Archives par mot-clé : républicains

A TABLE !

Quelle sera la grande affaire de ce week-end ? Pour les uns, les festivals de jazz de Liège et de Liberchies. Pour les autres, la composition du premier gouvernement Macron. Tout Paris bruisse de rumeurs contradictoires. Et le café du commerce fait le plein. Dès qu’un homme ou une femme politique annonce ces jours-ci qu’il envisage un nouveau plan de carrière, paf !, on lui colle un ministère. Le maire de Nice, Christian Estrosi n’a pas eu le temps de démissionner de la présidence de sa région qu’il est bombardé par les medias ministre d’état. Et Marion Maréchal-Le Pen, très en froid avec la Marine française, pourquoi lâche-t-elle le FN ? Pour un secrétariat d’état ? Aux Anciens combattants, peut-être ?

Le président Macron, qui n’a pas fini de nous étonner, a bien d’autres idées explosives dans son sac à malices. Plus audacieuses que le reclassement de quelques politiciens en déshérence.

Pour former son équipe, au lieu de picorer comme d’habitude parmi les vieux birbes socialistes et Républicains, il voit large, bien au-delà des étroites frontières hexagonales : il envisage de nommer ministres français quelques-uns des plus charismatiques dirigeants des autres pays européens. De quoi mettre d’avance ses partenaires dans la poche et prendre à revers une opinion publique française d’avance indocile.

D’après ce qu’on sait, son casting pourrait rassembler Mario Renzi aux relations avec le parlement, un spécialiste pour déclencher une zizanie permanente entre tous les partis représentés à l’assemblée nationale. Angela Merkel à la Coopération au Développement gérera la question des réfugiés en conservant la confiance de l’opinion publique. Et Jarosław Kaczyński sera aux Affaires étrangères pour être certain de se fâcher avec le reste de la planète.

Jean-Claude Juncker, pressenti aux Finances, a promis d’apporter au nouveau président tous les secrets et ficelles permettant à la France de devenir un paradis fiscal aussi intouchable que le Luxembourg. Et le Hongrois Orban, le mode d’emploi pour fabriquer un état fort où opposition et institutions seront muselées pendant des années avec l’appui enthousiaste des citoyens.

Reste le casse-tête belge. Qui choisir parmi l’élite de notre nation ? Car il n’y a qu’une place pour notre pays. Charles Michel, Bart De Wever, Paul Magnette, Stéphane Moreau ?

De Wever l’intéresse. Il a réussi comme lui à s’emparer en deux coups de cuillère à pot de l’appareil d’état mais il met comme condition à sa participation, le rattachement de Lille à la Flandre. Charles Michel hésite. Il ne peut décider qu’avec l’approbation unanime des sept parlements du pays. Finalement, Macron a choisi Raoul Hedebouw. Il aura ainsi son mini-Mélenchon.

www.berenboom.com

EN VERT ET CONTRE TOUS

Hissez les couleurs, mille sabords ! De loin, « La terre est bleue comme une orange » (Paul Eluard). De près, elle scintille de mille couleurs depuis que « la lumière fut », des folles paillettes de la queue du paon à la peau kaléidoscope du caméléon. Il n’y a que chez les hommes que, côté couleur, ça grince un peu.

En entendant crier : V’là les roûches ! Ou Allez les Mauves et Blancs ! les uns se mettent à vociférer et les autres au garde-à-vous. Chacun dans son coin, chacun coincé dans sa couleur. Selon que la mariée s’habille en noir, en jaune ou en violet, l’histoire du couple sera différente. Dans la société homo soi-disant sapiens, la couleur vous colle à la peau. On a beau être riche et célèbre comme Michaël Jackson, changer de peau finit le plus souvent en tragédie.

L’arc-en-ciel, ça existe pourtant. On en rêve. Mais c’est loin, très loin. « Somewhere over the Rainbow » chantait Judy Garland pour échapper au « désordre sans espoir » de ce monde et voler jusqu’au pays d’Oz où « les soucis fondent comme du sorbet au citron ».

Mais, quand les syndicats crient « on est à l’os ! », ils ne célèbrent pas le Magicien. Pourtant, le gris souris des prisons wallonnes n’est pas une fatalité.

