L’ENCHERE EST TRISTE, HELAS !

La mode, cette année, est de vendre sur internet les cadeaux que le père Noël vient de glisser sous le sapin. Les sites de ventes aux enchères croulent, paraît-il, sous les piles de DVD, i-pods et autres babioles même pas déballées. A première vue, le geste semble choquant : à peine reçus, tout de suite jetés. Mais, pourquoi faire preuve de sentimentalisme ? A quoi bon s’encombrer de gadgets dont on ne se souviendra plus dans quelques mois de celle qui a eu l’idée saugrenue de nous les donner ? Depuis trop longtemps, nous vivons entourés de chères vieilles choses dont nous n’avons jamais eu le courage de nous débarrasser et que nous continuons d’entretenir alors que la vie devient de plus en plus coûteuse. Négligence, pudeur, conservatisme, attachement irrationnel, peu importe nos raisons. Les temps changent. Passons à l’ère des enchères ! Vendre, acheter, revendre sans état d’âme. Soyons réalistes, comme le reste de la planète. A l’image de nos dirigeants éclairés qui se sont mis eux aussi à jeter allégrement tout ce que nous avons stupidement financé pendant trop d’années : poste, réseaux téléphoniques, compagnies d’électricité, tous vendus au plus offrant. Bon débarras ! Pourvu qu’ils ne s’arrêtent pas en si bon chemin. Tant d’autres poids morts nous pèsent inutilement : écoles, universités, hôpitaux, S.N.C.B., sécurité sociale, autoroutes, habitations sociales, circuits automobiles. A quoi bon tous ces gouffres financiers ? Aux enchères ! Et vite ! Avant nos voisins ! Ce n’est pas tout : une fois les bijoux de famille bazardés, il nous restera encore quelques fonds de tiroir à nettoyer: parlements et gouvernements régionaux et communautaires, conseils d’administration des intercommunales, tribunaux, ministères désormais inutiles. Si personne n’en veut, on pourra toujours les donner en prime à celui qui achètera la R.T.B.F., nos plages et nos musées.
Reste évidemment à se mettre d’accord sur la réutilisation de l’argent ainsi récolté. Des lots pour les prochains tirages de la Loterie nationale (si elle n’a pas été vendue entre temps) ? Des statues à la gloire de nos dirigeants éclairés pour rendre les parcs plus rigolos (s’ils n’ont pas été transformés en champs d’O.G.M.) ? Nous pourrions aussi nous lancer à notre tour dans les enchères : acheter la poste danoise, les H.L.M. français, les plages italiennes et les hôpitaux congolais.
Une sacrée année commence; on va bien s’amuser !

Alain Berenboom

Paru dans LE SOIR

PS : ce billet est dédié en guise de cadeau de fin d’années aux infirmières, instituteurs, chauffeurs de bus, de trains et de trams, aux facteurs et aux autres super-héros de notre temps qui nous permettent de rester plus ou moins civilisés.

