PESTE SOIT DE L’OPINION PUBLIQUE !

Je me demande souvent, moi qui n’ai jamais été sondé, quelle est la véritable intention de ceux qui prennent le temps de répondre aux instituts d’opinion : avouent-ils franchement leurs intentions de vote ou s’amusent-ils à agiter un tissu rouge sous le nez des partis traditionnels ? Juste pour le plaisir de contempler le désordre et l’affolement qu’ils ont provoqués.
Que les Belges déclarent leur attachement aux voitures de société, aux vacances lointaines, via l’avion, et aux fermettes dans le Brabant wallon ou flamand, là où n’existent ni bus ni train, et qu’ils annoncent en même temps vouloir porter Ecolo ou le PTB à la tête du pays, voilà qui étonnera seulement ceux qui ne comprennent rien aux Belges, à leur amour pour la poésie, de préférence absurde, leur goût de la contradiction et leur amour de la dérision.
Pourtant, certains hommes et femmes politiques s’y laissent prendre. Ils pensent vraiment que les électeurs sont prêts à signer un programme qui bouleversera leur vie. Et de surenchérir dans la dernière ligne droite en accumulant des promesses vertes-vertes ou rouges-rouges, selon le quartier.
Remarquez, ils ont partout le même réflexe. Comme l’a dit un syndicaliste français ébahi et dégoûté, le gouvernement Macron a accordé en quelques semaines plus de cadeaux aux Français que ce que les syndicats réclament vainement depuis trente ans. Juste pour apaiser le soulèvement très médiatique d’une poignée d’excités venus du fond des provinces oubliées.
Le brusque sursaut écologique de la plupart des partis traditionnels vient aussi de leur surprise devant la détermination de ces milliers de jeunes qui ont défilé dans les rues.
C’est peut-être cela qui est nouveau : manifester sert soudain à quelque chose.
Pendant des dizaines d’années, des milliers de gens ont battu le pavé, sous la pluie, contre la politique d’immigration – ou les immigrés-, l’installation d’armes nucléaires à Kleine Brogel, pour sauver la justice, contre l’austérité, pour les pensions, etc. Sans émouvoir nos représentants. Mais, depuis quelques mois, les choses bougent. Ils ont l’air d’entendre quand on gueule sur la voie publique. En tout cas lorsque les sondages font trembler leurs sièges et que les élections sont proches.
Car voilà la date limite du jeu : le 26 mai. Après, c’est tranquillos pour cinq ans.
Depuis que toutes les élections ont été groupées (sauf les communales), une fois le dimanche maudit passé, les élus peuvent recommencer à faire la nique à ceux qui s’agitent sous leurs fenêtres.
Ce qui devrait encourager ceux qui réclament le droit pour les citoyens de taper sur les doigts des élus entre deux élections. Gardons cependant à l’esprit ce que dit Shakespeare : « Peste soit de l’opinion publique ! Un homme vous l’endosse à l’endroit aussi bien qu’à l’envers ! »

www.berenboom.com

POURQUOI J’AI MANGE MON PÈRE

Que reste-t-il des partis politiques ? De leur puissance et de leur gloire ? En Belgique, Stephane Moreau a jeté sa carte du PS dans le destructeur de documents de Nethys – une machine déjà bien bourrée. En attendant, après quelques jours de deuil,  de prendre celle du PTB, plus utile pour les intérêts et l’avenir d’un homme aussi ambitieux ? Ce qui montre en passant que la mort d’un parti en fait épanouir un autre.

Un phénomène auquel on assiste aussi en France. De tous les vieux partis de la Ve République, il n’en reste qu’un, le Front national. Un front bas, qui plante ses griffes dans la glèbe de la France profonde comme du chiendent. Il faudra un très solide ouragan pour l’arracher et le balayer d’un bon coup de vent. Au lieu de quoi, ça souffle dans tous les sens. Les uns font la fine bouche devant cette fine mouche. D’autres se pincent le nez en attendant qu’elle passe. Que tous ces capitaines d’opérette ne s’étonnent pas que leurs voiles se déchirent et que leur bateau coule ! En attendant, vous savez ce qu’elle vous dit la Marine ?

Certains prétendent que seul l’exercice du pouvoir tuera le FN. Pensant sans doute à Charles Péguy qui prétendait que « tout parti vit de sa mystique et meurt de sa politique ». Mais, quelle manœuvre follement désespérée de donner aux Le Pen tous les pouvoirs de nuire pour espérer son agonie. Ceux qui font ce pari en croyant revenir alors en sauveurs de la nation risquent d’avoir disparu entre temps.

