Archives par mot-clé : langue de bois

EN MAI DIS CE QU’IL TE PLAIT

Il est loin le temps où le principal talent des hommes et des femmes politiques était l’art de la langue de bois. Où est Jean-Luc Dehaene qui faisait taire les journalistes d’une boutade ou Yves Leterme qui répondait d’une phrase magique quand on l’interrogeait sur un dossier un peu difficile : « on verra (silence) le moment venu » ?

On a assez répété que le réveil des populistes et l’effondrement des partis traditionnels venaient de la lassitude des citoyens d’entendre les politiciens leur chanter toujours la même chanson. En esquivant les débats et les choix qui fâchent.

Tout ça, c’est fini, les amis ! Ils ont compris. Remisé les phrases creuses et les pots de vernis au fond des armoires. Cette fois, les nouvelles grandes figures qui nous dirigent ont décidé d’ouvrir leurs gueules et de parler « vrai ». C’est le printemps et on célèbre mai 68.

Encore faut-il avoir la capacité de passer du propos lénifiant à l’authenticité. Un art qui n’est pas donné à n’importe quel équilibriste. Prenez le président des socialistes de Charleroi, Eric Massin, qui s’est essayé à une forme de communication « libérée » en traitant une de ses adversaires, la bourgmestre libérale de Courcelles de « salope ». Il n’y a qui les casseurs fêlés du 1er mai à Paris qui ont fait mieux. On s’attendait à ce que Massin se défende comme un ex-échevin socialiste de sa fédération en s’écriant : « on a toujours fait comme ça ».

Mahmoud Abbas, lui aussi, a fait fort. Celui que la communauté internationale considère comme le « bon Palestinien », le seul capable de faire la paix avec Israël, s’est lancé, on ne sait pourquoi, dans une ambitieuse réécriture de l’Histoire en expliquant le massacre des Juifs depuis le Moyen âge jusqu’à nos jours par le fait que certains d’entre eux avaient été usuriers…Pendant qu’en Grande-Bretagne, des propos ambigus et maladroits du leader travailliste et de son entourage ont pu faire soupçonner Jeremy Corbyn et ses amis de complaisance avec l’antisémitisme.

Massin s’est excusé, Corbyn aussi. La repentance est devenue aussi à la mode que le parler malsain. L’un va de pair avec l’autre. Dire ensuite pardon permet de raconter d’abord des horreurs.

Théo Francken est passé maître dans ce double langage, ce qui lui vaut une popularité qu’Eric Massin doit lui envier. Il fait la fiesta avec un ancien collabo, attaque MSF, fait ami-ami avec les dirigeants soudanais, poste des messages douteux sur son compte, mais pardon, pardon.

Bart De Wever s’est lui aussi illustré : « Les Juifs évitent les conflits. C’est la différence avec les musulmans » a-t-il dit sans état d’âme.
Les juifs, les femmes, les Arabes, ils ont tous bon dos. D’autant que les uns et les autres ne se ménagent pas entre eux.

L’imagination au pouvoir, proclamait-on en mai 68. On verra dans cinquante ans…

www.berenboom.com

HARA-KIRI & CHARLIE VONT EN BATEAU

« Ne me secouez pas. Je suis plein de larmes » écrivait Henri Calet. Voilà la phrase qui m’est revenue en apprenant l’attentat contre Charlie Hebdo. Et, en même temps, une autre, de Cabu celle-là : « C’est dur d’être aimé par des cons » (et, comme c’est le prophète qui le dit, ce doit être vrai).

Les grandes plumes de Charlie-Hebdo, c’était ça, un mélange de provoc et d’émotion, d’humour ravageur et d’amour des gens, de la vie, de ce qui est bien.

J’ai découvert leur humour bête et méchant dans les années soixante.

Une époque de rêve pour tous les nostalgiques – ah ! ces fameuses golden sixties ! -, oubliant sa face sombre. La France de ce temps-là s’était totalement momifiée. Elle étouffait sous un régime ronronnant et conservateur, dirigé par un vieil homme autoritaire. Une presse radio-télévisée muselée, une vie politique éteinte, comme une partie des créateurs, secs, sages, soporifiques. Le nouveau roman était une machine à remonter le vide et la nouvelle vague au cinéma avait oublié l’importance des scénaristes.

C’est alors que jaillit Hara-Kiri (suivi après son interdiction par Charlie-Hebdo).

J’ai le souvenir comme ado d’être passé directement de Spirou à Hara-Kiri. Et d’avoir ainsi découvert la force de l’impertinence, l’importance du pied de nez, le droit d’écrire pas très chic mais drôlement choc. Ce fut une gifle, une bouffée d’oxygène à doses massives, un renversement des idées sages que je croyais immuables et dont je ne percevais que confusément qu’il fallait les bousculer, les renverser par la satire et la dérision.

Le professeur Choron me donnait le droit de jeter au feu Butor et Robbe-Grillet. Ouf ! En quelques traits, Cabu rendait si conventionnelles les images de Chabrol et Godard si pompeux et si creux. La liberté, c’était Reiser, Wolinski, Cavanna. La poésie, Gébé ou Fred et tant d’autres. Leur art permettait de remettre à leur juste place Swift et Jarry, Allais et Daumier, leurs glorieux et provocants ancêtres. Quelques années plus tard, j’ai abandonné Charlie Hebdo qui avait perdu de son peps, à son tour momifié – mais pas la plupart des auteurs qui chacun de leur côté continuaient leurs œuvres de destruction massive.

Et puis Charlie est revenu. L’époque avait changé, elle avait à nouveau besoin et d’urgence de leur acide pour trouer les nouveaux conformismes, idées toutes faites, politiquement correctes et autres langues de bois. Philippe Val puis Charb avaient réussi à refaire de Charlie-Hebdo un remède contre les certitudes et misérables fatwa de tous bords. Fous d’Allah autant que fans de Zemmour et d’Houellebecq.

Il a fallu une bande d’abominables cons pour croire qu’ils pouvaient tuer ce remède contre la connerie…

www.berenboom.com