Archives par mot-clé : Yves Leterme

EN MAI DIS CE QU’IL TE PLAIT

Il est loin le temps où le principal talent des hommes et des femmes politiques était l’art de la langue de bois. Où est Jean-Luc Dehaene qui faisait taire les journalistes d’une boutade ou Yves Leterme qui répondait d’une phrase magique quand on l’interrogeait sur un dossier un peu difficile : « on verra (silence) le moment venu » ?

On a assez répété que le réveil des populistes et l’effondrement des partis traditionnels venaient de la lassitude des citoyens d’entendre les politiciens leur chanter toujours la même chanson. En esquivant les débats et les choix qui fâchent.

Tout ça, c’est fini, les amis ! Ils ont compris. Remisé les phrases creuses et les pots de vernis au fond des armoires. Cette fois, les nouvelles grandes figures qui nous dirigent ont décidé d’ouvrir leurs gueules et de parler « vrai ». C’est le printemps et on célèbre mai 68.

Encore faut-il avoir la capacité de passer du propos lénifiant à l’authenticité. Un art qui n’est pas donné à n’importe quel équilibriste. Prenez le président des socialistes de Charleroi, Eric Massin, qui s’est essayé à une forme de communication « libérée » en traitant une de ses adversaires, la bourgmestre libérale de Courcelles de « salope ». Il n’y a qui les casseurs fêlés du 1er mai à Paris qui ont fait mieux. On s’attendait à ce que Massin se défende comme un ex-échevin socialiste de sa fédération en s’écriant : « on a toujours fait comme ça ».

Mahmoud Abbas, lui aussi, a fait fort. Celui que la communauté internationale considère comme le « bon Palestinien », le seul capable de faire la paix avec Israël, s’est lancé, on ne sait pourquoi, dans une ambitieuse réécriture de l’Histoire en expliquant le massacre des Juifs depuis le Moyen âge jusqu’à nos jours par le fait que certains d’entre eux avaient été usuriers…Pendant qu’en Grande-Bretagne, des propos ambigus et maladroits du leader travailliste et de son entourage ont pu faire soupçonner Jeremy Corbyn et ses amis de complaisance avec l’antisémitisme.

Massin s’est excusé, Corbyn aussi. La repentance est devenue aussi à la mode que le parler malsain. L’un va de pair avec l’autre. Dire ensuite pardon permet de raconter d’abord des horreurs.

Théo Francken est passé maître dans ce double langage, ce qui lui vaut une popularité qu’Eric Massin doit lui envier. Il fait la fiesta avec un ancien collabo, attaque MSF, fait ami-ami avec les dirigeants soudanais, poste des messages douteux sur son compte, mais pardon, pardon.

Bart De Wever s’est lui aussi illustré : « Les Juifs évitent les conflits. C’est la différence avec les musulmans » a-t-il dit sans état d’âme.
Les juifs, les femmes, les Arabes, ils ont tous bon dos. D’autant que les uns et les autres ne se ménagent pas entre eux.

L’imagination au pouvoir, proclamait-on en mai 68. On verra dans cinquante ans…

www.berenboom.com

QU’EST-CE QU’ON ATTEND POUR ÊTRE HEUREUX ?

Plus de trains, plus de bus, plus de soleil et demain, quelle autre tuile ? Allons ! Pourquoi déprimer alors qu’il y a tant de raisons de se réjouir et pas seulement de l’arrivée de l’été ? Non, je ne parle pas des diables rouges, ça porte malheur. Mais de tous les bienfaits que nous apporte la situation chaotique de ces derniers jours.

Au niveau de la pollution d’abord. La paralysie des transports en commun va considérablement diminuer notre empreinte carbone. Et l’afflux des voitures sur les routes fondre peu à peu grâce à la faillite d’un grand nombre d’entreprises. En novembre prochain à Marrakech, la Belgique sera montrée en exemple lorsque Charles Michel montera à la tribune de la CUP 22. Une belle revanche sur l’humiliation subie à Paris en décembre dernier, lorsqu’il a dû expliquer que nous n’étions pas prêts car le ministre flamand de l’environnement n’avait pas bien compris le texte du ministre de l’environnement wallon, qui avait négligé de le soumettre à son collègue germanophone tandis que le ministre fédéral l’avait oublié sur un bout de table en dessous de son plateau repas.

Les grèves ont aussi eu un effet positif sur le développement de l’ingéniosité. Privés de trains, les étudiants ont en effet réussi à trouver des solutions alternatives comme le leur suggérait le patron de la FGTB, pour une fois bien inspiré, par exemple en piquant les Porsche Cayenne et les BMW Coupé qui défiguraient bêtement les rues d’Uccle de Gerpinnes ou de Lasne.

Les grèves ont également permis un développement inespéré de la solidarité entre Flamands et Wallons. Jusqu’ici, on sentait une résistance de l’opinion publique du sud du pays aux initiatives séparatistes d’une partie de nos compatriotes du nord. Cette fois, les Wallons seront tout à fait d’accord que la Flandre devienne indépendante pourvu que la Wallonie soit rattachée à la nouvelle république flamande et qu’elle bénéficie des services publics flamands.

Autre conséquence possible et heureuse de tous ces blocages, la chute du gouvernement. Tout le monde se rappelle avec nostalgie de ces cinq cent quarante et un jours de vacance(s) en 2010 et 2011, période bénie pendant laquelle tout roulait, tout tournait, tout fonctionnait normalement. Même Yves Leterme, jusque là le pire premier ministre belge, devenu un leader presque habile, une fois débarrassé de l’angoisse des conflits politiques et sociaux. Charles Michel devrait s’en inspirer. D’autant que, en cas de démission de son équipe, le record mondial établi et homologué à l’époque risque fort d’être battu. Ce qui lui garantit des années et des années de pouvoir sans grève et sans opposition et à nous les initiatives boiteuses et maladroites de ses ministres. Plus tout ira mal, mieux ça ira…

www.berenboom.com