Archives par mot-clé : Reynders

VOTER ECOLO ?

Moi voter Ecolo ? Pas fou ! T’as vu le temps qu’il fait ? 25 ° en octobre ! Après le passage par le bureau de vote, dimanche dernier, je suis allé prendre l’apéro en maillot sur la plage d’Ostende. J’aurais même fait une petite brasse si la plage n’était pas envahie par les méduses. Avec les écolos, ce sera fini tout ça, l’été en automne, l’apéro en maillot (d’accord, les méduses aussi). Gare aux Ecolos, les amis ! Ils veulent le retour de la pluie, du vent, des frimas. Non merci !

Dans quelques mois, on pourra planter des bananiers plutôt que des patates et les orangers vont fleurir toute l’année sur l’avenue Louise. Et vous vous plaignez ?

Le réchauffement climatique ? Y n’a que des avantages : avec la Flandre sous eau, on ne se demandera plus comment rabattre le caquet à Bart De Wever et empêcher la droite de la droite de s’allier avec l’extrême droite de la droite. Tous balayés, obligés de nager vers Uccle avec des méduses accrochées à leurs maillots. Eux qui voulaient des visites domiciliaires, y vont êtes gâtés. Y z’auront les pompiers tous les jours en canot dans leurs villas quatre façades pour sauver mamie et le canari.

Et une fois débarqués à Uccle, je leur en donnerais, moi, des visites domiciliaires. Qu’est-ce que vous faites ici ? Ah ? C’est une famille d’Uccle qui vous a ouvert la porte ? Les Reynders ? Voyez-vous ça ! Je ne les savais pas si généreux avec les étrangers ! Mais, désolé, m’sieur Reynders, il est interdit de jouer la famille d’accueil pour les Flamands ! Même pour emmerder les Verts ! Ten strengste verboden ! Allez, les réfugiés, cessez de dégouliner sur le beau parquet de m’sieur le minist’, reprenez vos valises, et en route pour le centre fermé de Steenokkerzeel, une des dernières terres émergées de Flandre. Uccle est réservée aux Blancs de souche locale, si vous voyez ce que je veux dire. Pas de Blancs d’importation ici.

Vous me direz : si les réfugiés du nord, chassés par la hausse des eaux, envahissent les beaux centres qu’ils ont fabriqués pour ceux venus du sud, que va-t-on faire de ses occupants actuels?

Ne vous en faites pas. Le flot va se raréfier. Ceux qui débarquaient chez nous, fuyant sécheresse et chaleur, vont être drôlement surpris de découvrir qu’il fait aussi canicule à Liège qu’à Addis-Abeba ! Plus besoin de Théo Francken pour s’en débarrasser. Le changement climatique qui nous emmène un soleil de plomb, c’est drôlement plus efficace et moins coûteux que d’engager des milliers de flics et d’acheter du matériel.

Et cessez de protester en disant que la lutte contre le réchauffement s’inscrit dans la défense des doigts de l’homme alors que le soleil est un cadeau sorti des doigts de Dieu.

www.berenboom.com

HOLIDAY ON ICE

De l’été 2014, on ne gardera que des images apocalyptiques, la guerre en Ukraine, le vol MH 17 abattu par les Russes ou leurs compères, le chaos au Moyen Orient, la barbarie des idolâtres autoproclamés d’Allah en Iraq, en n’oubliant pas au passage les massacres en Syrie, au Soudan, en Centrafrique et tutti quanti, le tout nappé d’une bonne couche de virus Ebola. Quel été, mes amis, quel été ! Et dire que, pendant ce temps, la principale préoccupation de nos chefs, durant des nuits entières de caucus, était de départager Marianne Thyssen et Didier Reynders pour le poste de commissaire européen chargé d’on ne savait trop quoi et peu importe.

Mais, un conflit chasse l’autre et les barbaries finissent par se confondre. Les événements les plus atroces sont rarement ceux qui surnagent dans nos souvenirs. Avec le temps, je parie que l’image qui restera de l’été 14, c’est l’ice bucket challenge, cette épidémie qui conduit des gens qu’on croyait sains et normaux à se verser un grand seau d’eau glacé sur le crâne pour éviter de donner des sous aux œuvres qui luttent contre la maladie de Charcot. On se demande qui sont vraiment les malades atteints de dégénérescence ?

