Archives par mot-clé : bibliothèque

PAUVRE PETITE FILLE RICHE

Dearest England,

J’ai bien reçu ta lettre nous annonçant ton départ de la maison, ce qui m’affecte énormément même si le flegme m’oblige à n’en rien laisser paraître. Oui, je déplore que tu nous quittes après plus de quarante années de vie commune. Certes, nous avons eu des différends et tu ne t’es pas assagie avec le temps, que non. Je me souviens de quelques-uns de tes éclats qui ont secoué toute la famille : « I want my money back ! » t’es-tu écriée un jour sans prendre de gants. Et de ta grossièreté envers un de nos invités, Jacques Delors qui parlait de faire bourse commune avec nous, quand tu lui as répondu : « Dites-lui où il peut le mettre son Ecu » !

Malgré tes excentricités -peut-être à cause d’elles- je suis désolé de ta décision et je crains que tu ne le sois aussi un jour quand tu reprendras tes esprits.

Qui te nourrira désormais ? Seule dans la cuisine,  tu ne sais pas faire grand-chose devant un fourneau, à part casser des œufs – pas seulement des œufs. Rappelle-toi de cet avertissement de Talleyrand : « L’Angleterre a deux sauces et trois cents religions; la France au contraire a deux religions, mais plus de trois cents sauces. »  Ta vie, sans nous, risque de te paraître bien fade.

Toi qui te plaignais de la cacophonie qui régnait à la maison, tu vas regretter notre tour de Babel. La langue anglaise est belle, si belle que tu as emporté avec toi une grande partie de notre bibliothèque, alors que tu sais comme nous chérissons les auteurs anglo-saxons. Ils ont alimenté notre imaginaire autant que le tien. Si nous ne nous débarrasserons pas de l’anglais, dont tu as subtilement introduit l’usage dans toutes nos réunions de famille et même dans les relations avec notre petit personnel, tu regretteras le babil, les cris et les chansons de tes frères, sœurs, cousins dispersés dans toute la maison et qui sont fiers de s’exprimer dans plus de vingt autres langues. Quel appauvrissement va être ta vie coincée entre les barbons d’Oxford et les vieilles barbes de Cambridge, à avaler ton porridge !

J’ajoute à ces regrets que j’ai aussi quelques reproches à formuler. Croyais-tu que je fermerais les yeux en découvrant que tu as emporté une partie des bijoux de famille ? Cette petite friponnerie, je te préviens, ne restera pas sans suite. Je t’invite à restituer ce que tu as pris d’autant que ta mère y tient beaucoup. Après ton départ, tu la connais, elle voudra se montrer partout, plus belle que jamais, dans tout son éclat, portant haut ses plus belles parures.

Je ne peux terminer cette missive sans t’inviter à réfléchir à nouveau à l’opportunité de ton geste théâtral (que je te pardonne, le théâtre fait partie de notre A.D.N.) en t’assurant que nous sommes toujours prêts à l’oublier pour te retrouver.

www.berenboom.com

TÊTE A L’EST

Je reviens de Roumanie où la bonne nouvelle de la semaine est le divorce de Vladimir Poutine. Dans un pays, pas encore remis de l’épouvantable dictature de Ceaucescu, on n’a pas oublié le rôle funeste de sa femme Elena, qui était plus encore que son mari, la véritable descendante de la sanglante comtesse Bathory qui a inspiré le personnage de Dracula.

On se console comme on peut. Tous les motifs sont bons pour tenter de se convaincre que les bidasses du maître du Kremlin ne feront pas un détour par Bucarest lorsqu’ils commenceront à s’ennuyer en Crimée où il ne se passe décidément rien.

L’appartenance à l’Europe et à l’OTAN ne sont que de piètres réconforts pour les Roumains. Il est si facile pour les Russes, disait un interlocuteur bulgare rencontré en Transylvanie, de susciter un parti anti-européen et de se retirer aussi vite de l’Union qu’on y est entré. La classe politique est tellement corrompue et médiocre, ajoutait-il, que tout nouveau venu apparaît comme un homme providentiel dans un pays où en quelques années de démocratie, les citoyens ne savent plus très bien que faire de leur vote.

Les communiqués plus ou moins virils du conseil des ministres européen ou de l’OTAN ont été entendus comme de beaux morceaux de langue de bois, qui rappelaient ceux de l’époque soviétique, pas de quoi éloigner l’ombre de Poutine et de ses tanks…

Au contraire de la culture, célébrée avec passion. A Bucarest, les innombrables théâtres sont toujours pleins et les librairies, appétissantes et bien achalandées.

A Cluj, non loin du château de Dracula, on peut suivre à la prestigieuse université de la ville, les cours en roumain ou en hongrois ou passer d’une langue à l’autre –et cela, sans compter l’anglais et l’allemand. Un centre d’étude des « lettres belges de langue française » connaît un succès considérable. Les habitants du pays des vampires sont mordus des écrivains belges ! Et la dame qui le dirige, madame Pop, connaît assurément la musique. Elle a réussi aussi à convaincre la (très grande) bibliothèque de la ville de consacrer un demi-étage à la littérature de langue française, la même place que celle faite à la littérature américaine (déployée avec l’aide de l’ambassade US).

Le succès vient aussi de l’énergie du délégué général de la Communauté française à Bucarest qui a trouvé, et ce n’est pas habituel, une collaboration active avec l’ambassadeur de Belgique. Celui-ci, pourtant néerlandophone, a transformé pour une soirée sa sublime ambassade art nouveau en mini festival du polar bilingue français-roumain. Eblouissement des Roumains.

Ca tombe bien, le maître du polar roumain vient d’être traduit en français et ça déménage : « Cible royale » de George Arion (éd. Genèse) vaut n’importe quel polar scandinave, l’humour en plus !

www.berenboom.com