GAZ A TOUS LES ETAGES

chronique
Le gaz maintenant… Comme si les menaces iraniennes de fermeture du robinet pétrolier ne suffisaient pas à notre bonheur, les pipe-lines qui explosent en Irak et on se sait pas très bien quoi au Nigéria. Sans compter les mamours qu’il faut faire à ce bon monsieur général Chavez-Bolivar –comment l’appeler pour qu’il ne se fâche pas ?- pour goûter aux douceurs du brut latino. Mon Dieu, que c’est dur de se chauffer !
Si ça continue, on va devoir raser les centres commerciaux flambant neufs que monsieur Van Cauwenberghe est si fier d’avoir fait construire à l’entrée de Charleroi pour rouvrir les bonnes vieilles mines de charbon d’antan qui sont juste en-dessous.
Ce n’est pas juste. On disait que tout le monde voulait venir en Belgique : Ryan Air, la peste aviaire, Tapie, l’Europe, l’OTAN, Johnny Hallyday. Tout le monde, sauf le gaz et le pétrole ? On devrait peut-être essayer les petites annonces : « échangerais un Johnny contre dix barils de brut ». Mais, pas sûr de trouver un amateur. Pas sûr du tout.
Les Hollandais n’ont pas ces soucis : pas besoin d’essence, le pays est si plat que même mémé peut faire du vélo. Et pour le gaz, il leur suffit de plonger dans la mer du Nord. Tandis que la vlaamse kust, qu’a-t-elle à nous offrir ? Du sable, des larmes et des crevettes. Un savant belge de génie (c’est tout ce qui nous reste) pourrait peut-être faire fonctionner les chaudières aux crevettes. Mais, au prix du marché, autant brûler des lingots d’or. Il est assez injuste, avouez, que les poches de gaz s’arrêtent juste à la frontière entre la Hollande et la Belgique, ignorant superbement les règles européennes de libre circulation. Ce qui prouve qu’il ne suffit pas d’une loi pour supprimer les différences. Ah ! S’il n’y avait pas eu 1830, Charles Rogier et la Muette de Portici, on n’aurait pas tous ces soucis. On aurait du gaz à tous les étages au lieu de devoir supplier les Russes, les Norvégiens ou les Algériens de nous donner un peu d’énergie. Et monsieur Leplan Marshall, dites donc ? Il ne pourrait pas nous fournir un peu de gaz puisqu’il promet tout à tout le monde ?
Autre idée : changer d’énergie. Mais la vue des éoliennes, paraît-il, donne des boutons aux golfeurs de Knokke-le-Zoute ainsi qu’aux vaches du Condroz. A force de jouer les difficiles, on va devoir revenir à la bougie et au feu de bois. Ce n’est pas désagréable, remarquez, mais essayez de faire fonctionner votre télé avec une bougie. A y réfléchir, voilà comment ils nous tiennent, les Russes, les Iraniens et les autres : jamais on ne pourra nous demander de nous passer des « Feux de l’Amour » et de « Star Academy ». Bien joué, Poutine !

Alain Berenboom

Paru dans LE SOIR

Rencontres

actualite
Rendez-vous avec Alain Berenboom

  • à la Bibliothèque communale de Thuin, 10 quartier du Beffroi, le 17 février à 19 h
  • à la Bibliothèque Adolphe Sax de Dinant le 21 mars à 20 heures
  • à la Bibliothèque communale de Waremme, rue du Rèwe, le 7 février à 20 heures
  • LE CONCITOYEN