BONNES RESOLUTIONS

Allez, hop ! C’est le temps des bonnes résolutions, celles qui vont donner un sens à la vie en 2006. Un but dans l’existence, n’est-ce pas ce dont nous avons besoin pour sortir de cette torpeur qui nous glace et nous donne l’impression de couler ? Tenez, au lieu de râler, décidons de nous montrer actifs et même pro-actifs comme disaient les gendarmes à l’époque bénie où la maréchaussée existait encore. Par exemple, dès demain, je saisis la ligue des droits de l’homme du sort de ce malheureux Irakien, monsieur Saddam H. : l’un des rares citoyens d’Irak à n’avoir jamais été battu ni torturé sous l’ancien régime et qui l’est maintenant que le pays est devenu une démocratie. Un vrai scandale. Dans un autre genre, il y a le cas d’Elton John, vous savez, le chanteur qui pleure Lady Dee chaque fois qu’il a besoin de pognon. Avec la légalisation du mariage des homosexuels, le voilà obligé de se marier, comme on disait jadis, parce que son compagnon attend famille.
Le meilleur sujet de bonnes résolutions reste tout de même l’Europe. Après le rejet de la constitution, nos dirigeants vont devoir un peu se remuer l’an prochain. Soixante ans après la fin de la guerre, il devient difficile de prétendre que ce machin a pour effet d’empêcher les Européens de se taper sur la gueule. Surtout depuis nos efficaces interventions en ex-Yougoslavie. L’Europe, combien de morts sur la conscience ?
Comment faire rêver les citoyens européens ? Remettre sur le métier le texte de la constitution paraît aussi inimaginable que réorganiser le survol de Bruxelles. Développer des lignes TGV à travers le continent est, on ne sait pourquoi, sans cesse renvoyé au placard. Comme le remplacement d’une partie du transport routier par le rail, qu’on nous avait aussi fait miroiter. Peut-être ces projets n’étaient-ils pas assez ambitieux. Pourquoi pas alors une directive européenne répartissant la surface de la planète Mars entre les vingt-cinq états membres ? Encore trop vaste ? Tant pis. A défaut de grands projets, il faudra que les eurocrates en reviennent à l’essentiel : la réglementation de la dimension des abribus, la largeur des filets de pêche, la composition du chocolat. Il y a tant de détails à régler pour que notre vie devienne meilleure : la dimension des robinets dans les appartements de moins de 100 m², le nombre de caves à vin dans les habitations sociales, la durée maximum laissée aux facteurs pour uriner, le nombre de jambes des cyclistes dans les courses à étapes.
En attendant la réalisation de toutes ces bonnes choses, je vous conseille de fermer les yeux pour supporter les jours de fêtes qui nous arrivent en rêvant au retour du printemps

Alain Berenboom

Paru dans LE SOIR

ALLER SIMPLE POUR OULANG BATOR

Comment dorment les ronds de cuir de l’office belge des étrangers ? Bien, merci. Et vous ? Moi, pas très bien. Pas bien du tout, à vrai dire depuis que nos braves fonctionnaires, légalement irréprochables, ont rapatrié de force vers la Mongolie soi-disant ex-soviétique la journaliste Hanà Tserensodnom. Eux dorment bien; moi pas. Hanà non plus, ni son fils de dix ans, expédié en colis accompagné pour le même prix. Hanà qui a le choix désormais de se taire ou de faire son travail du fond de l’inévitable cellule de la prison d’Oulan-Bator, où atterrissent quelques-uns des journalistes mongols qui tentent de faire leur métier. On n’aime pas les plaisantins au royaume de Gengis khân, ni les plaisantines. Et critiquer, c’est déjà plaisanter. « Ben, suffit de pas écrire, et elle ira pas en taule ! » dira non sans son bon sens légendaire le patron de nos flics. Ce qui fera certainement rire son ministre, le beau Patrick Dewael, plus intéressé par sa coupe de cheveux et son look de winner des années quatre-vingts que par le sort d’une Mongole. Une Mongole … Avec quoi vous venez ? Comme si on n’avait déjà pas assez de soucis avec les jumeaux Happart !
La question n’est pas : pourquoi Hanà a-t-elle été expulsée, elle qui vivait paisiblement en Belgique depuis quatre ans et s’y était intégrée ? La question est : comment font ces braves gens pour dormir aussi paisiblement (et nous endormir) ? Il y a un truc. Demandez-le par exemple aux gendarmes qui ont étouffé Semira Adamu avec un coussin. De sang-froid, s’il vous plaît. Et qui se sont étonnés de devoir s’expliquer devant le tribunal. Fallait les voir, la conscience tranquille, l’air reposé et serein d’un supporter de football après la victoire de son club. Eux aussi avaient le sommeil tranquille. Que me veut-on ? J’ai exécuté les ordres, monsieur le président. Qu’est-ce que ce serait si je les avais refusés ! Bon. Et celui qui a donné ces ordres ? Ah ! Lui aussi en avait reçu l’ordre. De qui ? Je sé pas. Voyez la note de service – si les archives n’ont pas été détruites entre temps, si elle n’est pas protégée par le secret défense ou autre cochonnerie de cet acabit et les noms qu’ils contiennent supprimés à cause de la loi sur les données personnelles.
Hanà aussi doit avoir les honneurs d’une multitude de notes de service, dont les auteurs et les destinataires sont bien protégés de l’humidité par des tas de parapluies. Allez savoir qui a décidé quoi. Bref, de notes de service en notes de service, de procédures en procédures, l’affaire aura le temps de s’ensabler dans le désert de Gobi. Ce désert qui commence justement aux portes d’Oulan-Bator.
De Gobi à la police belge des étrangers et à son ministre, il n’y a qu’un D. Le D de dégobille.