Il y a une dimension mythologique dans cette présidentielle : les vainqueurs du premier tour sont tous les deux des enfants qui ont mangé leur père. Marine a planté ses grandes dents dans les restes de Jean-Marie, ce qui révèle une étonnante santé et une excellente digestion.

Avant de se mettre en marche, Emmanuel Macron a lui aussi dévoré François Hollande et vidé les placards du PS de ce qui bougeait encore. Tous les marcheurs le savent, il n’est pas recommandé d’avancer le ventre vide. On le paye souvent avant d’arriver au but.

Reste à ces amateurs de chair pas très fraîche à nous proposer un menu débarrassé de tous ces restes. Un choix difficile à composer. Les électeurs rêvent de plats qui piquent, mais pas trop, qui amusent leurs papilles sans percer leur porte-monnaie. Accompagnés de vins qui grisent mais qui ne donnent pas la gueule de bois.

S’ils croient concilier tous les appétits, en composant un repas neutre, qu’ils se méfient. Machiavel les avertit: « le parti de la neutralité qu’embrassent souvent les princes irrésolus, qu’effraient les dangers présents, le plus souvent les conduit à leur ruine ».

Qu’ils se gardent aussi de leur propre progéniture qui pourrait être tentée de suivre les usages familiaux en dévorant à son tour l’un sa tante, l’autre son papa…

www.berenboom.com

SALUT AUX COUREURS D’AVENTURE !

Jadis, l’aventure, c’était courir le monde, découvrir des lieux, des gens différents. Philéas Fogg, Tintin ou les héros de John Buchan (le magnifique auteur de « Salut aux coureurs d’aventure ! ») entraînaient les assoiffés d’ailleurs dans les coins les plus improbables de la planète.

Mais maintenant que tout se ressemble de Schaerbeek à Shanghai et à Doha, que tout est uniforme, les gratte-ciel comme les distributeurs de Coca, l’allure des femmes autant que les marques de poudre à laver, où chercher encore un peu d’exotisme ?

Les occasions de frôler le vide, de défier le vertige, deviennent rares. Jusqu’il y a peu, on aurait conseillé aux amateurs de devenir enfant de chœur mais même ce danger-là semble s’être estompé, hélas, ces derniers temps.

Pour attraper le grand frisson, la seule façon est de mettre le cap à gauche dans un monde où le capitalisme sauvage a triomphé.

Dans une interview pétillante d’intelligence, publiée le week-end dernier, l’ancien président du tribunal civil de Namur, Christian Panier, annonce son nouveau coming out. Le voilà bleu du PTB. Debout, les damnés de la terre wallonne !

Ne vous moquez pas. Où trouver son bonheur en Belgique quand on se veut résolument de gauche ?

Que Christian Panier conserve tout de même à l’instar de son ancienne déesse, Thémis, un bandeau sur les yeux, en se promenant dans les bureaux de ses nouveaux camarades. S’il l’enlève, le portrait de Joseph Staline risque de lui sauter à la figure.

Mais, pourquoi choisir les héritiers du bolchevisme alors que nous avons un premier ministre socialiste ? Le cinquième seulement dans l’histoire du pays, le premier depuis quarante ans à chanter l’Internationale pendant qu’il se rase, le poing levé, en défiant le grand capital.

Lequel, notez-le, se montre bon prince. Jamais autant de grands patrons étrangers ne se sont installés chez nous que depuis l’arrivée des rouges au pouvoir. Peut-être sont-ils mal renseignés ? On leur a glissé à l’oreille que c’était le très conservateur Bart De Wever qui dirigeait le pays.

Peut-être aussi que notre grand leader rouge a le titre, la cravate, mais pas réellement la fonction ?

Les socialistes ne promettaient-ils pas de combattre le système des intérêts notionnels s’il n’était pas lié à la création d’emplois ? Oui, mais Bart De Wever n’en voulait pas. Alors…

Les socialistes ne s’engageaient-ils pas à promouvoir un meilleur sort pour les travailleurs ?

Oui, mais Bart De Wever trouvait que, sans blocage des salaires, la Flandre allait perdre des marchés. Alors…

Bart De Wever vient d’interdire les T-shirts vantant le combat des homosexuels à Anvers. Que va faire M. Di Rupo ?

Défier le bourgmestre de la métropole en arborant le vêtement honni lors de sa prochaine rencontre avec Mittal ? Ah ! ça, ce serait de gauche…

www.berenboom.com