    chronique
    Depuis longtemps, je suis fasciné par les discours d’Elio di Rupo ou plutôt par leur personnage central: le concitoyen. Qui est-il, ce mystérieux héros ? Il n’a rien de commun avec le camarade des manifestations communistes et gauchistes d’antan. Rien non plus avec le citoyen qui désignait affectueusement les membres du vieux parti socialiste disparu.
    Le concitoyen n’est pas un militant, pas un homo politicus. Est-il même un homme, ce concitoyen qu’on ne voit jamais flanqué d’une charmante concitoyenne ? Alors, quoi ? Il est neutre ? unisexe ? hermaphrodite ? Ou il représente l’homme comme on le dit du genre humain ? Dans ce cas, pourquoi monsieur di Rupo parle-t-il de « nos » concitoyens. A qui appartiennent-ils ? Au pays ? Au parti ? A lui personnellement ? La question m’angoisse: chaque fois que j’écoute le président, je me demande avec une anxiété croissante : et moi ? Me compte-t-il parmi ses concitoyens ?
    Peut-on avoir été concitoyen et être déchu ? Le parvenu, par exemple, dénoncé dans des diatribes récentes, est souvent un citoyen mais est-il resté concitoyen ? C’est douteux. Il doit être retombé parmi les exclus, les électeurs d’extrême droite, les fraudeurs scotchés à Luxembourg malgré les mamours du gouvernement ou les affreux spéculateurs qui mangent la laine sur le dos des concitoyens.
    Je l’avoue ici, je ne trie pas les ordures ménagères, je n’achète jamais de sacs bleus, verts, jaunes ou je m’en sers comme poubelle quand il ne me reste plus que des sacs noirs qui désormais ne peuvent plus être que blancs. Cela m’élimine-t-il du club des concitoyens ? Je ne compte pas arrêter de fumer, je déteste mettre une laisse à mon chien, j’hésite sur l’entrée de la Turquie en Europe, l’adoption par les couples homosexuels, les OGM, l’euthanasie. J’aime les filles perverses, je pense que favoriser le vélo en ville est une tentative d’assassinat. Je ne trouve pas Bush toujours ridicule, même à propos de l’Iraq. Pour moi, José Bové est bidon et Chavez puant. Je sais. Ca devient limite. Mais autant que vous sachiez tout de moi avant de m’adouber ou de m’exiler à jamais. Je trouve votre slogan sur le « travail, le travail, le travail » bien fatigant. Comprenez-moi, monsieur le président. Je ne moque pas de vous. Au contraire, je voudrais tant me montrer à la hauteur de votre idéal. Hélas, je n’y arrive pas. Le concitoyen est comme l’horizon, une ligne qui s’éloigne chaque fois que je crois m’en approcher. Ne me regardez pas avec commisération. Aidez-moi. Je m’accroche. Et j’ai une bonne raison. Si j’y renonce, je le sais, je n’aurai plus jamais le droit d’entendre vos discours. Et ça, vraiment, c’est trop dur.

    Alain Berenboom

    Paru dans LE SOIR

    HEUREUSES NECROLOGIES

    chronique
    Entre les émissions spéciales sur l’effacement d’Ariel Sharon et les hommages idolâtres à François Mitterrand, l’année commence fort. On en vient presque à regretter ces bonnes vieilles émissions sur Coluche ou Claude François que les télés ressortent hâtivement des placards lorsque les courbes d’audience commencent à fléchir. Un beau mort, rien de tel pour faire battre les cœurs. Un grand acteur peut crever l’écran, un nouveau tribun électriser les foules, un dur laisser glisser une larme inattendue, rien à faire, les vivants se font toujours écraser. Entre Mitterrand mort et Van Cauwenberghe qui gigote encore, il n’y a pas photo.
    Jadis, le soir du réveillon, mon cousin et moi, nous nous amusions à dresser la liste des morts de l’année à venir et le 31 décembre suivant, le champagne était pour celui qui en avait éliminé le plus grand nombre. Je me rappelle encore de ces durs à cuire qui ont résisté année après année à nos prévisions funéraires : Irving Berlin, auteur des plus belles comédies musicales (mort finalement à 101 ans), Khomeiny, Jimmy Stewart ou Ronald Reagan. Kirk Douglas et Jerry Lewis, Dieu merci, résistent encore.
    Une fois morts, les méchants et les mécréants acquièrent une aura qui efface d’un coup tous leurs méfaits. La faux de la camarde a les vertus d’une baguette magique…
    Sharon dans le coma? En quelques heures, oubliés Sabra et Chatilla, la promenade provocatrice sur l’esplanade des mosquées à Jérusalem, l’absence de tout plan de paix, la politique d’humiliation des civils palestiniens et le libéralisme destructeur de la société israélienne. Sa transformation soudaine en « père fondateur », joli mensonge historique, a dû faire se retourner Ben Gourion dans sa tombe.
    Mitterrand dix ans après? Effacés, les années troubles de Vichy et les amis de l’époque restés dans son sillage, son rôle dans la répression cruelle des Algériens, sa politique pro-serbe au début de la guerre de Bosnie, la transformation de la gauche française qui faisait rêver en une clique d’hommes d’argent et de pouvoir. Désormais en tête dans les sondages, il serait aux yeux des Français le meilleur président de la cinquième république (alors que Giscard aura, dans ses premières années, plus changé la société française que « le premier président de gôche » en 14 ans). Nos hommes politiques en mal de popularité devraient retenir la recette : il suffit de disparaître pour devenir une star…

    Alain Berenboom

    Paru dans LE SOIR

    P.S. : Pour voir de vrais héros, des hommes vrais qui font simplement leur métier, «Good night and good luck», de G. Clooney, portrait magnifique d’une rédaction de la CBS au plus fort de l’hystérie de la commission sénatoriale Mac Carthy.