Alain Berenboom

Paru dans LE SOIR

ANGELA, FAIS-NOUS RÊVER !

Comment expliquer le désenchantement à l’annonce de la nomination d’Angela Merkel à la tête de l’Allemagne ? Il y a si peu d’années que le mur est tombé. A l’époque, nul n’aurait parié une choucroute sur les chances d’une femme au poste de chancelier, une non-héroïne venue d’Allemagne de l’est (qui n’a jamais bravé les Vopos pour venir goûter au shopping de la RFA). Aujourd’hui, personne ne soupçonne les partisans de madame Angela de sympathie pour les théories staliniennes ou les mouvements terroristes d’extrême gauche. Son parti représente plus les bons bourgeois que les gauchistes ou les féministes. On la voit mal à la tête d’une manifestation de Ni Putes, Ni Soumises. Quoique. Une surprise est toujours possible. Merkel, nouveau Jean XXIII de l’Europe ? Qui sait ? Allez, Angela, fais-nous rêver !
Ce ne sera pas facile. Faudrait d’abord qu’elle rompe avec la tradition un peu inquiétante de ses prédécesseurs féminins. Margaret Thatcher (la plus grande réussite de la femme en politique, hélas). Un cœur froid, qui a regardé, indifférente, mourir les grévistes de la faim irlandais et couler le mouvement syndical britannique. Indira Gândhi qui a failli tuer la démocratie indienne. Madame Bhutto, paralysée dans son palais, qui n’a rien pu faire pour que le Pakistan échappe aux poisons mêlés de l’armée et de l’islamisme politique ni à la corruption de ses proches. Oublions la pauvre Edith Cresson, roulée dans la farine par ses amis politiques, victime idéale de tous ceux qui détestent les femmes en politique ou la très conservatrice Tansu Ciller, éphémère chef du gouvernement turc, simple pion entre les mains de la nomenklura politico-militaire.
Faudrait ensuite qu’Angela se démarque de ses collègues masculins. Car, côté mâle, l’Europe affiche un beau trou noir. Incapables de proposer une vision mobilisatrice et même d’écrire une constitution qui parle aux citoyens, nos bonshommes, trop empêtrés dans la gestion alambiquée de leurs difficultés nationales, sont surtout soucieux de soigner leur image. Inutile de leur demander en plus de prendre la mesure du tsunami qui balaye notre pauvre continent.
Pour qu’Angela réussisse, il faut qu’elle nous fasse surmonter les peurs qui nous hantent, qui nous figent et nous empêchent de rêver ensemble: l’arrivée à l’ouest des gens de l’est, l’implantation au nord des peuples du sud. Le cœur du rêve, madame Angela, ressemble à la rose des vents. Si vous trouvez la boussole magique, vous nous aurez fait entrer dans un nouveau monde.

PS : Un auteur allemand excentrique, cela existe : Hans Werner Kettenbach, hilare et tragiquement drôle (« La Vengeance de David » et « Minnie. Une affaire classée » chez Bourgois).

