Archives par mot-clé : TF1

SALUT PUBLIC

Le coup d’état s’est produit au soixante-neuvième acte des gilets jaunes. Depuis le début des manifestations, quelques-uns étaient morts de vieillesse, d’autres d’une maladie du foie, pardon du froid. Mais il restait assez de braillards vaillants pour bloquer à nouveau Paris et quelques villes de province. Une fois de trop. Prétexte pour Jean Luc Mélenchon de prendre le pouvoir. Il faut dire que ce samedi-là, un commando avait réussi à entrer dans la maison de la radio, un autre à TF1 et, à la suite d’un relâchement de la sécurité, la lassitude aidant, à s’emparer de l’Elysée. Macron s’était défilé dans le paquet de linges, sauvant sa tête.

Profitant des cris de victoire des manifestants, Mélenchon proclamait aussitôt la création d’un Comité de Salut Public (il connaît ses classiques) et prenait les commandes dans l’intérêt général, à titre provisoire, entouré de deux pro-consuls, Marine Le Pen et Patrick Balkany. En attendant d’improbables élections une fois le calme revenu.
Un référendum proposerait bientôt le texte d’une nouvelle constitution (il suffira de cliquer oui ou non sur chaque article sur un site créé pour l’occasion), un nouveau Code de la Route (obsession des gilets jaunes) et un nouveau code des impôts (selon la même procédure).
La première initiative du « consul » Mélenchon a été inattendue. Il a décidé par ordonnance le rétablissement du calendrier révolutionnaire de jadis, et ce à dater du 25 nivôse an 228 (le calcul repart de 1793). Idée subtile car, complètement perdus, les gilets jaunes n’ont pu organiser leur soixante-dixième acte, incapables de convertir leur agenda (grégorien) en agenda républicain. Fin des désordres.
A la frontière belge, les émigrés français se mêlent aux Britanniques. Théo Francken s’arrache ses rares cheveux. Il est ministre de l’Accueil du gouvernement flamand. Submergée par la vague, la Flandre risque d’être noyée par le flux des Français qui déjà réclament –foutus arrogants !- que tout soit bilingue, du nom des rues aux papelards administratifs. En néerlandais et en même temps en français, c’est l’héritage de la culture Macron.
Tous n’ont pas eu la chance de passer la frontière. Un certain nombre de « collaborateurs de la politique néo-libérale » ont été arrêtés. Et condamnés à visionner en boucle au fond de leurs cellules les discours de Mélenchon jusqu’à ce que mort s’ensuive. « Le mot qui tue », a résumé le pro-consul pour décrire cette résurgence de la Terreur.
L’asile politique lui ayant été refusé en Grande-Bretagne qui a définitivement largué les amarres d’avec le continent, le président déchu Macron s’est réfugié à Guernesey, dans la maison où Hugo qui s’y était exilé jadis a écrit « Les Misérables ». Ce qui lui a permis de citer le grand poète français : « Mieux vaut être la dent que l’herbe » !
Les commentateurs s’interrogent…

www.berenboom.com

GIL & JAUNE

Quelle mouche a donc piqué Monsieur et Madame Gil & Jaune de se les geler en plein hiver, en installant un campement de fortune, la nuit devant une station service déserte, au milieu de nulle part, sur une route du Hainaut ou de Liège, en se frottant leurs petites mains glacées devant un brasero qui peut les faire exploser à tout moment ?

Après avoir interrogé des psychiatres, des sociologues, des politologues tous éminents experts qui avouaient leur incompréhension devant cet étrange phénomène, qui rappelle les suicides collectifs des membres de certaines sectes, je crois avoir élucidé la cause du mal : le couple Gil & Jaune est fan de TF1.

Non pas d’un bête épisode de Téléréalité explorant les limites de la résistance humaine, ni d’un jeu concours récompensant le geste le plus bête de l’année. Non du très sérieux journal télévisé.

TF1 n’ayant à ce jour belgiciser que ses pubs et non ses infos, ce pauvre couple a cru comprendre que la Belgique n’existe plus, qu’il vit désormais dans un département français, situé au-delà de Risquons-Tout, la bien nommée. Un territoire sur lequel s’applique la loi française.

Les images montrant brièvement le président Macron avec le roi Philippe et Charles Michel pouvaient laisser croire à une passation de pouvoirs. Eh bien, détrompez-vous, Chers Gil & Jaune, il n’en est rien. Bart De Wever s’est battu comme un beau diable pour empêcher ce coup de force et garantir l’indépendance de notre royaume. Les lois françaises s’arrêtent à la frontière, comme jadis le nuage de Tchernobyl.

La surtaxe carburant, censée contribuer à la lutte contre la pollution, n’est pas applicable en Belgique. Et elle ne risque pas de l’être, pas plus que toutes autres mesures en faveur de la lutte contre le réchauffement climatique, tant que notre petit royaume comptera autant de ministres chargés de l’environnement qu’il y a de portefeuilles à distribuer entre mandataires politiques. Ce n’est pas la première fois. On se rappelle des cafouillages lors de la COP 21 à Paris, où la Belgique a été incapable de s’entendre sur la répartition des efforts entre régions (ce qui lui a valu de recevoir le « Prix Fossile du Jour ») et il y a quelques semaines lors de la signature d’une déclaration commune des trois pays du Benelux dont la Belgique a fait retirer à la dernière minute, d’après plusieurs ONG, les objectifs climatiques chiffrés à long terme pourtant convenus pendant les négociations, rendant cet accord un pur vœu pieux.

Il faut sauver Gil & Jaune. Les empêcher de poursuivre leurs dangereux bivouacs dans le froid et les émanations de pétrole. Car les soins qu’ils vont faire rembourser par la sécurité sociale, avec les taxes de qui, on va les payer, croyez-vous ?

www.berenboom.com