Archives par mot-clé : Elysée

SALUT PUBLIC

Le coup d’état s’est produit au soixante-neuvième acte des gilets jaunes. Depuis le début des manifestations, quelques-uns étaient morts de vieillesse, d’autres d’une maladie du foie, pardon du froid. Mais il restait assez de braillards vaillants pour bloquer à nouveau Paris et quelques villes de province. Une fois de trop. Prétexte pour Jean Luc Mélenchon de prendre le pouvoir. Il faut dire que ce samedi-là, un commando avait réussi à entrer dans la maison de la radio, un autre à TF1 et, à la suite d’un relâchement de la sécurité, la lassitude aidant, à s’emparer de l’Elysée. Macron s’était défilé dans le paquet de linges, sauvant sa tête.

Profitant des cris de victoire des manifestants, Mélenchon proclamait aussitôt la création d’un Comité de Salut Public (il connaît ses classiques) et prenait les commandes dans l’intérêt général, à titre provisoire, entouré de deux pro-consuls, Marine Le Pen et Patrick Balkany. En attendant d’improbables élections une fois le calme revenu.
Un référendum proposerait bientôt le texte d’une nouvelle constitution (il suffira de cliquer oui ou non sur chaque article sur un site créé pour l’occasion), un nouveau Code de la Route (obsession des gilets jaunes) et un nouveau code des impôts (selon la même procédure).
La première initiative du « consul » Mélenchon a été inattendue. Il a décidé par ordonnance le rétablissement du calendrier révolutionnaire de jadis, et ce à dater du 25 nivôse an 228 (le calcul repart de 1793). Idée subtile car, complètement perdus, les gilets jaunes n’ont pu organiser leur soixante-dixième acte, incapables de convertir leur agenda (grégorien) en agenda républicain. Fin des désordres.
A la frontière belge, les émigrés français se mêlent aux Britanniques. Théo Francken s’arrache ses rares cheveux. Il est ministre de l’Accueil du gouvernement flamand. Submergée par la vague, la Flandre risque d’être noyée par le flux des Français qui déjà réclament –foutus arrogants !- que tout soit bilingue, du nom des rues aux papelards administratifs. En néerlandais et en même temps en français, c’est l’héritage de la culture Macron.
Tous n’ont pas eu la chance de passer la frontière. Un certain nombre de « collaborateurs de la politique néo-libérale » ont été arrêtés. Et condamnés à visionner en boucle au fond de leurs cellules les discours de Mélenchon jusqu’à ce que mort s’ensuive. « Le mot qui tue », a résumé le pro-consul pour décrire cette résurgence de la Terreur.
L’asile politique lui ayant été refusé en Grande-Bretagne qui a définitivement largué les amarres d’avec le continent, le président déchu Macron s’est réfugié à Guernesey, dans la maison où Hugo qui s’y était exilé jadis a écrit « Les Misérables ». Ce qui lui a permis de citer le grand poète français : « Mieux vaut être la dent que l’herbe » !
Les commentateurs s’interrogent…

www.berenboom.com

CHER EMMANUEL / CHER CHARLES

Cher Emmanuel,

Ce petit mot pour saluer votre prestation de l’autre soir. Vous avez réussi en douze minutes à faire sauter les règles budgétaires européennes qui forment la base même de la monnaie unique et qui étranglent la plupart de vos voisins sans que vos petits déshérités ne vous en remercient. Au contraire. Ils prennent vos annonces pour la misérable aumône d’un fêtard à un SDF. Il ne vous reste plus qu’à quitter l’euro. C’est Madame Le Pen qui va en tirer une tête quand vous annoncerez que vous revenez au franc français !

Cher Charles,

Un conseil pour éviter la contagion dans votre beau pays: soignez vos Témoins de Jéhovah et autres membres de l’Armée du Salut. Ils ont beaucoup de points communs avec la Troupe des Gilets Jaunes de chez nous. Ils défilent en se lamentant sur leur sort, lancent des imprécations contre ceux qui détiennent le pouvoir sur terre tout en promettant un avenir meilleur grâce aux interventions de l’au-delà. Entre temps, ils mendient. C’est toujours ça de gagné (pour eux, pas pour moi). La seule différence entre ces groupes, c’est que les envoyés du Ciel sonnent poliment aux portes sans même encombrer les trottoirs alors que les miens bloquent les rues et démolissent les centres-villes. La France a peut-être eu tort de devenir un pays laïc.