Alain Berenboom

Paru dans LE SOIR

LE CHOC DES TITANS

Le sursaut, enfin ? Il était temps. L’avenir semblait bouché. Le monde occidental sur le point de s’effondrer. No hope. No future. Déjà, pointait la langue fourchue de l’extrême droite, le repli égoïste frileux, le rejet massif de la politique et le désenchantement qui font s’écrouler les civilisations. Car, comment résister à la mélancolie devant tant d’impuissance : l’incapacité de nos gouvernements à nous offrir un projet européen mobilisateur, à maîtriser le chômage, le terrorisme et la comptabilité des habitations sociales wallonnes ? Elio Potter di Rupo avait perdu ses pouvoirs magiques. Comme Jacques Chirac, G. Schröder, Tony Blair, toutes ces vedettes illusoires-illusionnistes, dont le véritable visage dévoilait aux citoyens des baudruches vides sur le point d’éclater.
Il y avait de quoi se lamenter sur un monde tournant à vide, sans projet. Ah ! La nostalgie des vrais affrontements d’hier : capitalisme contre communisme, sexe ou religion, de Gaulle contre Mitterand, les Beatles ou les Stones, Antonioni ou Dino Risi, Merckx contre Ocana, Spirou contre Tintin.
Que nous restait-il de ce temps où on savait se taper sur la figure, sinon nos souvenirs, nos regrets et nos yeux pour pleurer ? C’est alors, miracle, que Dieu -ou Dieu sait qui- est enfin intervenu. En nous offrant, pour la première fois depuis tant d’années, un véritable enjeu : Anderlecht ou le Standard ?
Ne faites pas la fine bouche, messieurs-dames : l’Histoire s’écrit ce samedi soir, sur le coup de dix-huit heures. Comprenez-moi bien. Anderlecht – Standard, ce n’est pas tant le choc de deux équipes que l’électro-choc dont la Belgique, l’Occident avaient besoin. N’y voyez pas seulement deux fois onze braves types en petites culottes qui courent derrière une baballe dans le froid glacé. Non, deux mondes s’affrontent : le sud contre le nord, la Méditerranée wallonne contre le Nord polaire bruxellois, l’ouvrier contre le petit-bourgeois, la poésie brouillonne contre le calcul technocratique, le feu contre la glace, l’homme contre la machine. En deux fois quarante-cinq minutes, s’écrit une fantastique parabole sur l’Humanité, un raccourci saisissant d’un monde qui vit et d’un monde qui sombre. Oui, messieurs-dames, ce samedi, c’est un peu notre âme qui va se ramasser à la pelle.

P.S : pour ceux qui s’ennuient pendant la pause et qui ont déjà lu le contrat entre Ecclestone et Jean-Marie Happart, petit conseil de lecture : La route de tous les dangers de Kris Nelscott (éditions L’aube noire). Une épatante detective story qui parle de courage et d’espoir sur fond d’affrontements entre Noirs et Blancs en 1968 après l’assassinat du pasteur Martin Luther King, lorsque tout aussi semblait perdu, brûlé, dévoré par la haine.