Mais, je m’emballe alors que l’idée est peut-être plus subtile qu’il n’y paraît et même qu’elle pourrait inspirer nos politiques. Au bout d’interminables heures de discussions stériles, qui pourrait reprocher à Kris Peeters de vider un grand seau d’eau glacé sur la tête de Charles Michel ? Et l’idole des Bleus n’a-t-elle pas eu la même tentation en apprenant que Di Rupo lui avait piqué les copains et copines du CDH et même ses anciens affidés du FDF pour fabriquer dans son dos des gouvernements régionaux et communautaires sans lui, déjà armés pour lui faire la guerre ? Une bonne couche de glace sur la gueule, c’est drôlement plus relaxant qu’éructer contre les importuns dans les micros de la RTBF. Rien ne vaut un peu de glace pour réchauffer l’atmosphère.

De plus, l’ice bucket challenge a pour motivation d’économiser de l’argent. Ce qui est aussi la principale préoccupation de la nouvelle coalition. Plutôt que de discutailler pendant des semaines pour savoir si on va prendre les citoyens à la gorge avec de nouvelles taxes ou avec une réduction des services sociaux, le nouveau gouvernement pourrait proposer un choix simple à chacun : payer un supplément d’impôt chaque année ou accepter de se faire filmer en public pendant que le contrôleur des contributions vous renverse un grand seau d’eau glacé sur la figure. Avec le risque évidemment, vu les restrictions annoncées du budget de la sécurité sociale, que les frais pour soigner votre pneumonie ne vous soient plus remboursés. On ne fait pas d’omelette sans casser d’œufs.

www.berenboom.com

TENDANCE GROUCHO

Lorsque Didier Reynders affirme que le gouvernement auquel son parti participe est truffé de marxistes, il sait de quoi il parle. N’est-il pas l’enfant chouchou de Jean Gol, le fondateur du parti wallon des travailleurs, dépendant de la IVème internationale trotskiste ?

Félicitons donc le camarade Didjé de reconnaître enfin ses orientations marxistes, rendant hommage au passage au leader bien aimé respecté qui l’a formé. On ne voit pas pourquoi l’aveu fait tant de vagues. Si M. Reynders a décidé de lutter contre le capitalisme comme Bart De Wever contre la mauvaise graisse, c’est la preuve que nos hommes politiques ont des convictions chevillées au ventre.

Ce qui est moins sympathique, en revanche, c’est sa dénonciation de ses petits camarades. Qu’il lève le drapeau rouge, d’accord, mais pourquoi désigner dans la foulée les autres militants de sa cellule ?

Cela rappelle le funeste souvenir de la guerre froide lorsque, au début des années cinquante, quelques cinéastes autrefois communistes, comme Elia Kazan, étaient venus livrer le nom de leurs anciens amis à la commission du Sénat américain, présidée par Joseph Mc Carthy.

Une autre question encore se pose, à propos des membres marxistes du gouvernement belge.  A quelle chapelle appartiennent-ils ? Il y a en effet à peu près autant de marxisme que de make-up sur la table de maquillage de la camarade Joëlle Milquet. Quoi de commun entre le marxisme anti-syndical tendance barbe de trois jours de Paul Magnette et le marxisme maatjes-crevettes fraîches de Johan Van De Lanotte ? Et comment qualifier celui de Vincent Van Quickenborne ? Marxisme tendance libérale-fêlée toujours à côté de la plaque ? Et celui du chrétien Pieter De Crem ? Marxisme façon sabre et goupillon ?

Reste le plus difficile : identifier à quelle chapelle appartient Elio Di Rupo. Bonne chance ! Il change de marxisme plus souvent que de nœuds pap’. Un jour gauche caviar, l’autre tiers mondiste à Porto Alegre, après avoir participé comme ministre à la privatisation de la  CGER, confiée à la Générale de Banque puis à Fortis avec, au bout de l’aventure, une vraie explosion de la finance, balayée par l’effondrement du système bancaire comme en rêvaient les marxistes de jadis. Ce n’est plus du marxisme, c’est du terrorisme bolchévique !

Tous les marxismes représentés au gouvernement ? Non. Manque de pot, je n’en vois pas un qui se revendique du marxisme tendance Groucho. Ne dirait-on pas pourtant que Groucho Marx décrivait le gouvernement Di Rupo lorsqu’il disait : « Ne vous vous fiez pas aux couples qui se tiennent par la main. S’ils ne se lâchent pas, c’est parce qu’ils ont peut de s’entretuer. »

 

 

www.berenboom.com