    LA LISTE 2005

    A l’époque des cotillons, journaux et magazines nous distribuent page après page les listes d’excellence de l’année morte : meilleures ventes de DVD, de livres et de CD, meilleurs livres de l’année, meilleurs films, etc. J’avoue que je ne résiste pas au plaisir de parcourir ces listes ; c’est aussi reposant pour l’esprit que de contempler la mire en télé.
    Comme tout plaisir, la lecture de ces listes s’accompagne d’un pincement d’angoisse. J’ai beau remonter et redescendre le classement, pas un livre, pas un film, pas une actrice, même pas une équipe de foot que j’aurais placés dans le peloton de tête. Comme si ces listes étaient faites pour d’autres que moi. Comme si j’étais exclu du club. Comme si j’étais une caisse tombée du camion. L’absence de mes films préférés, de mes livres préférés me donne, je l’avoue, un certain sentiment de vide : serais-je tombé sur un livre qui n’a été édité qu’à un exemplaire ? un film que je suis seul à avoir vu avant la faillite de son producteur ? Entre le best-seller qui m’est tombé des mains au bout de dix pages et le film qui m’a donné mal à la tête, se pourrait-il que je ne partage rien avec les gens de goût ? Mon Dieu, qu’il est difficile d’accéder à l’Olympe ! Et comment briller dans les dîners en ville ? Avouer que le livre dont tout le monde parle autour de moi, je n’ai pas eu le courage de l’ouvrir ? Cela fait au mieux casse-pied, au pire snob, en tout cas d’aussi mauvais goût que de parler des qualités de Daniel Ducarme à la table de Didier Reynders ou de mon admiration pour les films de Schwarzenegger pendant un entretien avec Philippe Sollers.
    Désormais, il y a dix livres qu’il faut avoir lu, dix films qu’il faut avoir vu. En-dehors de La liste, point de salut. Pour un écrivain, un éditeur, un producteur, un cinéaste, il faut être dans la liste ou ne plus exister. Star ou simple quidam. Icône ou fantôme. Il faut choisir. On écrit pour vendre, pas pour le plaisir ou la rage. La loi du marketing a gagné le monde de la création : un film qui n’a pas ses trois étoiles est mûr pour le purgatoire, un livre qui ne s’affiche pas dans les premières semaines de sa sortie dans la «chart» se retrouve, vite fait, dans les caisses des «retours». Il n’y a pas que le foie gras et les huîtres qui se consomment frais. Au point que la commission européenne, j’en suis sûr, nous sortira un de ces jours une directive imposant aux éditeurs de placer sur les livres une étiquette portant une date de péremption. Au-delà de cette date, le livre devra être détruit. Dans la foulée, elle interdira aussi la circulation des livres ayant plus de cinq ans d’âge, des films sur pellicule et des œuvres d’auteurs morts : très mauvais pour la santé.

    Alain Berenboom

    Paru dans LE SOIR

    L’ENCHERE EST TRISTE, HELAS !