Alain Berenboom

paru dans le journal LE SOIR

Un tour de passe-passe

La Wallonie va mal ? Elle croule sous les scandales ? Monsieur Leplan Marshall est aux abonnés absents ? Le grand prix de F1 va coûter aux contribuables le prix d’une autoroute ? Les chauffeurs du T.E.C. sont trop déprimés pour se lancer dans une nouvelle grève ? Fiers Wallons, ne vous laissez pas aller ! Une fois de plus, vos dirigeants éclairés ont trouvé la parade. Avec l’aide des Italiens -comme d’habitude. Non, je ne parle pas du ministre-président-bourgmestre. Après les « affaires », laissons di Rupo au repos. Ni du président Kubla (de quoi est-il président au fait ?) qui a signé, dans le brouillard de la fumée des cigarettes, tant de versions différentes des contrats avec sir ou lady Ecclestone (les photos sont trompeuses) qu’il ne sait plus très bien laquelle est la bonne. Le nouveau truc qui va remettre la Wallonie à flots s’appelle le Giro. Pour tamponner les malheurs de la région et consoler les chômeurs, le prochain tour d’Italie se courra en Wallonie. C’est pas une grande idée, ça ? Digne du contrat pour l’avenir et du plan Marshall ?
Seraing, Charleroi, même Perwez, Wanze et Hotton seront villes-étapes, sans oublier, pardon, pardon, Mons, le Gbadolite wallon. Le montant payé aux organisateurs pour le spectacle dépasse le million d’euros (monsieur Ecclestone n’ayant pas encore pris la direction du Giro, les royalties restent sagement liées au cours de la lire plutôt qu’à celui de l’uranium enrichi). Je vous l’accorde, pour les dirigeants italiens, la Wallonie était un second choix. Le Giro 2006 devait initialement partir d’Amsterdam et rejoindre la Botte par l’Allemagne. Mais, comme ni les Hollandais, ni les Allemands n’en ont voulu, les Wallons l’ont eu en solde. Pas comme la F1 payée au prix plein et lié au cours du pétrole jusqu’en 2010. Rien de tel ici. Le contrat ne porte que sur un an. Même que c’est le président Van Cauwenbergh qui le jure (il est resté à la tête de l’événement pour obliger ses interlocuteurs à continuer à l’appeler président). Pas question donc de confondre le Giro avec Francorchamps. Ni avec la gestion des habitations sociales. Que dis-je ? Les habitations sociales ? Vous avez raison de protester : le F1, le Giro sont des dépenses légales. Cela s’appelle du pain et des jeux : du spectacle officiel pour le bon peuple. Rien de commun avec le vin et les jeux, dont la jouissance était initialement réservée à certains échevins et autres dirigeants d’habitations sociales, et qui ne sont devenus d’excellents spectacles populaires qu’après-coup, une fois sortis de l’ombre. Donc, dormons en paix et d’avance, réjouissons-nous : le vélo, c’est sûr, va doper les Wallons.

Alain Berenboom

Paru dans LE SOIR

Le Plan « L’enfant »

Se souvient-on encore du plan Rosetta, lancé avec tambours et trompettes dans la foulée de la première palme d’or des frères Dardenne par la toujours sémillante ministre Onkelinckx ? La nouvelle récompense cannoise des frères les plus célèbres de Wallonie et environs semble avoir une nouvelle fois inspiré nos politiciens, même si l’on peut s’étonner que sa mise en œuvre se soit faite dans une telle discrétion. Quel ministre en est responsable ? Mystère. Quelle administration est chargée de son contrôle ? On ne sait. Qui a même jamais entendu parler du plan « L’Enfant » ? Pourtant, nous pouvons l’affirmer : le plan existe; il est appliqué. Et surtout, ses premiers résultats sont tout à fait remarquables.
Je ne sais si l’on a jamais fait le bilan du plan Rosetta (le ministre qui inaugure ce genre d’initiatives change prudemment de casquette lorsque temps est venu d’en mesurer les effets) mais le plan « L’Enfant » bat tous les records : en quelques semaines, il a permis de mettre au travail ou d’améliorer la condition de nombreux travailleurs dont le sort était incertain. De plus, il s’applique à tous les niveaux de pouvoir, fédéral, régional et même communal.
Hélas, amis chômeurs, ne vous réjouissez pas trop vite. Les conditions d’accès au plan « L’Enfant » sont en effet très strictes (sans doute pour satisfaire aux critères sournois de la commission européenne sur les subventions publiques). Il n’est donc ouvert qu’à un nombre limité de candidats : seuls des fils ou filles de politiciens confirmés peuvent bénéficier du plan « L’Enfant ». Ne protestez pas. Le rapport d’une commission de psychiatres confirme en effet que le pourcentage d’échec est particulièrement élevé chez les enfants dont les parents sont trop brillants. Il est donc normal que ces mesures leur soient réservées: à terme, c’est autant d’argent épargné pour la sécurité sociale. Freya van den Bossche, Laurette Onkelinckx, Peter Vanvelthoven ont obtenu, grâce au plan, de petits boulots au gouvernement fédéral. Et, voyez, ils ne s’en tirent pas plus mal que les autres. Mathot, Michel, Ducarme, Lutgen, Wathelet en Wallonie font eux aussi des étincelles. Quant au fils de Michel Daerden, il est parvenu (pour reprendre le mot favori du président di Rupo) à contrôler à peu près tous les organismes publics dépendant de son cher papa sans violer ni la loi ni la déontologie. Une tête, ce gars-là. Un exemple pour les Wallons ! Comme on le voit des résultats de notre enquête, le plan « L’Enfant » est déjà une réussite. Et il a un bel avenir, vu le nombre d’élus qui siègent dans les innombrables assemblées qui font la gloire de notre beau pays.