Cher Emmanuel,

Je vous envie : vous n’êtes soutenu que par un seul parti (et encore, il est traversé de doutes), les media vous rejettent, la grande majorité de vos concitoyens vous conspuent mais personne ne peut vous obliger à rendre le pouvoir. Vous êtes solidement installé à l’Elysée jusqu’en 2022 alors que moi, j’ai le soutien de trois partis, la presse est plutôt sympathique, personne ne défile dans les rues pour me couper la tête et je me retrouve au tapis. Si vous pouviez me glisser le mode d’emploi ?

Cher Charles,

C’est moi au contraire qui vous envie. En France, quelques centaines de pauvres types bloquent çà-et-là des ronds-points et tout l’hexagone médiatique leur fait la fête en répercutant en direct permanent le moindre de leur borborygme alors que chez vous, plus de soixante mille citoyens défilent pour le climat sans que vous ne vous sentiez obligé même de respecter les engagements que vous avez pris lors de la COP 21 à Paris.
On dit que la source de tous mes maux vient de ce que je concentre trop de pouvoirs entre mes mains. Pour desserrer la pression, j’envisage de transférer une partie de mes compétences aux régions et de reconnaître leurs langues. Diviser pour régner vaut mieux que l’union fait la force.


Cher Emmanuel,

Prenez garde, malheureux ! Avec trois régions, trois communautés et je ne sais plus combien de gouvernements, chacun n’en fait qu’à sa tête (et se moque de la mienne).

Cher Charles,

Et si on appelait Angela à l’aide ?

Cher Emmanuel,

Plutôt Poutine !

www.berenboom.com

ELYSEE-MOI !

La découverte miraculeuse à Arles d’un cahier de croquis de Vincent Van Gogh pose l’excitante question du faux. Pour certains experts, ces dessins sont (je cite) des OMG (« Oh ! My God ! ») Pour le Musée d’Amsterdam, en revanche, de simples imitations. Comment distinguer un vrai d’un faux ? Et si les experts les plus pointus eux-mêmes se mélangent les pinceaux, pourquoi considérer un artiste comme un génie et son clone comme un criminel ?

L’arrivée surprise d’Emmanuel Macron dans la campagne présidentielle française ressemble furieusement à l’apparition d’Arles. Et suscite à peu près les mêmes réactions passionnées.

A commencer par celle de l’artiste copié, toujours plus ou moins vivant : François Hollande (encore un point commun avec Van Gogh). Macron, prétend-il, n’est qu’une pâle copie, d’ailleurs mal faite, de moi-même. Personne ne s’y trompera. S’il passe devant moi au premier tour des élections, j’en fais le serment,  je me coupe l’oreille gauche –et la sienne.

Macron ne pensait pas, en se lançant dans la course à l’Elysée, passer de l’impressionnisme au fauvisme.

Lorsqu’on entend les spécialistes d’un peintre juger de l’authenticité d’une œuvre, ce qui distingue l’original d’une contrefaçon, c’est « l’âme ». La copie même admirablement fabriquée ne reflèterait pas « l’âme de l’artiste ».

Si on applique ce critère à M. Macron, c’est sûr, il ne réussira jamais l’épreuve. On a rarement vu un homme politique écraser ceux qui lui ont offert un marchepied avec si peu d’état d’âme. Il rappelle le Chirac de 1974 qui avait trahi le candidat de son camp, Jacques Chaban Delmas, pour Giscard d’Estaing en échange d’une place de premier ministre. Un Giscard auquel Macron s’efforce de ressembler (les cheveux en plus et la diction ridicule en moins) : jeune, libéral, rassembleur (ce qui signifie qu’il est d’accord sur tout et son contraire). Prêt à peindre l’avenir de la France sous les couleurs les plus chatoyantes. Et à se faire photographier en compagnie de tous ceux que l’illustre peintre hollandais a immortalisés : mangeurs de pommes de terre, mineurs, paysans travaillant la terre, et même avec des jeunes filles sur la plage de Scheveningen, façon sympathique de montrer son amour de l’Europe.

Quant à ses autoportraits, en voici, en voilà, autant que vous en voulez. L’oreille coupée à gauche ou à droite, à votre choix.

Si à gauche, on dénonce le faussaire, à droite, on n’est pas en reste. Il est adroit mais pas à droite, persifle Juppé. Ne vous y trumpez pas, fulmine Marine Le Pen, brusquement ringardisée. Et son programme c’est « Carré blanc sur fond blanc » de Malevitch, ajoute NKM qui se pique de culture.

Macron ferait peut-être mieux de s’installer en Belgique où le surréalisme survit à tout.

www.berenboom.com