je suppose qu’il a trouvé un os à ronger.
– Et moi, une bouteille de Loch Lomond ! Il serait peut-être prudent que je vérifie si ce whisky est d’origine. Avec le nombre de contrefaçons qui circulent aujourd’hui…
– Que faites-vous capitaine ?
– Laissez boire un vrai spécialiste. Ah ! Dites donc, il a l’air authentique. Allez, encore une petite gorgée pour être sûr de ne pas me tromper. Mon Dieu, la Castafiore !
– Aaaaaaah ! Je ris de me voir si belle et si amusée !

Alain Berenboom
www.berenboom.com