La preuve par l’Autriche dont le vert pomme a permis à ce qui reste de l’empire d’échapper au brun sinistre. En espérant que le noir Marine ne recouvre pas la France où le rouge peu à peu rose est devenu presque transparent. Reste comme toujours Angela Merkel dont la couleur extravagante des vestes, canari ou saumon, permet de garder le moral. En attendant de découvrir qui redonnera du Technicolor à l’Espagne.

Chez nous, dès sa mise en place, le gouvernement avait tenté de mêler les couleurs en annonçant fièrement la suédoise. Il s’est plutôt mêlé les pinceaux. Certains observateurs avaient prévenus : le mélange bleu orange avec le noir et jaune sentait bon le kamikaze…

Après deux ans de travaux, chaque couleur fout le camp de son côté. Les murs de la rue de la Loi ont repris l’aspect lépreux dans lequel Charles Michel les avaient trouvés.

Ceux qui rêvent du retour d’une bonne couche de rouge devraient prendre garde. Aux Etats-Unis, le rouge est la couleur des républicains de Donald Trump. C’est le bleu, la couleur des démocrates. Preuve qu’en matière de couleur, tout est relatif et trompeur. Une couleur peut en cacher une autre.

Avec l’Euro de foot, on s’attend à un feu d’artifices mais une fois encore les couleurs ne se mélangeront pas. Au contraire. Dans le sport, c’est chacun pour soi. Peut-on compter alors sur les manifestants qui remuent et bloquent Bruxelles et Paris ? Au lieu de se fâcher tout rouge, ils pourraient aller vérifier, du moins si les trains se remettent à rouler, la légende qui promet un pot d’or à tous ceux qui arrivent jusqu’au pied de l’arc-en-ciel.

www.berenboom.com

PETIT SOUCI

Jadis, pour régler « un gros problème », on se retroussait les manches et on essayait d’affronter l’obstacle. Depuis un certain temps, on ne parle plus de gros problèmes. Il n’existe plus de problèmes du tout. Juste des « petits soucis ». Vous ne vous en rendiez peut-être pas compte mais avec l’ère des petits soucis, « tout va bien, madame la marquise. »

Tchernobyl ? C’était une catastrophe. L’explosion de la centrale de Fukushima ? Un petit souci. D’ailleurs, qui sait encore que le réacteur continue de projeter dans l’atmosphère ses émanations empoisonnées et de semer la mort ? Qui a calculé pendant combien d’années la planète va étouffer sous le nuage nippon ? Pas de souci, voyons !

M. Berlusconi a modifié l’arsenal législatif italien pour le mettre à son profit personnel et piller l’état italien ? Qui s’en inquiète ? Oublions ces petits soucis au rythme des soirées bonga-bonga ! Ciel, une inondation ! Du calme ! Ne vous faites pas de cheveux blancs ! Appelons les « spécialistes » pour nettoyer les caves et remettre les tuyaux en place avant de revenir aux affaires quand ils auront rendu les lieux plus ou moins présentables.

La Belgique va être un de ces jours massacrée par les marchés internationaux et les agences de notation ? Pfff ! Petit souci ! Comme se le demandait avec son habituelle pertinence Philippe Moureaux l’autre jour, « d’abord, c’est qui les marchés ? »

Vous avez raison de ne pas vous en faire, Philippe, ils ne se promènent pas dans les rues de Molenbeek. Elles ne sont plus qu’un petit souci depuis que vous en êtes le maïeur.

Comme il n’y a rien de plus grave que les petits soucis dans la hiérarchie des difficultés à résoudre, personne n’a plus rien à craindre désormais. Inconscience ou cynisme ? Mettre la tête sous le sable c’est tellement meilleur que se la taper contre les murs.

Dès lors, si alléger les dettes énormes de l’état, protéger notre système de pension et la sécurité sociale, et discuter du nombre de cylindrés à partir desquelles il faut taxer les voitures de société, c’est à peu près la même chose, juste de « petits soucis » ménagers, il ne faut pas s’étonner que nos brillants dirigeants perdent la tête et nous font tous plonger du nez.

Aux Etats-Unis, tout va bien aussi, madame la marquise. La plus grande économie du monde

est malade mais les députés républicains n’ont qu’une seule préoccupation, l’élection de l’un des leurs l’an prochain, même s’il va régner c’est sur un champ de ruines.

On commence à se demander si le gros problème n’est pas à chercher du côté des dirigeants  politiques. En changeant la façon de gouverner, on n’aurait peut-être plus tant de petits soucis à se mettre sous la dent.

 

 

www.berenboom.com