    La mode, cette année, est de vendre sur internet les cadeaux que le père Noël vient de glisser sous le sapin. Les sites de ventes aux enchères croulent, paraît-il, sous les piles de DVD, i-pods et autres babioles même pas déballées. A première vue, le geste semble choquant : à peine reçus, tout de suite jetés. Mais, pourquoi faire preuve de sentimentalisme ? A quoi bon s’encombrer de gadgets dont on ne se souviendra plus dans quelques mois de celle qui a eu l’idée saugrenue de nous les donner ? Depuis trop longtemps, nous vivons entourés de chères vieilles choses dont nous n’avons jamais eu le courage de nous débarrasser et que nous continuons d’entretenir alors que la vie devient de plus en plus coûteuse. Négligence, pudeur, conservatisme, attachement irrationnel, peu importe nos raisons. Les temps changent. Passons à l’ère des enchères ! Vendre, acheter, revendre sans état d’âme. Soyons réalistes, comme le reste de la planète. A l’image de nos dirigeants éclairés qui se sont mis eux aussi à jeter allégrement tout ce que nous avons stupidement financé pendant trop d’années : poste, réseaux téléphoniques, compagnies d’électricité, tous vendus au plus offrant. Bon débarras ! Pourvu qu’ils ne s’arrêtent pas en si bon chemin. Tant d’autres poids morts nous pèsent inutilement : écoles, universités, hôpitaux, S.N.C.B., sécurité sociale, autoroutes, habitations sociales, circuits automobiles. A quoi bon tous ces gouffres financiers ? Aux enchères ! Et vite ! Avant nos voisins ! Ce n’est pas tout : une fois les bijoux de famille bazardés, il nous restera encore quelques fonds de tiroir à nettoyer: parlements et gouvernements régionaux et communautaires, conseils d’administration des intercommunales, tribunaux, ministères désormais inutiles. Si personne n’en veut, on pourra toujours les donner en prime à celui qui achètera la R.T.B.F., nos plages et nos musées.
    Reste évidemment à se mettre d’accord sur la réutilisation de l’argent ainsi récolté. Des lots pour les prochains tirages de la Loterie nationale (si elle n’a pas été vendue entre temps) ? Des statues à la gloire de nos dirigeants éclairés pour rendre les parcs plus rigolos (s’ils n’ont pas été transformés en champs d’O.G.M.) ? Nous pourrions aussi nous lancer à notre tour dans les enchères : acheter la poste danoise, les H.L.M. français, les plages italiennes et les hôpitaux congolais.
    Une sacrée année commence; on va bien s’amuser !

    Alain Berenboom

    Paru dans LE SOIR

    PS : ce billet est dédié en guise de cadeau de fin d’années aux infirmières, instituteurs, chauffeurs de bus, de trains et de trams, aux facteurs et aux autres super-héros de notre temps qui nous permettent de rester plus ou moins civilisés.

    BONNES RESOLUTIONS

    Allez, hop ! C’est le temps des bonnes résolutions, celles qui vont donner un sens à la vie en 2006. Un but dans l’existence, n’est-ce pas ce dont nous avons besoin pour sortir de cette torpeur qui nous glace et nous donne l’impression de couler ? Tenez, au lieu de râler, décidons de nous montrer actifs et même pro-actifs comme disaient les gendarmes à l’époque bénie où la maréchaussée existait encore. Par exemple, dès demain, je saisis la ligue des droits de l’homme du sort de ce malheureux Irakien, monsieur Saddam H. : l’un des rares citoyens d’Irak à n’avoir jamais été battu ni torturé sous l’ancien régime et qui l’est maintenant que le pays est devenu une démocratie. Un vrai scandale. Dans un autre genre, il y a le cas d’Elton John, vous savez, le chanteur qui pleure Lady Dee chaque fois qu’il a besoin de pognon. Avec la légalisation du mariage des homosexuels, le voilà obligé de se marier, comme on disait jadis, parce que son compagnon attend famille.
    Le meilleur sujet de bonnes résolutions reste tout de même l’Europe. Après le rejet de la constitution, nos dirigeants vont devoir un peu se remuer l’an prochain. Soixante ans après la fin de la guerre, il devient difficile de prétendre que ce machin a pour effet d’empêcher les Européens de se taper sur la gueule. Surtout depuis nos efficaces interventions en ex-Yougoslavie. L’Europe, combien de morts sur la conscience ?
    Comment faire rêver les citoyens européens ? Remettre sur le métier le texte de la constitution paraît aussi inimaginable que réorganiser le survol de Bruxelles. Développer des lignes TGV à travers le continent est, on ne sait pourquoi, sans cesse renvoyé au placard. Comme le remplacement d’une partie du transport routier par le rail, qu’on nous avait aussi fait miroiter. Peut-être ces projets n’étaient-ils pas assez ambitieux. Pourquoi pas alors une directive européenne répartissant la surface de la planète Mars entre les vingt-cinq états membres ? Encore trop vaste ? Tant pis. A défaut de grands projets, il faudra que les eurocrates en reviennent à l’essentiel : la réglementation de la dimension des abribus, la largeur des filets de pêche, la composition du chocolat. Il y a tant de détails à régler pour que notre vie devienne meilleure : la dimension des robinets dans les appartements de moins de 100 m², le nombre de caves à vin dans les habitations sociales, la durée maximum laissée aux facteurs pour uriner, le nombre de jambes des cyclistes dans les courses à étapes.
    En attendant la réalisation de toutes ces bonnes choses, je vous conseille de fermer les yeux pour supporter les jours de fêtes qui nous arrivent en rêvant au retour du printemps

    Alain Berenboom

    Paru dans LE SOIR

    écrivain, chroniqueur, romancier