Archives par mot-clé : bling-bling

LA FRANCE FAIT SON CINEMA

Deux présidents en France entrant en fonction le même jour ou presque, n’est-ce pas un de trop ? Au contraire, plus on est de fous, plus on s’amuse.

Deux ? Macron et Almodovar. Deux pros du cinéma.

Le président Macron avance lentement sur le tapis rouge devant le brol pointu que son prédécesseur, François Mitterrand, a enfoncé comme un suppositoire dans la belle cour du Louvre. Son numéro rappelle les films fauchés de la nouvelle vague. Un seul acteur, un long travelling, et quelques mots marmonnés façon Jacques Tati. De toute façon la production n’a pas de quoi se payer une prise de son convenable. Histoire de faire passer le message : les amis, on doit se serrer la ceinture.

Pendant ce temps, l’autre président, Pedro Almodovar, grimpe quatre à quatre les marches du Palais des Festivals. Prêt à désigner le champion du monde parmi les meilleurs films de la planète. Dans un décor bling-bling-champagne-strass et paillettes sous les sunlights devant la grande bleue ensoleillée.

A Paris, le nouveau président, jouant la sobriété, tente de rassembler les Français. A Cannes, son extravagant collègue se prélasse dans la mondialisation.

Il y a moins de différences qu’on ne pourrait penser entre leurs deux projets. La filmographie du plus célèbre réalisateur espagnol actuel paraît d’ailleurs avoir singulièrement inspiré Emmanuel Macron.

« Attache-moi » lui a donné l’idée de museler les principales grandes gueules de la droite et de la gauche dont il a allègrement coupé les ailes en allant picorer dans leurs poulaillers respectifs.

« Talons aiguilles » annonçait une de ses promesses électorales : autant d’hommes que de femmes dans le gouvernement et un sous-ministre chargé de surveiller la parité entre hommes et femmes. Qu’il se méfie cependant des inévitables polémiques à venir, coups de Jarnac ou autres planches savonnées, spécialités de l’opposition et des syndicats, qui risquent d’emmener quelques uns de ses ministres à se transformer bientôt en « Femmes au bord de la crise de nerfs ».

Cependant, Macron semble prêt à se battre, à manier l’épée (dont une des ses nouvelles ministres est la spécialiste) et même à verser le sang. N’a-t-il pas investi Marie Sara, la reine des arènes, pour achever l’abominable Gilbert Collard, vieille bête baveuse, dans le Gard ? A l’exemple du combat tragique dans le film « Matador ».

Mais il y en a un dont Macron devrait se méfier tout particulièrement dans l’avenir, c’est François Hollande. Rien de pire que la réaction d’une bête blessée. Là encore, la mise en garde vient d’Almodovar. Après avoir invoqué « Qu’est-ce que j’ai fait pour mériter ça ?», monsieur Pédalo pourrait être tenté de réapparaître lorsqu’il entendra certaines sirènes crier : « Volver » (« Reviens ») !

www.berenboom.com

 

CHERE MADAME LA BANQUE

Qu’il est loin le temps où je vous contais fleurette.

Quand j’étais bambin, je vous aimais déjà en secret. Chaque semaine, je collais dans le carnet d’épargne jaune que vous m’aviez offert des timbres de 1 franc, de 5 francs, parfois de 10. A la fin de l’année, je venais fièrement vous montrer mon carnet plein de taches multicolores avec autant d’émotion que j’allais serrer la pince de Saint Nicolas à l’étage d’un grand magasin de la rue Neuve.

Plus tard, nos relations ont continué, plus intimes, plus intenses. Je vous rendais visite à l’insu de mes parents. Vous et moi, vous en souvenez-vous ?, nous parlions argent et c’était bon – contrairement à ce que racontent quelques esprits gnian-gnian.

Vous m’avez tout appris, tout montré, tout permis, emprunter, placer, déplacer, assurer, dépenser, surtout dépenser. Qu’est-ce que j’ai pu dépenser pour vous plaire ! Rien n’était trop cher.

L’âge venant, vous paraissiez un peu moins folle. Plus maquillée. Plus rondelette – beaucoup plus rondelette. C’est que j’aime me nourrir de mes voisines, m’avez-vous expliqué avec un petit rire quand je me suis permis de vous en faire la remarque.

Vos goûts anthropophages m’ont effrayé, je l’avoue. Vous commenciez aussi à devenir trop grande pour moi et je lisais dans vos beaux yeux qu’un jour peut-être, pour combler une petite faim, je risquais moi aussi de passer à la casserole.

Un autre événement est venu bouleverser nos relations. Je n’ai pas aimé que vous perdiez votre accent bruxellois. J’appréciais beaucoup votre naturel, votre laisser-aller.

Je sais mais c’est devenu un handicap pour séduire la nouvelle génération, m’avez-vous répondu sans gêne. J’ai compris que c’était votre façon élégante de me faire entendre que je ne suffisais plus à votre bonheur. Croyant attirer d’autres hommes, plus jeunes que moi, et qui ne connaissaient pas encore tous vos trucs, vous vous êtes mise à parler avec l’accent français, hollandais, américain. Cela me choquait. J’avais l’impression d’entendre une star dont la séduisante voix originale a été mal doublée.

Enfin, vous vous êtes acoquinée avec des voyous, que vous acceptiez d’accompagner dans des voyages lointains, des mecs improbables qui vous promettaient la lune, qui vous faisaient croire qu’ils avaient encore plus d’argent que vous et que vous alliez pouvoir vous aussi profiter de leurs combines pourries et de leurs mises en scène bling-bling.

Cette fois, c’est vous qui êtes tombée dans le piège. Et vous avez failli y laisser votre peau. Vous avez tenté de revenir en arrière, de retrouver votre virginité. Mais c’était trop tard.

On ne veut plus de vous. Vous avez fait votre temps. Place aux créatures du vingt et unième siècle, poupées gonflables et robots.

www.berenboom.com