Alain Berenboom

Paru dans LE SOIR

Mais que fait le PS ?

Depuis des semaines, le président du PS s’acharne inexplicablement sur de pauvres échevins de son parti parce qu’ils habitent dans des logements sociaux à Charleroi dont les caves débordent, paraît-il, de victuailles. Pendant ce temps, à quelques dizaines de mètres à peine du siège du parti, boulevard de l’Empereur à Bruxelles, une disparition inquiétante reste inexpliquée. Là, soudain, c’est bouche cousue. Personne ne semble se troubler d’une affaire qui met pourtant en cause un des principes essentiels de notre monarchie constitutionnelle et du parti socialiste : l’égalité entre hommes et femmes.
Suis-je le seul à l’avoir constaté ou ce silence obéit-il à un mot d’ordre collectif? A l’occasion de la rénovation du Mont des Arts, la statue de la reine Elizabeth de Belgique, représentée toute menue et à pied, face à la gigantesque posture de son mari, le roi Albert 1er, chevauchant son énorme destrier, a disparu. Oui, disparu, corps et biens. Ne reste qu’une pierre bleue, nue et lisse. Les yeux mélancoliques, le roi, resté seul, contemple désormais une place repavée mais vide pendant que son cheval supporte stoïquement le ballet des skates sous ses sabots. Qui a volé la reine Elizabeth ? Que fait la police ? Et son chef ?
Le tonitruant bourgmestre de Bruxelles (PS lui aussi) semble plus intéressé à promener ses célèbres moustaches dans le grotesque village publicitaire gaulois installé sur la Grand Place qu’à traquer les kidnappeurs. Le parti des travailleurs ne cesse de proclamer l’importance qu’il accorde aux femmes : n’a-t-il pas confié la culture, la justice et même l’aménagement des cabinets ministériels à des femmes ? Evidemment, la reine Elizabeth ne ressemblait guère à nos politiciennes bien pensantes, toujours si sages et si prudentes (ni aux échevins de Charleroi, faut-il le dire). C’était une excentrique qui secouait les bourgeois bien pensants de l’époque et n’en faisait qu’à sa tête (qui était mieux faite et plus peine d’idées originales que tout le plan Marshall wallon). Elle arpentait la Chine de Mao à l’époque où c’était tabou, invitait Einstein à fuir le troisième Reich pour se réfugier en Belgique (à l’époque où les étrangers n’étaient pas renvoyés dans leur enfer, un coussin sur la bouche) et a imposé la Belgique comme la plus belle terre de musique du monde (ce qui est loin d’être évident surtout vu des habitations sociales de Charleroi). Alors, je pose la question : où est donc passé cette petite statue, symbole d’une grande dame ? Qu’on nous la rende immédiatement et qu’on fête ça !
Et, tant qu’à nous la rendre, pourquoi ne pas rêver qu’on la rende à son destin ? Redessinons-la plus folle et plus grande face à son cher mari, aussi étincelante au moins que la façade restaurée du siège du parti socialiste.

Alain Berenboom

Paru dans LE SOIR

écrivain, chroniqueur, romancier